Partagez|

♦ MELI-MELO ♦

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:55

gillian charleston connor
i just can’t forget you, your smile, your eyes, your lips on mine, your hands, your voice, your everything. you were the hardest lesson i've ever had to learn

perfect ruin ♫ kwabs


prénom & nom ○ la jolie brune porte un nom à double consonance, on pense souvent qu'il y'a une histoire rocambolesque derrière ce prénom d'ailleurs mais en fait pas du tout. Gillian était le prénom de sa défunte grand mère maternel, et c'est avec une évidence non feinte que c'est le prénom dont elle a hérité. En réalité elle n'a jamais eu l'occasion de rencontrer sa grand mère puisque celle-ci est décédée peu de temps avant qu'elle ne vienne au monde, un moment difficile a passer pour sa mère qui en était très proche. Son second prénom quand à lui, est le même qu'une ville assez connue de la Caroline du Sud. En effet elle ce prénomme Charleston comme l'endroit ou ses parents ont passé leur lune de miel, rien de bien romantique comparé aux autres voyages qu'ils ont fait par la suite mais le fait est que le séjour qu'ils ont passé la bas était à leurs yeux merveilleux. Pourtant cette petite ville n'a rien de fou, mais la concentration artistiques qui s'y trouve à su les charmer. Et puis, il faut bien l'avouer c'est sûrement là bas qu'elle a été conçue ... Les Connor quand à eux ont leur petite notoriété, enfin une plutôt grande notoriété en fait. Connus pour leurs parcours fabuleux en tout point, pour leur richesse sans frontières et leurs mondanités en tout genre. Voilà ce que sont les Connor, un nom auquel elle est venu ajouter un petit cabinet d'avocat faisant ses preuves, un nom que sa soeur a fait parfois apparaître en page six et elle aussi il y'a peu de temps en acceptant de défendre un 'meurtrier'. Un nom parfois lourd à porter, mais qui est le sien malgré tout.âge ○ Elle n'est plus toute jeune, d'ailleurs elle commence à avoir des rides ce qui affole sa mère au plus haut point. Ce n'est pas pour rien qu'elle lui à donné les coordonnées de son meilleur chirurgien -qu'elle c'est empressé de jeter à la poubelle. Elle a donc trente-trois ans, dépassée la trentaine depuis quelques années déjà. Le truc c'est qu'elle n'a absolument pas vu le temps passer et qu'a l'instant ou elle a notifier les trente-trois bougies sur son gâteau d'anniversaire elle à cru ce prendre une baffe dans la figure .... lieu de naissance ○ Comme ses parents avant elle, elle à vu le jour à Los Angeles, la ville des anges. Une ville dans laquelle elle a grandit, et qu'ils ont quittés lorsqu'elle avait seize ans ... Ce ne fut pas simple de quitter les seuls amis qu'elle ne ce soit jamais vraiment fait à cette époque là, puisqu'en arrivant à San Diego elle était un peu la fille seule dans son coin à qui personne ne voulait parler. Mais aujourd'hui elle est bel et bien faîte à cette ville qui est la sienne. nationalité & origines ○ C'est une américaine une vraie, qui mange gras, qui parle avec un accent prononcé en dépit du fait qu'elle ai toujours voulu avoir l'accent Irlandais. Et même si elle a du sang égyptien qui coule dans ses veines ce n'est pas lui qui fait la majorité, la laissant donc comme une américaine pure souche, merci maman, merci papa. statut civil ○ Au grand damn de sa mère qui souhaiterais déjà avoir des petits enfants, Gillian est célibataire. Elle ne l'a pas toujours été, à Los Angeles elle avait son petit succès et si ce fut le cas une fois arrivée ici elle n'en a pas du tout été informée. Ce n'était pas ce qui l'intéressait particulièrement lorsqu'elle était jeune, elle voulait juste être meilleure que tout les autres quand ses camarades cherchaient à s'envoyer le plus de mecs à la ronde. Mais cela à considérablement changer quand elle a rencontré un jeune homme qui à su la déstabiliser d'une façon qu'elle ne croyait absolument pas possible ... C'est à cet instant qu'elle c'est transformée en guimauve, la fille complètement amoureuse et bien trop aveugle pour ce rendre compte de la vérité. Hollis était à ses yeux l'amour de sa vie, elle ne croyait pas avoir vécut de plus merveilleux moments qu'a ses côtés et naïvement elle pensait que peut être cela allait durer longtemps. Elle était consciente du fossé social qui pouvait les séparait mais à vrai dire elle n'en avait absolument rien à faire, ce n'était pas ce qui comptait. Jusqu'à ce qu'elle ce rende compte de la vérité, a vrai dire elle n'a d'abord pas cru son père lorsqu'il lui à avoué avoir découvert quelque chose. Hollis sortait avec elle pour extorquer leur argent, jamais Gillian n'était entrée dans une telle colère a l'égard de son géniteur. Cherchant à ce réfugier dans les bras du jeune homme accusé à tord, elle n'a pas été capable de le joindre ou bien de le trouver ce qui ne lui était jamais arrivé. Le lendemain, son père lui a sortit des photographies du jeune homme en compagnie d'une femme, clairement en train d'en profiter et c'est à cet instant précis que son coeur à été brisé. Depuis elle ne croit plus vraiment en la gente masculine, et aucun de ses petits amis n'a fait long feu. Le fait est qu'elle ne l'a jamais oublié, et que lorsqu'il à eu besoin d'elle, elle a accourut ... situation financière ○ Elle mène une vie plus que confortable. Longtemps dépendante de l'argent fournit par ses parents, ses études lui ont demandé beaucoup d'années et de ce fait elle n'a pas pu être indépendante aussi rapidement qu'elle l'aurait souhaité. Le fait est qu'elle n'a jamais eu à avoir de petit boulot en plus, et elle est bien consciente qu'elle à été beaucoup chanceuse sur ce plan là en comparaison de certains de ses camardes de promotion qui n'avaient pas cette chance là. Aujourd'hui elle est enfin totalement libre de tout mouvements quel qu'il soit, elle est indépendante financièrement même si ses parents tentent encore d'interférer parfois en dépit du fait qu'elle n'en ai absolument pas besoin. emploi/études ○ Les études ont toujours eu une place des plus importante dans sa vie, a vrai dire elle y'a presque consacré chacune de ses heures, chacune de ses pensées, chacun de ses souffles. Toute sa vie a été rythmée par ses études, la faisant parfois peut être passer a côté de la vie elle même .. Un choix qu'elle a fait très jeune, parce qu'elle savait ce qu'elle souhaitait faire plus que tout au monde et qu'il fallait pour cela savoir faire des sacrifices. Toute sa vie elle a donc été première de la classe, major de promotion. Et après avoir passé des années en droit, a tenter tout les matières et avoir passé le barreau, après avoir été prise dans des boites différentes. Aujourd'hui et ceci depuis deux années maintenant, elle a ouvert son propre cabinet avec la personne qui l'a le plus soutenue au long de toutes ses années. traits de caractère ○  Chez elle, le sentiment l'emporte, aussi est-elle prête à faire beaucoup d'efforts de compréhension et de conciliation pour que l'harmonie et la paix règnent autour d'elle. Soucieuse de son apparence physique et sensible à l'esthétique, elle se montre plutôt coquette et, perfectionniste, tend à soigner les détails. Son point faible est son hypersensibilité qui, ajoutée à son imagination et à sa grande nervosité, lui occasionne certaines angoisses. groupe ○ patrick bateman.

because every morning you have to wake up and be you ~

☽ 01 Si il y'a une personne qui compte le plus au monde à ses yeux c'est sa petite soeur, Kara. Elle ne lui dit peut être jamais assez, mais pour les personne la connaissant cela semble évident. ☽ 02 C'est une acharnée du travail, elle a toujours compensé ce qu'elle n'avait pas avec les études et elle fait toujours la même chose aujourd'hui. Cela ce combine parfaitement avec le besoin qu'elle a toujours eu de rendre ses parents fiers d'elle. ☽ 03 Il est impossible pour elle de dormir jusqu'à pas d'heures, la vérité c'est qu'elle à un sommeil très léger et ce lève toujours à 5 heures du matin peu importe l'heure à laquelle elle ce couche. Les seuls moments de sa vie ou elle a dormit plus tard que cela, étaient ceux ou elle dormait avec Hollis. ☽ 04 Gillian ne fume pas, elle n'a jamais même essayé car ça ne l'a jamais intéressée. Elle ne boit pas non plus, ou tout du moins elle ne buvait pas. Depuis quelques années maintenant elle a prit la fâcheuse habitude de ce jeter sur la première bouteille passante quand quelque chose ne va pas même si elle sait qu'elle va tout revoir le lendemain matin. ☽ 05 Elle a toujours voulu avoir une grande famille, une famille qui s'aimerait au contraire de la sienne. Ce promettant de ne jamais agir comme ses parents, et d'aimer chacun de ses enfants de la même façon sans jamais les juger. ☽ 06 Elle est toujours impeccable sous tout rapports, allant de ses cheveux à son maquillage mais surtout à sa tenue. Sa maison compte une pièce entièrement dédiée à ses tailleurs. Elle ne porte absolument jamais de jupe car elle ne trouve pas ça élégant, et les seuls robes qu'elle porte sont pour les grandes occasions ou encore les brunch du week end. Quand elle ne porte pas un tailleur, elle porte un short classique avec des escarpins. Il lui arrive cependant, de parfois porter des jeans mais c'est très rare. ☽ 07 Elle a fait du théâtre pendant plus de dix ans, ce qui lui est aujourd'hui dans le cadre de son métier très utile ☽ 08 La télévision est toujours allumée chez elle ou au bureau, car elle a besoin de ce tenir informée sur tout ce qui ce passe dans le monde. Elle ne regarde pas d'émissions de télé réalité, ni de talk shows, ni de séries. ☽ 08 Elle ne saurait dire à quand remonte son dernier vrai jour de repos, ni quand est-ce qu'elle est partie en vacances pour la dernière fois. ☽ 09 Elle assiste à tout les matchs de Dash, et utilise comme excuse le fait d'être son avocate quand elle sait que c'est ridicule. Elle est tout simplement devenue une groupie, voilà tout. Elle qui n'aimait pas le sport et encore moins le base-ball connaît aujourd'hui toutes les règles, sur le bout des doigts ! ☽ 10 Elle accorde très difficilement sa confiance, et ce depuis toujours. Enfant déjà elle savait qu'il fallait ce méfier des gens, et cela ne l'a jamais quittée. Elle n'a baissé la garde qu'une seule et unique fois, et vu comment les choses ce sont terminées elle c'est promis de ne jamais plus ce faire avoir. ☽ 11 Elle le sait, elle est attirante et cela lui vaut les avances de la plupart des hommes. Mais il faut croire qu'elle finira vieille fille car elle y cède que très rarement, voir jamais. Depuis quelques temps maintenant elle fréquente un jeune homme sans pour autant que cela ne soit sérieux. Et la vérité est que ce ne le sera probablement jamais, car l'idiote qu'elle est, est encore amoureuse de son ex. ☽ 12 Elle ne sait pas cuisiner, du tout. Ella a toujours été habituée à ce qu'on lui fasse à manger, alors à quoi bon apprendre à le faire elle même ? Elle ne sait même pas faire cuire des pates. Quand elle a déménager elle a trouver un traiteur qui lui livre depuis tout ses plats. ☽ 13 Très peu adepte de la nature, elle a un forfait dans une salle de sport très sélect de la ville afin d'y être tranquille. Elle est consciente qu'avoir un corps sain ça ce travaille et ne rate jamais une séance. ☽ 14 Il ne ce passe pas un jour sans qu'elle ne pense à Hollis, et ceci depuis que son père lui a révélé la vérité sur lui. Elle n'arrivera d'ailleurs surement jamais à le sortir de sa tête malgré qu'il lui ai brisé le coeur. Elle a été son avocate pendant toutes ses années, tentant de rester de marbre face à son histoire mais cela la ronge de l'intérieur. ☽ 15 Gillian raffole des glaces, elle pourrait en manger à tout les repas. Mais le pire c'est si on lui propose une glace à la fraise, et dans ce cas là vous pouvez être sûr qu'elle la mangera en entière ! ☽ 16 Il lui arrive parfois de ce retrouvée seule dans son appartement, et de ce sentir affreusement seule. Il est indéniable de dire qu'Hollis lui manque énormément, et ceci même si ça fait plus de six ans qu'ils ne sont plus ensembles et qu'elle lui en veut d'avoir agit de la sorte. ☽ 17 La communication entre son père et elle n'est plus d'actualité, elle ne lui a toujours pas pardonné d'avoir agit dans son dos. Cela rend les choses un peu plus difficiles à la maison, surtout depuis que Kara à complètement coupé les ponts avec eux. ☽ 18 Elle est fan de dessins animés. C'est une chose que très peu de personnes savent, parce qu'il faut bien l'avouer elle n'en est pas fière du tout ! Mais voilà c'est une passion, on n'y peu rien. Heureusement pour elle, Noah répond toujours présent pour en regarder avec elle. Elle à même un petit minion accroché à son porte clef, que lui a offert le jeune home. ☽ 19 Il lui arrive très souvent de chanter dans la salle de bain sous la douche. De mal chanter, voir même très très mal chanter mais elle s'en fiche elle le fait quand même. ☽ 20 Elle ne supporte pas qu'on la touche, c'est violer son espace personnel. A vrai dire peu de personnes ont ce privilège sur elle, très très peu.

sous quelle forme se matérialise le monstre qui est en toi ? ○ Elle ne considère pas qu'il y'ai de monstre en elle, elle ne pense pas avoir agit une seule fois de façon monstrueuse dans sa vie. Au contraire, elle c'est toujours efforcée de faire au mieux, pour que tout le monde soit heureux. Mais c'est peut être ça, sa part de monstruosité. Parce qu'il arrive parfois qu'elle en fasse trop, et que de ce fait les choses ne finissent pas forcément bien. si tu pouvais faire les choses différemment, changerais-tu certains de tes actes/décisions ? lesquels ? ○ Elle ce battrait plus pour Hollis, elle n'agirait pas de façon aussi froide et solennel à son égard. Elle lui parlerait, le pousserait à s'expliquer et à comprendre, elle ferait tout pour que les choses s'arrangent au lieu de rester meurtrie dans son coin en tentant de noyer son chagrin comme une idiote. es-tu un bon menteur ? ○ Il est horrifiant de ce rendre compte que oui, elle ment extrêmement bien un peu trop même. Mais cela dépend, car si elle ment c'est que c'est absolument nécessaire et parfois son métier le force. Seulement il lui est difficile de mentir à certaines personnes qui la connaisse trop bien pour le reconnaître, comme Dash ou encore Kara. A une époque elle était incapable de mentir à Hollis, mais cela semble avoir changé. crois-tu en la justice étatique ou préfères-tu la justice faite par soi-même ? ○ Etatique de toute évidence. Elle n'est pas du tout partisane de la justice faîte par soit même qui n'apporte jamais rien de bon si ce n'est que des remords et des regrets. Elle l'a vu bien trop de fois pour s'en rendre compte, et aimerais que les gens arrivent à le comprendre avant qu'il ne soit trop tard. Bien entendu si c'était le cas, elle aurait peut être moins de travail mais ce n'est pas le boulot qui compte le plus mais le fait que l'on respecte les lois et la vie des autres pour ne pas partir dans des vengeances personnels qui ne ce finissent jamais bien.

center]
'Cause she’s stronger than you know, a heart of steel starts to grow. When you've been fighting for it all your life, you've been struggling to make things right. Every day, every hour, turn the pain into power. She's got lions in her heart, a fire in her soul.
○[/center]

Cela fait plus d’une centaines de minutes maintenant que la jolie brune est installée à la bibliothèque. Cheveux relevés et paire de lunette sur le nez, elle mordille sans s’en rendre compte le bout de son crayon a papier. L’histoire est la matière dans laquelle elle n’excelle pas, si elle est la meilleure dans toute les autres, celle-ci est une énorme épine qu’elle aimerait être capable d’arracher. Gillian Connor … Voilà qui elle est, elle n’est donc pas n’importe qui puisqu’elle est une Connor. Ce n’est pas que ses parents soient très connus ou quoi que ce soit, mais tout de même ils ont leur réputation et celle-ci est très souvent précédée par leur argent. Ils ne font pas la une des magazine, mais tout le monde en ville connaît la famille et ce nom qui en fait souvent rêver plus d’un, alors non elle ne peux pas ce permettre de ne pas être bonne histoire. Depuis presque toujours on la qualifie d’intello, de lèche botte, ou d’autre surnoms peu sympathique et elle n’en à jamais eu grand intérêt, parce que ce n’était pas elle l’idiote tout ce qu’elle voulait c’était être la meilleure. C’était les autres les idiots, ceux qui se moquaient, ceux qui plus tard finiraient dans un supermarché a faire le ménage tandis qu’elle serait voué à un destin bien meilleur. Elle c’était toujours définit ainsi, différente des autres, et que ses derniers le lui fasse remarquer n’était pas un problème à ses yeux puisqu’ils avaient raison : elle valait mieux qu’eux. De toute évidence ce comportement ne lui apportait pas des tonnes et des tonnes d’amis, mais dans le fond c’était mieux comme ça vu le temps qu’elle pouvait passer à la bibliothèque plutôt qu’a sortir jusqu’à pas d’heure à la rechercher de la plus grosse connerie à faire. Ce n’était pas ce qui l’intéressait, elle préférait largement passer des heures à lire Kant plutôt qu’a trainer dehors dans la ville. « Alors missjesaistout clouée à ton siège ? »  Gillan inspire presque par mécontentement, parce qu’a cet instant elle à parfaitement reconnu la voix de sa soeur. Sa petite soeur, Kara, son parfait opposé. Il est parfois difficile à croire que toute deux on étés faîtes par les mêmes personnes, et ont grandies dans le même environnement et pourtant … Kara est aussi téméraire que Gillian n’est casanière, et l’une comme l’autre n’arrive pas à faire voir a l’autre sa vision des choses. Car si Kara ne comprend pas l’intérêt que peux porter Gillian à la physique, aux maths et à la philosophie, la jeune femme ne comprend pas l’intérêt de sa soeur a écumer les soirées en buvant son équivalence en alcool. « Qu’est ce tu fais là ? » Il était du coup assez étonnant de voir la cadette des Connor dans une bibliothèque, cette bibliothèque dans laquelle l’aînée passait pratiquement tout son temps. Un sourire en coin, et voilà Kara installée en face d’elle sans aucune discrétion particulière. Mais ceux qui s’apprêtaient à râler s’arrêtent à l’instant ou ils posent les yeux sur elle. C’est que la jeune fille est magnifique, au point de faire pâlir de jalousie toute les autres filles de son âge. Attirant les regards et les attraits, elle n’a jamais vraiment eu de problèmes a toujours obtenir ce qu’elle voulait. « Y’a une soirée chez Peter, ce soir. Tu viens avec moi. » il ne s’agissait pas d’une question, mais bel et bien d’une affirmation, voir un ordre. Levant les yeux aux ciel, Gillian comprend qu’elle ne pourra plus étudier à présent et souffle avant de reposer son regard sur sa jeune soeur « J’ai mon examen a préparer Kara. » C’était encore et toujours la même excuse, elle ne vivait que pour obtenir ce fichu examen. Elle devait l’avoir avec la meilleure mention, les meilleures appréciations ou alors toutes ses ambitions et ses années d’études partaient en fumée… « Mais c’est dans trois mois !! T’a bien le droit de t’amuser un peu ! »  le ton de Kara vient de monter un peu, attirants les regards foudroyants des autres occupants de la bibliothèque. Gillian soupire, aller à des soirées c'est vraiment pas son truc et certainement pas en ce moment, mais elle connaît trop bien sa soeur pour savoir qu'elle restera là jusqu'à ce qu'elle ai dit oui. Inspirant et toujours étonnée de ce qu'elle s'apprête à dire elle reporte son attention sur la brunette, « Ok je viendrais. » chuchote t-elle, mais les mots ne semblent pas arrivera jusqu'aux oreilles de la jeune femme qui continue à lui trouver de bonnes excuses pour l'obligée à venir jusqu'a ce qu'elle ce rende compte de ce que la future avocate installée en face d'elle vient de dire. « Sérieux ? » apparemment Kara c'était préparé a lui faire tout un spitch, a lui montrer tout les bénéfices de sortir de temps en temps. C'était assez fou que ce soit sa petite soeur qui ce tracasse ainsi à vouloir lui faire avoir une vie sociale et non l'inverse ! « Quand j'aurais fini de bosser. » et c'était non-négociale, si Kara avait obtenu ce qu'elle voulait elle savait à présent qu'elle ne pouvait débattre la dessus, et puis Gillian aurait finit par devenir folle de toute façon. Le silence qui suivit paru tout à fait improbable alors qu'elles se trouvaient pourtant dans une bibliothèque ! Après l'avoir longuement observée, Kara acquisse avant de finalement reprendre la parole « Mais tu va te changer d'abord, hein ? » le ton suppliant était de retour !! Gillian secoua la tête et après lui avoir assuré qu'elle ferait un effort quand à sa tenue vestimentaire, Kara convaincue quitta les lieux. C'est comme ça qu'elle c'était retrouvée seule au bord de la route, en panne ... Elle c'était maudite de ne pas avoir écouter sa raison. Non au lieu de quoi, elle avait attraper sa robe la plus moulante, piqué des talons à sa mère et voilà elle était partie en route avec la voiture de son père. Bien entendu, il avait fallut que le pneu soit à plat et qu'elle ce retrouve au milieu d'une route apparemment peu fréquentée, ressemblant de ce fait plus à une prostituée plutôt qu'a une jeune fille qui pour une fois avait pris la décision de s'amuser un peu. C'était un signe, elle ne s'amusait jamais, et a chaque fois qu'elle ce disait qu'elle pouvait un peu ce laisser aller tout tournait affreusement mal. Tout comme ce soir ! Bien sûr Kara ne répondait absolument pas à son téléphone, soit elle l'avait déjà perdu soit l'alcool faisait clairement bien son effet pour qu'elle ne soit pas capable d'entendre la sonnerie ridicule qu'elle lui avait attribuée. Elle râla pour la cinquantième fois, elle commençait à avoir froid et la dépanneuse ne venait toujours pas ... C'était flippant en fait, de ce retrouver dans cette situation. Gillian ne ce désignait aucunement comme une jeune femme craintive ou peureuse, mais elle avait vu assez de cas similaires pour savoir qu'il y'avait au moins 70% de chances pour qu'elle ce fasse agresser dans les minutes qui suivraient. Une voiture passa, et comme une idiote elle préféra ce cacher derrière sa propre voiture plutôt que de l'arrêter ... Peut être que la personne au volant aurait pu l'aider, mais peut être que non ... Elle tournait paranoïaque, c'était une certitude maintenant. Cependant elle était certaine d'avoir l'esprit clair en voyant la voiture reculer, au bon sang on l'avait vu ! Et maintenant elle n'avait que très peu de solutions, comme courir avec ses fichus talons, peut être pourraient-elles les enlever et les abandonner ? Sa mère comprendrait après tout ... Ou peut être pas en fait. Elle mit trop temps pour réfléchir à ses options -elle qui était pourtant habituée à réagir vite- car la voiture était déjà arrivée à son niveau. Elle adopta alors un sourire totalement idiot, et le perdit quelque secondes plus tard quand elle vit l'autocollant « Vous en avez mis du temps ma parole ! » sa voix n'était pas aussi douce qu'elle avait l'habitude de l'être, en fait elle était a la fois soulagée de savoir qu'il s'agissait du dépanneur mais aussi bien en colère qu'il ai mis autant de temps. Un jeune homme sortit du côté conducteur, appuya sur un bouton pour mettre en marche la nacelle et arriva finalement devant elle « Tu n'es pas la seule princesse qui ne sait pas quand repérer qu'un pneu est crevé. » La façon qu'il avait de lui parler était incroyable, elle ne le connaissait ni d'Adam, ni d'Eve et il ce permettait tant de familiarité. Elle lui aurait bien répondu mais actuellement, elle était clouée au sol par son attitude. Il sembla prendre son silence pour une acceptante de ses propos, et c'est son petit sourire qui mis en marche la jeune femme « J'en informerait votre supérieur. » En fait, c'était totalement pathétique comme réplique. Le blondinet sembla d'accord avec elle à cet instant précis. Elle ne voulait pas rester là, elle voulait simplement rentrer chez elle, enfiler son pyjama boire un thé et réviser ses cours. « Qu'est ce que tu fais dehors à cette heure-ci de toute façon ? » c'était de pire en pire, ce type avait une manière de lui parler, comme si il la connaissait ... Pourtant sa tête ne lui revenait pas - enfin le peu de son visage qu'elle arrivait à voir dans la pénombre en fait- et elle détestait qu'on ce permette de la traiter ainsi. Elle était parfois un peu froide sur les bords c'est vrai, mais le fait d'être elle n'apportait pas toujours que des amis. Elle ne comprenait absolument pas comment Kara faisait, bien sûr elle avait ce coté plus à l'aise qui lui permettait de s'acclimater à toute les situations sans même penser aux conséquences ou bien à quoi que ce soit d'autres. Le problème de Gillian c'était ça, elle ne pouvait jamais s'arrêter de penser. Le mécanicien attrapa la chaîne qui avait maintenant finie de ce déroulée complètement et l'accrocha au pare choc de sa voiture, le bruit emit la fit sursauter. Elle n'était pas certaine qu'il soit au courant de ce qu'il était en train de faire, mais elle n'osa pas dire quoi que ce soit. Ce type n'avait pas l'air de l'appréciée pour une raison tout à fait inconnue, et elle ne voulait pas donner plus de matière à son animosité. Elle frotta ses bras quelques secondes, un frisson la parcourant. « C'est bon, on y va. » quand il ce retourne vers elle il semble s'arrêter quelques secondes, tandis qu'elle jette un regard à la voiture et à la dépanneuse elle comprend finalement ce qu'elle aurait déjà du comprendre. « Euh ... Je dois monter avec vous ? La dedans ? » son doigt montre déjà le tas de métal qui ne semble pas dans le meilleur de ses états, elle ce demandait déjà comment il serait capable de remorquer la voiture de son père qui semblait plus lourde et plus robuste. Qui plus est elle avait fait assez de kilomètres pour savoir que le retour ne serait pas court, du tout.  « Ou alors tu rentre à pieds, c'est toi qui vois. » il était à cet instant précis une heure du matin ... Rentrer à pieds n'était pas du tout une éventualité. Avant même qu'il ai dit quoi que ce soit, ou qu'il ai eu le temps de savourer sa victoire, elle ce dirige doucement vers la porte du côté passager. Il lui faut au moins dix bonnes minutes (tout du moins quelques secondes) pour réussir à monter, sa robe serrée ne lui permettant pas d'écarter assez les jambes pour prendre appuie. Quand cela est enfin fait, qu'elle est enfin dans l'habitacle de la dépanneuse et qu'elle à claquer la porte avec une force qu'elle ne ce connaissait pas. Le silence règne. Pendant quelques secondes elle n'ose pas regarder le jeune homme, elle sait que maintenant elle pourra peut être voir un peu mieux son visage mais le fait est qu'il l'intimide carrément. C'était une première ça ... Ce mordant la lèvre pour ce rappeler à l'ordre, le moteur ce mit en marche et lui laissa suffisamment de temps pour tourner la tête. Elle sent son coeur battre plus fort, mettant cela sur le compte de la frayeur qu'elle avait eu quelques minutes plus tôt, mais ce n'est pas ça. C'est ce type qui lui fait cet effet, et a vrai dire jamais personne n'a eu cet effet sur elle et cela fait franchement peur quand il s'agit d'un inconnu. « Est-ce qu'on c'est déjà vu quelque part ? » sa question est tranchée, elle souhaite mettre fin au mystère. Car si elle ce sent particulièrement bizarre elle n'accepte pas du tout qu'il ai eu autant de familiarité avec elle. Le jeune homme rit, mais pas du genre de rire que l'on fait avec un ami. « On a été dans le même lycée pendant près de trois ans Gillian. » l'annonce vient lui mettre une belle claque dans la figure, mais ce qui la touche plus encore c'est qu'il sache son prénom et qu'elle ne connaisse pas le sien. « Et puis il est assez impossible de ne pas te connaître dans cette ville. » il à les yeux rivés sur la route tandis qu'elle est toujours en train de le regarder, c'était insensé. Des personnes la connaissait sans qu'elle les connaissent depuis qu'elle était née, elle était habituée à cela, ses parents avaient leur part de célébrité à San Diego, mais le fait est qu'aujourd'hui elle ne c'était pas attendu à cela. De manière logique en voyant un type débarquer ainsi en pleine nuit, l'appelant princesse et la tutoyant de manière tout à fait désinvolte elle aurait pensé qu'on lui voulait du mal ... Mais ce n'était pas le cas avec lui. Ne sachant que répondre, elle reporte son regard n'importe ou dans l'habitacle. Une canette de Soda accompagnée de reste de nourriture se trouve sur le siège les séparants, plusieurs papiers sont là aussi. Mais il n'y a pas assez d'effets personnels pour dire qu'il passe beaucoup de temps dans ce camion, il n'a pas l'air non plus d'avoir l'habitude de le conduire puisque tout ses gestes sont parfaitement calculés. Malgré tout il est sûr de lui, et cela la fait ce calmer sans même qu'elle ne s'en rende vraiment compte. Rivant à son tour son regard sur la route, elle reconnaît peu à peu les environs, familiers et habituels, qui la mènent jusqu'à chez elle. Elle ne lui demande même pas comment il sait ou elle habitude, ce n'est pas la peine puisqu'il lui répondrait de manière froide que c'est logique, qu'elle habitude là ou toutes les personnes ayant de l'argent ce regroupent.Elle ne c'est jamais âsentie mal à l'aise d'appartenir à ce monde, bien sur elle a toujours pu remarquer la différence que cela pouvait causer auprès des autres personnes de son âge, mais le fait est qu'elle y'a toujours été habituée. Quand le moteur s'arrête elle est incapable de bouger, elle ne sait pas ce qu'elle devrait dire ou faire, si elle devrait le remercier, si elle devrait le payer ... Un instant ils restent ainsi tout les deux, et puis finalement elle attrape son porte monnaie, prête à lui faire un cheque et certainement ne plus jamais le revoir. Car elle n'ira jamais cherche sa voiture, c'est Jackson qui le fera pour elle tandis qu'elle retournerait à ses études. Cette petite aventure bizarre serait vite oubliée, elle retournerait à sa vie normal engluerait sa soeur pour avoir voulu lui faire faire des choses stupides et voilà. « Tu pourras payer quand tu viendra récupérer ta voiture. » il semble lire dans ses pensées, dans un geste gênée elle arrête ce qu'elle s'apprêtait à faire et le silence s'installe de nouveau entre eux. Ce qu'il savoir c'est que Gillian n'est jamais gênée, elle sait toujours parfaitement ou est sa place et ce qu'elle doit faire en dehors des fois ou ses parents et Kara montent sur leurs grands chevaux. Mais en dehors de ses moments là, elle à toujours quelque chose à dire ou bien à faire remarquer. Sauf que ce soir elle n'a rien, absolument rien .... Elle est incapable en faire de penser correctement, car tout ça est complètement hors limite de ce qu'elle a l'habitude d'affronter. Inspirant profondément elle cherche son courage, qui arrive à grand galop « Merci d'être venu. » déclare t-elle, c'était complètement idiot de sa part car il n'est pas venu par bonté d'âme, c'était son boulot de venir chercher les filles idiotes perdues au milieu de nul part tard dans la nuit. Détachant sa ceinture, elle ouvre la portière et s'apprête à descendre quand elle ce tourne une dernière fois vers lui. Elle ne saurait dire pourquoi mais quelque chose l'avait touchée, son regard sous entendait bien plus de choses qu'il ne voulait paraître et ce cela l'intriguait. « Bonne nuit ... »  elle n'attend pas de savoir si il va lui répondre, elle ne souhaite pas s'embarassée plus encore qu'elle ne l'a déjà fait. Claquant la porte avec une force qu'elle ne ce connait pas, elle décide de ne pas ce retourner pour le regarder partir et continue d'avancer jusqu'au grillage ou Griffin -le gardien- la reconnait avant de lui ouvrir. Elle ne savait pas comment s'appelait le jeune homme qui venait surement de lui sauver la soirée, voir la nuit, mais une chose était certaine il avait éveillé en elle quelque chose qu'elle n'imaginait pas.
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:55

Elle attend ici depuis quelques minutes déjà, a croire que l'on ne connaît pas la rapidité dans ce genre d'endroits ... Elle n'a franchement pas l'habitude qu'on la fasse attendre, et la vérité c'est qu'elle déteste ça. L'ambiance est sombre, en dehors des musiques qui vrillent dans toute la boîte, autrement dit pas du tout le genre d'endroit ou elle à l'habitude d'être. Mais on à réussit à la trainer ici, a la convaincre qu'il faut parfois savoir un peu décompressé et c'est franchement ce dont elle avait besoin. Les choses entre Kara et leurs parents étaient de pire en pire, à croire que leurs géniteurs étaient incapable de comprendre leur fille cadette. Mais Gillian n'avait pas la force de ce lancer dans un débat avec eux, elle ne sortait pas ses argumentaires de nul part, au contraire elle avait apprit de ses parents et savait donc parfaitement que de ce mesurer à eux n'était pas chose aisée. A vrai dire elle admirait sa soeur d'être capable de leur tenir tête à ce point, car elle même était capable de tenir tête à bien des personnes mais pas vraiment à ses parents. Beaucoup de personnes étaient là ce soir, des types d'économie, d'autres de droit ou encore de médecine. Elle reconnaissait quelques visages, comme celui de Reid Gallagher le fils d'amis à ses propres parents, Noah Campbell et encore bien d'autres héritiers -comme elle- mais pas seulement. Car le fait est qu'en cours ils étaient tous au même niveau, le nom de famille ne comptait pas et l'on voyait seulement les performances. C'était peut être bien mieux comme ça, et c'était ce qui permettait de ne pas créer trop de rivalité sur le plan social dans les classes qu'ils partageaient. « Voilà ma jolie! » le serveur lui fait un sourire emplit de sous entendus quand il lui apporte ses verres, elle n'est pas dupe cet idiot ne doit pas avoir beaucoup d'autres façon de pouvoir avoir des filles dans son lit que des les faire boire à outrance. Dans un sens c'était peut être pas plus mal pour elle, au moins il n'y était pas aller doucement sur l'alcool ... Gillian n'était pas habituée à boire, pas du tout même, mais elle était incapable de ce sentir à l'aise dans ce genre de soirée ou encore ce genre d'endroit si elle n'avait pas bu et c'est pour cela qu'elle avait prit l'initiative d'aller chercher son verre directement au bar, afin de pouvoir perdre un peu de cette froideur qui la caractérisait un peu trop auprès des autres. Elle servit au barman un vieux sourire qui voulait tout dire, il ne l'intéressait pas du tout, et attrapa les trois verres qu'elle tenait encore dans la main. Rapidement elle rejoint le groupe que forment ses amis et connaissances, et ce dirige vers la jolie brune à qui appartient l'un des verres « Tient Carstairs ! » Ann la regarda en souriant, et attrapa le verre. Elle ne connaissait pas beaucoup la jeune femme, a vrai dire cela faisait peut être que deux fois qu'elles ce voyaient, mais elles c'étaient assez bien entendus dès qu'elles c'étaient rencontrés pour la première fois. Elles étaient tout à fait similaires toutes les deux, comme décalées dans un endroit comme celui-ci, aussi avaient-elle formé un bon duo prêtes à enfiler le plus de verres possible pour pouvoir profiter un peu, tant pis si elles auraient mal à la tête le lendemain !! Entrechoquant leurs verres, elles avalent le liquide à une vitesse impressionnante tandis que la musique monte d'un ton « Doucement ma belle, demain tu ne sera pas capable de te lever ! ». Pour toute réponse elle tire la langue à Noah qui a pourtant bien raison, il la connaît assez bien pour savoir que la dernière fois qu'ils avaient bus elle avait mal fini, et lui avec puisqu'elle lui avait en réalité vomit dessus ... D'autres personnes viennent ce mêler au groupe, des personnes qu'elle ne connaît pas beaucoup mais elle s'en fiche car elle commence à ce sentir un peu mieux. En fait ce n'est pas compliqué de comprendre l'attrait que peux avoir sa soeur envers ce genre de soirées, elle comprend que ce soit plaisant de ce sentir aussi libre ... A la différence que Kara semble toujours ce sentir libre, au contraire d'elle. Et puis elle atteint la perfection, elle ce sent parfaitement bien, légère, le cerveau comme embrumé elle sait qu'elle est à présent capable de tout. « Oh mon dieu vient on va danser ! » elle n'a pas le temps de répondre à Lila que cette dernière la tire par le bras, l'emmenant au milieu de la piste de danse, le genre d'endroit ou Gillian ne se trouve absolument jamais ! D'abord stoïque et ne sachant que faire, elle commence finalement à danser suivant les mouvements de son amie, avant de ce laisser envahir par la musique et de laisser son corps aller tout seul. La vérité c'est que quiconque entrerait à ce moment précis dans le club, serait capable de reconnaître Gillian. Mains dans les cheveux, déhanchant son corps au rythme de la musique, dans une robe qu'elle n'a pas l'habitude de porter, perchée sur des talons qui ne lui appartiennent pas, bien loin de ses jupes longues et ses chemisiers classiques. Elle profite, peut être pour la première fois de sa vie d'ailleurs ... Mais elle peut se le permettre, car dans deux jours elle commence son stage dans le cabinet d'avocats qu'elle a toujours voulu intégrer et que son rêve est en train de devenir réalité. Et si beaucoup ont toujours pensé qu'elle avait tout pour être heureuse, ce n'était pas à un millimètre prêt de la vérité, en tout cas pas avant aujourd'hui. Lila lui parle mais elle ne l'entend pas, elle rit, chante, danse. Fermant les yeux, elle laisse la musique s'emparer d'elle comme elle ne l'a jamais fait auparavant ... Elle pourrait toucher le nirvana à cet instant précis en fait, tant pis si elle vomira ses tripes le lendemain !! Tandis qu'elle profite amplement de ce moment, deux mains viennent ce posées sur ses hanches, la stoppant net, la glaçant sur place. La panique l'empare l'espace de quelques secondes avant qu'elle ne comprenne et qu'un sourire s'empare de son visage. Ce laissant complètement aller, elle presse son corps contre la personne derrière elle resserrant son étreinte. Personne n'avait eu ce genre de droit sur elle, jamais. C'était un peu comme une légende, aucun mec n'avait su faire faillir Gillian Connor de ses ambitions et de ses objectifs. Déjà quand ils étaient plus jeune, c'était un jeu qui ce déroulait auprès des garçons partageant son quotidien, lors des brunch et autres occasions on faisait tout pour faire craquer la jeune fille et si chacun d'entres eux avait des atouts tout à fait tentant jamais aucun n'avait réussit à la faire tomber dans ses filets. « J'aurais pu être n'importe qui ... » même si elle est à des milles lieux de là, elle reconnaît parfaitement sa colère dans sa voix. Malgré le son, malgré l'alcool elle ce rend bien compte qu'il n'est pas vraiment content de la voir dans cet état ... Elle se retourne en riant, lui faisant face. Elle essaye de détailler les traits de son visage, de ce visage qui l'a rendu folle mais n'arrive pas vraiment à tout distinguer dans la noirceur qui les entourent. « Mais t'es mon chériiiiiii ! » s'écrit-elle avant de passer ses mains dans le coup du jeune homme et de l'attirer vers elle pour l'attirer. C'était une certitude maintenant, elle était bien bourrée. Elle rit de nouveau contre ses lèvres tandis qu'elle continue de danser, s'écartant finalement elle ne le lâche pas du regard tout en commençant à sautiller. Malgré lui Hollis sourit. Au contraire de la plupart des autres personnes il sait qui elle est, il connaît la Gillian qui rit idiotement aux blagues les plus ridicules, qu'elle à peur des oiseaux, qu'elle adore les glaces. Ils c'étaient rencontrés de façon tout à fait improbable au bord de la route, dans la nuit ou bien dans le début du jour et ils c'étaient quittés sans même qu'elle ne connaisse son prénom. Il l'attire de nouveau contre lui, un brin trop protecteur ne souhaitant surement pas que par mégarde elle ce frotte un peu trop à des inconnus, voulant la gardée que pour lui, et cela va très bien à la jeune femme. Elle ne sait pas combien de temps elle a danser, ni quand est-ce qu'ils sont retournés vers le groupe, ni même de quoi ils ont parlés mais en tout cas il y'a un moment ou elle est arrivée dehors! Le froid la frappe en plein visage tandis qu'elle sent sa tête tourner ...  « Comment tu te sens princesse ? » le ton moqueur qu'il emploi ne lui plaît pas beaucoup, si elle pouvait elle serait en train de lu lancer un regard noir. Mais en ce moment elle est plus occupée à tenter de rester debout, ce tenant contre le mur la tête penchée en avant. Elle ne ce sent vraiment pas bien, du tout. Elle sent ses mains chaudes venir caresser sa joue, elle relève le regard vers lui et cette fois il ne semble pas ce moquer, en réalité elle est incapable de décrire le regard qu'il lui lance, mais elle ce sent presque mieux. « La prochaine fois tu boira moins ! » murmure t-il, elle ferme doucement les yeux, il n'a pas tord « J'ai mal ... » soupire t-elle sans dire ou exactement, parce que la vérité c'est qu'elle a mal partout. Elle fait une petite moue boudeuse, avant de finalement sourire, elle était idiote d'avoir agit comme ça c'est certain mais sans l'alcool elle n'aurait jamais danser ainsi contre Hollis en public, c'était certain. Non, son "éducation" l'aurait stoppée, ce n'était pas son genre d'agir de façon si désinvolte en public. Il s'approche d'elle mais elle recule, elle ne veux pas qu'il l'embrasse alors qu'elle est sur le point de vomir, mais têtu comme une mule il passe ses doigts sous le menton de la jeune femme la fixant. Elle fronce le nez, elle ne ce sent vraiment pas bien et il continue de lui sourire. Cela la rendrait presque folle, mais elle n'a pas la force d'être folle ... Et puis sans qu'elle n'ai le temps de s'en rendre compte il l'attrape, passant une main sous ses genoux et une autre dans son dos, par réflexe elle s'accroche à son cou tandis qu'il la soulève du sol. Il avait comprit. Ce blottissant contre lui, elle dépose un baiser dans le cou du jeune homme avant de murmurer un merci, et que cela soit son dernier souvenir de cette soirée. (...) « Non. » la tête posée sur le torse d'Hollis elle joue avec les mains du jeune hommes, entremêlant ses doigts aux siens, les défaisant et recommençant. Ils étaient dans sa chambre, chez ses parents, de manière tout à fait non officielle. Les Connor étaient partis en vacances, et elle avait planifié cela depuis plusieurs semaines maintenant ... Ils n'avaient pas beaucoup de temps pour eux, entre leurs boulots respectifs et les contraintes qu'apportait leur relation. A ses yeux tout était normal, elle l'aimait et il l'aimait, et il ne fallait pas plus. Seulement ce n'était pas aussi simple, du tout. Comme le disait si bien ses parents, ils faisaient partis de deux mondes totalement différents et n'était pas compatibles, au début ils avaient qualifié son histoire avec lui de passagers et déconcertante et cela l'avait blessée plus qu'autre chose. Le fait est qu'elle était amoureuse, une amoureuse idiote peut être, mais c'était à cause de lui. Il avait fait naître en elle des papillons et une naïveté qui lui était jusqu'alors inconnue ... « Il va bien falloir pourtant ! » lâchant les doigts d'Hollis, elle secoue la tête, avant de ce soulever pour venir ce poser sur lui a califourchon et approcher sa tête de la sienne. Touchant le bout de son nez avec ses lèvres, elle les déplaces sur sa mâchoire avant de venir l'approcher près de ses lèvres et de s'arrêter là « J'ai dit non. » murmure t-elle de nouveau avant de déposer un baiser des plus furtif et de ce redresser. Elle ne voulait pas qu'il parte, jamais. Elle voulait profiter pleinement de chaque instant possible passé avec lui ... Ce n'était pas tout à fait raisonnable, en fait ça ne l'était pas du tout parce que son bureau était remplit d'affaires en cours auxquels elle devait jeter un coup d'oeil mais ce n'était pas tout les jours qu'ils pouvaient profiter l'un de l'autre de cette façon. Ses parent c'étaient exprimés sur le sujet, ils refusait d'approuver cette relation et ça rendait les choses compliquées. Elle continua de le regarder, ce perdant un instant dans ce qu'était sa vie depuis qu'il l'avait intégrée, a quel point il avait changé sa perception des choses. Il caresse ses cuisses, lui donnant des frissons dans le reste de son corps « Si tes parents me voient ici- » elle c'est précipitée sur sa bouche, posant son doigt afin qu'il arrête sa phrase « Je m'en fiche ! » chuchote t-elle, sans s'empêcher la surprise qui vient de ce faire ne place dans les yeux bleus de son petit ami. Elle ne disait jamais ce genre de choses, elle ne ce fichait jamais de ce qu'ils pouvaient penser ou dire, ou faire. Jamais, sauf quand ils refusaient qu'il fasse partit de sa vie, et c'était en réalité la seul et unique cause qui les avaient mis en conflit ses derniers mois. Elle devait sans arrêt ce battre auprès d'eux qui n'acceptaient pas que leur fille aînée fréquente un homme autant en dessous de sa valeur. Elle ne partageait évidement pas leur avis, loin de là, et cela avait créer entre eux les premières frictions qu'ils n'avaient jamais eu jusqu'alors. « Je vais être en retard au boulot. » elle soupire et ce laisse tomber contre sa poitrine, glissant sa tête sur son épaule et frottant son nez sur sa barbe naissante. Elle ne pouvait pas luter contre cet argument ... Il vient entourer son corps dénudé de ses bras, et l la serre contre elle en soupirant à son tour « Et toi aussi princesse ! » Avant elle détestait ce surnom, beaucoup l'avait appelée ainsi et elle les avaient arrêtés dans leur élan, mais avec Hollis ce n'était pas la même chose. Ce qui au début de leur relation avait sembler être un nom qui en disait long sur le fait qu'il avait du mal avec elle et la personne qu'elle était, était aujourd'hui un diminutif remplit de tendresse et d'amour, qu'il était le seul l'unique à lui donner. Il vient déposer un baiser sur son front, tandis qu'elle glisse ses mains sur ses joues avec douceur. Il avait raison, elle avait du travail mais elle n'avait tout bonnement pas la foie de ce concentrer. Dans un effort surhumain elle parvient finalement à ce défaire de son étreinte et à ce lever, embarquant avec elle tout le drap et titubant sur leurs affaires laissées a même le sol. S'étirant de tout son long, le drap tombe à ses pieds donnant à Hollis une vue méprenable sur son corps avant de ce mettre à chercher ses sous vêtements, et d'attraper un t-shirt à lui trainant dans sa chambre. Ce tournant vers lui, elle attrape son regard avant de sourire « Je sais, c'était mieux sans le t-shirt mais tu l'a dit toi même on doit bosser ! » Elle attrapa son téléphone portable déposé rapidement sur son bureau la veille, et en voyant l'heure elle ce rendit compte que Noah venait bientôt bosser avec elle et qu'elle était vraiment trop à la bourre. Hollis suivit son exemple, ce levant et ce préparant. Elle attrapa ensuite sa main et tout deux ce dirigèrent vers la sortie sans même prêter attention aux domestiques présent dans la maison, chacun d'entre eux savaient parfaitement qu'Hollis avait passé la nuit ici et ils ne diraient rien, parce que c'était la première fois qu'ils voyaient Gillian sourire autant. Avant de le laisser partir, elle chassa ses lèvres et les quitta que lorsqu'elle ne fut plus capable de respirer, le regardant ensuite s'éloigner avec regret.
[/color]

'So much to tell you, in most of our goodbyes ... But I know you can't ear me anymore. It"s so loud inside my heard with words that i should have said ... As i drawn in my regrets, i can't take back the words i've nerver said. Always talk your shit, just took your advice and did the opposite : just being young and stupid.


Dossiers en mains, elle court dans tout les sens derrière Maître Nesbatt. Elle fait ça depuis des mois, malgré le fait qu'elle soit entrée dans cette entreprise depuis quelques temps maintenant elle n'a pas l'impression de beaucoup avancer. Cela la rend folle qu'on en soit pas capable de profiter de son potentiel, mais en même temps elle ne peux s'en vouloir qu'a elle même. Elle avait royalement refuser l'aide de son père quand ce dernier lui avait conseillé les cabinets de plusieurs bons amis à lui, il savait parfaitement qu'on la favoriserait et ce n'était pas ce qu'elle souhaitait. Elle voulait qu'on soit capable de l'apprécier pour ses qualités et non pas pour son nom, ce qui à ce stade de ses études devenait de plus en plus difficile. Son père était passé par là avant elle, et la plupart des professeurs ne pouvaient s'empêcher de faire des références à celui qui avait aujourd'hui sa place propre dans le monde que pouvaient créer les avocats de San Diego. C'était un handicap plus qu'une chance selon Gillian, mais sa son père n'arrivait absolument pas à le comprendre. Alors elle avait prit un cabinet inconnu au bataillon, elle avait choisit de prendre ce risque là afin qu'elle puisse apprendre bien plus de choses que prévues. Mais ce n'était pas aussi simple que ça, elle servait plus de secrétaire qu'autre chose et cela la rendait folle, la faisant presque regretté de ne pas avoir accepté les contacts que lui avait proposé son père ... Elle sent son téléphone vibrer dans sa poche mais ne le prend pas, elle à les mains chargées de dossiers qu'elle laisse tomber sur son bureau avant de soupirer et de s'asseoir. Elle n'en peux plus ... En vérité cela fait trois nuits qu'elle n'arrive pas à dormir, parce que les choses entre Hollis et elle sont de plus en plus compliquées à cause de la distance qu'elle créer sans le vouloir avec tout le boulot qu'elle à, et la pression qu'on ses parents sur elle. C'est pour ça que ce soir elle a tout prévu, le dîner, les chandelles, le téléphone éteint. Elle ce rappelle alors que ce dernier vient de vibrer et l'attrape rapidement, parcourant le message de sa soeur lui confirmant sa disponibilité pour le déjeuner du lendemain toute les deux. Car Kara n'avait plus remis les pieds à la maison familiale depuis la dernière dispute qu'elle avait eu avec les parents, et la seule façon de la voir était maintenant d'organiser des moments rien que toutes les deux sur des terrains complètement neutres. Pianotant une réponse rapide à sa petite soeur, elle est interrompue par l'agitation soudaine dans le cabinet et lève la tête avec curiosité avant que Noah ne ce rue sur elle -car évidement le duo avait choisit le même endroit pour leurs stages respectifs- « T'a vu qui vient d'entrer dans le bureau de Nesbatt ? » malgré l'excitation qu'elle entend dans la voix du jeune homme, elle secoue la tête à la négative sans grande convictions. Elle ne sait pas du tout de quoi son ami parle, et a vrai dire ce n'est pas ce qui l'importe pour le moment. Noah lève les yeux au ciel avant de soupirer « Tu me désespère Gillian, tu le sais n'est ce pas ? » pour toute réponse elle hausse les épaules avant de reporter son attention sur la pile de dossier qui l'attend. Il lui faut quelques secondes pour trouver le courage de ce lancer, et puis elle attrape le premier dossier, le pose a plat, analyse. Elle attrape son stabilo, prête a trier les informations importantes quand son patron l'appelle de façon non chalande. Elle avait pour habitude d'entendre son nom prononcé de façon chantante, respectueuse, admiratrice mais ici c'était loin d'être le cas puisqu'elle était le toutou de Nesbatt ! Elle serre le poing face à tant d'irrespect avant de finalement adopter un sourire infaillible et de rejoindre le vieux shnock dans son bureau, ou ce trouve déjà un jeune homme ayant visiblement son âge et un type semblant être son agent. Rapidement a sa carrure elle sait que c'est un sportif et c'est quand elle fait mentalement le tri des sports que l'avocat lui donne réponse à ses suppositions  « Connor je te présent Dash Carstairs, le prochain meilleur joueur de baseball du pays ! » rapidement elle reconnaît ce nom de famille, et si elle n'a pas revu Ann depuis quelques mois maintenant elle ne doute pas que le jeune homme puisse être son frère. Si elles ne sont pas assez proche pour qu'elle lui en ai parlé, elle remarque des traits lui rappelant la jeune femme quand elle croise le regard du sportif. Ce dernier lui fait un signe de tête des plus respectueux qu'elle lui rend volontiers. « Il est en début de carrière et nous à choisis comme représentants (...) » si bien que la réunion dura des heures. Des heures au bout desquels, le cabinet fut officiellement reconnut comme représentants de ce nouveau joueur en puissance. Elle n'eu pas vraiment le temps de parler avec lui en dehors de la réunion, parce qu'elle était déjà beaucoup trop en retard. Si bien qu'a peine sortie, elle n'eu pas le temps de remarquer la défaite dans les yeux de Noah qui aurait tout fait pour récupérer ce dossier à sa place, ou bien Nesbatt prêt à lui donner de nouveau une tonne de papiers. Non ce soir elle s'en fichait, elle avait des choses de prévues et elle devait absolument passer chez ses parents pour récupérer les bougies que Sheila lui avait préparées. Sur la route elle roula beaucoup plus vite que la limite autorisée, mais elle ne voulait pas qu'Hollis arrive chez elle avant elle car tout n'était pas totalement prêt et qu'elle souhaitait que tout soit parfait. Ils n'avaient pas passé une soirée tranquille ensembles depuis si longtemps qu'elle voulait absolument en profiter pleinement. Passant toutes les sécurités qu'elle connaissait depuis toujours, elle tandis ses clefs à Rendall quand elle arriva dans la cours principale de la demeure des Connor, lui indiquant qu'elle n'en aurait pas pour longtemps et qu'il n'était pas nécessaire d'aller garer sa voiture. Montant les marches quatre à quatre, elle salue la plupart des hommes et femmes de maisons qui l'ont vu grandir avant de finalement arriver dans le salon étrangement silencieux. Assis sur le canapé se trouve son père apparemment bien occupé « Salut papa ! T'a pas vu Sheila ? » sa voix était guillerette, comme elle ne l'avait plus été ses derniers jours mais la perspective de la soirée qu'elle allait passer la rendait tout simplement heureuse. Elle passa rapidement a côté de son père, déposant un baiser sur sa joue comme elle avait l'habitude de le faire quand elle était petite et le dépasse pour chercher ses bougies normalement posées sur la bibliothèque a côté de la cheminée. Son père la regarde faire un instant, avant de prendre une grande inspiration « Chérie, il faut qu'on parle. », surprise par le ton soudain solennel qu'utilise son père l'avocate se tourne vers lui. « Ca va pas ? » elle imagine soudain le pire, elle imagine que sa mère a eu un problème, qu'il est arrivé quelque chose est arrivé à Kara ... Elle réagit toujours a l'excessif, elle le sait que c'est un problème mais elle n'arrive jamais a faire autrement. Son père secoue la tête à la négative, et cela la rassure le temps d'un instant. Vu qu'il n'a pas encore abordé ce que dont il veux lui parler, elle vient s'asseoir sur la table basse en face de lui. Si sa mère était là elle serait déjà en train de l'engueuler, qui s'asseyait sur les tables basses ? Certainement pas une Connor !! Ce n'est qu'en s'installant ainsi qu'elle remarque le dossier que son père tient entre ses mains. C'est ordinaire de le voir trainer avec des dossiers plus ou moins gros au vu de son métier, mais le fait est qu'à cet instant il tient un dossier entre ses mains et qu'il veux lui parler et en général cela n'annonce rien de bon. Elle tente de passer en revue ce qu'elle aurait pu faire, qui la mettrait en mauvaise position et sur laquelle son père serait tombé mais en vain. Elle ne défrayait jamais les chroniques, et encore moins ses derniers temps vu tout le boulot qu'elle avait. Elle ce racle la gorge, elle était pressée et il prenait tout son temps alors qu'elle était déjà en retard sur son planning. Elle était à cet instant tentée de l'envoyer balader, de lui dire qu'ils auraient tout le temps de parler le lendemain lors du brunch que sa mère organisait, mais elle sentait que c'était trop important pour être ainsi reporté. « C'est a propose d'Hollis Blackstorm. » a cet instant elle sent son coeur s'arrêter. Non elle ne voulait pas ce lancer là dedans maintenant, elle n'avait pas le temps et surtout elle avait prévu de passer une bonne soirée pas une énième soirée ou ils ce disputeraient encore. Cela faisait deux ans qu'Hollis faisait pleinement partit de sa vie, elle était amoureuse, follement amoureuse et c'était tout ce qui suffisait. Jamais elle n'avait voulu prendre en compte cet différence crée par le fait qu'ils venaient l'un et l'autre de deux mondes complètement opposés. Elle le savait certes, mais elle n'en avait absolument rien à faire, car elle l'aimait. Plus d'une fois ses parents l'avaient confrontée, lui avait sortit des phrases plus ridicules les unes que les autres, qu'elle était aveuglée par son charme qui cachait ses véritables motivations, et bien d'autres. Selon eux il n'était qu'un profiteur, et elle n'était qu'une naïve midinette incapable de discerner le vrai du faux. Un comble pour la jeune femme qui était en train de former sa carrière d'avocate ... Elle soupire finalement, ce lève et s'apprête a remballer son père quand celui lève la main pour la stopper dans son geste. « Je ne souhaite pas que tu souffres Gillian, je ne l'ai jamais souhaité. » elle commence a pincer l'arrête de son nez, plus d'une fois elle avait été claire et nette avec lui, rien de ce qu'ils pouvaient dire ou faire ne l'empêcherais d'aimer Hollis. Elle ce fichait royalement de ce que pouvait penser leurs amis, la presses et les hommes et femmes importants qu'ils connaissaient. Elle ce fichait bien des autres en réalité, quand elle était avec Hollis plus rien d'autre ne comptait. En fait il suffisait qu'il ce trouve dans la même pièce qu'elle pour qu'elle ce sente enfin a l'aise, bien. Il paraît que l'on tombe amoureux plus d'une fois dans la vie, mais que lorsque l'on tombe sur la bonne personne on le sait tout de suite ... Ce soir là dans cette voiture, elle avait su. Elle n'avait pas réussit à discerner tout de suite ce qu'elle avait comprit, mais c'était venu. Le destin les avaient ramenés sur leurs chemins respectifs plus d'une fois avant qu'ils ne soient capable de comprendre ce qu'ils devaient faire. « S'il te plaît papa ... » murmure t-elle, a bout de devoir rejouer ce genre de scène sans arrêt. Elle le regarde presque désespéré, quand comprendrait-il enfin qu'elle était heureuse avec lui ? Il y'avait bien plus de choses à ce préoccuper que de voir sa fille aînée heureuse avec un homme qu'il n'approuvait pas. « J'ai demandé à Claude de le suivre. » et à l'annonce de ses quelques mots Gillian sent son sang monter d'un coup. Elle savait pertinemment qui était Claude, chaque membre de la famille le connaissait parfaitement et ce n'était pas franchement glorieux ... Claude était le détective privé que son père avait embauché il y'a plus de dix ans, c'était lui qui s'occupait de ce renseigner sur tout les employés de la maison, tout ses employés au bureau, et même ses propres enfants. La colère qu'elle éprouve grandit à chaque seconde que creuse le silence les entourant, elle est prête, tant pis elle ne voulait pas ce prendre la tête avec lui aujourd'hui mais il allait beaucoup trop loin pour qu'elle reste muette. Elle était prête a lui dire, tant pis si la guerre serait de nouveau déclaré, tant pis si au final ils allaient finir par ne plus parler à aucune de leurs deux filles : merde. Voilà elle allait lui dire clairement ce qu'elle pensait, elle allait exploser et c'était de sa faute. Elle lui avait demandé de ne pas ce lancer sur ce terrain « Ne commence pas a t'énerver Gillian, je l'ai fais pour toi que tu le veuille ou non. J'ai toujours su que ce type n'était pas fait pour toi, tu crois que tu est amoureuse et que lui t'aime aussi mais c'est faux. Il va falloir que tu ouvre les yeux maintenant. » il est froid, implacable, il utilise ce ton qu'elle admirait quand il l'aidait à monter ses plaidoiries mais elle n'aimait pas qu'il l'utilise à cet instant précis. Il c'est levé à son tour, le dossier toujours en main et il la fixe un instant, tout son corps manifeste sa froideur mais son regard semble bien différents ... D'un geste il laisse le fichier s'étaler sur la table basse, et malgré elle ses yeux son attirés par des clichés. Jamais elle n'avait douté de lui, elle avait toujours prit la défense d'Hollis auprès de ses parents, jamais elle n'avait cru ce qu'on pouvait lui raconter comme mensonges pour la dissuader de continuer cette histoire ... Mais ses yeux eux ne pouvaient pas s'empêcher de regarder ce qui venait de ce déverser sur la table, tout comme sa curiosité avait poussé le reste de son corps à ce tourner vers le contenu. Il s'agissait principalement de photographies en noir et blanc -a croire que Claude ne savait faire que ça- et la précision de celles-ci ce fait quand elle s'approche pour mieux voir. Elle ne devrait pas rentrer dans ce jeu, mais bien malgré elle, elle est incapable de s'en détourner. Elle avait une confiance absolue en lui, elle avait toujours eu confiance en lui. Toujours ... Sur les photos il n'est pas seul, il est accompagné d'une femme qui n'est pas a mère, qui n'est pas Skyler mais plus principalement qui n'est pas elle. Elle s'apprête a prendre les photos dans ses mains pour les décortiquer, les comprendre mais s'arrête « Ne fais pas ça Papa. » elle c'est détournée, elle ne veux pas rentrer dans ce jeu malsain qu'il lui joue. Elle lui fait face de nouveau, elle ne le croira pas, elle n'écoutera pas. Ce matin elle était partie tôt, mais elle avait pris une minute pendant laquelle elle avait regardé son petit ami dormir, c'était une habitude un peu flippante mais elle aimait faire ça. Savoir qu'elle pouvait le regarder sans qu'il ne le sache, tandis qu'il était tranquille et calme, elle aimait ce dire qu'elle était la seule a pouvoir le faire. Mais à cet instant son coeur ce serre, elle le sent, plus rien ne va être pareil. Elle le sent, mais pourtant elle ne sera pas capable d'y faire face de la manière des façons. Son père la regarde en serrant la mâchoire, semblant plus en colère qu'elle alors qu'il n'a pourtant aucune raison de l'être pour le coup. « J'ai voulu le confronter, personne n'a le droit de faire du mal à ma fille, alors il est venu. » elle ne voulait plus entendre ce qu'il avait à dire, elle ne voulait pas qu'il l'embobine, elle voulait partir et retrouver Hollis. Elle voulait retrouver l'étreinte de ses bras, la chaleur de son regard, et l'écouter lui, personne d'autre. « Face à l'évidence il ne pouvait nier Gillian. » il mentait, il avait tord, il n'y avait aucune évidence possible ou imaginable. Ses photos n'étaient pas récente elle en était persuadée. Ou alors était-elle en train de s'en persuader ? Elle secoue la tête, tandis qu'une boule ce forme à l'instant dans son ventre et qu'elle commence à ce sentir mal. Comment pouvait-elle commencer à prendre en compte les paroles de son père ? Pourquoi faisait-elle cela ? « Au début de votre relation je lui avais proposé de l'argent pour qu'il te laisse tranquille, mais il avait refusé. » elle ne savait plus quoi penser, ou bien quoi faire. Son père avait proposé de l'argent à son petit ami pour qu'il la quitte. Pour qu'il la QUITTE bon sang !! C'était impossible, infaisable ... Mais Hollis avait refusé. Son père s'approche d'elle, mais de manière automatique elle recule. Etrangement elle sait ou il va en venir, elle comprend ce qu'il va dire ... « Cette fois, il n'a pas refusé. »(...)

Elle inspire, elle expire. Et refait cette même manipulation encore, et encore. Arrivée enfin à son but elle souffle tout l'air qu'il y'a dans son corps. C'est quelque chose de puissant, la maîtrise de l'air, c'est comme ça que plus d'une fois elle a réussit a calmer les crises d'angoisses qui l'ont submergée ses dernières années. Aucun médicaments n'a marché sur elle, pas même lorsqu'on à craint qu'elle frôle la dépression ... Elle c'était plongée plus encore que jamais dans le travail, et au final ce n'était pas plus mal. Mais il ne ce passait pas un jour sans que l'air ne lui manque, sans qu'elle ne ce sente pas à sa place, comme si elle allait s'effondrer et dans ses moments là il lui suffisait de fixer un point, et de ce concentrer sur sa respiration. Plus rien d'autre ne devait compter, elle ne pouvait pas regarder ailleurs que le point sur lequel elle c'était concentrée et rien d'autre ne pouvait compter. « Gil'! » elle tourne la tête sur sa droite, ou Kara est en train de lui faire des signes avec un énorme sourire sur le visage. Son visage porte les couleurs de l'équipe, et cela lui rappelle l'époque ou elle ce déguisait et courait dans toute la maison en dansant ... Après avoir répondu à sa soeur, elle ce fraye un chemin jusqu'a elle, serrant brièvement Maia dans ses bras elle serre Kara un peu plus longtemps contre elle. Sa petite soeur ... Dans un nouveau sourire, Gillian vient s'installer à ses côtés tandis que la jolie brune lui fourre une main en caoutchouc aux couleurs de l'équipe. Enlevant sa veste elle laisse découvrir le même maillot que celui porté par la meilleure amie de sa soeur « T'a pu le voir ? » elle s'adresse à Maia, la petite soeur de Dash. Celle-ci fini de mordre dans son hot dog en secouant la tête à la négative. Dash Carstairs était devenu le client de sa société deux ans auparavant, et aussi peu professionnel que ce soit ils étaient devenus amis. C'était assez impressionnant venant de la jeune femme qui préférait toujours rester en dehors des projecteurs que pouvait parfois attirer les gens, mais de manière presque logique et incontrôlable elle avait intégré Dash dans sa vie. Depuis peu elle ne le représentait plus en tant que client puisqu'elle avait quitté le cabinet de Nesbatt, et autant pour l'un que pour l'autre cela leur semblait bizarre. Ils continuaient à ce voir le plus souvent possible, ils continuaient à s'appeler et elle continuait à lui donner les conseils qu'elle lui donnait déjà avant mais elle n'était plus son avocate. « Son entrainement d'hier ne c'est pas bien déroulé, j'espère que ça va aller pour eux ... » et en disant ses mots, elle était réellement concernée. Elle n'avait pas beaucoup dormi de la nuit en réalité, car elle était tout aussi stressée vis à vis de ce match que lorsqu'elle était à une veille d'audience. C'était idiot venant de la part d'une fille qui n'avait jusqu'alors jamais regardé un seul match de baseball de sa vie, qui auparavant ne connaissait aucun joueurs des villes alentours, et qui pire encore ne connaissait absolument rien aux règles que ce genre de matchs pouvaient apporter. A peine a t-elle prononcé ses mots que sa soeur ce tourne vers elle, en lui faisant les gros yeux « Tu ne lui en a pas parlé ! » cette affirmation sonnait plus comme un reproche que comme quoi que ce soit d'autre. Gillian secoue la tête sans la regarder, consciente de ce que sa cadette pouvait être en train de penser à l'instant présent. Non, elle ne lui avait pas parlé, mais ils étaient à la veille d'un match important et rien ne faisait en sorte qu'elle puisse lui parler. Noah lui avait déjà fait la morale ce matin, selon lui il était primordial que Dash soit de la partie ou bien ils n'y arriveraient jamais. Le problème c'est qu'elle ne ce sentait pas forcément à sa place, elle ne savait pas comment le faire sans que ça passe pour une demande de charité, parce qu'elle ne voulait absolument pas qu'il croit qu'elle ce servait de lui. Elle ne le ferait jamais, et ne l'avait jamais fait mais le fait est que sa demande pouvait porter à confusion, et qu'elle ne voulait pas que cela vienne salir son image. Quel personne sain d'esprit voudrait quitter un gros cabinet d'avocats et parier sur des petits nouveaux ? Aucunes personnes saines d'esprit. Alors elle ne voulait pas lui demander, repoussant toujours le fameux moment. « Plus tard! » et avant que Kara n'ai pu dire quoi que e soit elle lui fit comprendre de ne pas aller plus loin. Maia était la soeur de Dash, et si elle ne doutait pas que Kara avait du en parler à sa meilleure amie, elle ne voulait pas elle même en parler devant elle et rendre tout ça encore plus personnel que ça ne l'était déjà. Et puis la discussion pris finalement terme, quand les joueurs commencèrent à faire leur entrée sur la pelouse, et que le public ce mit à crier, les jeunes femmes n'en faisant pas moins. (..) Ca faisait la une de tout les journaux depuis quelques jours maintenant, et elle n'arrivait toujours pas à y croire. C'était un pari risqué, ils le savaient tous mais il l'avait pris et elle ne lui en serait surement jamais assez reconnaissante. Assise dans ce café qui l'accueil tout les matins ou presque, un sourire né sur son visage quand elle voit le nom de son nouveau cabinet affublé à celui de son meilleur ami. « Votre café Mademoiselle. » souriant de nouveau à Lina, elle prend le café qu'on lui tend avant de sortir son porte monnaie. Elle vient dans ce café tout les jours, y passant toujours plus de trente minutes. C'est sa routine, c'est comme ça qu'elle sait que sa journée va bien ce passer en dépit de tout le travail qu'elle aura à faire. Elle vient à chaque fois, qu'il pleuve ou qu'il neige, qu'elle n'ai pas dormit de la nuit ou qu'elle ai un rendez-vous prévu plus tôt, elle ne rate jamais ce moment. Elle connaît tout les employés, et eux la connaissent assez bien pour savoir ce qu'elle souhaite au moment même ou elle va passer la porte, pour savoir qu'elle est la place ou elle va s'installer. Ce café est son moment de paix dans la journée, le moment ou elle laisse son esprit s'échapper, il lui arrive rarement de venir avec quelqu'un parce qu'elle a besoin par jour de ce moment pour ce ressourcer. Le reste du temps elle a le cerveau encombré par tant de choses, qu'elle a réellement besoin de ce moment seulement pour elle. Alors elle est généralement souriante, contente d'être là. Tentant son argent à Lina, elle s'apprête à lui demander comment vont ses études, si elle a finalement réussit à obtenir un stage mais elle est coupée en plein élan par la petite sonnette indiquant que quelqu'un vient d'entrer. D'habitude elle n'y prête aucune attention, car elle est enfermée dans son monde, mais à cet instant pour une raison qui lui est inconnue elle tourne la tête pour voir qui est la personne qui vient d'arriver. Et à cet instant la panique l'envahie, mélangée à la peur, à la colère et a la tristesse ... Presque automatiquement elle ce cache tandis que Lina la regarde sans comprendre, Gillian Connor ne ce comporte jamais de la sorte. « Gillian ? » mais la jeune femme ne répond pas, elle voudrait pouvoir en être capable, tout comme elle aimerait pouvoir détourner son regard mais c'est impossible. Car Hollis vient d'entrer, accompagné de sa soeur et qu'elle est incapable de détourner son regard du jeune homme ... D'un signe de main elle indique à Lina de garder la monnaie, et la serveuse s'en va doucement sans pour autant arrêter de la regarder. Il lui était impossible d'ignorer la douleur que cela lui procurait de le voir ici, impossible d'ignorer comment c'étaient passées les choses ... La révélation faîtes par son père l'avait détruite, complètement. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle avait complètement baissé les bras, ce rendant chez elle pour l'affronter et éventuellement déverser toute sa haine à son égard. Mais il n'était jamais venu, il ne c'était jamais montré, ne l'avait pas appelée, n'avait pas tenté de la joindre. Alors elle avait comprit, comprit que c'était vrai qu'il avait accepté de l'argent en échange de la quitter. Que tout ce qu'ils avaient pu vivre ensembles n'avait été que stratégie, que magouilles et qu'il lui avait délibérément brisé le coeur. Elle avait traversé bien des étapes, elle avait d'abord été si en colère contre lui qu'elle avait commencé à préparer des oeufs pourris à aller lui balancer sur sa voiture, elle c'était déjà imaginée le frapper de toute ses forces même si ça n'aurait eu aucun impact. Et puis finalement après avoir traversé cet élan de colère et retrouver sa lucidité, elle avait sombré dans la dépression que lui avait apporté cette révélation. Car il avait été le seul homme à qui elle c'était complètement ouverte, avec qui elle avait partagé tant de choses et comprendre que tout cela n'avait été qu'une comédie l'avait complètement brisée. On lui avait dit qu'elle finirait par accepter, mais ce n'était jamais venu, ce stade là n'avait jamais pointé le bout de son nez, et sentant son coeur battre la chamade en le voyant ici lui montrait bel et bien qu'elle ne pourrait surement jamais accepter. Elle aurait pu ce lever, l'affronter comme elle avait imaginé le faire plus d'une fois ... Elle savait qu'elle allait finir par le croisé un jour, et avait malgré elle plus d'une fois imaginé des scénarios bien loin de la réalité. Car à cet instant elle ne s'apprêtait pas à ce lever pour le confronter, oh non. Elle avait fuit, fruit comme une froussarde parce qu'elle savait qu'une fois devant lui elle aurait été incapable de garde un quelconque sang froid. Et c'était de cette façon qu'elle c'était retrouvé chez la seule personne qui pouvait l'aider à ce moment précis. frappant une fois, puis deux à la porte personne ne vient lui ouvrir  « Dashiel je sais que tu est là!! » cria t-il finalement avant de frapper de plus belle. Elle ne l'appelait que très rarement par son prénom complet, et c'était souvent dans un cadre officiel. Mais là elle avait vraiment besoin celui, et elle savait que c'était la seule façon pour qu'il daigne lui ouvrir. Mais n'ayant toujours pas de réponse, elle lève de nouveau les bras s'apprêtant à frapper de plus belle quand la tête encore endormie de son meilleur ami apparait dans l'embrasure de la porte « T'es malade ou quoi ? » mais elle ne prend même pas la peine de lui répondre, ce frayant un chemin dans l'appartement elle laisse son sac sur le canapé et ce dirige directement vers la cuisine sachant parfaitement ou ce trouvait la chose dont elle avait besoin. « T'a passé la nuit avec une nouvelle mannequin sans cervelle ? » demande t-elle presque normalement, avant de ce féliciter de trouver la vodka dans le freezer. Ce sortant un verre, elle le dépose sur le bar avant de finalement ouvrir la bouteille encore gelée qu'elle tient dans la main, sous le regard incompréhensif du sportif « C'est un peu tôt pour ça ... » il reste de marbre en la regardant faire. Il le sait, Gillian ne boit jamais ou presque et encore moins à 9h du matin. Tout comme elle sait en effet qu'une mannequin est encore endormie dans la chambre tandis que Dash se trouve devant elle en caleçon, pas encore bien réveillé. Mais en la voyant continuer à agir, il semble s'animer. Elle n'attend pas qu'il l'arrête avant d'avaler son verre cul sec et de sentir le liquide lui bruler la gorge tout en grimaçant. « Qu'est ce qui c'est passé ? » il a perdu toute trace de voix enroué, toute trace de colère qu'il avait à son égard pour être venue de cette façon à l'improviste et de bon matin. Non maintenant il ce dirige vers elle à grand pas, visiblement concerné par ce qu'il voit. Elle ne l'écoute pas tout de suite, verse un autre verre et s'apprête à le boire quand il arrête son geste. C'est en touchant sa main qu'il sent qu'elle tremble, en fait tout son corps tremble alors qu'elle porte encore sa veste, à l'intérieur. Croisant le regard du jeune homme Gillian sent qu'elle ne va pas tenir plus longtemps tandis que ses yeux s'embuent de larmes « Je l'ai vu ce matin. » Dash ne connaissait pas Hollis, mais il avait connu Gillian à l'époque ou tout c'était passé, il connaissait toute l'histoire car elle lui avait raconté malgré elle alors qu'ils ne ce connaissaient pas plus que cela à ce moment là. C'était au fur et à mesure qu'ils étaient devenus amis, inséparables. Mais il ne lui fallait pas plus pour comprendre ce  qu'elle venait de lui révéler. Elle prit une grande inspiration après avoir prononcé ses mots, dans l'espoir inutile de bloquer ses larmes tandis que Dash lui ôtait le verre des mains. Elle secoue la tête tellement elle ce sent idiote d'agir de la sorte mais il ne lui laisse pas le temps de dire quoi que ce soit d'autre qu'il la prend dans ses bras.

_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:55


'I had to find you tell you I need you, tell you I set you apart, tell me your secrets and ask me your questions ...Oh let's go back to the start running in circles; coming up tails, heads on a science apart... Nobody said it was easy It's such a shame for us to part nobody said it was easy no one ever said it would be this hard

Comme toujours Gillian a la tête plongée dans ses dossiers, particulièrement sur le cas de Whitman contre Chrost qui lui avait été attribué par Selena Whitman il y'a une semaine de cela. Depuis que Dash avait publiquement choisit Connor & Campbell ils avaient beaucoup moins de mal a trouver des clients, bien au contraire ... Mais cela signifiait pour elle comme pour Noah qu'ils avaient beaucoup plus de boulot qu'ils ne l'aurait pensés, et pas une minute à eux. Mais cela lui convenait, elle préférait passer tout son temps a travailler pour aider des gens plutôt qu'a ce tourner les pouces chez elle. Il n'était pas loin de 21heures, et elle était encore en train de fixer en silence le tableau qui se trouvait devant ses yeux, retraçant les faits de la nuit ou Selena avait été agressée. « Qu'est ce que tu fais encore là ? » la voix de Noah la fait sursauter, tandis qu'il entre dans son bureau l'air visiblement contrarié. A vrai dire elle avait tellement l'habitude de ce plonger corps et âme dans ses dossiers, que ce n'était souvent que grâce à lui qu'elle mangeait ou prenait une pause de temps en temps. Mais il ne semblait pas venir lui apporter à manger cette fois-ci, il avait les sourcils froncés et s'apprêtait à lui reprocher quelque chose « Euh ... Je travaille ? » lui demande t-elle ironiquement. Il sembla exaspéré par sa réponse, ce plaçant devant le tableau qu'elle avait mis plus d'une heure a constitué pour faire du tri dans ses pensées. « C'est bientôt dix heures, tu n'avais pas un rendez-vous ce soir ? » elle le regarde sans comprendre, elle n'allait pas à beaucoup de rendez-vous voir quasiment jamais. Elle était une vieille fille avant l'heure, mais elle n'avait pas la tête a ce compliquer la vie avec des hommes, elle ne voulait pas sacrifier son temps à ça et avait toujours été plus ou moins claire à ce sujet auprès de ses amis. Mais son meilleur ami ne semblait pas sur la même longueur d'onde qu'elle, et s'évertuait jours après jours à la convaincre de sortir, a la trainer à ses soirées, à lui faire rencontrer du monde. Et il fallait être franc, elle ne détestait pas ça sinon elle n'accepterait pas à chaque fois de le suivre mais depuis peu il lui présentait un peu trop d'hommes à son gout. Il n'était pas foutu d'avoir une relation sérieuse mais il continuait à vouloir qu'elle en ai une. Et ce soir ... Elle ce frappe le front en grommelant. Elle avait oublié, ce soir elle devait passer la soirée avec un équipier de Dash, et elle avait complètement oublier ! En regardant sa montre elle ce rend compte que l'entrainement finit dans trente minutes et qu'elle n'est absolument pas prête. Noah la regarde assimiler les faits en souriant « Qu'allons nous faire de vous Mademoiselle Connor ? » il semble apprécier ce qu'il voit, une Gillian qui ne sait pas comment faire et ce n'est pas habituel. Rapidement elle attrape son téléphone portable, cherche le numéro de sa soeur et croise les doigts pour que celle-ci soit pas loin de là. Elle ne pouvait pas ce rendre à ce rendez-vous en tailleur ... Entendre la voix de Kara eu le don de la détendre, encore plus quand celle-ci lui assura pouvoir passer lui déposer une robe dans une dizaine de minutes. Noah s'installa confortablement dans les sièges en cuir que Gillian avait mis dans son bureau afin de pouvoir s'y installer avec ses clients le moment venu, le regard partagé entre le fait de regarder son ami s'activer et les informations continues qui passaient en sourdine sur l'écran télévisé. « T'aurais pas pu me le dire plus tôt ? » cria Gillian du couloir dans lequel elle c'était ruée, trousse de maquillage en main. Le miroir ne renvoyait pas une superbe image d'elle, a vrai dire elle n'avait plus aucune trace de fond de teint et de l'anti-cernes n'allait pas lui faire de mal. « Ca va être ma faute maintenant que tu sois tête en l'air ! » rétorque Noah sans pour autant la regarder, il était à cet instant assez captivé par ce qui semblait ce passer aux informations. Si bien qu'il monta le son, pas assez cependant pour que Gillian ne puisse entendre quoi que ce soit. Elle était occupé à détacher ses cheveux qui tombèrent en cascade sur son dos, elle devait absolument prendre rendez-vous chez le coiffeur car ça n'allait plus, elle ne pouvait décemment pas les laisser aussi longs. Après avoir mis la dose parfaite de fond de teint, elle s'occupe de ses yeux en les chargeant un peu et en redonnant un coup de mascara. Et comme a chaque fois qu'elle ce maquille vraiment, elle à du mal à ce reconnaître ... Après avoir mis une touche de rouge à lèvres, elle revient dans son bureau pour demander son avis à Noah et retrouve ce dernier complètement captivé par la télévision. Une pensée la fait sourire et elle s'apprête a la lui dire quand un nom attire son attention « ... Et nous l'apprenons à l'instant Janice, le feu serait volontaire. La police vient d'arrêter le suspect en la personne d'Hollis Blackstorm. Ce-dernier serait le beau-fils de la victime et... » elle vient de faire tomber sa trousse par terre, ce qui attire l'attention de Noah qui la remarque enfin. Il éteint tout de suite la télévision et la rejoint « Gil ? » elle secoue la tête tandis qu'il vient d'attraper ses bras. Venait-elle d'entendre comme il faut ? « Ils n'ont pas dit ... » elle ne voulait pas le croire. Ils n'avaient pas dit son nom, ils n'avaient pas dit qu'il avait tué quelqu'un. Elle secoue de nouveau la tête et ce détache de son ami. Elle disait à qui voulait bien l'entendre qu'elle avait tourné la page, après tout cela faisait assez longtemps maintenant que tout était fini alors pourquoi ne l'aurait-elle pas fait ? Toute femme intelligente l'aurait fait ... Mais il faut croire qu'elle ne l'était tout simplement pas. « On est sûr de rien, tu sais bien que les médias racontent rarement la vérité. » elle le savait, parce qu'elle en avait été victime plus d'une fois. Mais ce n'est pas pour autant que cela la calma, retournant s'asseoir à son bureau elle a déjà oublié qu'elle devait finir de ce préparer, parce qu'elle a déjà oublié qu'elle avait un rendez-vous. Elle ne pensait qu'a lui à cet instant ... Un silence sembla s'abattre sur le cabinet, Noah ne sachant pas quoi dire pour la première fois depuis qu'elle l'avait rencontré. Il avait connu Hollis, il savait parfaitement ce que devait être en train de penser Gillian. La sonnerie de son téléphone la fit sursauter, c'était surement sa soeur lui indiquant qu'elle était devant, et elle ne voulait pas répondre tout de suite ce que sembla comprendre Noah puisqu'il attrapa le portable et s'arrêta quand il vit le numéro qui s'affichait, ou tout du moins le nom qui lui était attribué. Gillian leva les yeux vers lui, car la sonnerie retentissait toujours, et sans un mot il lui donne le téléphone.  « Ne répond pas. » Skyler Blackstorm. Voilà le nom qui s'affichait clairement sur l'écran, et sans la moindre hésitation Gillian répondit. (...) Elle était en train d'avancer dans le commissariat, d'un pas qui ce voulait sûr et conquérant alors qu'elle tremblait comme une feuille. On la connaissait par ici, ce n'était pas la première fois qu'elle venait non seulement parce qu'il lui arrivait de venir récupérer Kara mais aussi et surtout parce qu'elle était venu cherche nombre de ses clients. Elle s'entendait relativement bien avec la plupart des personnes présentes ici, parce qu'il n'y avait jamais eu entre eux de raisons de conflits mais le fait est que ce soir les choses allaient probablement changer. S'avançant vers l'accueil elle demande le Lieutenant en charge de l'enquête qu'on lui indique comme étant le Lieutenant Grooge. Un jeune homme pas plus âgé qu'elle, qui plus d'une fois avait clairement flirté avec elle, on lui indique d'un signe de tête et prenant son courage à deux mains la jeune fille s'avance jusqu'à lui « Gillian ! » s'exclame t-il en la voyant, et l'avocate lui sourit comme si de rien n'était. Elle avait les idées chamboulées, mais elle lui souriait de façon claire et précise, comme si il ne s'agissait que de la routine quand ce n'était clairement pas le cas. « Bonsoir Aaron, est-ce qu'on peux parler une seconde ? » elle l'appelait par son prénom, elle ne le faisait pas toujours mais en général cela signifiait qu'elle avait besoin de quelque chose venant de sa part. Il la détailla une seconde, avant de finalement congédier ses co-équipiers « Tu est là pour l'incendie. » cette affirmation n'était ni glaciale ou bien quoi que ce soit d'autre, elle hocha la tête. Aaron Groove posa une main sur sa hanche et pinça l'arrête de son nez de l'autre, cela ne semblait pas lui plaire du tout. « Tu ne va pas prendre ce cas Gillian ... C'est perdu d'avance, il est coupable. On à un témoin qui l'a vu sortir de la maison. » elle ne voulait pas entendre ses propos, elle ne voulait pas savoir son avis, elle ne voulait pas de tout ça et avant qu'il ai pu dire quoi que ce soit d'autre elle retrouve le ton qu'elle utilise toujours lorsqu'elle s'apprête à plaider la défense d'un client « Tu n'a aucune preuve tangible, évidement qu'il sortait de la maison c'était la sienne. » cette conversation en mènerait nul part, et techniquement ils n'avaient pas le droit de parler ainsi de façon si désinvolte. Il s'agissait d'un cas et d'une accusation sérieuse, et Aaron savait cela tout comme elle. « De plus, tu n'a aucun motif qui aurait pu le motiver à agir de la sorte. » elle aurait voulu lui dire, il ne le connaissait pas comme elle le connaissait ... Mais ce n'était pas vrai, elle avait eu la démonstration claire quelques années auparavant qu'elle ne connaissait pas Hollis comme elle l'aurait cru. Et pourtant elle était là, prête à le défendre sans prendre en compte les risques que cela pourrait encourir. « Il frappait sa mère. » elle pensait avoir gagner cette manche, mais les propos du Lieutenant l'atteigne avec une férocité qu'elle ne pensait pas encore connaître. « Je te demande pardon ? » ce ne pouvait pas être réel. Il ne lui avait jamais rien dit, elle avait croisé le beau-père en question, elle connaissait sa mère ... Ce n'était pas possible. « On à des preuves, que la victime avait pour habitude de frapper la mère du suspect. Et de le frapper lui aussi. » elle serre les lèvres, les mordants au point de sentir du sang couler dans sa bouche. Aaron la fixe, elle ne sait pas ce qu'il attend, parce qu'il sait qu'elle ne répondra pas. Ils restent comme ça pendant quelques secondes avant que du mouvement sur sa droite n'attire le regarde Gillian. Skyler est là, la jeune fille qu'elle avait connu a une époque qui lui paraissait si lointaine maintenant venait d'entrer dans ce qui allait être un cauchemar sans fin. « Je veux le voir. » ses mots étaient durs et froid, Aaron était la seul personne qui ce tenait entre Hollis et elle à cet instant précis. Ce dernier semble désespéré « Tu sais qu'il est coupable, il va prendre perpétte. » il sous entendait que c'était un combat perdu d'avance, mais c'était mal connaître Gillian et sa détermination. C'était mal connaître l'attachement qu'elle avait encore à l'égard du jeune homme. « Lieutenant Grooge, je souhaite voir mon client.  » il tenta une dernière fois de la dissuader, mais au vu de son regard il baissa la tête et lui énuméra ce qu'elle pouvait et ne pouvait pas faire une fois qu'elle serait entrée dans cette pièce, il lui rappela que l'entretien était privé mais limité. Elle entendit ses propos de façon étouffé, comme si elle était ailleurs et c'est ce qu'elle était ... Elle avait évité Hollis par tout les moyens possibles et imaginables, et elle c'était effondrée à chaque fois qu'elle avait eu l'occasion de le voir ou bien de simplement penser à lui. Elle n'était pas certaine d'avoir la force de rentrer dans cette pièce en réalité. Quand elle entendit le déclic de la poignée elle sembla ce reprendre, et ignora totalement Aaron quand elle passa la porte. A cet instant précis son coeur ce serra de manière démesurée, créant dans sa poitrine une douleur qu'elle tenta d'ignorer. Hollis ce tenait là, les mains rattachées à la table par des menottes, la tête baissée et les traces sur ses mains montraient qu'il c'était battu. Il semblait accablé, prêt a accepter ce qui allait lui arriver et cela transcenda la jeune femme. Quand la porte ce referma il leva la tête pour voir qui venait d'entrer, et ce qu'elle lu dans ses yeux finira d'avoir raison d'elle. Il avait le visage sacrement amoché, mais ce n'était pas ce qui importait, il ne semblait pas comprendre ce qu'elle faisait là, il ne semblait pas vouloir qu'elle soit là. Et avant qu'il n'ai pu dire quoi que ce soit elle prit son courage à deux mains « A partir de maintenant vous ne parlez à personne d'autre qu'a moi, je suis votre avocate. Tout ce que tu me dira restera entre nous. » Elle attends qu'il lui dise qu'il a comprit, ou bien qu'il fasse un signe de tête mais il continue à l'observée comme si il n'était pas certain qu'elle soit réellement là. « Qu'est ce tu fais là ? » l'entente de sa voix créa sur elle une sorte d'électrochoc et si la situation avait été différente, elle n'aurait pas été capable de surmonter ça. La voix d'Hollis semblait brisée, résignée « Votre soeur m'a engagée. » ce n'était pas la vérité, en dépit du fait que Noah avait tenté de la dissuadée de prendre cette affaire elle avait ignoré ses propos et c'était précipité au commissariat après l'appel de Skyler. Elle ne lui ferait pas payer un centime de ses prestations, parce qu'elle savait qu'elle n'en était pas capable et parce qu'elle savait que si elle ne le faisait pas Hollis aurait un avocat bon marché et incapable. Il la fixe d'un regard qu'elle est incapable de soutenir, tout comme elle est en réalité incapable de savoir si elle arrivera a survivre à cette entrevue. « Gillian ... » elle ne veux plus l'entendre prononcer son nom, c'est trop dur. Elle ferme les yeux afin de retenir ses larmes, il fallait qu'elle soit capable de lui dire ce qu'elle avait à lui dire sans s'effondrer. « Elle est là. » chuchote t-elle malgré elle. Tirant la chaise qui se trouve en face de lui elle s'y assied avant de finalement affronter son regard pour la première fois « Dans moins d'une heure vous serez transféré, ils ont trop de preuves pour que je puisse vous faire rester ici. Mais je vais négocier pour que vous puissiez la voir avant qu'ils ne vous amène. » Elle savait la relation qui les liaient, c'était plus que le fait d'être jumeaux ... Il aurait besoin de la voir, parce que ce qu'il allait affronter après ne serait pas joyeux et qu'il avait besoin de prendre des forces. Cela ne devait pas le réjouir qu'elle soit la seule personne à pouvoir le sortir de là, mais il devrait faire avec. Il sembla vouloir dire quelque chose, mais elle ne le laissa pas faire de nouveau « Je viendrais vous retrouver demain, a ce moment là vous pourrez me parler en détail de ce qu'il c'est passé et nous pourrons trouver la stratégie a adopter pour vous sortir de là.  » en prononçant ses mots elle était déjà en train de ce lever, lui tournant le dos. Elle avait surestimé ses capacités, elle ne pouvait pas lui faire face aussi facilement, pas avec ce qui c'était passé entre eux, pas avec ce qu'elle venait d'apprendre. Elle s'arrêta, la main sur la poignée et tourna son visage afin qu'il puisse entendre ce qu'elle allait dire « Je comprends pourquoi tu à fait ça .... » et ne souhaitant pas entendre ce qu'il allait lui dire, elle sort de la pièce. Ne prenant pas le temps de s'attarder sur ce qu'il vient de ce passer, elle retourne directement voir le lieutenant afin d'arranger quelques secondes entre le frère et la soeur avant que celui-ci ne soit transféré. Après avoir obtenu avec difficulté qu'on laisse Skyler entrer, sous surveillance, elle attend de la voir passer la porte avant de s'enfuir de là. Elle étouffe, et avant d'affronter la jeune femme et d'être forte pour deux elle a besoin d'air frais. Elle a besoin de vider ses émotions, de les laisser partir avec les larmes qui couleront le long de ses joues, mettant en pagaille le maquillage qu'elle avait si bien mit en places quelques heures auparavant.

Elle porte la coupe de champagne à ses lèvres et ce délecte du liquide gazeux. Enfin ce délecter est un bien grand mot, parce qu'elle n'a jamais vraiment aimé le champagne ... Mais il était remarquablement mal vu dans ce genre d'événement de ne pas boire de champagne. Tout le gratin de la ville est là, certains la regarde un peu de travers et elle sait parfaitement pourquoi, pour la simple et bonne raison qu'elle a prit la défense de quelqu'un reconnu comme étant coupable. Mais elle n'en à rien a faire de ses gens, elle pourrait presque leur tirer la langue mais elle est consciente qu'il s'agirait seulement d'un agissement complètement puérile. Elle regrette sincèrement que Noah ai du aller s'occuper d'une affaire à la dernière minute, parce qu'elle sait que cela aurait été franchement plus agréable si il avait été là. Mais non, il n'était pas là et c'était ennuyeux à mourir de devoir faire la conversation à toutes les personnes présentes ici ! Elle n'avait pas que ça à faire qui plus est, mais elle savait qu'ici ce trouvaient beaucoup de potentiels futurs clients en dehors du fait qu'ils soient des amis à ses parents. Alors elle souriait, elle riait aux anecdotes ridicules et elle buvait du champagne. « Tu aurais du me dire que tu étais là, je serais venu plus tôt. » elle fait aussitôt volte face en reconnaissant la personne qui vient d'arriver, un sourire au visage et impeccable dans son costume blanc il s'approche dangereusement d'elle et dépose un baiser au coin de ses lèvres tandis que tout à coup elle ce sent encore plus mal à l'aise qu'elle ne l'était jusqu'à présent. « Shane ! Qu'est-ce que tu fais ici ? » la surprise s'entend dans sa voix, elle ne lui avait pas dit qu'elle allait se rendre à ce brunch printanier parce qu'elle ne voulait tout simplement pas y aller avec lui. Elle l'avait rencontré peu de temps après qu'elle ai réussit à convaincre Hollis de plaider coupable pour réduire sa peine ... A l'époque elle avait juste eu besoin d'oublier, oublier ce qu'elle était en train de traverser et elle l'avait trouvé lui un peu au hasard. Ce qui devait être l'histoire d'une seule et unique nuit c'était transformée en plusieurs, répétitive et si Shane lui avait clairement fait comprendre plus d'une fois qu'il voulait que les choses soient plus officielles entre eux, elle avait toujours esquiver cette possibilité. Pourtant il était parfait sous bien des angles, il avait une bonne réputation, il était gentil, charmant, un excellent amant et cerise sur le gâteau il plaisait à ses parents. Mais il leur plaisait peut être plus à eux qu'il ne lui plaisait à elle ... « J'ai accompagné ma mère, elle ne voulait pas être toute seule. » et il était aussi très proche de sa mère, de sa famille en général. Il était parfait, mais il n'était pas celui qu'elle aimait. Elle sourit et hoche la tête, tandis qu'il attrape une coupe de champagne à la volée avant de venir attraper sa main. « Noah n'est pas venu ? » oh et bien entendu il s'entendait bien avec tout le monde, il connaissait Noah depuis des années et la seule et unique personne qui ne l'aimait pas beaucoup était Dash, en fait elle avait l'impression qu'il avait presque charmé tout le monde. Elle secoue la tête « Hm non il avait du boulot. » et à vrai dire elle aurait peut être préféré ne pas venir non plus. Il était idiot qu'au moins l'un d'entre eux ai besoin d'être là, elle refuserait presque de ne pas avoir accepter de prendre la place de Noah sur son affaire. Elle devait trouver une issue, elle voulait en trouver une en tout cas . Le fait est qu'en effet, tout les deux ils avaient passer du bon temps ensembles mais que ce bon temps ne valait pas le reste. Elle n'allait pas bien, c'était une évidence même tout ce qui c'était passé ses dernières années et qu'elle avait du garder à l'intérieur étaient bientôt sur le point d'explosé, c'était obligé. Hollis n'était plus en prison, et si elle restait son avocate le fait est qu'a présent elle pouvait clairement lui dire tout ce qu'elle avait toujours gardé sur le coeur. Et que Shane n'était pas arrivé au bon moment tout simplement, car tout était beaucoup trop compliqué. Il commença a caresser la paume de sa main, et tout ce à quoi elle pouvait penser c'était que c'était mal, qu'elle ne pouvait pas faire ça « Je dois y aller, j'ai promis à Dash que je gardais Milo cet après-midi ! » C'était complètement faux, elle ne lui avait jamais fait une telle promesse, et elle ce servait complètement du petit garçon comme excuse bidon. Elle lui fit un sourire, avala d'un coup sa coup de champagne et partit rejoindre sa voiture sans qu'il ai eu le temps de faire quoi que ce soit. Une fois dans l'habitacle rassurant de sa Mini, elle pose les mains sur son volant en soupirant. Elle faisait vraiment n'importe quoi ses derniers temps, elle ne ce reconnaissait même plus. « Alors t'a fui comme ça ? » Dash sourit malgré lui, en fait il est plutôt fier qu'elle soit partie de cette façon. Mais Gillian ignore son sourire et ce concentre sur le beau gosse qui ce trouve dans ses bras en ce moment même, jouant avec ses tout petits doigts. « Tu sais que je n'aime pas ce type. » elle lève les yeux au ciel, ce n'est pas la première fois qu'il lui fait part de cette réflexion et comme souvent elle souhaite de l'ignorer. Il est assez drôle de le voir préparer le biberon de son fils, la première fois qu'elle avait rencontré Dashiel Carstairs elle ne ce serait pas le voir papa de sitôt, a vrai dire ils avaient toujours parié qu'elle serait la première a devenir maman. « Tout ce que je dis, c'est que tu pourrais te trouver quelqu'un de mieux, vraiment Gigi ! » il sourit, parce qu'il sait qu'elle déteste ce surnom qu'il lui donne, elle le trouve ridicule et le lui fait comprendre à chaque fois. Mais il n'arrête pas pour autant de l'utiliser, nourrissant l'espoir que Milo l'appelle ainsi par la suite histoire de l'enragée encore plus. « Shane est très gentil. » finit-elle par répondre, elle attrape le biberon que lui tend son meilleur ami avant de s'installer plus confortablement sur le canapé afin de le donner à Milo. Elle adorait s'occuper du petit garçon, et n'avait pas laissé le choix à son père quand celui-ci avait prononcé l'heure du repas. Dash s'installe sur le fauteuil en face d'elle, « Et puis t'es pas le mieux placer pour me faire la morale ! » le regard qu'elle lui donna sous-entendais beaucoup de choses. Ce n'était pas la première fois qu'elle avait ce genre de conversation avec lui ... D'eux deux, elle ne savait pas lequel était le plus idiot finalement. Elle qui s'accrochait à un homme qui lui avait mentit et c'était servit d'elle, ou bien lui qui n'ouvrait absolument pas les yeux sur les sentiments qu'il éprouvait à l'égard de sa colocataire qui était aussi et surtout la mère de son fils. « Hey on parlait de toi il me semble ! » rétorque t-il tandis qu'elle lui sourit. « On parlait de ton extraordinaire amant ! » elle soupire, elle était dépassée par tout ce qui était en train d'arriver et reporta son regard vers Milo. Ce petit ange n'imaginait absolument pas la chance qu'il pouvait avoir de ne pas encore avoir à faire face à ses histoires !! Dash s'apprêtait a rajouter quelque chose quand ils entendirent les clefs tourner dans la serrure, Linly devait être de retour. A chaque fois qu'elle la voyait, Gillian ne pouvait s'empêcher de penser à leur première rencontre en souriant. A l'époque la jeune femme avait cru qu'il ce passait quelque chose entre Dash et elle, ce qui était en réalité relativement impossible entre eux. Elle sourit d'avance en la voyant entrer, cela faisait un petit moment qu'elles ne c'étaient pas vues et elle regrettait cela. Tout comme elle regretta d'avoir fixer cette entrée, le visage de Linly sembla ce figer quand elle vit que Gillian ce trouvait là, tenant son fils dans ses bras. « Oh Gillian tu est là ! » elle sembla faire les gros yeux à Dash, qui ne sembla pas comprendre ce qu'elle pouvait bien lui reprocher. Mais a peine quelques secondes plus tard, elle comprit quel était le problème de Linly quand Hollis entra dans l'appartement. L'ambiance ce glaça automatiquement, seul le bruit de succion de Milo raisonnait. Linly et Dash semblèrent entrer dans une dispute de regards, tandis que Gillian ne pouvait quitter Hollis des yeux. Elle serra un peu plus Milo contre elle, comme pour ce donner du courage et du réconfort avant que Dash ne décide de rompre le silence « Tu tombe bien! » dit-il à Linly tandis que cette dernière déposait son sac. Puisque Dash venait de rompre le silence, elle commença a avancer dans la pièce puisqu'après tout elle était chez elle. Gillian sentit venir quelque chose qu'elle n'allait pas apprécier, et commença en amont à fusiller son ami du regard.  « On débattait sur le fait de savoir, si Gillian devait rester avec Shane ou non. » elle le détestait. Elle savait parfaitement ce qu'il était en train de faire, elle le connaissait trop bien, et si il n'aimait pas Shane il avait encore plus de mal avec Hollis en ayant vu l'état de son ami ce dégrader au fil des mois. A l'entente du prénom de Shane, Hollis sembla regarder ailleurs tout en serrant la mâchoire et Linly fusilla Dash à son tour. Milo venait de finir son biberon, aussi trouva t-elle intelligent de ce lever et de le rendre à sa mère.  « Je serais bien restée un peu plus longtemps, mais j'ai rendez-vous avec un client. » elle dépose une bise sur la joue de la jeune femme, ce retourne vers son meilleur ami faisant discrètement signe qu'elle allait le tuer tandis qu'il ce leva pour la prendre dans ses bras. Elle ce tourna vers la porte et ne pu s'empêcher de ce retrouver devant Hollis l'espace d'une seconde  « Hollis. » s'exclama t-elle nettement, afin de lui dire à la fois bonjour, aurevoir, et lui demander de la laisser passer. Ils ce regardèrent à nouveau en silence et cela la rendit extrêmement nerveuse. Car elle avait bien des choses à lui dire, mais qu'ici n'était pas du tout l'endroit. Aussi ce poussa t-il pour la laisser passer. Elle prit cette opportunité pour ne pas rester plus longtemps, et s'enfuir le plus rapidement possible.

_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:55

JENNA COLEMAN

annelyn elise carstairs
you think women are weak? women are forged of iron. my body, it has bled and blazed and broken, and yet it beats on. i am iron. a little rusted, perhaps, but still i endure.

  light a fire ♫ rachel taylor


  prénom & nom ○ Ses parents on pris la décision de donner à leur premier enfant un prénom qui sans le savoir allait complètement définir la personne qu'elle était. Il lui ont en effet donné le prénom d' Annelyn, un consonance douce aux oreilles qui fait penser à une fille des plus rêveuse. Rapidement on lui à trouvé un surnom, car aujourd'hui et depuis des années déjà on ne l'appelle plus qu'Ann, et ce diminutif ne lui va que trop bien puisqu'il appartient principalement à des jeunes femmes courageuses et patientes, qui ne se laissent pas abattre. Son second prénom quand à lui n'est pas d'une originalité extreme, puisqu'elle a hérité du prénom de sa grand mère maternelle Elise. Ceci dit, elle est fière de porter le prénom d'une femme qu'elle a toujours beaucoup aimé, et puis c'est un peu une tradition familiale puisque du coup sa soeur a hérité du prénom de leur grand mère paternelle. Son nom de famille quand à lui ... On le connaît pour bien des raisons, avant toute chose c'était son père, un imminent homme d'affaire qui lui faisait une pub monstre de par sa capacité assez impressionnante à toujours réussir ce qu'il entreprenait. Mais aujourd'hui si quand elle dit qu'elle s'appelle Carstairs on fait les yeux rond, et on commence à la regarder avec des paillettes dans les yeux c'est tout simplement à cause de son petit frère. Ce dernier étant un des 'meilleurs' joueur de baseball de sa génération a de ce fait encore plus proliféré le nom familial.  âge ○ Elle est aujourd'hui âgée de 32 années. Elle n'en fait pas tout un scandale, elle a dépassé la trentaine et il y'a franchement rien à en redire. Elle pense souvent avec nostalgie à l'époque ou elle avait 25 ans mais pour une raison bien différente que le fait qu'elle était plus jeune à cette époque là. lieu de naissance ○ Il n'y a pas plus anglaise qu'Ann, on l'entend parfois lorsqu'elle parle puisqu'elle n'a jamais vraiment fait d'efforts pour le cacher en dépit du fait qu'elle vive à San Diego depuis des années maintenant. Elle à vu le jour à Sheffield en Grande Bretagne, comme le reste de sa fratrie après elle. Si elle a rapidement mis les voiles vers l'Amérique elle n'a pas fait d'escale puisqu'elle a  à San Diego lorsqu'elle avait 19 ans et y réside depuis. nationalité & origines ○ Cela a mis un certain temps mais elle partage aujourd'hui une double nationalité. Si elle est anglaise depuis sa naissance, une pure sang qui plus est, cela n'a pas été simple de faire sa place aux Etats-Unis. Si au départ elle était là en tant qu'étudiante il a fallut jouer des coudes pour lui faire un vrai visa, ce qu'elle a fini par obtenir lorsqu'elle avait 22 ans. De ce fait, depuis dix ans maintenant, elle est donc considéré comme un Américaine. Mais on ne change pas d'ou l'on vient, et l'Angleterre a toujours une place toute particulière dans son coeur. statut civil ○ Il y'a peu de temps encore elle vous disait qu'elle était fiancée, cela lui a pris un certain temps avant de comprendre qu'elle devait arrêter. Mais le fait est qu'elle l'était vraiment, à un homme qui à pendant quatre années partagé sa vie, qui l'a aimé plus que personne ne l'ai jamais aimé, et qui était à ses yeux l'homme de sa vie. Ils avaient prévu de ce marier, d'avoir des enfants, d'acheter une maison ... Mais leurs rêves sont partis en fumé quand Tristan c'est retrouvé blessé sur le terrain, une attaque surprise qui lui aura valu la vie. Aujourd'hui elle est célibataire et ceci depuis trois ans déjà. Persuadée que jamais personne ne pourra trouver une place dans son coeur, elle est surtout toujours habituée par la peur de remplacer son fiancé. Et est effrayée par le fait de sentir son coeur battre un peu plus vite quand elle regarde Asher ... situation financière ○ Elle n'a pas grandit dans une famille qui débordait d'argent, car si son père a toujours été très bon en affaires on ne peux pas dire que tout les bénéfices lui revenait à lui. Mais cela n'était pas le plus important, ils étaient trois et les trois enfants n'ont absolument jamais manqué de rien. Quand elle est arrivée à San Diego, elle a longtemps travaillé comme serveuse en même temps que ses études afin de ce payer son logement et de quoi manger et a toujours fait précisément attention à tout ce qu'elle pouvait dépenser. Aujourd'hui elle gagne très bien sa vie et elle n'en profite peut être pas autant qu'elle le devrait. Qui plus est elle a touché la pension relative au décès de Tristan  mais c'est refusé de l'utiliser, celui-ci dort quelque part dans son compte et elle n'y touchera surement jamais. emploi/études ○ Elle a toujours voulu faire de la musique, et dans l'espoir d'un jour réaliser ses rêves elle a toujours mis beaucoup d'efforts à toujours être la meilleure dans tout. Ce n'était pas aussi facile que certaines personnes pouvaient le penser, il n'était pas toujours simple de dire non à ses amis aux moments ou ceux-ci lui proposaient de sortir et d'aller s'amuser et de rester travailler. Mais ses efforts au bout de toutes ses années ont payés, et aujourd'hui elle est exactement là ou elle souhaitait être. En effet, depuis quelques années maintenant elle est chirurgienne au service pédiatrique de l'hôpital de la ville. Une bonne chirurgienne qui plus est, qui à sa réputation à tenir. traits de caractère ○ Ann est une jeune femme très douce et abordable. C'est ce que l'on dit d'elle la première fois qu'on la rencontre, elle vous donne automatiquement l'envie de sourire et vous met à l'aise, vous fait vous sentir bien. Mais il faut parfois savoir creuser un peu, voir plus loin que la surface que ce construisent les gens ... Car Ann est une personne dotée d'un humour particulier, elle rit à tout et n'importe quoi il faut bien l'avouer. Généreuse et compatissante, elle semble toujours de bonne humeur même quand ce n'est pas le cas. Et cet aspect là d'elle même semble changer depuis quelques années maintenant, elle le sait et elle le sent, elle ce laisse emportée dans les tréfonds de la noirceur et ce tourne vers une personnalité qui ne lui ressemble pas. groupe ○ michael myers.

because every morning you have to wake up and be you ~

quand elle est née, Ann avait les cheveux roux ≡ elle à un tic tout particulier à chaque fois qu'elle s'apprête a opérer, elle lit du shakespeare et si elle ne le fait pas elle sait que l'opération va mal tourner ≡ aînée d'une grande fratrie, elle n'a pourtant jamais eu la fibre maternelle jusqu'à ce qu'elle rencontre tristan ≡ elle ne fume pas, n'a jamais fumé et sait qu'elle ne le fera jamais ≡ quand elle était plus jeune elle est tombée de la balançoire, l'histoire veut qu'elle ai raconté que c'était la faute de Dash alors qu'en fait non. Quoi qu'il en soit elle possède toujours une petite cicatrice sur le menton ≡ elle est fan du groupe imagine dragons, et ce sent parfois comme une groupie quand elle entend parler d'eux ≡ en dépit de ce qu'elle souhaite bien laisser entendre elle a toujours beaucoup aimé le baseball, elle dit le contraire pour embêter son frère ≡ elle porte toujours sa bague de fiançailles et ne compte pas la retirer ≡ elle ne supporte pas de voir des gens amoureux ensembles, et encore moins de voir deux personnes qui s'aiment incapable d'ouvrir les yeux ≡ elle ne supporte plus aucun membres de l'armée, elle ne souhaite même plus entendre parler de cette institution soit disant capable de les protéger, elle n'y croit pas, elle n'y croit plus et est très sensible sur le sujet ≡ elle est allergique à la vanille, ainsi non vous ne la verrez jamais prendre une glace à ce parfum malgré le fait que l'odeur lui donne toujours énormément envie ≡ quand elle a perdu tristan elle était incapable de parler à qui que ce soit, mais le seul moyen de la faire ce sentir bien était de ce plonger entièrement dans l'aide qu'elle pouvait apporter à ses patients ≡ elle est jalouse de dash, elle sait que c'est idiot mais c'est comme ça. Elle est jalouse de la vie qu'il à ≡ elle est effrayée par les abeilles, du genre à monter sur une chaise en criant, pensant que ça la sauverait peut être ... ≡ il ne ce passe pas un jour sans qu'elle ne mange un smoothie ≡ les habits de tristan sont toujours à leur place dans la penderie, elle n'a jamais eu à coeur de s'en occuper ≡ elle a longtemps voulu ce confier à Carrie sur ses sentiments, sur tout ce qu'elle a ressentit, mais elle n'en a jamais été capable ≡ regarde souvent Asher quand celui-ci ne s'en rend pas compte, et ne plus sentir de la haine à son égard ne semble pas normal à ses yeux ≡ elle possède deux chats, Starbucks et Coffee une blague idiote avec Maia quand elle les a adoptés, elles ne leur trouvaient pas de nom et ce sont les premiers qui leurs sont venu à l'esprit ≡

sous quelle forme se matérialise le monstre qui est en toi ? ○ Un trou noir béant, dans lequel bat un coeur. Voilà comment le monstre qui l'habite ce matérialiserait. Ann est tout ce qu'il y'a de plus compréhensive, gentille ... Mais malheureusement rien en va chez elle. Elle a perdu son fiancé, l'homme avec qui elle avait prévu toute une vie et cette perte, cette souffrance a créer un trou béant en elle. Le problème c'est que malgré le fait qu'on lui répète qu'il est temps aujourd'hui qu'elle avance dans la vie, elle refuse d'accepter le fait qu'elle a des sentiments à l'égard de celui qui était le meilleur ami de son fiancé. En réalité, elle ce sent complètement monstrueuse de ressentir cela, du coup elle tente d'étouffer ses sentiments tant bien que mal. si tu pouvais faire les choses différemment, changerais-tu certains de tes actes/décisions ? lesquels ? ○ C'est cruel, mais au fond, pour ne pas souffrir autant elle choisirait de ne pas rencontrer Tristan. Car si elle passe ses journées entières depuis trois ans à dire que tout va bien, qu'elle va parfaitement bien, ce n'est absolument pas le cas. Elle n'a pas réussit à trouver le sommeil une seule fois, il n'arrive pas un jour sans qu'elle ne ce perde dans le vide, a ce demander comment sa vie aurait pu être, elle souffre chaque jours et au fond elle ce demande ... Est-ce que ça n'aurait pas été mieux autrement ? es-tu un bon menteur ? ○ Elle n'aime pas mentir, son métier lui refuse le mensonge préférant la vérité. Depuis toujours elle a été habituée à dire la vérité, et pourtant elle est devenue maitre en la matière de la cacher. Chaque jour elle sourit, elle rit, prétendant que tout vas bien quand elle est en réalité en train de mentir. crois-tu en la justice étatique ou préfères-tu la justice faite par soi-même ? ○ Fervente de la justice étatique, clairement. Elle n'est absolument pas d'accord avec les gens qui font justice eux même, et est la première a dire que les moyens mis en place contre ses hommes là sont parfait.

_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:55

CHAPTER I.

☾ ☾ ☾

Les Carstairs. Lors de sa naissance Ann ne savait pas évidemment dans quel contexte familial elle allait être embarquée. Elle était la première enfant du couple, et son frère était arrivé après elle, à cette époque là elle était alors âgée de 4 ans. Elle ne savait pas non plus qu'elle venait d'atterrir dans une famille pour qui les apparences comptent, pour qui l'argent compte, pour qui tout n'est que prétention et vanité. Elle a grandi en idolâtrant son père et détestant son frère. Après tout, il n'était qu'à ses yeux qu'un parasite qui lui volait la vedette et elle n'aimait pas ça. Il ne ce passait pas un jour sans qu'elle et lui ne ce disputent, ne ce haïssent, ne ce traitent de tous les noms et ce fassent les coups les plus bas. « Je connais ce regard ... » avait un jour dit sa mère tandis qu'elle venait d'entrer dans le salon. Ann était le genre de petite fille à qui on aurait donné le bon dieu sans confessions, elle était parfaite en tout point jusqu'à la pointe de ses cheveux. Et si son père n'y voyait que du feu, sa mère elle n'était pas dupe. Elle était peut-être l'une des rares personnes à voir clair dans son jeu, car si la jeune fille n'aimait pas Dashiel, il était évident qu'elle était une vraie peste avec lui. Elle avait continué à avancer dans le salon, s'installant aux côtés de sa mère avant de déclarer qu'elle ne voyait pas de quoi elle pouvait bien parler. Elle avait pris un livre qu'elle avait tranquillement commencé à lire, comme si de rien n'était. Sa mère l'avait observée un instant, consciente que sa fille venait de faire quelque chose, mais n'ajoutant rien. Ce n'est que quelques secondes plus tard qu'un cri avait brisé le silence  « JE VAIS LA TUER ! » Si certaines personnes prenaient parfois ses quelques mots pour une menace, cela eut le don de donner un sourire immense à la jeune enfant qui restait concentrée dans son livre. Elle entendit son petit frère dévaler les escaliers en courant, et quand il arriva dans le salon elle n'eu pas besoin de le regarder pour sentir qu'il était fortement en colère.« Que ce passe t-il Dash ? » avait demandé leur mère avec une douceur extrême. Son fils l'avait regardé avec un regard qui dépassait la colère et la rage avant de montrer la petite fille assise sur le fauteuil « Elle a tué mon poisson ! » Si ce qu'il venait de dire était totalement vrai, cela n'empêcha pas Ann d'agir de façon étonnée, c'était dans ses moments là que se révélaient ses talents d'actrice. « Mah mais c'est pas vrai ! Maman je te promets que je n’ai pas fait ça ! » Elle avait à cette phrase joint certains gestes, elle c'était levée, elle avait posé son livre et avait endossé un visage surpris, comme si elle ne voyait pas du tout de quoi il pouvait parler. « Menteuse! » Et il avait une fois de plus raison, bien sûr elle n'avait pas eu dans l'intention de tuer le dît poisson. Elle avait juste voulu verser plus de nourriture qu'il lui en fallait afin de salir l'aquarium qu'elle savait qu'il venait à peine de laver. Seulement quand elle était venue voir ce que ça donnait quelques minutes plus tard, le poisson ne bougeait plus. Sa mère lui lançait à l'instant un regard qui voulait tout dire, elle l'avait démasqué. Cela la rendait parfois en colère de voir qu'elle n'arrivait pas à faire marcher sa mère dans ses combines, mais cela importait peu, elle avait une technique bien à elle pour faire que les choses aillent toujours en son sens. « Je vais le dire à a papa ! » Et c'était de cette façon qu'elle réglait tous les problèmes qu'elle rencontrait. Il était facile pour elle de confronter Dash à leur père, car elle savait que c'était toujours elle qui gagnerait. Leur mère ne savait plus comment faire pour les calmer, et l'arrivée d'une petite sœur ne calma pas les choses. En effet, lorsqu'ils virent Maia arriver dans leurs vies, Ann compris rapidement qu'avec le temps elle pourrait s'en faire une alliée contre Dash. Elle attendit patiemment, afin de tourner sa petite sœur contre son frère. C'était quelque chose qu'elle ne pouvait expliquer, ils avaient tous les deux un besoin constant de ne pas s'aimer, de ce haïr. Mais Maia en grandissant ne choisis jamais aucuns camps, car elle aimait les deux de la même façon, quelque chose que la jolie brune n'arrivait pas toujours à comprendre tout comme sa jeune sœur n'arrivait pas à comprendre qu'elle et Dash se détestaient. Mais pour Ann c'était quelque chose de normal, après tout, il s'était détesté pendant plus de 16 ans, pourquoi en serait-il autrement ? La compétition et les disputes étaient les seules choses qu'ils partageaient, et si parfois ils arrivaient à enterrer la hache de guerre ce n'était que l'histoire de quelques heures mais jamais plus. Mais il paraît qu'en grandissant on acquit une certaine sagesses ... Elle n'a compris que tard que son frère n'était peut-être pas un ennemi. « Tu vas ou ? » Il était 22h ce soir-là, et tandis que personne n'était à la maison elle s'était installé dans l'entrée pour lire. Il y'avait bien des endroits plus agréables pour lire, mais elle aimait être là car elle pouvait voir à travers la grande porte de verre les lumières de l'extérieur se refléter dans tout le couloir. Il ne l'avait pas vu, il avait avancé doucement espérant peut être qu'on ne l'entende pas, mais quand elle avait parlé il avait sursauté.« Ca ne te regarde pas. » Sa réponse eu le don de la faire rire, ils avaient tout deux 18 et 14 ans a présent et les choses n'avaient pas changées. Elle savait ou il allait, elle n'était pas bête, elle savait qu'il allait rejoindre sa bande de potes que leur père ne tolérait pas. « Peut être, mais je ne crois pas que tu ai le droit de sortir à cette heure ci. » Et il savait qu'elle avait raison, il était la plupart du temps assigné à la maison alors qu'elle pouvait faire ce qu'elle voulait. Et si au début elle avait trouvé ça très drôle, avec le temps elle c'était rendu compte de l'injustice que c'était. Elle ne savait pas pourquoi leur père agissait ainsi, mais pour une raison qu'elle ne connaissait pas elle avait décidé de l'aider. « Vas y, vas ou tu veux, je ne lui dirais pas que je t'ai vu. » Il avait eu l'air étonné par ce qu'elle venait de dire, après tout c'était normal, elle n'avait jamais été de son côté. Pour la première fois de leur vie le frère et la sœur n'étaient pas en train de s'arracher les cheveux. Il était resté un moment silencieux avant de lui bredouiller un merci et de partir. Et ce ne fut que le début d'une longue série ...

Quelques années ont passés, la vie a avancé. Ann a toujours eu un but dans sa vie, elle a toujours été une bonne élève non seulement parce qu'elle voulait faire plaisir à son père mais aussi parce qu'elle savait parfaitement ce qu'elle voulait faire. Il faut le dire, la jeune fille à toujours eu un caractère bien trempé, elle ne c'est jamais laissé marcher sur les pieds et ceci depuis son plus jeune âge. Il est difficile de faire d'elle ce que l'on veut, ou bien de la dévier de ses ambitions. Bref, c'est une fille que l'on n'a jamais réussi à corrompre. Depuis toujours elle avait dit clairement ce qu'elle voulait faire et elle s'y était tenue. Devenir médecin était son rêve, assez étrange quand on la connaissait, on la voyait plutôt rêver de devenir princesse ou reine dans un pays fort fort lointain, peuplé de fées et de sirènes si possible ! C'est tout naturellement alors que lorsqu'elle fut en âge d'y entrer, elle intégra l'école de médecine. Elle avait toujours fait en sorte d'avoir toutes les chances d'y entrer, son casier était vierge, elle avait toujours étudié plus que de raison, bref elle avait passé toute sa vie à faire en sorte que ses rêves se réalisent. Rien n'aurait donc pu la dévier du chemin qu'elle s'était tracé toute seule. Elle fit la connaissance de celle qui allait devenir par la suite sa plus vieille amie, Gabrielle, à elle deux elles faisaient un duo que l'on ne pouvait égaler et si à l'époque elle n'était que des internes elles étaient déjà très prometteuses. Elles étaient tout ce qu'il y'avait de plus sérieux au boulot, mais lorsqu'il s'agissait de décompresser elles n'étaient pas mal du tout. « Et t'a vu les fesses de celui-là ? » Gaby lui montrait en un regard le magnifique blond accoudé au bar. Ann sourit et finit son verre cul sec avant d'aller aborder le dit jeune homme. Quand elle revint quelques minutes après rejoindre ses amies à la table qu'elles occupaient elle avait deux verres à la main prête à les vider rapidement « Il était gay ! » Les filles se mirent à rire tandis que la brune vidait à nouveau ses verres. La soirée battait son plein, et ceci comme la plupart des samedis soirs qu'elles avaient l'habitude de vivre. Les semaines étaient toujours si intenses, elles devaient toujours être si impeccables et parfaites, que venu le week end il était impossible qu'elles ne pensent pas à se lâcher pour décompresser. Ça n'avait jamais été son genre d'agir ainsi jusqu'à présent, mais que voulez-vous, il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis. Après une heure passée à rire, boire et danser, Gaby lui tapota finalement le bras une nouvelle fois « Regarde celui qui vient d'arriver, je suis sûr que ce serait tout à fait ton type ! » Ann refusa d'abord de regarder, après tout selon la jeune femme tous les mecs étaient typiquement son type. Mais à force elle laissa son amie lui montrer de qui il s'agissait, et quand elle posa la première fois les yeux sur lui ça parut évident. C'était idiot de penser et agir ainsi, mais elle compris que ce type là était fait pour elle. « AHAH ! Tu vois, j'avais raison ! » c'était écrié la future chirurgienne tandis que Ann riait de sa réflexion. Le reste de la soirée elle sentis un regard posé sur elle, c'était lui il ne la lâchait pas des yeux. Alors qu'elle était en train de commander des verres il vint l'aborder, ils parlèrent un instant, ils se mirent à flirter « Au fait, je m'appelle Tristan. » Comment ce type qu'elle venait à peine de rencontrer lui faisait autant d'effet ? Ils échangèrent plusieurs mots, et leurs numéros, et auraient continué à parler toute la nuit quitte à délaisser leurs amis respectifs si son téléphone n'avait pas sonné. Elle l'avait d'abord laissé, et voyant que ça n'arrêtait jamais c'était excusé avant de décrocher. « Mademoiselle Carstairs ? » elle mit un certain temps à comprendre qu'on lui parlait, elle indiqua qu'elle était bien cette personne avant de finalement comprendre la situation au fil des mots qui sortaient du combiné « Ann c'est Elisa. » Elle voyait bien qui était Elisa, c'était une des infirmières de l’hôpital, ce qu'elle ne comprenait pas c'était pourquoi elle l'appelait alors qu'il devait être déjà plus de minuit passé. « Euh oui ... » Quand on l'appelait aussi tard en règle générale elle savait que c'était Maia, c'était la seule qui l'appelait pour lui dire qu'elle avait besoin qu'on la récupère ou pour quoi que ce soit d'autre d'ailleurs. Mais entendre qu'il s'agissait de l’hôpital semblait un peu difficile à comprendre, qui plus est son cerveau n'était pas tout à fait limpide. « Il faut que tu viennes, Janice est là ... » Cette dernière phrase était celle qui allait briser cette soirée de pure insouciance, on ne lui indiqua pas ce qui ce passait mais, elle était en colère, elle imaginait qu'elle avait dû faire une connerie aussi tous les effets de l'alcool disparaissaient en quelques secondes. Elle appela un taxi qui l'amena directement vers son amie d’enfance, quand elle entra elle comprit que se devait être plus grave que ce qu'elle pensait. Son supérieur l'interpella rapidement. On ne l'appelait pas Docteur Carstairs mais Mademoiselle, ce qui n'était pas du tout normal. Ce n’est que lorsque qu’on la mena jusqu’à la salle des infirmières, qu’elle eu la surprise de voir réunis tout ses collègues et amis, ainsi que sa petite sœur et qu’elle sentit l’inquiétude la quitter. Chacun d’entre eux avaient un sourire aux lèvres, un air malicieux ayant l’impression qu’ils l’avaient bien eu. Et ses yeux ce posèrent sur Janice, celle-ci souriait plus encore que les autres tandis qu’elle avançait vers la jeune femme. Dans ses mains elle tenait un gâteau, un gâteau portant la mention félicitations. Il lui fallut un certain temps pour que le déclic ne ce fasse dans son esprit, mais elle comprit finalement qu’elle l’avait fait, elle avait réussit. Portant ses mains à sa bouche elle ne retint pas son cri de joie, elle était maintenant médecin.

« Tu vois que je tiens mes promesses ? » Il était 22h passé, et la jeune femme venait d'arriver en courant. Elle avait cette manie certaine d'être constamment en retard, les personnes qui la connaissait étaient certes habituées à ce petit détail, mais avec le temps cela pouvait énerver. Aujourd'hui elle avait tout fait pour ne pas être en retard, elle avait préparé ses affaires à l'avance, avait pris un taxis pour ne pas être coincé dans le trafic, elle avait tout fait pour que cette fois elle arrive à être à l'heure, seulement il était loin d'être 21 heures ... Elle n'avait pas voulu faire la queue, espérant qu'il s'agissait de ce même videur à l'entrée qui lui fait des avances une fois. Cela l'avait fait rire, surtout de constater que cela ne plaisait pas du tout à son compagnon, et elle avait retenu son nom, certaine qu'elle pourrait l'utiliser à nouveau un jour. Arrivée devant lui, elle remercie le saint esprit de lui avoir fait mettre cette robe mettant en valeur ses longues jambes et commence à se glisser près des gens en première ligne, certains râlent, disent des choses sur elle qu'elle préfère ne pas écouter, mais voilà elle est enfin devant lui et il faut croire que le charme opère. Comme toujours à l'intérieur l'ambiance est au rendez-vous, et le monde aussi. Elle commence à stresser parce qu'elle sait qu'elle va encore le décevoir en étant en retard, elle le cherche partout mais ne le vois pas. L'appeler semblerait la meilleure des idées, mais elle ne veut pas étant déjà bien trop honteuse de son retard. C'est alors qu'elle le voit, cet homme qui fait constamment battre son cœur, automatiquement la voilà qui sourit, elle n'y peu rien le voir la rend heureuse. Elle se dirige vers lui et chuchote à son oreille. Sa réflexion le fait rire avant qu'il ne se retourne et ne dépose un baiser sur sa joue « Je savais que tu la tiendrais, mais tu remarquera que je n'avais pas fait de réflexion sur l'heure ! » Elle lui tira la langue et eu pour réponse un clin d'œil, il lui commanda un mojito framboise sans qu'elle n'ait eu à le demander, il savait toujours ce qu'elle voulait et quand elle le voulait. Et si Tristan ne s'attarda pas longtemps sur le fait qu'elle n'était pas à l'heure une fois de plus, ce ne fut pas le cas de son meilleur ami. « Non mais une heure ! Je crois que je ne t’ai jamais attendu aussi longtemps ! » Asher était en train de fortement se moquer d'elle. Mais s'il ne le faisait pas, ce n'aurait pas été vraiment lui. Elle connaissait Tristan depuis plus de trois ans maintenant, et ils entretenaient une relation incroyable. Elle ne pensait pas qu'à seulement 25 ans elle pourrait aimer un homme à ce point, elle arrivait même à aisément imaginer sa vie avec lui, et tout leur futur. En rencontrant son petit ami, elle avait aussi rencontré son meilleur ami, les hommes sont comme les femmes quand on y pense, passant leur temps entre "potes" et Ann n'a pas échappé à cela. Elle a eu de la chance cependant car elle s'est tout de suite entendu avec Asher, ce qui n'était pas forcément évident au final, on ne sait jamais comment on va s'entendre avec le meilleur ami, on a toujours peur que celui-ci ne nous accepte pas, considéré qu'on vole son copain, mais ce n'était pas le cas ici. A l'inverse, tout les deux s'entendaient à merveille, il était parfois difficile à croire qu'ils ne ce connaissaient pas avant d'ailleurs. Elle prit place avec eux, il n'était pas rare qu'ils sortent ensemble tout les trois, et cela ne la dérangeait pas car elle adorait Asher, et puis cette soirée là n'était pas comme les autres.«  Alors, il paraît qu'on ne va bientôt plus t'appeler Mademoiselle ? » La jeune femme était en train d'attraper le mojito que Tristan lui tendait, et elle ne pu s'empêcher de regarder celui-ci en fronçant les sourcils. Ils avaient prévu de ne pas encore beaucoup le divulguer, après tout c'était tout frais, il lui avait fait sa demande la veille et elle avait dit oui. Seulement elle voulait d'abord en parler à sa famille. Son fiancé lui fit un sourire avant de s'installer à leurs côtés «  Il m'a aidé à choisir la bague. » déclara t-il. Bien sur qu'il l'avait fait, elle commença à siroter son cocktail avant de reprendre en souriant «  Je serais une femme mariée, qui risque de te couper la tête si tu ne fais pas attention à mon futur mari sur le terrain ! » Une peur viscérale habitait la jeune femme depuis toutes ses années, la peur de recevoir un jour le coup de téléphone qui ferait basculer toute sa vie. Lorsqu'elle avait rencontré Tristan pour la première fois elle savait pertinemment à qui elle avait affaire, elle savait que s'il l'aimait il aimait tout autant l'armée, et que jamais elle ne pourrait lui demander de faire un choix. Et elle avait accepté cela, car elle aimait tout autant son métier ... Et si au début il avait été difficile pour elle de partager son homme avec ce monde qu'était l'armée, ensembles ils avaient finit par trouver comment fonctionner et ça roulait ainsi. Et puis cela la rassurait de savoir que Jake était avec lui dans cet endroit qu'il lui était inconnu, dans ce lieu qui pouvait lui prendre l'homme qu'elle aimait à tout moment. Quand elle eu fait cette réflexion le jeune homme lui fit un sourire entendu. Ça avait toujours été évident, il ferait attention à Tristan comme ce dernier le ferait pour lui. Ils passèrent une très bonne soirée, comme toujours. Et c'était ce qui constituait sa vie. Ann n'avait pas besoin de grand chose pour être heureuse et tandis qu'ils rentrèrent chez eux ce soir là, elle regarda son futur mari un instant en silence. Elle avait comme toujours ce sourire béat de la femme amoureuse incrusté sur son visage, et tandis qu'il la rejoignait dans le lit, elle remarqua qu'il avait le même sourire qu'elle. «  Qu'est ce qu'il t'arrive ? » demanda t-il avant de déposer un baiser sur son front et de s'installer de façon à ce qu'elle puisse ce coller contre lui. Elle attrapa la main du jeune homme et commença à jouer avec. «  Gaby est enceinte ... » chuchota t-elle. Depuis quasiment toujours, elles avaient fait leurs études ensembles, et avait suivit le même parcours. Les deux jeunes femmes s'entendaient à merveille tout comme son compagnon et Tristan. Il était fréquent qu'ils passent des soirées ensembles. «  C'est Joseph qui doit être sur un petit nuage ! » lâcha t-il. Il l'était en effet, et tandis qu'elle avait passé la moitié de la journée a parler bébé avec son amie, une idée avait germé dans son esprit. Elle était encore jeune, elle le savait parfaitement, mais elle savait aussi qu'ils n'avaient pas la vie devant eux comme la plupart des gens. Il ne fallait pas se leurrer, elle était médecin et il était militaire ... «  Je veux qu'on ai un enfant, Tristan.  » lâcha t-elle avant de ce redresser et de planter son regard dans celui du militaire. Elle avait imaginé ce qu'il dirait pendant un instant, qu'ils étaient jeunes qu'ils avaient le temps, après tout il venait à peine de la demander en mariage, elle avait imaginé le pire en réalité, pourtant au fond elle savait parfaitement qu'il ne dirait jamais cela, elle savait totalement comment il allait réagir. «  Chérie, tu sais parfaitement que je veux construire toute ma vie avec toi et qu'on ai une grande famille. » Le sourire de la jeune femme n'eu de cesse de s'élargir tandis qu'il parlait. Elle imaginait déjà un petit garçon qui lui ressemblait traits pour traits. «  Et je propose que l'on s'entraine dès maintenant ! » les rires de la jeune femme retentirent dans la pièce tandis qu’il l’attirait contre lui.


_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:56

CHAPTER II.

☾ ☾ ☾

« Je ne crois pas que tu comprenne. » la voix de Ann était dure et froide, ce qui était rarement le cas. Elle était reconnue pour toujours garder son calme, sauf lorsque son frère était dans les parages, et aujourd’hui n’était pas un cas comme celui-ci. Portant ses doigts sur l’arrête de son nez, elle pince cette dernière avec une force un peu trop poussée avant de reprendre son souffle « C’est de mon patient qu’il s’agit Dimitri, le reste attendra. » Le dit-Dimitri n’avait pas bougé d’un poil, tout deux se trouvait à l’entrée de la chambre et se disputaient depuis quelques secondes seulement. Cet idiot voulait qu’elle aille ailleurs, sous prétexte qu’on avait besoin d’elle mais elle ne pouvait pas laisser le jeune garçon dans les mains d’un ignorant. Alors elle le répétait pour la cinquième fois maintenant, elle irait après. « Gabrielle s’en occupera, je t’en pris Ann tu dois venir avec moi. » le ton du médecin était tout aussi pressant que timide, et la seconde qualité ne lui était pas habituelle. Ann prit un temps pour le sonder, et compris que quelque chose n’allait pas. Dimitri était le genre de type a vouloir lui voler ses patients, à vouloir s’accorder tout les crédits certes, mais il n’était pas le genre de gars à proposer que Gabrielle fasse quelque chose à sa place. Et maintenant il venait de piquer sa curiosité, d’alimenter son doute, elle l’avait sentit toute la journée mais n’avait pas voulu l’écouter. Elle avait sentit que quelque chose n’allait pas, mais elle avait décidé de ce focaliser sur tout autre chose. « Qu’est ce qu’il ce passe ? » sa voix trembla sans qu’elle ne s’en rende compte, joignant ses mains ensembles elle effleure alors son alliance. Le regard de Dimitri a changé lui aussi, parce que malgré lui elle venait de comprendre plus de chose qu’il ne l’aurait vraiment voulu. Il lui fit dos et avança dans la direction opposée à la leur après avoir vérifié qu’elle le suivait bien. Elle ne voulait pas s’imaginer le pire et c’était pourtant ce qu’elle était en train de faire, elle était en train de penser à ce qui avait depuis quelques années maintenant constitué son pire cauchemar. Ils arrivèrent vers les urgences, un endroit qu’elle fréquentait beaucoup de façon tout à fait logique mais dont elle n’était pas censée s’approchée aujourd’hui et c’était ce qui avait paru étrange. On avait toujours besoin d’elle aux urgences, constamment, mais aujourd’hui personne n’avait fait appel à elle, elle avait croulé sous les rendez-vous. Quand ils tournèrent sur leur gauche, elle oublia tout de suite l’agitation qui régnait aux urgences car elle faisait à présent face à des militaires en tenu, tous portaient encore leurs armes et certains avaient des visages qu’elle avait déjà vus quelque part. « Ou il est ? » demanda t-elle immédiatement à Dimitri qui c’était arrêté, elle sentait une boule dans son estomac qui ne voulait plus partir et qui ne partirait jamais. Avant que le jeune homme n’est pu lui dire quoi que ce soit un autre vint joindre son champs de vision peu à peu corrompu par les larmes qui avaient commencées à couler sans qu’elle ne s’en rende compte. Asher, le visage plein de terre ce tenait à présent devant elle, du sang tachait son uniforme de toute part, ses mains elles aussi en étaient recouvertes « Ann … » souffle t-il à présent avec une difficulté infime, tentant de s’approcher d’elle, elle recule vivement comme bruler par avance de ce futur contact. « OU IL EST ? » criât-elle cette fois. Tentant de passer le barrage que forme ses hommes armés, elle les pousse de ses petites mains et de cette force qu’elle n’a jamais eue. Elle entend la voix de Ash leur dire de la laisser passer, ce qu’ils font à l’instant libérant la vue. Et c’est alors qu’elle le voit, là allongé sur ce brancard et que sa respiration ce coupe. Elle s’arrête dans ses mouvements et commence à mordre ses lèvres pour arrêter les tremblements qui affluent en elle à cet instant précis. Elle secoue la tête, incapable d’accepter ce qui était en train de ce passer, elle refuse d’y croire. Trouvant la force d’avancer elle s’arrête de nouveau à quelques centimètres de lui, murmurant son nom elle sent qu’elle est en train de perdre une partie d’elle même. Finalement au bout de quelques secondes elle tient ses mains, caresse son visage, sans jamais s’arrêter de pleurer. On lui apprendra plus tard que ses derniers mots avaient été pour elle, et si cela aurait du la réconfortée ce ne fut pas le cas, car elle venait de perdre l’homme qu’elle aimait et que rien ne pourrait effacer cette peine. (...) Elle était incapable de regarder qui que ce soit dans les yeux, le coeur lourd et la main toujours près du visage elle avance sans vraiment savoir ou elle va. Fort heureusement Maia l'aide à avancer tandis que la main de Julia presse son dos, pour lui donner un peu de force en cette journée funeste. Tout le monde aimait Tristan, comment aurait-il pu en être autrement ? Ses parents n'avaient jamais rêvé avoir de meilleur gendre que lui, et il en fallait beaucoup pour que son père accepter de donner la main de sa fille au premier venu. Mais ils l'avaient comprit, tous, il n'était pas le premier venu. Elle réprime un sanglot, elle a essayé de ne pas pleurer en vain, c'était impossible de ne pas pleurer car à chaque fois qu'elle pensait à lui une immense tristesse prenait part de tout son être, de toute son âme. « Il est là ... » la voix de Julia l'a étonnée, elle se tourne vers sa soeur ne comprenant pas ce qu'elle sous entend. Mais finalement elle suit son regard, et tombe sur le regard sombre du jeune homme ... Bien sûr que sa soeur a voulu lui dire, peut être pour la préserver, elle ne sait pas mais la voilà en train de de prendre une grande inspiration. Julia avait pour habitude de bien s'entendre avec lui, peut être même avait-elle toujours eu un faible pour le militaire mais à cet instant les deux soeurs adoptaient le même regard froid à son égard. Il n'arriva à leur hauteur que quelques minutes plus tard et un regard entendu à ses soeurs les firent ce disperser. « Tu ne devrais pas être ici. » articule t-elle avec difficulté, parce qu'a présent la colère c'est mêlée au reste de ses émotions et en général cela ne donne rien de bon. Il secoue la tête « Il était mon meilleur ami Ann. » Asher n'a jamais eu une voix plus froide et distante que celle qu'il adopte à cet instant précis. Vêtu d'un uniforme similaire à celui qu'on avait mis à Tristan, le jeune homme représente à cet instant tout ce que Ann déteste, bien entendu il n'est pas le seul vêtu ainsi puisque tout les compagnons et amis de Tristan sont là eux aussi. Pour la première fois depuis qu'elle a quitté le corps sans vie de son fiancé, Ann semble garder un calme olympien, fixant le jeune homme avec colère « C'est de ta faute. » L'affirmation sort de nulle part, il n'était pas prêt, si bien qu'il la regarde sans comprendre « Tu l'a tué, maintenant part. » Si il pense que la jeune femme ne pense pas ses propos, c'est en la voyant toujours aussi de marbre qu'il comprend ce qu'elle sous entend. La vérité c'est que Tristan n'aurait jamais du ce trouver là ou il était, la vérité c'est qu'il avait pris la place de son meilleur ami persuadé que c'était trop dangereux pour lui. La vérité c'était que si Tristan n'avait pas fait cela, il ne serait pas mort aujourd'hui et ça Ann n'était pas prête de l'oublier.

Assise dans le salon familiale, la jolie brune remue son thé depuis plus de dix minutes maintenant. Si elle sourit, si elle semble s'être remise de la perte qu'elle a connue, ce n'est pas authentique. Pour autant elle ne s'en plaint pas, jamais, car elle ne veux pas en parler avec qui que ce soit, car elle ne veux pas entendre des gens s'apitoyer sur son sort et qu'elle souhaite garder cette peine dévorante pour elle. « Depuis quand tu le sais ? » la voix de son frère vient combler le silence qui c'était installé depuis quelques minutes déjà. Ils c'étaient tout les quatre retrouvés ici parce qu'ils savaient que leur mère était à son club de lecture et que leur père n'était pas là depuis deux jours. Elle n'a plus envie de boire son thé. Soupirant elle rejette ses cheveux en arrière avant de prendre une inspiration « Je l'ai découvert il y'a un mois. » Cette annonce laisse les autres sans voix, elle le sait ils ne comprendront peut être jamais pourquoi elle à fait ça, mais maintenant c'est dit. « Et t'a pas pensé que ce serait bien de nous mettre au courant ? » sa plus jeune soeur fulmine, jamais elle ne lui parle ainsi et en d'autres circonstances elle l'aurait rapidement remise à sa place. Maia elle semble relativement silencieuse pour une fois, ce qui n'est pas normal d'habitude mais au vue des événements ... « J'allais t'appeler et t'annoncer la nouvelle comme ça ? T'aurais voulu que le fasse vraiment ? » Ann reste calme, comme elle a toujours appris à l'être. Le regard noir que lui lance Dash ne change pas beaucoup du regard qu'il lui accorde en général tandis que Julia s'offusque. « Comment vous l'avez appris ? » parce qu'elle savait que c'était impossible qu'ils l'ai appris comme elle, et préférais que ce ne soit pas le cas. Elle était rentré chez ses parents assez tard ce soir là, la vérité c'est qu'elle était incapable de dormir seule depuis que Tristan n'était plus là. Alors elle était retourné chez ses parents pendant un temps afin de prendre du temps pour elle, loin de l'agitation qu'était sa vie à San Diego. Elle était aller au cinéma pour ce changer les idées -ce qui n'avait eu que très peu d'effets- et c'est là qu'elle avait vu son père, embrassant une autre femme sans aucunes gènes. Elle n'avait pas tout de suite tout compris, bien sûr son père trompait sa mère et tout à coup celui-ci était complètement tombé du piédestal sur lequel la jeune femme l'avait toujours placé. Ce n'est qu'en fouinant dans son bureau qu'elle avait compris au fur et mesure ce qu'il faisait, ce qui ce passait. Le regard de Maia se tourne immédiatement vers Dash, laissant sous entendre que c'est certainement lui qui l'a découvert en premier. « Tu aurais du nous le dire. » elle ce fiche bien de ce qu'il en pense, elle sait qu'elle a fait le bon choix car l'apprendre avait été assez dur pour elle alors comment aurait-elle censé le leur dire à eux ? Il n'y avait pas de mots a poser sur cette situation, aucun ne convenaient, elle n'était pas capable encore de ce rendre compte que c'était vraiment en train de ce passer. « C'est fait maintenant. » Julia ce lève d'un coup, la plus jeune des Carstairs semble avoir assez de mal a accepter ce qui est en train de ce passer. Au fond comme toutes les petites filles, elle a toujours pensé que son père était un héros qu'elle ne l'admette ou pas. Maia qui a coupé court au débat passe une main dans ses cheveux en soupirant, que vont-ils faire ? Quel est la meilleur chose à faire face à une situation comme celle-ci ? « Qu'est ce qu'on va dire à Maman ? » la cadette vient de soulever la question silencieuse. Chacun d'entre eux était en train d'y penser à cet instant précis, que devaient-ils dire à leur mère ? Ann savait pertinemment ce qu'ils avaient à faire mais n'était pas certaine que cela plaise aux autres. Car elle en était persuadée, leur mère était au courant depuis le début ou en tout cas ne pouvait pas ne pas avoir ouvert les yeux sur ce qui ce passait. Elle avait fait le choix de ne pas demander le divorce et cela lui appartenait complètement, mais ce n'est pas pour autant qu'Annelyn l'approuvait. Seulement ses soeurs devaient penser le contraire et elle n'était pas capable de leur exposer une vérité qui allait les faire plus souffrir encore. En fait c'était ça son problème, elle ne voulait plus que les gens qui lui sont proche souffrent, elle refusait tout bonnement cela. Elle regarda Dash, et elle comprit rapidement qu'il était en train de penser à la même chose qu'elle. Pour une fois les deux aînés semblaient être sur la même longueur d'ondes. « On ne lui dira rien. » la voix froide de leur aîné semble avoir rendu le reste de la fratrie muette. Certains penseront que la jeune femme est sans coeur de sacrifier ainsi le bonheur de sa mère, mais le fait est qu'elle n'est pas dupe. Aujourd'hui ils le savent, leur père à une autre femme, une autre vie mais qui sont-ils aujourd'hui pour l'empêcher de continuer ainsi ? La vérité c'est qu'en dépit de tout l'amour qu'elle a toujours porté à son égard, pour l'heure ce n'est pas ce qui importe la jeune femme, bien trop occupée par son métier et sa souffrance insupportable ... (...) Elle à mal. Mal à un point inimaginable, et tout à coup l'air vient à lui manquer. Plus rien n'a d'importance que cette envie soudaine de respirer sans en être capable, elle pleure sans s'en rendre compte et quand enfin elle ouvre les yeux elle retrouve l'air qu'elle avait perdu. Pleine de sueur ses yeux affrontent l'obscurité de la nuit « Respire Ann ! » la voix de Reid arrive à ses oreilles comme étouffée, elle porte une main à sa gorge tandis qu'elle sent l'air arriver dans ses poumons, la violence avait laquelle ses derniers s'emparent lui brule presque la poitrine. Les mains fraiches du jeune homme sont posées sur ses bras brulants avant même qu'elle ne ce rende compte qu'il a allumé la lumière. Des larmes coulent le long de ses joues comme a chaque fois qu'elle ce réveille de cette façon en pleine nuit, et cela fait bien trop de fois maintenant. Le regard bleu profond de son meilleur ami la fixe avec anxiété « Ca ... va ... » tente t-elle d'articuler avec une infime difficulté, pensant que peut être cela pourrait le rassurer mais à voir les traits sur son front l'inquiétude ne semble pas avoir disparue. Cela fait quelques semaines maintenant qu'il dort ici, avec elle, car quand la première crise est arrivée elle a cru qu'elle allait y rester. Les premières nuits ils avaient eu beaucoup trop peur, mais en dépit de ça elle avait refusé d'aller voir un médecin parce qu'elle savait ce qui lui arrivait ... Mais incapable de l'arrêter, Reid avait pris la décision de rester avec elle à chaque fois qu'il le pouvait et quand il ne le pouvait pas ils trouvaient toujours une solution. « Tu n'en à pas l'air ... » elle ferme les yeux tandis qu'elle retrouve enfin une respiration presque normale, tandis qu'il attrape le verre d'eau qu'il a déposé là avant d'aller ce coucher. Ils ne sont pas dans sa chambre habituelle, en fait elle est incapable d'y dormir depuis l'enterrement il y'a de cela quelques mois maintenant. Si elle n'a pas soif du tout, elle accepte le verre que Reid lui tend et tente d'avaler une gorgée qui semble plus lui arracher la gorge qu'autre chose. Ceci fait, elle dépose le verre auprès de son lit et retourne son regard marron glacé auprès de celui qui veille sur elle « Je t'assure. » continue t-elle cette fois avec moins de difficulté. Peu convaincu mais conscient qu'elle ne dira plus rien, Reid hoche la tête avant de retourner ce coucher. Déposant sa tête sur l'oreiller, Ann fixe un point inconnu une fois la lumière éteinte. Elle le sait, ça ne peux pas continuer comme ça, mais elle sait aussi qu'elle est incapable de l'arrêter par simple volonté. A chaque fois qu'elle commence à s'endormir, ses murailles s'abattent et son cerveau laisse entrer beaucoup trop de souvenirs et d'émotions liées à Tristan, bien trop si bien qu'elle est incapable de tout accepter d'un coup. Une larme roule le long de sa joue dans un silence de plomb, elle à juste peur à présent de fermer les yeux parce que la souffrance qui suit commence à être insupportable.

La jeune femme en face d'elle la regarde avec un faible sourire, « On est pas obligées d'y aller, tu sais . » la remarque de Carrie semble tout à fait légitime, et bien éloignée de toute mauvaise foie. Toute deux ce sont préparées comme il ce doit cet après-midi et la vérité c'est qu'elle est très reconnaissante qu'elle ai accepté de l'accompagnée. Elle porte toujours a sa main cette bague qui la lie à jamais et la fait tournée dans un geste qui paraît naturel aujourd'hui, le regard à présent tourné sur le paysage défilant à travers la vitre Ann semble des plus pensive. Elle n'était pas obligée d'y aller, c'était la stricte vérité puisque qu'elle n'était pas obligée d'y aller les années précédentes et ne l'avait pas fait. Elle ne c'était pas sentie capable d'affronter les autres, les familles qui elles aussi avaient perdu un être cher, ceux qui pendant longtemps avaient étés ses amis autant que ceux du jeune homme. Le "fort" était un tout autre monde auquel elle avait appartenu à une époque et en le perdant elle c'était longtemps sentie incapable d'y reposer un seul et unique pied. Mais aujourd'hui c'était différent, aujourd'hui cela faisait trois ans que Tristan n'était plus là et pour la première fois lorsqu'elle avait reçu la même invitation que les années précédente son coeur ne c'était pas serré de cette façon particulière qu'il avait eu auparavant. Non elle avait comprit qu'elle était prêtre pour ça, peut être que c'était l'épreuve ultime pour tenter d'aller de l'avant. Elle ne voulait pas tourner la page et ne l'avait jamais vraiment souhaité, mais avec le temps elle avait finit par prendre conscience qu'elle ne pouvait absolument pas garder son esprit enfermé dans le passé. « J'espère au moins qu'il y'aura du champagne ! » le rire d'Ann était sincère à cet instant précis, parce qu'elle espérait franchement qu'il y'en ai aussi. Quand elles passèrent l'entrée de la salle de réception, la jeune femme sentie un courant d'air frais lui frôler la colonne vertébrale et une panique particulière l'habiter tout à coup, elle n'était pas prête. Comment avait-elle pu penser qu'un jour elle puisse arriver à revenir dans cet endroit qui renfermait trop de souvenirs, revoir ses visages, ses gens qui avaient pendant si longtemps fait partit de son entourage proche. La main de Carrie vint serrer la sienne et lui ramena un peu plus de chaleur. Elle trouva le regard de sa meilleure amie qui la rassura instantanément. Elle devait le faire, pas seulement pour elle, pour lui aussi. Ensembles elles entrèrent alors, et c'est comme cela que commença l'un des moments les plus éprouvant qu'elle ai eu à vivre ... Beaucoup restèrent polis, au point de ne pas évoquer Tristan une seule fois, mais la majorité était prêts a partager toute les anecdotes possibles et imaginables qu'ils avaient sur lui, et bizarrement cela ne la rendit pas plus triste qu'elle ne le pensait, au contraire cela lui faisait du bien d'entendre des souvenirs qu'elle ne connaissait pas, qu'elle n'avait pas partagé avec lui. Rapidement elle ce sentit à l'aise dans cet environnement qui lui avait fait peur pendant trop longtemps. Elle parlait avec la première amie qu'elle c'était fait quand elle était arrivée dans ce groupe très fermée de femmes de militaire quand elle le vit. Elle c'était mentalement préparé à cela, peut être plus qu'au reste, mais pour autant elle sentit l'air lui manquer en l'espace de quelques secondes. Il n'avait pas changé depuis la dernière fois qu'elle l'avait vu, depuis qu'elle l'avait viré des funérailles de son meilleur ami ... Il portait toujours son uniforme comme la plupart des hommes présents dans la pièce. Elle espéra qu'il parte, qu'il fasse demi-tour pour ce rendre de l'autre côté, loin d'elle, qu'ils n'aient pas besoin de parler. Elle chercha Carrie du regard, bon sang ou était-elle ? Elle était certaine qu'elle n'allait pas du tout y arriver sans elle, jamais. Elle inspira profondément, et à cet instant la jeune femme avec qui elle parlait sembla remarquer que quelque chose venait de changer avant même de voir qu'Asher était là. « Oh Ash ! Comment tu vas ? » de manière tout à fait familière, la blonde passa sa main dans le cou du militaire avait de déposer deux bises sur ses joues, un sourire un peu trop surfait et les joues rosie elle sembla émerveillée de voir le jeune homme ici. Ce dernier lui n'en avait apparemment rien à faire d'elle, bien trop occupé à fixer Ann du regard. Cette dernière ne ce sentit absolument pas à sa place, parce que la froideur qu'elle pouvait lire dans le regard d'Asher était tout à fait normale et expliquée, mais qu'elle était incapable de la comprendre. Elle avait tenté à plusieurs reprises de ce raisonner, à ce dire qu'elle avait tord, qu'il n'y était pour rien mais c'était plus fort qu'elle car elle n'arrivait toujours pas à reporter la faute sur le seul et unique responsable : Tristan. « Parfaitement bien, et toi Hélene ? Comment va Paul ? » sa voix était douce aussi étonnant que cela puisse paraître et il semblait vraiment porter intérêt à la réponse qui lui fut donner. Mais le fait est que son regard ne quittait toujours pas Ann, cette femme qui était à l'instant précis en train de descendre un peu trop rapidement le verre de champagne qu'elle tenait à la main. Elle devait partir, s'éloigner rapidement, elle le savait mais pourtant elle en était incapable. C'était idiot parce qu'elle le détestait mais le revoir l'apaisait plus qu'elle ne l'aurait cru. Ce n'est que lorsqu'il ce retrouva totalement en face d'elle, qu'elle remarqua l'absence soudaine d'Hélène. « Tu ne devrais pas boire aussi rapidement, si je me souviens bien tu ne tient pas beaucoup l'alcool. » Asher était redevenu de marbre, Ann l'observa un moment. Il avait les yeux plus sombre qu'a l'époque ou elle l'avait connu, et n'avait jamais semblé aussi sérieux qu'aujourd'hui. A la position de ses joues, il était en train de serrer les dents, probablement pour ne pas lui lancer les pires horreurs au visage. Elle s'attarda trop longtemps et prit ses esprits un peu trop tard, déposant sa coupe elle inspira profondément  « C'était sympa de te voir. » Elle s'apprêta a s'éloigner quand elle sentit une main attraper son bras, il y mit assez de force pour l'empêcher d'avancer mais sans pour autant lui faire mal  « Sympa ? Tu te fou de moi Carstairs ! » a l'entente de son nom de famille elle riva rapidement ses yeux sur lui, il était réellement en colère il ne fallait pas être devin pour le deviner. « Lâche moi Asher. » elle n'était plus mal à l'aise, a cet instant elle retrouvait la même vigueur qui l'avait habitée quand elle l'avait accusé d'avoir tuer l'homme qu'elle aimait. « Je sais ce que tu pense Ann, mais tu à tord ... » il la lâcha à l'instant même ou il prononça ses paroles, et cela provoqua presque un vide en elle. Tentant de chasser ce sentiment elle ne su trouver quoi lui dire en réponse, et resta ainsi stoïque et muette. « Ca me manque, ce qu'on avait. » Elle ferma les yeux quelque secondes, elle n'était pas capable de le regarder. Elle ne voulait pas entendre ni comprendre ses propos, et quand elle les ouvrit de nouveau il était partit. Hors ce qu'elle était incapable de lui dire c'est qu'en dépit du manque atroce qu'avait créer l'absence de Tristan dans sa vie, elle ne pouvait supporter le fait qu'Asher lui manquait tout autant. 

_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:56

HOLLAND RODEN

 ©pinterest.com

Nicola "Nola" Campbell
Stop calling her pretty. She isn’t ‘pretty’. Pretty doesn’t even begin to describe her. She is so much more than that. She is kindhearted and heartbroken, gentle and dangerous, an angel one day and a she devil the next, intelligent yet silly, hilariously funny yet devastatingly sad, she is passion personified as a human being. Pretty isn’t even close. She’s a supernova that trails stardust in her wake, a constellation of contradictions plucked from outer space. And all you can think to call her is ‘pretty

 perfect ruin ♫ kwabs


  Prénom & Nom ○  il est fortement possible que vous ayez déjà entendu ce nom de famille quelque part, car comme la plupart des êtres humains peuplant cette terre la jeune femme a hérité du nom de son père. Le grand chef Noah C A M P B E L L connu pour ses multiples récompenses et son gout iné pour la fantaisie et les nouveautés. Aussi étonnant que cela puisse paraître, il n'a pas épousé une femme venant du même milieu que lui, au contraire il est tombé amoureux lorsqu'il avait 12 ans et c'est marié des années plus tard à la même personne. Un amour sans failles et sans limites comme le dirait leur fille, un amour que tout le monde passe sa vie à chercher. Ainsi donc on connaît bien son père, on ce l'arrache même. Et elle aussi à sa petit côte de popularité bien à elle, mais pas dans la cuisine car elle n'a jamais su en faire, un comble pour une fille de chef !! Elle a toujours adoré le théâtre et la comédie, et de ce fait elle a su percer par ses propres moyens dans ce monde là. Elle n'a pas un prénom très commun puisqu'elle s'appelle N I C O L A car jusqu'a à ce qu'elle sorte réellement du ventre de sa mère, elle était un garçon. On à répété pendant quatre mois entiers à ses parents, qu'ils allaient avoir un fils hors quel a été leur surprise de découvrir que ce n'était pas le cas. Trouvant cependant l'idée orignal et appréciant vraiment ce prénom, ses parents on donc décidé de le garder ainsi donc elle s'appelle comme l'arrière grand-père de son père qui était lui aussi un cuisinier hors pair. Bien entendu elle a essuyé bien des moqueries lorsqu'elle était jeune parce qu'elle était une fille et qu'elle s'appelait comme un garçon, mais on lui à rapidement trouvé un surnom qui à sa place particulière aujourd'hui. On l'appelle donc plus N O L A que Nicola. C'est d'ailleurs le prénom qu'elle a gardé pour son pseudonyme d'artiste, afin d'éviter toute confusion et moqueries qui n'ont plus vraiment leur place au jour d'aujourd'hui, puisque d'autres noms tous plus originaux les uns que les autres font leur apparition. Son second prénom quand à lui à une importance toute particulière à ses yeux, comme à ceux de sa mère puisqu'elle ce prénomme E R I K A, qui était en réalité le prénom de sa marraine. Une femme dont elle a été très proche et qu'elle a énormément aimé jusqu'à ce qu'une tumeur au cerveau les privent de son si jolie sourire et de sa joie de vivre.  Âge ○ il est parfois difficile de donner son âge, bien sûr elle ne ment pas dessus parce qu'elle ne trouve pas que ce soit nécessaire mais aussi parce qu'il facile de savoir si elle ment ou non en allant jeter un coup d'oeil sur la page wikipédia qui lui est consacrée. Elle à 28 A N S et ceci pendant encore quelques mois puisqu'elle approche à grands pas de ses 29 ans. Elle n'est donc pas loin de la trentaine mais contrairement à certaines personnes elle ne le vit pas vraiment mal puisqu'elle ne ce considère pas encore comme une trentenaire ! Lieu de naissance ○  Nola est une pur sang, une enfant du pays, une native. Si elle n'a pas cessé de voyager, et si elle ne vit ici que quelques jours par semaines ce sont à ses yeux les jours les plus importants puisqu'il s'agit de sa ville natale. En effet, l'actrice est née à S A N  D I E G O, en Californie. Elle y à vu le jour un 22 M A R S, et lorsqu'elle a été en âge d'aimer cette ville elle l'a fait. Nationalité & Origines ○ ça ce voit comme le nez au milieu de la figure, l'A U S T R A L I E coule dans ses veines. Car oui, sa mère est en réalité australienne et cela ce voit parfaitement aussi. Son père ce désole parfois de voir qu'elle n'a pris aucuns de ses gènes apparents en tout cas, mais la regarde une seconde et s'émerveille du fait qu'elle soit aussi belle que l'est sa mère -selon ses propres dires- il leur arrive souvent de retrouver de la famille qu'ils ont toujours là bas et il faut bien l'avouer elle en profite toujours pleinement pour parfaire un bronzage comme on n'en fait plus ! Son père quand à lui est un américain pure souche, ses parents l'ont élevé à New York avant qu'il ne commence à bouger un peu partout et ne pose ses valises à San Diego. Statut civil ○ on la met en couple avec tout le monde, absolument tout le monde. A croire qu'il n'y a aucunes limites de nos jours, et de ce fait elle a arrêté de démentir quoi que ce soit. Il suffit qu'elle fasse une sortie avec un mec, qu'on lui établie déjà une relation durable ou chaotique. Mais la vérité n'est pas totalement loin de ce que l'on raconte, elle change d'homme a tour de bras pour la simple et bonne raison qu'elle ne souhaite pas de relations sérieuse. Elle est C E L I B A T A I R E depuis des années et préfère vivre ainsi, car elle ne sait que trop bien les complications que pourrait apporter une réelle relation. Qui plus est le seul homme dont elle est était un jour amoureuse est inaccessible, car il ne veux pas se retrouver sous le feu de ses projecteurs ni encore devoir faire face à tout ce que la presse pourrait raconter à son sujet. Entre eux est né une guerre mélangeant parfois un peu trop l'amour, avec la haine et la passion.  Situation financière ○ La jolie rousse travaille depuis des années maintenant, d'abord mannequin elel a gagné son premeir gros cachet lorsqu'elle avait 19 ans. Aujourd'hui elle a joué dans plusieurs séries, et le fait d'avoir un rôle principal dans une série en vogue, financièrement ça aide pas mal. De ce fait elle à une très B O N N E situation financière et elle en profite totalement !Emploi/études ○ depuis qu'elle sait marcher et parler comme il faut, la jeune femme foule les planches. Elle a longtemps fait du theatre avant d'être repéré par un directeur de casting qui l'a fait entrer dans le monde du cinéma, ainsi lorsqu'elle a eu six ans elle a commencé à tourner avec les plus grands sans vraiment ce rendre compte de ce qui était en train de ce passer. Par la suite elle a enchainé les petits rôles sans grande importance, avant de finalement tourné dans une série adapté du monde de Marvel dont elle porte le personnage sur les épaules. A C T R I C E depuis presque toujours, elle a depuis peu appris à se retrouver dans les pages de magazines et c'est vu offrir des propositions de mannequinat à plusieurs reprises. Elle ne ce considéré donc pas comme M A N N E Q U I N bien qu'en ayant le CV, et bien qu'étant à ce jour le visage officiel de Chanel pour la nouvelle collection qu'ils vont bientôt sortir. Elle à donc foulé les podiums aussi, plus d'une fois mais ce n'est pas ce qui la passionne, en dépit de son amour inconditionnel pour la mode ! Traits de caractère ○la jeune femme cache bien des mystères et des facettes de sa personnalité, habituée a jouer sur les apparences il est parfois difficile de savoir si on la connaît vraiment ou pas. Pourtant il faut le savoir elle n'est pas du tout le genre de fille à ce prendre la tête, bien au contraire elle est adepte du sourire et de la bonne humeur ayant eu dans sa vie un très bel exemple de cela. Enfant elle était fascinée par sa marraine et la joie de vivre que cette dernière pouvait vous apporter en quelques secondes malgré les horreurs qui pouvaient lui arriver. Elle a donc rapidement décidé de devenir ainsi, de faire sourire les gens et ceci dans toute les circonstances. Sa meilleure amie pourrait vous le dire mieux que personne, Nola aime R I R E, en effet il ne ce passe pas une heure sans que la jeune femme n'est trouvé une connerie à dire et que celle-ci ai fait rire tout le monde. La bonne humeur est ce qu'il y'a de plus important à ses yeux, et sincèrement elle aura le sourire en toute circonstances. La jolie blonde est aussi une jeune femme des plus M A L I C I E U S E car elle sait jouer, elle fait ça très bien d'ailleurs. Il ne faut pas l'oublier, elle est une actrice et cela implique qu'elle sait jouer la plupart des émotions et ce serait mentir de dire qu'elle n'en use pas au quotidien. De même qu'elle est malicieuse, cette fille passe son temps à F L I R T E R c'est dans sa nature, c'est ainsi et elle ne risque pas de changer du jour au lendemain. Il faut bien l'avouer, il lui arrive de le faire plus souvent encore quand Caine est dans les parages ... Ce sont des traits de caractère que tout le monde lui connaît, on devine aussi aisément qu'elle soit une fille des plus A I M A N T E il suffit de la voir en compagnie de son filleul, Milo, pour comprendre cette part de tendresse qui se trouve en elle. Mais pas tout le monde à cette chance, c'est une particularité que seul les personnes qui lui sont proches connaissent. De cette même façon, on n'imagine pas qu'elle puisse être aussi S E N S I B L E qu'elle ne l'est vraiment. Elle pleure devant Titanic et The Notebook, même si elle les a déjà vu six fois avant, c'est indéniable. Elle a aussi beaucoup pleuré quand elle a regarder Rebelle ... Et en totalement adéquation avec cela, c'est une P A R TY  GI R L invétérée, elle profite de la vie et elle est certaine d'avoir tout à fait raison. Et puis ses soirées là lui apporte une dose de bien être qu'elle ne saurait expliquer, une compensation aux choses qui lui manquent un peu trop ...  Groupe ○ patrick bateman.


Because every morning you have to wake up and be you ~

─ elle possède la même tâche de naissance au creux des reins que son frère ainé nola n'a jamais eu de régime strict, et si elle a toujours voué une passion certaine pour les sucreries, ce qu'elle aime par dessus tout reste les fruits rouges lorsqu'elle a besoin de se détendre elle allume quelques bougies, monte le son sur ses morceaux de jazz favoris et apprécie cet instant un dégustant un bon vin vivant en mode accéléré elle n'a que rarement le temps de prendre des bains dans la magnifique baignoire ce trouvant dans sa salle de bain, elle prend toujours des douches mais elle a instauré une nouvelle règle qu'elle s'efforce de respecter en prenant un bain par semaine si elle très girly dans son apparence et sa façon d'être, elle a toujours eu un côté garçon qu'elle assumait plus lorsqu'elle était jeune, elle adore faire de la moto et d'ailleurs son père adorait la prendre avec lui pendant des week end entiers ou ils allaient assister à des courses de voiture ou de moto lorsqu'elle a eu sa première paye elle est allé s'acheter sa première voiture avec plutôt qu'un nouveau sac ce que peu de personnes savent elle pourrait passer des soirées entière à regarder des show d'Ellen Degneres qu'elle adore, elle a d'ailleurs eu l'occasion de la rencontrer et participer à une de ses émission et cela reste un souvenir gravé dans sa tête sa famille c'est toujours composé de son frère et de son père, sa mère n'en a jamais fait partit depuis très jeune elle a développé un amour inconditionnel pour Prince et si elle a pu assister à beaucoup de concert, son rêve de le rencontrer en chair et en os ne s'est pas encore réalisé le cinéma est une seconde passion, elle pourrait passer des heures à regarder des films que ce soit en salle ou chez elle cependant elle garde une petit honte, avec laquelle son frère aime beaucoup la taquiner, puisque malgré tout les films qu'elle a pu voir et apprécier, elle garde un énorme coup de coeur pour Dinotopia elle adore dormir, et a toujours été une vraie marmotte ce qui a changé lorsqu'elle est entrée dans la vie active porte à son coup un pendentif que son père lui a offert pour ses dix huit ans, qu'elle ne quitte jamais si elle prône une alimentation saine et équilibrée, elle sera cependant la première a vous proposer d'aller dans dans un fast food car les frites et les hamburgers sont un pêché mignon elle n'est pas une grande sportive, elle déteste ça et ne comprends pas les gens qui en font, et ce défonce la dedans mais elle les admire il lui arrive très souvent de monter le son à fond que ce soit chez elle ou dans sa voiture, et de chanter comme une forcenée mais le problème c'est qu'elle ne chante pas bien du tout elle maîtrise quatre langues à la perfection, le Francais, l'Espagnol, l'Italien et l'Anglais Américain, elle sait manier son accent comme elle le souhaite si elle adore son boulot, il lui arrive comme tout le monde d'avoir parfois des coups de mou et de ne pas être l'actrice la plus agréable qu'il soit elle ne peux pas passer une journée sans avoir discuter avec Linly, ou sans lui avoir raconter toute sa vie de la journée et inversement elle croit n'être jamais tombée amoureuse (...)  

Sous quelle forme se matérialise le monstre qui est en toi ? ○ De façon très peu lucide, Nola répondrait qu'il n'y a pas de monstre en elle. Après tout pourquoi y'en aurait-il un ? Mais le fait est qu'elle mentirait, car elle n'est pas du tout la même personne qu'elle ne laisse paraître. Le monstre c'est elle tout simplement, elle le sait mais pourtant elle tente de ce voiler la face, pire encore, de duper les autres. Elle ne laisse que très facilement les gens s'approcher d'elle, et ne s'attache plus, elle a apprit la leçon la dernière fois. Si tu pouvais faire les choses différemment, changerais-tu certains de tes actes/décisions ? Lesquels ? ○ Elle a cru un temps que si elle pouvait revenir en arrière, elle le ferait mais maintenant elle a ouvert les yeux. Elle ne le ferait pas, car cela voudrait dire changer beaucoup trop de chose et malgré tout elle a vécu des choses qu'elle ne regrette absolument pas. Es-tu un bon menteur ? ○ C'est une actrice, alors ça veux tout dire ! Bien sûr qu'elle est une bonne menteuse, une très bonne même. Il est parfois difficile de cerner le vrai du faux, même pour elle ... Crois-tu en la justice étatique ou préfères-tu la justice faite par soi-même ? ○ Aucune des deux, elle ne c'est jamais vraiment posé la question alors du coup ...



_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:56

CHAPTER I.
Forte, c’est quand tu glisses, tu t’accroches à n’importe quoi, à n’importe qui, pas pour remonter, pas forcément, mais pour ralentir la chute. Forte ça veut pas dire que t’as pas envie de mourir. Forte, ça veut dire que tu continues à vivre, avec l’envie de mourir. Et tu espères qu’un jour, l’envie, elle s’en ira. Forte ça veut dire être fragile, avoir des faiblesses. Forte ça veut dire essayer de faire avec. Forte ça veut dire avoir les larmes qui coulent, et les essuyer d’un revers de la main rageur. Forte ça veut dire être un peu enfant, encore, et avoir besoin de promesses et de secrets.
☾ ☾ ☾

« Chérie dépêche toi, on va être en retard à l'école. » assise contre son lit, la petit fille de six ans boude. Elle boude parce que ce matin c'est la rentrée, parce que ce matin elle rentre dans l'école des grands et que sa maman lui avait promit qu'elle serait là. Hors lorsqu'elle c'était précipité dans la chambre de ses parents en sautillant ce matin là, elle n'avait pas trouvé la jolie chevelure de sa maman. Son papa lui avait assuré qu'elle devait aller se préparer, que lui allait l'amener et rester avec elle jusqu'à ce qu'elle ce sente bien, mais elle boudait. Car comme toujours sa maman lui faisait des promesses qu'elle ne tenait jamais, et elle y croyait toujours. Ainsi quand la voix de son papa résonna dans le grand escalier de marbre, elle ne bougea pas d'un poil et continua de faire sa tête boudeuse. Elle entendit un grattement de l'autre côté de la porte qui séparait sa chambre de celle de son frère, et finit par voir Julian qui l'entre ouvre, et qui la regarde avec un sourire réconfortant. Il n'a pas le temps de lui tendre ses bras, qu'elle se précipité déjà vers lui pour y pleurer à chaudes larmes. Julian à quatre ans de plus que sa soeur, aussi est-il lui plus habitué a ne pas voir les promesses de leur mère aboutir. Comme a son habitude, il écoute Jennyfer faire des promesses à sa fille et lève les yeux au ciel de voir qu'elle continue à la faire vivre dans un monde utopique, qui n'existait pas. Elle ne l'avait jamais accompagné une seule fois lui, il ne croyait pas possible qu'elle accompagne Nola. Il lui susurra des mots rassurants à l'oreille, tout en l'aidant à ce préparer. Il allait surement être en retard puisqu'ils devaient le déposer sur le chemin, mais avec le caractère de cochon qu'avait sa soeur, il ne valait mieux pas ce mettre en colère contre elle au risque de la braquer, mais bel et bien rester doux. C'est ainsi que pas moins de dix minutes plus tard ils sont dans le hall d'entrée, près a partir. En les voyant Noah sourit, il est fier de ses enfants et ému de savoir que sa petite fille va rentrer dans l'école des grands. Pendant un instant il les regarde avec des étoiles dans les yeux, avant que Julian ne lui rappelle qu'ils sont en retard. Ils montent tous dans la voiture, mais Nola boude a nouveau, les câlins et la tendresse de son frère passé elle ce souvient à nouveau que sa maman ne sera pas là « Pourquoi je m'appelle pas comme toi Papa ? » Noah regarde sa fille dans le rétroviseur, ne comprenant pas directement la question que lui pose sa fille. Celle-ci trouvant qu'il met trop de temps à répondre poursuit « Julian il s'appelle comme toi, et moi comme maman. Pourquoi ? » Lorsque les choses deviennent plus claires pour l'avocat, ce dernier prend une grande inspiration avant de répondre. A vrai dire à l'époque, cela avait causé beaucoup de discorde dans le couple. Lorsqu'elle avait appris qu'ils attendaient une fille, Jennyfer c'était mis en tête qu'elle porterait son nom de famille, que ce dernier lui serait plus bénéfique que celui de son père dans le sens ou étant une fille elle grandirait dans la lumière qu'apportait le fait d'être la fille de Jennyfer Grayson. Noah avait refusé qu'il en soit ainsi, elle serait sa fille aussi et ce devait de porter son nom, c'était déjà bien assez que sa femme refuse de prendre Patterson comme nom de famille il ne fallait pas non plus exagérer. Mais comme souvent, c'était Jennyfer qui avait obtenu gain de cause. « C'est parce que ta maman voulait absolument que tu ai un nom de princesse, et Julian un nom de prince. Comme tu dis que je suis le Roi de la famille, ta maman est la Reine non ? Alors tu à le nom qui va avec. » Il maudissait sa femme à cet instant précis, il l'avait prévenu que ce serait à elle d'expliquer cela à leur fille quand elle poserait la question. Hors aujourd'hui elle n'était pas là, et cela avait déjà valu le matin très tôt une énorme dispute, sur le fait qu'elle brisait une fois de plus une des promesses faite à leur fille au profit de son magazine de mode. Elle avait pris son vol direction Milan, en ne laissant qu'une lettre à Nola que son père lui lirait le soir même. « Et bah j'aime pas. Moi je veux être comme Julian et toi. » Julian avait sourit face a la témérité de sa si jeune soeur, et Noah n'avait su quoi dire. Il avait plus d'une fois essuyé les chagrins de sa petite fille se retrouvant maintenant à cours d'excuses. « Ne dit pas ça mon ange, tu aime ta maman et tu risque de regretter tout ce que tu dis, tu est en colère mon coeur. » avait-il déclaré avant de tourner jusque devant l'entrée de l'école de Julian. Ce dernier avait la possibilité comme la plupart des élèves de son rang social de venir par le biais d'une voiture personnelle ainsi que d'un chauffeur. Seulement, en dépit de son emploi du temps toujours très chargé, Noah refusait de laisser ses enfants aller à seuls à l'école le matin, et mettait toujours un point d'honneur à les accompagner. Il souhaita à son fils de passer une très bonne journée, et attendit jusqu'à ce que celui-ci soit entré dans l'enceinte de l'école privé avant de faire demi-tour et de prendre le chemin de l'école de la cadette. L'interlude qui lui avait donné le départ de son frère semblait l'avoir calmé. Mais Nola ressemblait beaucoup à sa mère, cela il ne pouvait le nier, et quand il pensa que la discussion était finie, il entendit la petite fille marmonner et lui demanda de parler plus fort afin qu'il puisse l'entendre. « De toute façon maman elle m'aime pas. » La réflexion était dure sortant de la bouche d'une enfant si jeune, et son père resta idiot un instant. Il s'attendait à voir des larmes couler le long des yeux de l'enfant, aussi s'arrêta t-il sur le bord de la route dès qu'il l'eu pu, et sortit de la voiture afin de prendre place a l'arrière avec sa fille. Cette dernière ne pleurait pourtant pas, elle le regardait avec un regard quelque peu distant comme persuadée de ce qu'elle venait d'avancer. « Tu sais que ce n'est pas vrai Nicola. » il venait déjà de lui dire quelques minutes auparavant, que sa mère l'aimait de tout son coeur. Nola resta a son tour silencieuse un instant, semblant réfléchir avant de laisser couler les larmes le long de son visage « Alors pourquoi elle est pas là? » et si malgré les câlins et son père, l'enfant avait pleuré jusqu'à ce qu'ils posent un pied dans sa nouvelle école l'idée ne cessa jamais de lui trotter dans l'esprit. En effet, pendant toute son enfance, et ceci malgré les minables efforts de sa mère, Nola passa toute son enfance persuadée que sa mère ne l'aimait pas, que sa mère ne voulait pas d'elle et qu'elle se fichait de ce qu'elle pouvait bien faire. Elle fut élevé a l'image de son père, très simple et terre à terre, elle ramenait toujours des notes parfaites à la maison. Et sa mère était si peu présente, qu'elle considéra souvent pour sa seule famille son père et son frère, en dépit des efforts déployés par le premier afin que sa fille accepte le fait que sa mère l'aimait malgré ce qu'elle pouvait penser. Un souvenir resterait gravé cependant dans sa mémoire, celui ou sa mère l'amena à New York pendant une semaine afin de la faire poser pour la couverture de son magazine, qui portait sur la mode sur les enfants et mettait en avant l'atrocité des concours de miss qui voyait à l'époque le jour. Elle ne vit sa mère que trois fois sur toute la semaine, passant le reste du temps avec nounou, mais elle ne pouvait le nier ses trois fois là furent magique, comme le reste du séjour qu'elle c'était empressé de raconter à son père en rentrant à la maison. En omettant pour la première fois d'incriminer sa mère qui l'avait laissé avec une inconnue tandis qu'elle avait promis à son mari de toujours rester avec leur fille. Mais il avait fini par l'apprendre, et lorsqu'elle était rentré d'un énième voyage d'affaire les choses avaient éclatés a la maison tandis que Julian et Nola regardait un dessin animé dans la chambre du premier. « Tu l'a laissée une semaine entière Jenny tu te rends compte ? » son père n'avait jamais semblé si en colère, elle pouvait entendre dans le ton de sa voix une rage qu'elle ne lui connaissait pas « Je t'en prie, tu t'attendais à quoi ? Elle est comme toi, je n'allais pas l'amener faire les musées, j'avais bien mieux à faire. C'est plus ta fille que la mienne Noah ! » ils avaient continués à ce disputer, les propos de sa femme le rendait fou. Mais Faith n'avait plus écouté ce qu'ils disait, gardant en mémoire les derniers mots que sa mère avait prononcé C'est plus ta fille que la mienne Noah à l'époque elle n'avait que onze ans, et ce jour là elle entama à l'encontre de sa mère une haine qui ne serait pas prête de s'atténuer.

L'odeur lui brulait les narines à présent, ça en devenait presque insupportable mais elle ne pouvait y remédier. Si elle était là c'était de sa faute, et a vrai dire elle en était plutôt satisfaite. Depuis plusieurs mois déjà la jeune fille de seize ans avait déjà atteins une certaine notoriété, bien entendu elle devait cela au nom très reconnu de sa mère mais aussi à la chance qu'elle avait eu d'hériter des bons gènes. Pourtant, malgré les flashs qui étaient attirés par elle, sa mère ne faisait toujours pas attention à elle. Alors afin d'attiré le seul regard qui l'a toujours préoccuper en dépit de ce qu'elle pouvait déclarer aux autres membres de la famille, elle c'était mis à voler des choses. Cela avait commencé avec des petites choses, comme des paquets de gâteaux et puis avec le temps qui passait elle volait de plus en plus de choses, et plus souvent. Elle trouvait ça drôle, pire encore elle ce sentait vivante lorsqu'elle volait, ressentant monter en elle une adrénaline qu'elle ne connaissait pas et qu'elle adorait. Quand elle avait commencé elle était consciente de ce qu'elle faisait, si le vol en lui même n'était pas nocif en dehors du fait que voler était une mauvaise chose, il fallait ce méfier de l'adrénaline que cela pouvait procurer, car on pouvait en devenir accroc. Mais elle n'en avait fait qu'a sa tête, n'avait écouté personne comme à son habitude. Elle se trouvait donc là, dans un endroit bien différent de ceux qu'elle avait l'habitude de fréquenter, lorsqu'elle y avait déposer le premier pied tout les regards c'étaient tournés vers elle, et pour la première fois elle n'avait pas aimé qu'on la regarde ainsi. Elle c'était alors installé dans un recoin de la cellule espérant que ses regards passeraient, mais ça n'avait pas été le cas et cela l'avait rendu très mal à l'aise. Elle avait espéré qu'on vienne vite la chercher, et a chaque fois qu'elle posait la question on ne l'écoutait pas. C'est ainsi qu'elle avait passé sa première nuit en prison, chose qu'elle n'aurait jamais penser faire mais qui pourtant venait de ce produire. Bien entendu elle n'avait pas fermé l'oeil de la nuit, une des filles avait passé la nuit à toucher ses cheveux et elle en était venu à ce demander si cette fille connaissait l'existence des après shampoing vu l'état qu'avait sa chevelure paillasse. « Grayson! » à l'entente de son nom elle c'était redressée comme un pic, faisant tomber sur le coup les quelques filles qui c'étaient appuyées sur elle. « Moi ! C'est moi ! » Son corps lui faisait mal meurtri d'être resté toute la nuit dans cette même position crispé par la peur et l'angoisse. L'agent de police la regarda en mâchant son chewing gum, avant de déclarer que quelqu'un venait de payer sa caution, si Faith ne montra pas sa joie au premier abord, il n'en fut pas moins qu'elle jubilait à l'intérieur, enfin libérée de cette torpeur. On lui ouvrit la cellule, et elle partit sans même accorder un dernier regard aux filles qui se trouvaient là, car elle souhaitait très rapidement ce débarrasser d'elle. On lui rendit ses effets personnels, dont son sac Chanel dernier cris, son maquillage, son téléphone mais plus important encore sa veste qui lui avait manqué lorsqu'elle avait frissonné a cause du froid. Quand elle marcha vers le hall du poste de police, elle imaginait déjà la scène que lui ferrait sa mère, la foule de paparazzis devant qui attendraient d'avoir la meilleure photo et cela la fit sourire. Un sourire qui retombât immédiatement lorsqu'elle vit un tout autre visage à la place de sa mère. Elle aurait du s'y attendre, après tout elle en avait l'habitude maintenant, sa mère n'était jamais là même pas lorsque sa fille finissait en prison. Elle avança jusqu'à son sauveur en boudant, « T'en a mis du temps, tu sais tu n'était pas obligé de venir. » Il ne fallait pas s'y méprendre, Nola aimait son frère plus que tout. Mais elle était déçue comme elle l'avait été plusieurs fois au cours de ses dernières années, et elle ne pouvait pas le cacher. Aussi se mit-il à rire avant de remercier le grossier agent de police de lui avoir ramené sa soeur, il ne sembla pas remarquer le regard salace que celui-ci lui lança surement attiré par la perfection des formes du jeune homme. « Et ben figure toi que je me suis dit que tu avais eu tellement de mal à rentrer la dedans que tu voudrais y passer le plus de temps possible. » Elle leva les yeux au ciel, tandis que lui souriait toujours, il avait du se régaler de l'imaginer en prison tandis que lui dormait tranquillement dans ses draps de soie. Elle commença a se diriger vers l'entrée principale, si sa mère n'avait pas eu l'occasion de venir chercher sa fille dépravée, elle aurait au moins l'occasion de voir les photos à la une d'un magazine puisqu'elle les lisait tous tout les jours, ou tout du moins ses assistantes les lisait pour elle. Mais son frère la stoppa et l'invita a passer par un autre endroit, la porte de derrière ... Elle le regarda un instant surprise, quand elle vit une voiture totalement noire qui les attendaient bien loin des limousines dont ils étaient tout les deux habitués. « Un jour tu me remerciera. » avait-il répondu à son regard noir, avant de la pousser un peu afin de la forcer a entrer dans la dîtes voiture. Bien sûr sur l'instant elle ne le comprenait pas, pire même elle était en colère contre lui aussi. Pendant tout le trajet elle avait continué de faire la tête, regardant la ville défiler par sa fenêtre. Julian lui la regardait, surement était-il en train de ce demander pourquoi elle en faisait toute une affaire, pourquoi est-ce qu'elle essayait tant bien que mal d'attirer l'attention de leur mère mais surtout de la changer, après tout lui avait accepté qu'il en soit ainsi et depuis longtemps tandis que sa soeur rester obstinée. Lui savait qu'au fond, leur mère les aimaient même si elle n'était pas très douée pour leur montrer, mais Nola avait bien du mal a l'accepté et avait confondu son propre amour à l'égard de Jennyfer pour de la haine. Lorsqu'ils étaient rentrés dans leur grande demeure, on les attendaient la porte grande ouverte comme toujours mais contrairement à son habitude Nola n'y fit aucunement attention, elle avança tout droit jusque dans sa chambre les nerfs en pelote. A peine entrée elle jeta au fur et a mesure de ses pas, ses vêtements sales et crasseux au sol et ce dirigea jusqu'à son immense salle de bain personnelle dans laquelle elle prit une longue douche chaude. C'est ici même, qu'elle laissa son coeur s'exprimer, laissant couler de chaudes larmes le long de ses joues, rapidement noyées dans l'étendue d'eau qui se jetait sur elle. Elle resta un instant enroulée dans sa serviette, allongée sur son lit immense a écouter de la musique avant de finalement s'habiller afin d'aller chercher quelque chose à manger. Elle mourrait de faim n'ayant pas mangé depuis la veille, et caressait le doux espoir de ne croiser personne, ce qui lui semblait impossible ils étaient en plein milieu de la semaine et la maison en elle même était un château. Aussi après avoir dévaler les escaliers quatre à quatre elle arriva dans la cuisine, ou elle salua les employés qui s'affairaient à ranger les dernières courses, elle attrapa un jus de fruit ainsi qu'un gâteau, elle suivait un régime strict d'ordinaire mais là elle n'en avait que faire. Elle prit ensuite le chemin du grand salon, espérant pouvoir regarder un film à l'eau de rose sur le grand écran quand elle fut interpelé « Bonjour vous, ne seriez vous pas ma fille ? » Noah. Elle ferma les yeux un instant avant de prendre une grande inspiration et de se tourner vers son père, il la regardait un sourire aux lèvres un dossier a la main et les lunettes sur le bout de son nez. Elle avança vers lui avant de déposer un baiser sur sa joue, comme elle avait l'habitude de le faire depuis son plus jeune âge « Ou étais-tu ce matin, je croyais qu'on devait déjeuner tout les deux. » C'est alors qu'elle perdit ce sourire que l'arrivée de son père lui avait procuré. Elle avait été tellement aspirée par la vengeance perpétuelle contre sa mère, qu'elle en avait oublié l'amour presque étouffant parfois que pouvait lui porter son père. Elle l'avait regardé en silence, tout à coup elle ne voulait plus qu'on sache qu'elle venait de passer la nuit en prison, elle ne voulait surtout pas qu'il le sache parce qu'elle savait qu'il serait déçu par sa fille, et le simple fait d'imaginer ce regard qu'il pourrait alors avoir sur elle la rendait malade. Elle reprit son sourire et s'exprima « Oh je suis désolée papa, hier soir Linly est passé tard à la maison et du coup ce matin je ne me suis pas réveillée. » Elle n'aimait pas lui mentir, mais dans ce cas là il valait peut être mieux ... Il avait finit par lui sourire de ce sourire que son frère avait parfois « Je m'en suis douté, on ce fait ça demain matin alors ? » elle lui avait fait un grand sourire, et visiblement satisfait il avait repris le chemin de son bureau. Elle était restée là un moment, au milieu du couloir se remémorant ses dernières 48 heures et ce rendant compte qu'elle n'avait été qu'une idiote. Finalement, plutôt que de ce diriger vers le salon, elle remonta les escaliers jusqu'au premier étage mais au lieu de s'arrêter à sa chambre elle continua jusqu'à celle de son frère, dans laquelle elle entra sans prendre la peine de frapper. Il était a son bureau, surement encore en train de réviser quand il leva un oeil pour la voir entrer, s'installer sur l'un des canapé présent, elle déposa son gâteau avant d'entreprendre d'ouvrir son jus et arrêta son geste  « Tu avais raison. » il ne la regardait plus mais l'écoutait attentivement, un sourire aux lèvres. Il connaissait sa soeur plus qu'elle ne voulait bien l'avouer. Elle avait finit par ouvrir son jus avant de le boire comme si elle n'avait rien avalé depuis des mois. Il continua d'écrire un instant, avant de finalement déclarer  « Ce sera notre secret. » Et secret ce fut, elle ne découvrit jamais comment il avait fait mais jamais on n'apprit que Nola Grayson avait passé une nuit en prison, pour avoir volé un sac qu'elle possédait déjà.

Autour d’elle tout le monde se presse , se bouscule … Pour ce calmer et ce concentrer sur ce qu’elle doit faire elle ferme les yeux. Laissant les petites mains des maquilleurs et des coiffeurs s’occuper d’elle. Alors elle repense au sujet sur la faim dans le monde qu’elle doit rendre avant la semaine prochaine et qu’elle à laissé en plan ce matin sur son bureau. Elle pense au petit icône qui clignote sur son portable lui indiquant que Linly l’a déjà appelé plus de dix fois , elle pense à la robe rouge écarlate pièce maitresse de la collection qu’elle va enfiler pour apparaître sur le podium pour la dernière fois ce soir quand elle entend le murmure de son nom qui la ramène à la réalité. Tout le monde est vraiment stressé autour d’elle mais elle ne semble pas toucher par cela. Elle est une professionnelle maintenant , cela fait cinq ans qu’elle c’est engagé dans le mannequinat et cela ne lui fait plus peur. Elle ce lève et ce place sur l’estrade placée en plein milieu. Elle est simplement vêtue d’un soutien gorge et d’un string et attends qu’on apporte son fourreau. Elle regarde d’un air hautain toute les autres mannequins autour d’elle et s’interroge sur le fait d’aller à l’after quand son regard se pose sur une fille. Rousse, surement seize ans qui lit un journal. Cette jeune fille à l’air réellement intéressé par ce qu’elle lit et relève tout à coup les yeux sentant qu’on l’observe. Alors Nola lui sourit , étrange et inhabituelle venant d’elle mais elle ne sait pas pourquoi elle se revoit en cette fille six ans plus tôt. C’est qu’elle n’est plus la jeune et innocente petite Nola Grayson. Non elle est Nola Patterson le mannequin vedette des agences Louise Bourbon et elle va marcher sur ce podium avec la pièce la plus importante de la collection. Une fois la soie posée sur sa peau le créateur vient à sa rencontre , il ne lui conseille même pas de faire tel ou tel chose car il sait qu’elle le fera parfaitement. Il lui sourit et l’embrasse sur le front lorsqu’elle descend de son propre trône . Un geste qui la laisse de glace l’instant d’une demi seconde la transportant loin de ce défiler . Qui la ramène vers ses racines … Et la voilà poussée au devant des projecteurs sur cette musique entrainante dont elle ne pourrait dire le nom , trop occupée à sourire et à poser la tête droite. On s’habitue à être l’objectif principal des photographes. Alors que tous se prépare pour aller en soirée elle enfile son jean slim et son simple débardeur de soie blanc. Elle ne prend même pas la peine de détacher ses cheveux savamment monté en chignon serré ni même son maquillage plus que visible. A sa rencontre beaucoup de gens du milieu s’arrête lui font la bise la félicite et lui propose un rendez-vous et comme à chaque fois elle sourit les remercie , et les dirige vers son agent. Alors elle suit le mouvement vers la sortie, les flashs les journalistes qui se précipitent sur elle pour lui poser des questions elle en à l’habitude. Elle sourit encore et toujours aux objectif , balance qu’elle trouve la collection superbe et que cela à était un plaisir de travailler avec toute l’équipe sur ce défiler et enfin elle s’engouffre dans la limousine, un minimum de calme … Elle sait que le chauffeur ne diras rien si elle allume une cigarette, c’est le même que la veille. Un petit jeune qui débute dans ce métier là, et qui à finis avec elle sur la banquette arrière. Du coup en venant la chercher trois heures plus tôt il était rouge et n’avait même pas osé lui parler ou la regarder dans les yeux. Elle le pria de la déposé quelques kilomètres plus loin et le remercia. Regardant la voiture partir elle attendit qu’elle ne soit plus qu’un point dans la circulation lointaine et sortit son téléphone. Composa ce numéro qu’elle connaissait par cœur , sachant pertinemment qu'il était tard et approcha le combiné de son oreille. Ce soir elle avait juste besoin d'oublier, de profiter. Bien sûr elle vivait dans un rêve, après avoir tourné dans différents films indépendants, elle faisait aujourd'hui partit des mannequins les plus demandés du moment et n'arrêtais pas de voyager. Des exploits qui auraient pu rendre sa mère incroyablement fière d'elle mais il n'en avait rien été ... Alors elle avait fait les démarches, elle avait demandé a hériter du nom de son père plutôt que de celui de sa mère, ainsi elle ne serait plus rattaché à cette femme qu'elle ne connaissait peu mais bel et bien à l'homme qui l'avait élevée. Prise d'une mélancolie qu'elle ne ce connaissait pas, elle savait qu'il était bien trop tard pour appeler Linly en Arizona, aussi prit elle l'initiative d'appeler l'autre personne capable de la faire ce sentir mieux et par bien d'autre moyens. « Je suis entre la 5eme et 6eme, tu viens me chercher ? » elle n'avait pas laissé de temps au jeune homme de dire quoi que ce soit, elle avait déjà raccroché. C'était ainsi entre eux, ça l'avait toujours été dès l'instant ou elle avait croisé son regard. Il faut croire que la légende sur les sportifs étant de meilleurs amants que d'autre était des plus véridiques, ils l'avaient vérifié plus d'une fois ensembles. Il était arrivé quelques minutes plus tard, il n'était pas nécessaire qu'il lui demande comment elle allait et inversement entre eux c'était physique, purement et incroyablement succulent il fallait bien l'avouer. Si bien qu'il était presque devenu son seul et unique amant sans compter l'amuse bouche qu'avait été son chauffeur pour la soirée. Dash respirait le sexe, voilà ce qu'il en était et c'était tout ce dont elle avait besoin. Les sentiments n'avaient en aucun cas leur place chez elle, à une époque peut être mais ce n'était plus le cas aujourd'hui, elle n'en voulait plus. « Que souhaite tu faire de moi Nola Campbell ? » elle n'était pas encore habituée à entendre le nom de son père accolé au sien et elle aimait l'entendre dit. Un sourire nait sur ses lèvres tandis que ses yeux adoptent une lueur nouvelle, mordant ses lèvres elle se tourne vers le jeune homme avant de murmurer avec entrain « Ramène moi chez toi. » tout en faisant glisser sa main le long de la cuisse du jeune homme. Il savait parfaitement ce qu'elle allait faire de lui, et il ne s'en plaignait absolument jamais. Et elle non plus, car au final c'était tout ce qui lui suffisait. Que pouvait-elle demander de plus quand elle avait tout ce que tout le monde pouvait passer son temps a chercher en une vie entière ? Elle avait l'argent et la gloire, l'amitié et la reconnaissance et selon elle c'était tout ce qui suffisait. Elle plaisait aux hommes, pourquoi fallait-il donc qu'elle s'obstine à n'en vouloir qu'un seul quand bien d'autres se retournait sans arrêt sur son passage ? Pourquoi fallait-il qu'elle s'obstine à penser à lui, sans arrêt. Dash était le seul homme capable de lui faire oublier qu'un autre passait son temps a hanter son esprit, ainsi il était toujours des plus agréable de profiter de sa compagnie plus que chaleureuse ...

_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:57

CHAPTER II.
Arrête de faire semblant, de chercher quelqu’un d’autre. Tu sais bien qu’il y avait qu’avec lui que ça pouvait fonctionner. Ça sert à rien de vouloir refaire la même histoire avec une personne différente. C’était lui, ça le sera toujours j’sais pas quoi te dire de plus.

☾ ☾ ☾

A cet instant elle est en train de déguster la meilleure chose qu'elle n'ai jamais eu la chance de déguster ! Installée sur le comptoir de la pâtisserie, elle est en train d'avaler le troisième cupcake de sa soirée ... Par chance -et comme souvent- la boutique est fermé puisqu'il est déjà bien trop tard pour qu'elle accueille encore des clients. Vêtue de sa plus belle robe fourreau la jeune femme est maquillé plus que de nature, et savamment coiffée « Tout ce que j'ai à dire pour ma défense, c'est que ta crème au beurre est la meilleure crème au beurre du monde ! » essaye t-elle d'articuler entre deux bouchées tandis qu'il n'y a déjà plus aucunes trace de son rouge à lèvre sur ses lèvres. « Et tu est au courant qu'il y'a un buffet là ou nous allons ? » la voix de Linly lui parvient de la cuisine alors qu'elle lèche un résidu de crème présent sur son doigt. Cela faisait plus de trois mois que la jeune femme n'avait pas remit les pieds au bercail, et retrouver sa meilleure amie lui faisait un bien fou. Elle secoue la tête peu convaincue par ses propos, et descend de son fauteuil temporaire avant de remettre en place sa robe « Je te dis que tu fait les meilleurs gâteaux, et toi tu me parle si méchamment ? Je devais faire le plein, j'étais en manque de tes productions chérie ! » le rire de son amie résonne de nouveau, en écho au sourire qu'elle arbore à présent. Des amis elle en à, elle ne le nie pas, certains d'entre eux n'en sont pas vraiment c'est vrai mais elle passe de bons moments avec eux. Mais aucun n'arrive à la cheville de Linly, jamais, car la jeune femme est juste irremplaçable à ses yeux. Certaine que ses mains son propres après avoir passé un coup de lingettes dessus, elle attrape son rouge a lèvre dans son sac à main afin de s'en remettre et ce sert de son miroir de poche pour être certaine que son maquillage n'a pas bougé. D'habitude elle laisse des professionnels s'en occuper, elle n'a pas de temps a perdre à le faire elle même lorsqu'elle ce rend à des occasions plus qu'officielles mais depuis qu'elle est revenue elle s'occupe d'elle, elle même. Et le résultat n'est pas aussi affreux qu'elle ne l'aurait cru ... Ceci fait, elle attrape les talons vertigineux qu'elle a emporter avec elle afin de remplacer la paire de sandales qu'elle portait jusqu'à présent. « Alors qu'est ce que tu en pense ? » rapidement alors qu'elle n'a pas encore enfilé sons second escarpin, Nola se tourne vers la jolie brune avant de retenir un juron d'étonnement. Non elle n'est pas émerveillée par sa tenue, bien que parfaite en tout points et absolument magnifique. Se tient devant elle une pièce montée magnifique, faites par la jeune femme elle même ce n'est que lorsque son regard se porte sur le nom écrit avec patience à la crème que ses yeux émerveillés s'assombrissent. « Est-ce qu'on est vraiment obligées de s'y rendre ? » lâche t'elle finalement, et à peine ses mots prononcés Linly commence à faire un bruit de mécontentement. « Je t'ai dis que tu n'étais pas obligée No! » oui oui, elle lui avait bel et bien dit qu'elle n'était pas obligée de l'accompagner ... Oui, Nola n'en avait eu que faire de ses propos et lui avait assurer que cela irait, qu'elle pourrait l'accompagner que ce n'était quand même pas non plus la fin du monde. Mais plus elle commençait à y repenser, plus elle était incertaine d'avoir pris la bonne décision ... « Je sais, je sais ! » Personne ne savait qu'elle était revenue, a vrai dire elle avait posé ses valises quelques heures auparavant et comptait surprendre son père ainsi que son frère le lendemain « C'est une grosse soirée, tu ne sera pas obligée de le croiser ... » cette réplique bien qu'ayant un but des plus gentil laissa la jolie blonde avec un rire amer, tandis que Linly levait les yeux au ciel tout en repoussant la pièce montée là ou elle était auparavant « Lil', c'est l'inauguration de son fichu hôtel ! » Vu comme ça ... Linly ne prit même pas la peine de lui répondre tout de suite, occupée à autre chose. Et Nola ce persuada donc que c'était vraiment une très très mauvaise idée d'aller à cette soirée. Elle était prête à faire demi-tour, rentrer chez elle tant pis mais elle fut coupée par le jeune homme envoyé pour récupérer la pièce montée, elle regarda la scène ce passer tout en continuant de retourner ses possibilités dans sa tête. Cette soirée était importante non seulement pour Linly, mais aussi pour Jay. Si l'un et l'autre ne c'était pas revus depuis leur dernière dispute, il était impossible pour la jeune femme de nier qu'elle ne souhaitait plus jamais le revoir. En réalité, si elle était revenue c'était en partit pour lui ... Elle savait ce qu'il devenait, car comme bien d'autres personnes elle avait accès à internet et pouvait voir à quel point il réussissait bien sa vie. Mais elle éprouvait le besoin de le voir autant que cela lui faisait une peur immense. Soupirant elle attrapa son téléphone portable, afin de s'occuper l'esprit à autre chose et c'est à cet instant qu'elle vit la notification. Elle n'était pas le genre de personne à suivre les informations que l'on pouvait poster sur elle, elle détestait cela et trouvait bizarre encore aujourd'hui que d'autre puisse le faire sur son compte. Pourtant, cela ne l'avait pas empêchée de faire exactement la même chose avec lui, et la notification qui apparaissait à présent sur son écran le concernait, il était rare qu'il apparaisse dans les pages people mais le fait qu'il ouvrait son cinquième hôtel ce soir alors forcement cela faisait parler de lui. Effleurant l'écran tactile elle ne met pas longtemps à déchiffrer le titre et à voir rouge en l'espace de quelques secondes, et sa colère devint alors plus grand quand elle vit les photographies accompagnant l'article. Elle c'était doutée qu'il ce présenterait accompagné à cette soirée, bien sûr elle s'y était préparée mais là c'était ce foutre de sa gueule. Il y allait avec une actrice, un foutue actrice ! Et cela la rendait folle. « Alors ? » la voix de la jeune femme atteint rapidement les oreilles de Nola, se retournant elle comprit que celle-ci était prête à partir et lui demandait si il en était de même pour elle. Attrapant son clutch la jolie blonde lui fit un immense sourire, la suivant jusqu'à la voiture qu'elle avait commandé. A peine furent-elles installés à l'arrière et le chauffeur au volant, que Linly se tourna vers elle avant de prononcer « Vas y doucement quand même, ce soir. » Nola la regarda surprise un instant, et remarqua que son amie était en train de lire le même article qu'elle avait lu quelques secondes plus tôt. Linly connaissait leur histoire mieux que personne, a vrai dire c'était elle qui avait du aider Nola plus d'une fois à ce calmer quand Caine l'a rendait absolument folle. Mais les choses étaient différentes aujourd'hui, elle irait doucement bien entendu, elle était passé a autre chose n'est-ce pas ? Elle avait tourné la page.Mais après avoir posé devant les objectifs, après avoir sourit à bien des gens qu'elle ne connaissait pas, croisé son frère et reprit contact avec des personnes qu'elle n'avait pas vu depuis des décennies elle le vit. Lui, toujours égal à lui même, si beau, si ... Elle le vit donc, avec cette fichu rousse de Nora à son bras. Nora avait elle aussi partagé les mêmes cours qu'eux, et était elle aussi devenue actrice et si Nola avait la prétention de penser qu'elle était bien mieux qu'elle, elle ne pouvait pas s'empêcher de penser qu'elle aussi avait sa part de gloire, puisque son nom n'était pas inconnu dans le monde ou toutes deux évoluaient. En d'autre termes elle était tout ce que Caine lui avait reproché d'être, elle était célèbre, connue, et faisait souvent son apparition sur la fameuse page six New Yorkaise ! Son verre de champagne à la main, elle les regarda avancer tout les deux tandis que beaucoup d'invités arrêtèrent Caine pour le féliciter de l'ouverture de ce merveilleux hôtel, Nora elle souriait comme une idiote à qui voulait bien la regarder. Tandis que le sang de Nola était en train de bouillir plus que de raison. Et c'est à cet instant précis qu'il croisa son regard ...

Le sourire de son père valait le détour, le moment ou il l'avait aperçu il avait cru voir un mirage. Trois mois sans sa petite fille c'était quelque chose de compliqué pour lui, et si il n'appréciait pas vraiment entendre ce qu'il pouvait entendre sur elle il avait fini par ce persuader qu'elle ne reviendrait pas. Bien entendu il ne savait pas, il ne savait pas qu'elle était partie parce qu'elle avait eu le coeur brisé finalement, il ne savait pas qu'elle était revenu pour la même raison qu'elle était partie. Et il n'avait pas besoin de le savoir, tout ce qu'il avait besoin c'était de la savoir à ses ses côtés, de retour. La joie qu'il éprouvait était palpable, et il faut bien l'avouer elle fut tout aussi heureuse de retrouver les bons petits plats de son père car à Los Angeles rien ne valait ce qu'elle avait toujours eu l'habitude de manger. Elle passa les premiers jours de son retour à profiter de sa famille, de son père et de son frère mais aussi de Linly. Retrouver une routine qui lui avait manquer, et puis organiser les choses comme il ce devait. Elle ne pouvait vivre indéfiniment sous le toit de son père même si l'idée réjouissait ce dernier, alors elle chercha longtemps un appartement. Un qui serait sécurisé, ou elle pourrait être tranquille car elle ne savait plus vraiment ce que cela voulait dire, mais aussi un appartement ou elle ne serait pas loin des personnes qui comptaient le plus à ses yeux. Et si elle chercha d'abord un appartement dans l'immeuble Kennedy, prête à débourser ce qu'il fallait c'est quand elle apprit qu'un appartement dans l'immeuble de sa meilleure amie allait ce libérer qu'elle sauta sur l'occasion. Si cela lui changea totalement ses habitudes, son appartement se transforma rapidement à son image et elle s'y sentit rapidement très bien. Ce jour là après avoir finit de repeindre sa chambre elle remarqua qu'il lui manquait un pot de peinture pourpre pour son mur situé à l'est. Elle tenta d'appeler son frère maintes fois sans succès et décida d'aller elle même chercher le pot manquant. Elle devait bientôt repartir à Los Angeles pour quelques jours, aussi voulait-elle que tout soit fini pour pouvoir revenir l'esprit complètement tranquille. Ne prenant pas la peine de ce changer, elle attrapa rapidement son sac à main avant de finalement descendre les escaliers en chantonnant le dernier titre de Beyoncé qui avait tourné en boucle dans l'appartement, prise dans son élan elle ne pensa pas à ralentir quand elle vit une silhouette ce dessiner devant elle « Oh mon dieu je suis- » elle avait commencé à s'excuser avant même de poser ses yeux sur la personne en question, et quand cela fut chose faite elle stoppa rapidement ses propos, reculant automatiquement d'un pas. « Qu'est ce que tu fais là ? » sa voix n'est ni chaleureuse, ni enjouée comme elle avait toujours l'habitude de l'être, et encore plus lorsqu'elle était en présences d'hommes. Ce qui était actuellement le cas, car en face d'elle ce trouvait un jeune homme des plus charmant et des plus attirants. Son coeur ce mit à battre plus vite qu'elle ne l'aurait souhaiter, tout comme elle ce sentit totalement mal à l'aise, elle qui ne l'était habituellement jamais. « Je voulais te voir. » Jay lâcha ses mots avec une simplicité telle que ses propos la frappèrent en plein visage. Elle resta interdite un instant, appréciant doucement le ton grave de cette voix qu'elle avait tant de fois trouvée terriblement excitante, appréciant la caresse de ses mots avant de ce ressaisir « Et bien voilà chose faîtes ! » elle passa à ses côtés, s'empêchant de vouloir retrouver l'étreinte de ses bras, la chaleur de son corps. Elle voulu ce retrouver le plus loin possible de lui, presque autant qu'elle ne voulait plus sentir de distance entre eux. « Je t'ai vue à l'hôtel, et je n'étais pas sur que ce soit vraiment toi, tu est partie pendant si longtemps ... » L'hôtel ... Cette soirée qu'elle avait ben du mal à oublier. Elle ferma les yeux tentant de calmer sa colère, mais malheureusement cette dernière ne semblait pas vouloir décamper. Serrant les dents elle se retourne finalement vers lui « Oh c'était bien moi, j'étais là, spectatrice de ce qui était en train de ce passer avec Nora. » Comme a son habitude, le visage de Jay ne bougea pas une seule seconde, il avait toujours eu cette aptitude particulière de masquer ses émotions. A vrai dire elle savait très bien le faire aussi, sauf quand il s'agissait de lui et ça le rendait folle qu'il soit capable de jouer ainsi avec elle. Elle était partie à cause de lui, et il était ici à venir la chercher. Mais pour quoi au juste ? Pour quoi d'autre de lui faire plus de mal encore ? « Ecoute ... » une main en l'air arrête automatiquement le discours préparer par le jeune homme. Non elle ne souhaite pas l'écouter, elle ne veux rien entendre venant de lui. Il avait été très clair à l'instant ou ils avaient compris que c'était plus qu'une amourette de lycéens qui les liaient. A vrai dire elle l'avait peut être compris avant lui, elle c'était d'ailleurs fait tellement de films dans sa tête que le retour à la réalité avait été encore plus violent qu'il n'aurait du l'être. « Non. » aussi simple que cela, trois petites lettres, un mot, d'une simplicité hors du commun. Alors pourquoi est-ce que ça fait si mal de les dire ? « Tu n'a pas le droit de me demander d'arrêter ma carrière, de tout mettre en pause, de choisir entre elle ou toi ... Tu n'avais pas le droit de faire ça, et tu n'a pas le droit de venir ici aujourd'hui. » C'était ce qu'il avait fait. Si elle venait d'une famille aussi connue que la sienne, elle savait que ce fait être ensembles ne poserait de problèmes a personne. Car elle n'était pas dupe elle connaissait parfaitement la famille Rosen pour savoir qu'ils avaient certains critères quand aux fréquentations de leur fils ainé, et elle pensait naïvement les remplir. Malheureusement ce n'était pas le cas, pour la simple et bonne raison qu'elle était une femme indépendante, qu'elle avait une carrière qui prenait de la place, trop de place pour un jeune homme comme lui. Mais elle ne c'était jamais imaginé qu'il en viendrait à cela, qu'il lui demanderait de choisir entre sa carrière et lui, et pourtant il l'avait fait. Aujourd'hui il osait ce pavaner aux bras de Nora Abrahms ! « Tu ne comprend pas Nola ! » tente t-il de ce justifier, mais la haine et la colère ont pris trop de place chez la jeune femme pour qu'elle le laisse s'en sortir impunément, non il n'y arrivera pas aussi facilement. « Sort d'ici. » sa voix est net et dure, elle ne doit pas craquer elle le sait. Elle ne peux pas prendre en compte le fait qu'il est le seul homme qui ai jamais compté à ses yeux, elle ne peux pas prendre en compte le fait que ses sentiments à son égard soient toujours intacts malgré les années qui ont passés. Tandis qu'il ne bouge pas d'un millimètre la jeune femme fait demi-tour, lui tournant immédiatement le dos elle remonte les escaliers à une vitesse folle. Mais au lieu de retourner dans son appartement elle ce dirige vers celui de sa meilleure amie, y entrant sans même prendre le temps de toquer ou demander si elle en dérange pas. Linly est là, assise sur son canapé le regard dans le vide et ne bronche même pas à l'arrivée de la jeune femme dans son salon. Après tout c'est devenu normal entre elles, et si Nola est à deux doigts de péter un câble en lui racontant tout le regard qu'arbore sa meilleure amie la coupe en plein élan « Qu'est ce qu'il y'a ? » demande t-elle avec une réelle inquiétude dans la voix car en 20 ans d'amitié elle n'a jamais vu la jeune femme dans un état pareil. Comme dans un état second, Linly vient retrouver le regard de sa meilleure amie avant de prendre une profonde inspiration. Elle n'ose pas ce lever alors c'est l'actrice qui vient trouver place à ses côtés, attrapant automatiquement ses mains étrangement fraiches. Cherchant de nouveau son regard, Nola repose sa question. Cette fois Linly semble trouver assez de courage pour formuler une réponse, « Je suis enceinte. ».

L'alcool, voilà quelque chose d'étonnement réconfortant. Voilà quelque chose à ce raccrocher, ou presque ... Une bouteille de vodka dans la main droite, Nola est ainsi installée au bar de sa cuisine, le regard fixé sur une personne. « C'est impossible. » répète t-elle pour la troisième fois depuis les dix minutes qui viennent de s'écouler. Car la vérité est que c'est impossible vraiment. Quels étaient les chances que la vie ce joue d'elle à ce point ? Elle ne voulait pas y croire, d'ailleurs quand elle l'avait vu pour la première fois elle avait passé ses mains sur le visage du jeune homme à maintes reprises, pour être certaine que ce n'était pas un mirage. « Tu devrais poser cette bouteille Nola. » Même sa voix était la même, alors comment pouvait-elle encore douter ? Au lieu de cela, elle ramena le goulot à sa bouche avant de finalement en avaler une autre lampée. C'était un cauchemars, voilà ce que c'était, ou alors c'était un scénario extrêmement bien ficellé elle n'en savait rien. Dash se trouvait là dans son salon, l'homme qui par bien des fois avait été un plaisir particulier. Cet homme qui malgré ce qu'elle pouvait croire ou dire ne la rendait de toute façon pas totalement indifférente, sinon elle n'aurait pas fini avec lui dans les vestiaires autant de fois dans le passé. Cet homme qui connaissait chaque partie de son propre corps peut être mieux qu'elle même. Cet homme qui était un habitant de l'immeuble. « C'est impossible. » répète t-elle de nouveau, cette fois elle ce lève un peu trop rapidement puisque sa tête semble tourner. Mais lui ne bouge pas d'un poil, il n'a rien de spécial mais il est toujours installé là, totalement sexy et il le sait parfaitement. Elle secoue la tête avant de commencer à faire les cents pas, sous le regard du sportif mais aussi d'une jeune femme « Il à raison No', c'est que onze heure. » Linly. Elle regarde la jeune femme les yeux écarquillés, cette situation ne leur était jamais arrivée. Elle avait toujours fait en sorte que ça n'arrive pas, parce qu'elle ne voulait pas que les histoires de mecs viennent s'emmêler entre elles. Mais cette fois elle n'avait rien pu faire, à vrai dire elle n'arrivait toujours pas à comprendre. S'arrêtant brusquement elle se retrouve en face d'eux, les pointant du doigt chacun leur tour et faisant une grimace. « C'est lui le père de ton enfant ? » s'écrie t-elle presque. Il y'avait des milliers d'hommes sur cette terre, a vrai dire il y'en avait presque trois pour une seule et unique femme mais il avait fallut que ce soit lui, et pas un autre. Elle ne savait pas comment c'était possible qu'il ce soit lui aussi retrouvé dans cet immeuble, comment il était possible qu'il ce soit retrouvé là. Apparemment offensé par les propos de la blonde Dash sembla vouloir dire quelque chose mais fut rapidement coupé par Linly « Il va falloir que tu t'explique Nola. » la jeune femme ne rigole pas, les choses sont en train de prendre une tournure qu'elle ne comprend pas du tout. Nola secoue la tête de nouveau, et dépose sa bouteille sur la table avec un peu trop de violence.  « Ce que Nola arrive pas à dire c'est que nous nous connaissons déjà. » lâche le brun avec un peu trop de légèreté, directement frappé par le regard noir de la jeune femme et le regard incompréhensif de Linly qui regarde chacun d'entre eux à tour de rôle à l'instant présent. Nola ferme les yeux avant de prendre une grande inspiration, elle s'apprête à expliquer les choses avec ses propres mots, consciente que Dash donnerait une tournure différente à ce qui c'était vraiment passé entre eux dans le simple but de faire enrager la jolie brune. Mais apparemment cette dernière vient de comprendre, impossible de passer à côté de l'expression qui habitude à présent son visage « Oh mon dieu ! » la main sur la bouche, Linly fixe Nola dégoutée tandis que cette dernière fait une grimace très peu aguichante pour le coup. Ce précipitant vers sa meilleure amie, elle commence son apologie  « C'était il y'a des décennies ! » sont les seuls mots qu'elle a trouvé dans la confusion. Linly se lève en mettant de la distance entre elles tandis que Dash semble prendre plaisir à ce qui est en train de ce passer « C'était y'a pas si longtemps que ça, en fait. » Prenant soin de ne pas l'écouter, Nola concentre son attention sur la femme enceinte en face d'elle qui vient de comprendre que le père de son enfant a déjà couché avec sa meilleure amie. Peut être n'a t'elle pas encore compris que cela c'est produit plus d'une fois, et peut être vaut-il mieux la préserver de cela. « C'était insignifiant ! » après avoir prononcé ses mots, Nola ce demanda si elle aurait vraiment du les dires, elle ne savait pas si c'était mieux comme ça. Le regard de Linly ne ce posa plus une seconde sur elle, et elle sentit sa meilleure amie lui échapper pour la première fois de sa vie car elle était incapable de savoir ce qui était en train de ce passer dans sa tête. Bien entendu elle même connaissait l'histoire entre Dash et Linly, elle la connaissait sans ce douter une seconde de qui il était vraiment. Elle connaissait d'ailleurs assez bien la jeune femme pour savoir qu'elle était trop aveuglée dans cette histoire, qu'elle ne voyait pas ce que Nola savait déjà, et c'était ce qui était affreux dans la révélation qui venait d'être faite. A cet instant elle ce fichait particulièrement de blesser les sentiments de Dash car seul Linly comptait. Son téléphone ce mit à sonner, ce maudit téléphone ne s'arrêtait jamais. D'abord tentée de l'ignorer, c'est lorsqu'il sonna pour la quatrième fois qu'elle l'attrapa prête à le jeter à l'autre bout de la pièce si il le fallait. Seulement lorsqu'elle posa son regard dessus, elle comprit que ce n'était que le rappel. Son réveil lui rappelait que son avion décollait dans moins de cinquante minutes, et qu'elle devait dès a présent prendre la route. Elle regarda sa meilleure amie quelques secondes, comprenant que celle-ci ne lui en voulait pas. En même temps comment le pourrait-elle puisque les choses c'étaient déroulées bien avant qu'elle ne rencontre Dash. Bien avant qu'elle ne tombe enceinte ... Bon sang, Nicola n'arrivait toujours pas à ce faire à cette idée. Linly ne lui en voulait peut être pas, mais la pilule semblait difficile a avaler et ce n'était peut pas le mauvais moment pour partir et les laisser parler. Elle attrapa la main de la jeune femme avant de l'attirer contre elle « Je suis désolée ... » murmure t-elle finalement tandis que son amie hoche la tête. N'accordant pas un seul regard à Dash, la jeune femme attrape ses affaires peu après avoir appeler son chauffeur. Dans la voiture la menant à l'aéroport, son téléphone sonne à nouveau. Cette fois ce n'est pas une alarme, ni même un appel ou un sms, mais une alerte. Car elle n'a toujours pas désactivée cette fichue alerte le concernant. Déposant son regard presque à contre coeur sur l'écran tactile, elle sent l'espace d'un instant, son coeur rater un battement. Car c'est écrit là, noir sur blanc : Jay Rosen va bientôt ce marier.

_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:57

GINA RODRIGUEZ

 ©laadystoneheart
.tumblr


Italia Kerri Gomez-Rosen
Girls don't fight fair.
They gang up, keep secrets, plot.
They can cut you down with a look.
Girls fight much dirtier than boys.


 don't let me go ♫ bandit heart


 Prénom & Nom ○ Si elle s'appelle ITALIA c'est parce que son père a toujours particulièrement apprécie ce pays. Si il n'a jamais pu s'y rendre, il en a toujours rêvé et c'est pour cela qu'il a souhaité que sa fille unique porte ce prénom. A l'école elle a parfois subit des moqueries, mais a vrai dire si au début cela était blessant et que c'est ensuite devenu franchement lassant elle a finit par ne plus écouter ce que l'on pouvait dire sur elle. Et puis, le simple fait que ce soit son père qui lui ai donné ce prénom est très important pour elle. Il est difficile pour elle de conserver des souvenirs clairs de lui, et ce simple prénom les relient bien plus que ça n'a jamais été le cas. Sa mère quand à elle a décidé de la prénommée KERRI d'ailleurs elle a commencé a l'appelée plus ainsi quand son père est décédé. Peut être était-ce trop dur de l'appeler par son vrai prénom, elle n'a jamais vraiment compris pourquoi ... En tout cas ce qu'elle sait c'est qu'elle n'aime pas du tout le prénom qu'utilise constamment sa mère car elle ne le considère pas comme étant le sien, et ceci même si il est inscrit sur sa carte d'identité. Enfin, elle porte un nom de famille qui la rattache à sa mère plus qu'a son père, ce n'est pas qu'elle n'aimait pas celui que lui avait donné son père qui portait le nom de Gomez, bien au contraire. Elle y tenait énormément à vrai dire, mais elle a du faire des sacrifices. Quand son frère est né il a prit le nom de famille de leur mère, ROSEN. Pendant des années l'un et l'autre on eu une différence presque aussi importante que le fait qu'ils n'aient pas la même couleur de peau. Et puis, il n'a jamais été son frère a proprement parlé aux yeux de la loi ... Quand elle a été en âge de faire les procédure, elle a fait en sorte de devenir sa tutrice tout en démontrant l'incompétence que pouvait avoir leur mère dans son soi disant rôle de mère. Le moment venu elle a demandé à changer de nom afin non seulement de pouvoir avoir le même nom que son frère.Âge ○ La jeune femme a aujourd'hui âgée de 30 ANS un âge qui fait franchement peur ... Elle c'est toujours prise en charge, a toujours fait en sorte de pouvoir avoir tout ce dont elle avait besoin, mais le fait est que les trente ans c'est un cap pas franchement facile à passer ... Lieu de naissance ○ Elle n'est pas née en Amérique du Nord, en réalité elle a vu le jour à RIO DE JANEIRO. C'est là bas que ses parents ce sont rencontrés, et là bas qu'ils ont vécu les premières années de sa vie. Avant de revenir à San Diego lorsqu'elle n'avait que trois ans. Nationalité & Origines ○ Elle possède la double nationalité, puisqu'elle est BRESILIENNE mais aussi AMERICAINE cela n'a pas été très compliqué de régulariser sa situation puisque ses deux parents sont nés en Amérique et qu'elle n'était encore qu'un bébé à l'époque. Elle ne possède pas d'origines particulière puisque celles de son père sont brésiliennes, et celles de sa mère américaine. Statut civil ○ Elle a toujous été amoureuse du simple fait de voir deux gens s'aimer. Elle a eu l'exemple de ses parents, qui étaient tellement amoureux ... Et puis sa mère a entamer une descente aux enfers, lui montrant la facette la plus écoeurante qui soit de la vie. Elle lui a dit que l'amour n'existait pas, qu'il ne fallait pas ce fier à ce que les personnes amoureuses pouvaient dires parce qu'elles étaient aveuglés. Pendant des années elle a vu sa mère avoir des relations avec plusieurs hommes différents, ce qui l'a renforcé à vouer une passion certaines aux histoires d'amour en général. Elle n'a pas eu énormément de relations dans sa vie, mais elle a toujours eu des relations sérieuses. Le fait est qu'elle ne ce lance pas dans une histoire si elle ne pense pas que sa vaille le coup ... Et avec lui c'était différent. Elle savait que c'était idiot, et surtout totalement imprudent et elle s'y ai lancée corps et âme. Mais les choses ne ce sont pas passées comme prévues, et elle est aujourd'hui CELIBATAIRE. Ce n'est pas pour autant que son coeur ne s'emballe pas quand elle voit, qu'elle ce sent affreusement blessée et jalouse quand il est avec d'autres filles. Elle est en train de ce lancer dans une voie qui ne lui ressemble pas, en cherchant à lui rendre la pareil ... Situation financière ○ Elle n'a jamais roulé sur l'or, en fait ça a toujours été le contraire. Si sa mère a eu le droit à beaucoup d'argent après le décès de son père, elle l'a utiliser pour financer son alcool et au fur et à mesure du temps sa drogue. De ce fait dès qu'elle a été en âge de travailler, Italia a commencé à être serveuse dans des restaurant pourtant très peu recommandables pour une jeune fille de son âge ... Elle n'a jamais voulu que son frère ne manque de quoi que ce soit, et a tout fait pour cela. Aujourd'hui elle est arrivée à un niveau qu'elle ne pensait jamais atteindre en dépit de toute la force qu'elle mettait dans ses rêves et convictions. Elle a un niveau de vie relativement correct et elle n'a pas besoin de plus pour être heureuse. Elle le sait, ce n'est pas l'argent qui compte le plus ... Emploi/études ○ En parallèle de ses multiples boulots merdiques, Italia a suivit des cours de journalisme. Ce n'était pas les meilleurs qui soient en réalité, et c'est pour cela qu'elle a pendant longtemps suivit des cours du soir. Ce n'était franchement pas facile de tout combiner, et elle ce souvient de nuits ou elle n'a que très peu dormit mais elle ne regrette absolument rien. Son diplôme en poche elle n'a pas pour autant arrêté d'être serveuse, mais a ajouter à cela quelques articles écrits dans des journaux peu reconnus, ainsi que quelques corrections pour d'autres un peu plus connus. Mais sa vie a changer quand Cameron Gallagher est entré dans sa vie. C'est lui qui à su voir ce qu'elle vaudrait et qui à pris le risque de parier sur elle. Il l'a engagée tout d'abord en tant qu'assistante pour la rédactrice en chef du pôle international, Ginger Poots pour qui elle a travaillé pendant deux ans et dont elle a tout apprit. Rapidement elle est passé journaliste et a su faire ses preuves. Aujourd'hui elle est REDACTRICE EN CHEF du pôle International du magasine Gallagher Industries. Un métier qui la fait toujours rêver depuis les trois années qu'elle l'occupe.  Traits de caractère ○ D'aussi loin qu'on s'en souvienne, Italia a toujours été souriante de ce sourire communicatif ... C'est un atout qu'elle a toujours eu et qu'elle n'a jamais besoin de ce force à faire c'est naturel chez elle. De la même façon, elle a toujours été aimante plus que de raison ... Malgré ce que leur mère a pu leur faire vivre, elle a toujours plus ou moins essayer de comprendre le pourquoi du comment. Et n'a jamais vraiment réussit à lui en vouloir. Italia est une battante, elle ne ce laisse jamais abattre en dépit des efforts qui pourront être mis. Si elle à une idée, ou une conviction elle ce battra pour aller jusqu'au bout de celle-ci. Elle est jalouse et l'a toujours été, cela va peut être avec le fait qu'elle manque complètement de confiance en elle, ce n'est pas quelque chose que l'on remarque a première vu et pourtant c'est un poison qui lui fait beaucoup trop de mal. Elle est émotive, un rien lui met la larme à l'oeil c'est assez gênant parfois, elle rougit de façon un peu trop excessive, et quand elle est en colère il est impossible de passer a côté sans encombres ! Groupe ○ patrick bateman.


Because every morning you have to wake up and be you ~

 001 ✩ Italia est une cuisinière hors pair, peut être est-ce à cause du fait qu'elle n'ai jamais pu manger à sa faim quand elle était enfant ... Aujourd'hui elle pourrait passer des heures entières à cuisiner, et ne mange absolument jamais de plats préparés 002 ✩ elle a toujours eu besoin de ce défouler, renflouant bien trop d'émotions et de sentiments le seul moyen qu'elle a trouver pour s'en débarrasser c'est la course. Elle a fait plusieurs fois le marathon de la ville, et court très fréquemment même quand elle est en reportage  003 ✩ si Italia est de manière générale très loyale, il y'a une personne qui compte plus que toute les autres dans sa vie : Tobias. Son frère est toute sa vie, ce comportant comme une mère depuis l'instant ou il est arrivé ce n'est pas aujourd'hui que ça risque de changer  004 ✩ elle ne fume pas, elle déteste ça. Elle ne ce drogue pas non plus, elle a été témoin des dommages que cela pouvait créer sur sa mère. Par conte elle boit, pas de façon démesurée parce qu'elle a toujours ce côté assez sérieux qui l'en empêche, mais il lui arrive parfois de dépasser ça  005 ✩ elle ne sait pas chanter, c'est horrible, affreux, elle chante comme une casserole. Et pourtant elle adore chanter dans sa voiture, au moins personne ne l'entend !  006 ✩ elle a une cicatrice d'une vingtaines de centimètres sur son avant bras, il est impossible de la cacher tout comme il est impossible de ne pas la remarquer. Quand on lui demande ce qui c'est passé elle raconte à chaque fois une histoire différente. Mais la vérité c'est qu'un des petits amis passager de sa mère lui a fait ça ...007 ✩ aujourd'hui elle a les moyens de ce payer un psy, ce qui fait que depuis quatre ans maintenant elle en voit un, en session régulière d'un fois par semaine. Cependant quand quelque chose ne va pas cela peu augmenter, en ce moment d'ailleurs elle le voit deux fois par semaines 008 ✩ il n'y a que deux personnes qui connaissent l'histoire de son passé, Adrian et Sky, car ils la connaissent depuis presque toujours et qu'elle a une confiance totale en eux. Mais le fait est qu'après quand on lui demande de raconter des histoires ou des anecdotes lors de conversation elle invente. Elle c'est inventé une enfance, une vie différente pour ne pas avoir à raconter la triste vérité  009 ✩ si on lui demande, elle est beaucoup plus sucré que salé ... Cela ce voit très bien sur ses hanches !!! Mais elle n'en a absolument rien à faire, parce qu'elle souhaite toute simplement profiter de la vie et des bonnes choses 010 ✩ si elle ne ce fait pas facilement marcher sur les pieds, Italia est tout de même une personne assez timide. Elle ne va pas ouvertement draguer des hommes charmants, elle ne va pas d'elle même parler à des gens ... Et pourtant quand elle ce retrouve dans une favellas au brésil, elle s'ouvre totalement  011 ✩ militante de l'égalité pour tous, et féministes sur les bords elle ne ferme pas sa bouche quand quelque chose ne lui plaît pas 012 ✩ même si cela fait huit ans qu'elle travaille dans un magazine qui l'a propulsée dans un monde qu'elle ne connaît pas, elle n'y est toujours pas à l'aise. Cela n'a rien a voir avec l'endroit ou elle a grandit, et elle ne ce sent jamais à sa place ...  013 ✩ elle est fan de Michael Fassbender, ça fait un peu peur d'ailleurs ... Elle est totalement capable de pleurer de joie a l'idée d'aller voir un nouveau film, elle reste totalement ébahie et concentrée sur son visage et son corps pendant plus de deux heures, bref elle craint 014 ✩ si elle à eu des petits amis, elle n'a jamais eu de relations d'un soir parce que cela ne lui correspond pas. Elle a toujours fait en sorte d'avoir des relations sérieuses, d'ailleurs elle n'a jamais couché dès la seconde rencontre attendant d'être certaine. Mais Reid ça n'a pas été la même chose, elle sentait la dangerosité de la chose mais elle a tout de même sauté dans cette connerie à pieds joints 015 ✩ elle ne regrette pourtant pas de l'avoir fait, car elle est tombé amoureuse pour la première fois de sa vie, et même si cela fait affreusement mal elle ne souhaite pas oublier ce sentiment, même si Reid lui a brisé le coeur 016 ✩ elle fait partit de plusieurs associations différentes, la plupart d'entre elle défendant les droits des enfants. Elle veut venir en aide à des enfants qui ce retrouvent livrés à eux même du jour au lendemain, et leur évité ce qu'elle a pu vivre 017 ✩ elle est totalement ancrée dans l'écologie, elle fait le tri sélectif, elle fait attention à sa consommation d'eau, elle fait attention à sa consommation d'électricité et a d'ailleurs fait installer un panneau solaire. Elle mange équilibré, et des légumes biologiques. Et pourtant, elle serait la première à ce jeter sur un bon burger et des frites ...  018 ✩ elle a encore une âme d'enfant, même à 30 ans, voyez vous elle collectionne les Disney. Quand elle était enfant elle n'a pas eu l'occasion de les voir, elle ne connaissait même pas leur existence et quand elle a eu l'âge de ses les acheter au fur et a mesure, et de les découvrir et bien elle est retombée dans une enfance qu'elle aurait du connaître 019 ✩ elle est insomniaque depuis presque toujours, déjà parce qu'elle a prit l'habitude plus jeune de dormir pas plus de deux heures par nuit mais aussi et surtout parce qu'elle sait qu'en s'endormant elle va faire des cauchemars et elle refuse cela  020 ✩ son talent caché ? Elle sait faire le twerk de manière exceptionnelle.

Sous quelle forme se matérialise le monstre qui est en toi ? ○ Justement c'est ça le problème, il est drôlement bien caché ... Italia enfouit toutes les horreurs qu'elle a pu vivre, les caches, les couvrent. Elle n'en parle que très peu -en dehors d'avec son psy- et elle ne souhaite jamais revenir dessus. Elle sourit toujours, elle encaisse, et elle ne laisse pas ses émotions filtrée. C'est une technique qui tient la route, mais pas indéfiniment ... Et le jour ou elle ne sera plus capable de retenir quoi que ce soit, ça risque de faire mal. Elle le sait, c'est d'ailleurs impressionnant qu'elle soit encore capable de tenir debout aujourd'hui. Si tu pouvais faire les choses différemment, changerais-tu certains de tes actes/décisions ? Lesquels ? ○ Elle aimerait ce dire que oui, elle aimerait penser qu'elle aurait été capable de changer les choses. Elle l'a cru un temps, peut être que ce jour là elle aurait pu être malade, et son père ne serait jamais aller travailler, n'aurait jamais prit cette balle et les choses ce seraient déroulées autrement. Quelqu'un d'autre aurait pris cette balle, elle aurait son père mais une autre personne innocente ne ferait plus partit de ce monde. Et surtout elle n'aurait pas on frère, sa mère avait mal tourné, avait fait n'importe quoi mais elle lui avait donné Tobias. Rien que pour ça, elle ne changerait rien du tout. Es-tu un bon menteur ? ○ Elle respire l'honnêteté et la sincérité, et elle les prônent avec conviction. Mais elle ment depuis toujours sur son passé, elle ment à son frère en lui disant qu'elle n'a jamais revu leur mère. Elle ment à longueur de journée, mais cela fait si longtemps qu'elle ne s'en rend même plus compte. Alors oui, elle doit être une bonne menteuse ... Crois-tu en la justice étatique ou préfères-tu la justice faite par soi-même ? ○ L'universitaire sommeillant en elle avouerait tout de suite croire en la justice étatique. Mais la journaliste et la protestataire ne serait pas foncièrement d'accord ... Car cette justice là à montrer des failles plus d'une fois. Après la justice faîtes par soi même n'est pas forcement la meilleure solutions, et ce n'est pas ce qu'elle prône avec conviction mais elle ne la rejette pas complètement. En fait, elle est incapable de faire un choix !

_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:57



And it all seems so fake,
This idea of good things happening to good people 
○ ○ ○

« Mon père était policier. » Le simple fait de dire ses mots sont toujours particulièrement compliqués pour la jeune fille. Comme a chaque fois elle prend une pause, inspire profondément avant de mordre ses lèvres et reprend. « Mon père était policier, et c’était un héros. » Dans un sens toutes les petites filles pensent que leur père est parfait en tout point, rien n’est à leur reprocher, au contraire c’est toujours la mère qui à des problèmes, avec qui les disputes sont les plus virulentes. Un sourire apparait sur son visage, au souvenir du dernier baiser qu’il avait déposé sur son front, elle s’en souvient de manière très distinctive comme du fait qu’elle avait ralé qu’il fasse encore cela alors qu’elle était une grande fille maintenant. « Ce jour là l’école avait prévu une sortie de classe, la plus cool qu’il soit. On allait à l’hôpital voir comme il fonctionnait, voir les médecins, et ça semblait si merveilleux et si fou qu’on trépignait tous d’impatience. » Elle avait parlé de cette sortie pendant des jours et des nuits entières, à tout le monde, dans la rue, au marché, partout. Elle attendait cela comme un enfant attends Noël, et l’adrénaline que cette excursion avait créé chez elle était plus que palpable. Ce matin là elle était debout avant tout le monde, habillée et coiffée, sac sur le dos et prête à partir alors que son petit frère venait à peine d’ouvrir les yeux. Ses parents avaient ris de la voir ainsi tandis qu’ils ce servait leur café, et après que son père ai eu enfilé son uniforme, ils étaient partis tout les deux à l’école. « C’était quelque chose de merveilleux pour les gamins qu’on étaient. » Tous trépignaient d’impatience, devant le bus prêt à y aller. Le trajet fut court mais rapidement insupportable pour les accompagnateurs qui avaient déjà mal à la tête a peine le moteur démarré. Dans le grand bâtiment ils avaient vu tout les étages les uns après les autres, ne manquant pas de poser des questions en tout genre et de s’émerveiller devant tout ce qu’ils pouvaient voir, et tout ce que l’on pouvait leur dire. C’était aussi parfait qu’elle avait pu l’imaginer, dans les moindres détails. On leur avait montré des outils, et tout ce qu’ils avaient fait elle c’était empressé à chaque fois de l’écrire sur son petit carnet, aux côtés de toutes les explications qu’on leur avait donné. La journée terminée, il ne leur resta plus que les urgences à visiter. L’excitation étant à son comble pour tout le groupe qu’ils étaient, car ils le savaient les urgences faisaient partit du coeur de l’hôpital. Mais ce qu’étant en train de leur raconter le médecin, ne semblait pas vraiment ahurissant après tout ce qu’ils avaient appris et découvert jusqu’a présent. Jusqu’à ce que des bruits de voitures et de pompiers ne ce fassent entendre, rapidement toute la pièce de mit en mouvement, les enfants écartés contre les murs elle n’avait pas pu résister à la tentation de regarder, d’en savoir plus. Certains disaient que c’était un accident, d’autres que c’était une fusillade qui avait mal tourné, et d’une oreille toujours très attentive elle continua d’écrire ce qui était en train de ce passer le regard fixé sur la scène. Jusqu’à ce qu’elle en fasse tomber son crayon, et que dans un moment de silence impossible son carnet ne le même chemin quelques secondes après seulement. Son cri avait surpasser le brouhaha général quand elle avait clairement reconnu le visage de celui qu’elle considérait comme étant le plus grand héros que la terre ai connu. Essuyant une larme le long de sa joue, elle regarde l’homme assis en face d’elle dans cette pièce immaculé tandis que ce dernier semble assimiler les informations. « Mon père était policier, et c’était un héros. » répéta-t-elle de nouveau, avec cette fois plus de poigne et de force, ses propos étaient impossibles à débattre. Dans la pièce on la regarde en silence, d'autres jeune filles ce trouvent là toutes plus ou moins âgées de 15 ans comme elles. Chacune n'a pas eu une vie facile, certaines ont étaient abusées, d'autres pire encore mais c'est pour cela qu'elles sont là et qu'elle ce retrouvent tout les jeudis soirs. C'est parce qu'elles ont besoin de parler, elles ont besoin de sortir ce qu'elles ont sur le coeur au risque d'exploser un jour et de ne plus être capables de continuer plus encore. Un sourire faible apparaît sur le visage fatiguée d'Italia. « Alors je crois que je comprends ma mère, elle a perdu l'homme qu'elle aimait après tout. Ce n'est pas le genre de chose dont on arrive à ce remettre facilement. » Elle n'oublierais jamais le moment ou sa mère était arrivée aux urgences, tremblante de toute part. On l'avait mené jusqu'à elle, et elles c'étaient prises dans les bras l'une et l'autre. Leur étreinte leur avait donné de la force et du courage, tout en attendant qu'on leur dise ou il en était quand Italia imaginait déjà le pire. Elle secoue la tête tout en haussant les épaules « Ca fait dix ans maintenant, et elle n'a toujours pas réussit a tourner la page. Je crois qu'elle ce sent coupable, c'est peut être pour ça qu'elle continue de vivre de cette façon, qu'elle continue a m'exclure totalement. » Après l'enterrement le cauchemars avait continué et sa vie avait complètement changer. Elle avait eu une famille aimante et heureuse, et plus jamais elle n'allait connaître ça. L'alcool a été la première étape, a petites doses d'abord et puis c'est allé en ce dégradant. Si bien qu'au bout de quelques mois elle avait du ce débrouiller toute seule pour aller à l'école alors qu'elle savait a peine lire. Forcée à grandir de manière express les choses ne ce sont pas arrangées avec le temps, bien au contraire. Au fur et a mesure elle a vu sa mère ce dégrader de plus en plus, ramenant des inconnus à la maison, lui ordonnant de s'enfermer dans sa chambre effrayée. « Et puis mon frère est arrivé. » elle avait vu le ventre de sa mère grossir de jours en jours, elle avait rapidement compris que sa mère n'en avait pas grand chose à faire mais elle avait l'espoir que cet enfant s'en sorte. Alors âgée de onze ans, elle avait tenté plus d'une fois d'empêcher sa mère de boire de fumer et de ce piquer encore et encore mais en vain. Et jusqu'au jour ou elle avait pus tenir Tobias dans ses bras elle avait pensé qu'il ne survivrait jamais. « Si il ne l'a pas sauvée, il m'a sauvée. » son sourire cette fois semble plus authentique que la première fois, parce que ce qu'elle dit est encore plus vrai que le reste. Son frère a été son étoile au milieu de cette noirceur, égoïstement elle avait remercié le ciel de l'avoir envoyer sur terre. Elle aurait pu lui trouver une famille mais c'était impossible pour elle d'imaginer un jour être séparée de lui, il l'avait charmée à l'instant ou elle avait posé les yeux sur lui tandis que leur mère s'allumait une nouvelle cigarette. Elle c'était alors résolu à le protéger, peu importe ce que cela allait lui couter. Au bout d'une heure elle c'était retrouvée à ce servir un café sans gout, tandis que certaines des autres filles parlaient entre elles. Aucunes n'étaient ses amies, et elles ne ce le seraient surement jamais avec ce qu'elle leur racontait mais elle avait tout de même l'impression de faire partit de quelques chose. C'était pour ça qu'elle continuait a venir, malgré les obstacles qui ce présentaient en plus chaque jours. Elle regarda le visage de chacune d'entre elles, c'était affreux mais entendre leurs histoire l'aidait à ce rendre compte que sa vie à elle n'était pas si horrible que ça ... Un oeil posé sur l'horloge murale et voici l'heure qu'elle s'en aille, ce soir elle bosse de nuit au dinner bordant la national et elle ne peux pas absolument pas ce permettre d'être en retard. Là bas on croit qu'elle s'appelle Sheila et qu'elle à 18 ans, alors ça parait normal de lui peloter les fesses ou de l'appeler bébé. Plus tard, éreintée et fatiguée elle récupérera Tobias chez leur voisine pour l'amener à l'école avant d'elle même ce rendre au lycée en ayant dormit qu'une heure. Et puis sa journée recommencerait, similaire en tout points à la précédente.


i think that being good to people - you’ll never regret that. maybe you’ll get walked all over, maybe you’ll get tricked, maybe you’ll get fooled, but i think it’s so much better to be kind to people and to trust people
○ ○ ○

Son rire résonne dans le couloirs pour la troisième fois, « C'est franchement pas drôle Italia. » réplique Adrian en continuant d'avancer, visiblement vexé. Ils viennent de sortir du seul cour qu'il partage : le droit international. « Tout dépend du point de vue Campbell ! » ses livres à la main, elle à les yeux rivés sur son téléphone resté silencieux pendant toute l'heure de classe. Tobias ne lui a toujours pas envoyé de ses nouvelles de la journée, et cela la rend folle. Si elle lui paye un forfait téléphonique ce n'est pas pour rien ... « Elle m'a vomit dessus, je crois que mon point de vue est plus important que le tien, et je ne trouve pas ça drôle. » Il lui avait raconté la dernière soirée à laquelle il avait participé ce week end et comment elle aurait pu ce terminée en beauté avec Rachel Summers la fille qu'il convoitait depuis le début de l'année. Une soirée ou elle n'avait pas pu ce rendre puisqu'elle bossait, comme presque tout les soirs de la semaine sans exceptions aucunes. Si peu de ses amis à la fac connaissait ses conditions familiales, Adrian était l'un des seuls à connaître les problèmes auxquels elle pouvait faire face chaque jours et cela lui avait fait du bien de ne pas avoir a mentir à quelqu'un pour la première fois depuis longtemps. Remarquant qu'elle ne lui portait plus vraiment attention il s'arrête devant elle, la faisant le percuter « Hey! » elle relève les yeux vers le jeune homme qui secoue la tête « Arrête de t'inquiétée il va bien. » la rassure t-elle d'une voix douce. Il prend son téléphone de ses mains et le met en veille avant de reprendre sa route, ne prenant pas le temps d'attendre qu'elle le suive « Tu le couve trop, il a besoin de respirer croit moi ! » d'une hanche il ouvre la porte menant au jardin intérieur de l'université et laisse passer son amie devant lui. Si elle l'écoute parler cela ne veux cependant pas dire qu'elle partage son point de vue « Il était censé me dire quand il rentrait à la maison, et il ne répond pas à son téléphone ! » C'était du Italia tout craché. Elle ce faisait toujours un sang d'encre quand son frère alors âgé d'une quinzaine d'année ne faisait pas les choses comme il était prévu qu'elles soient faites. Si elle essayait de ce convaincre que c'était l'âge qui faisait ça, il n'empêche qu'elle ne pouvait s'empêcher de toujours imaginer le pire. Cela faisait six mois maintenant qu'ils n'avaient plus revu leur mère, et techniquement elle n'avait pas encore l'âge nécessaire pour s'occuper d'un adolescent puisqu'aux yeux de la loi elle en était encore une pour les trois mois à venir. Alors elle ne voulait éveiller aucuns soupçons, elle ne voulait pas qu'on le place en foyer mais apparemment il avait du mal à comprendre. Il était dans sa période de test, surfant entre la bonne conduite et l'irrationalité, il était en train de chercher son identité apparemment et elle comprenait complètement qu'il en soit à ce stade là vu l'âge qu'il avait mais ce n'était jamais sans risque ce qu'il ne semblait pas comprendre apparemment. Arrivés à une table libre les deux amis s'installent finalement, et Adrian pose rapidement sur elle un regard un tantinet sévère « Je suis passé par là, mon père flippait a chaque fois que je rentrais un peu trop tard. Je peux te dire qu'il a compris ce que c'était d'avoir un enfant casse couille quand ça a été le tour de ma soeur ! » la remarque fit sourire la jeune femme, elle connaissait les frasques de la cadette des Campbell sur le bout des doigts puisqu'il ne ce passait pas un jour sans qu'Adrian ne parle d'elle, tout comme elle parlait presque toujours de Tobias. Si la relation liant Adrian et sa soeur était tout aussi forte que celle qu'elle pouvait partager avec son frère, les deux n'étaient pourtant pas du tout similaires. Le fait été qu'elle avait toujours agis comme un mère a l'égard de Tobias, cela avait parfois créer des tensions parce que ce n'était pas ce qu'elle était censée être pour lui ... Déposant ses livres à plat, elle en profite pour fouiller dans son sac à la recherche de la pomme qu'elle avait pris le temps de prendre ce matin avant de partir. Elle ne remarqua pas le regard d'Adrian ce posant alors sur la blouse qu'elle portait au travail, portant un nom qui ne lui appartenait pas vraiment « Tu devrais accepter ma proposition Italia. » cette fois il ne rigolait pas comme quelques secondes auparavant. Surprise elle lui lança un regard plein de questions avant de voir ce qu'il regardait, en un geste elle fourra la blouse au fond de son sac et se retourna vers lui en secouant la tête « Je t'assure que ça va ! » affirma t-elle avec un sourire éclatant. Mais ça n'allait pas, le boulot devenait de plus en plus impossible a supporter, les hommes d'aujourd'hui étaient les uns plus salaces que les autres et elle n'osait pas penser au nombre de fois ou on pouvait encore aujourd'hui lui toucher les fesses. « Et puis ce n'est plus pour longtemps ! » elle ce disait la même chose depuis plus de quatre années maintenant, elle ne voulait pas s'imaginer rester à travailler la bas pendant encore quatre années de plus. Elle avait des rêves pleins la tête, mais plus le temps avançait moins elle imaginait qu'il soit possible de les accomplir un jour. « Mon père serait ravit tu le sais! » cela faisait quelques mois maintenant qu'Adrian lui avait parlé de cela. Il était arrivé un jour un sourire immense sur le visage, ce qui parfois ne présageait pas forcement quelque chose de bien ... Il avait eu une idée dans la nuit, car la vérité était qu'il détestait l'idée qu'elle puisse travailler dans un endroit comme celui-ci. Alors il avait demandé a son père si il n'avait pas besoin de personnel dans son restaurant, et a vrai dire elle était persuadé qu'il avait fait plus que demander mais plutôt supplié ! Le chef Campbell tenait un des restaurants les plus chic et les plus respecté de la ville, et beaucoup de jeunes femmes aurait été capables de tuer pour pouvoir y travailler.  « Adrian ... » le fait est qu'elle n'était pas différente des autres, elle rêver d'un jour pouvoir occuper un poste comme celui que lui proposait son ami. Elle savait qu'ainsi elle aurait plus de temps pour bosser ses cours, voir peut être avoir plus de temps pour parfois trouver du temps pour elle. Mais elle ne pouvait pas faire ça, elle ne pouvait pas accepter un emploi comme celui-ci tombé du ciel de la sorte. Elle devait le mériter et elle ne pensait pas être dans cette position actuellement. « Un de ses jours je ne te laisserais plus le choix ! » il lui rendit alors son téléphone, et ce leva la laissant là toute seule. Elle savait qu'il ce rendait à son cours de droit des affaires, tandis qu'elle devait elle ce rendre à son cours de littérature mais il aurait au moins pu lui dire aurevoir !! Elle jeta un coup d'oeil à l'écran de son téléphone et pu y lire un message de son frère : bien rentré, on ce voit ce soir. Et ses sept mots suffirent à lui rendre son sourire pour l'après midi, jusqu'à ce qu'elle ai à enfiler sa blouse de nouveau. Ce soir là fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase lorsqu'un client imbibé de bière l'attrapa par le basin la faisant tomber sur ses genoux comme une vulgaire fille. Après lui avoir donné une claque mémorable elle rendit son tablier, et pris la décision de ne plus jamais revenir.


just one more time before i go i'll let you know that all this time i've been afraid wouldn't let it show nobody can save me now the only sound it's the battle cry
○ ○ ○

Il ne manque donc plus qu'une touche de rouge à lèvres et le tour sera joué. Admirant son reflet dans le miroir elle ce surprend à ce trouver jolie, pour une fois ... Cela fait quelque jours maintenant qu'elle travaille comme réceptionniste au restaurant de Noah Campbell. Plus d'une fois il l'avait félicité pour son travail qui n'était finalement pas si bien compliqué, mais cent fois mieux que celui auquel elle avait eu affaire jusqu'alors ! Pour la première fois depuis des années elle avait presque pu retrouver un rythme de vie normal, et gagnait en réalité un peu mieux sa vie. Assez en tout cas pour s'acheter un maquillage descends afin de ne pas faire tâche dans cet environnement qu'elle ne connaissait que trop peu ! « Wow tu est superbe ! » dans un sursaut elle découvre le visage de son frère, elle ne sait pas depuis combien de temps il est là, ni même si il l'a observé mais elle voit dans ses yeux qu'il pense sincèrement ce qu'il dit. Un instant ils ce regardent tout les deux avant qu'elle ne lui fasse un sourire confus « Ce n'est pas grand chose tu sais ! » elle ce lève, défroisse sa jupe d'un coup de main et entreprend d'attacher ses cheveux en un chignon un peu travaillé. Même sa tenue de travail n'en parait pas une, et elle n'a pas d'autres habits qui puissent arriver à la hauteur de ceux là. Son frère rentre dans la chambre minuscule qu'elle occupe comme il a toujours eu l'habitude de faire, et dire que quelques années auparavant il avait encore peur du noir et que la nuit il ce précipitait dans son lit pour ne pas dormir tout seul. Quelques pinces à chignon coincées entre ses lèvres, elle ne fait pas spécialement attention à Tobias qui attrape les quelques bouts de papiers trainant là sur son lit et constituant l'article qu'elle a écrit pour le petit journal de l'université. Le fait est qu'elle occupe le poste de correctrice depuis un peu trop longtemps maintenant et qu'elle aimerait un jour être publié ... Alors bien sûr ce n'était pas le journal de la ville, ou le Times elle en était consciente mais c'était quelque chose qui lui tenait à coeur. Le simple fait de pouvoir voir un article signé de son nom ...  « C'est parfait ce que tu a écrit Sis' ! » Tobias était le premier à lire les petites choses qu'elle écrivait, quand il était petit et qu'ils n'avaient pas assez d'argent pour acheter des livres elle lui écrivait des histoires. C'est d'ailleurs en lisant ses écrits qu'il avait appris à lire. Alors il n'était pas d'un avis totalement neutre, puisqu'il avait toujours apprécié ce qu'elle faisait. « Italia Rosen ... » chuchote t-il finalement, et l'entendre de sa bouche lui semble bizarre. Il n'avait jamais besoin de prononcer son nom de famille mais c'était la première fois qu'elle l'entendait ainsi. Cela ne faisait que quelques jours qu'elle portait ce nom, quelques jours qu'ils avaient signé les papiers, quelques jours que c'était officiel : elle était sa tutrice. Elle avait 21 ans depuis quelques mois déjà, et elle n'avait pas perdu de temps pour mettre en route la machine afin que sa mère n'ai plus aucuns droits sur lui depuis qu'elle les avaient complètement abandonnés. Le fait est qu'elle n'arrivait pas encore à ce rendre compte que c'était réel, qu'ils étaient maintenant tranquilles. Tobias avait grandit au milieu d'un monde qu'il n'aurait jamais du connaître, et dieu merci il était assez jeune a l'époque pour ne pas ce rappeler aujourd'hui d'avoir observer sa mère s'injecter de l'héroïne. Mais Italia elle n'oublierait jamais ce moment ou elle était rentrée ... C'était leur mère qui avait récupérer Tobias à la garderie ce soir là, pour une raison qui lui était encore inconnue. Quoi qu'il en soit quand elle était arrivée pour le récupérer il n'était plus là et la panique l'avait envahie à une vitesse grand v, plus encore quand pour la "rassurée" on lui avait apprit que la mère du petit était venu le chercher. Elle avait pris soin d'éloigner son frère avant d'entrer dans une dispute mémorable avec une mère qui était déjà bien trop perchée pour répondre quoi que ce soit. « Tu veux que je te dépose chez Marcus ? » elle avait enfin dompté sa crinière et était prête de la tête au pied -enfin il ne manquait plus qu'a enfiler ses chaussures- elle avait de l'avance alors elle pouvait le déposer chez son copain. Elle remarqua directement le changement de couleur sur le visage de l'adolescent « Et bah- » en voyant le regard sévère de sa soeur et n'osa pas continuer, « Crache le morceau. » elle n'était pas froide mais pas aussi douce que d'habitude non plus. Ils avaient eu leurs mauvaises passes, malgré le fait qu'elle aimait son frère de tout son coeur cela ne changeait rien au fait qu'il n'était âgée que de 17 ans, et que forcement il lui arrivait d'avoir ses petites crises et surtout de faire n'importe quoi. « Je ne vais pas chez Marcus ce soir c'est tout ! » totalement sur la défensive, Italia ce mit à froncer les sourcils. Elle n'était pas né de la dernière pluie et il y'avait définitivement quelque chose qu'il ne lui disait pas. « J'ai trouvé du boulot, au cinéma. » elle resta alors silencieuse, car elle c'était attendu à tout sauf à ça. Elle ne lui avait jamais demandé de travailler, elle ne voulait pas qu'il ai la même adolescence que la sienne, elle voulait qu'il puisse en profiter amplement. Elle resta ainsi interdite un certain temps avant de reprendre ses esprits. « Pourquoi ? » la question était sortie de nul part, sur un ton de surprise. Elle ne comprenait pas, ne faisait-elle pas assez ? De quoi manquait-il ? Elle le regarda reposer ses écrits et ce lever pour venir ce placer en face d'elle. « Parce que tu ne vas pas subvenir à mes besoins toute ta vie ! » répondit-il finalement en lui souriant, et en posant ses mains sur les bras de sa soeur. Elle fronce le nez, comme à chaque fois quelque chose lui échappe. Il n'était pas obligé de faire ça, elle ne voulait pas qu'il fasse ça. Et apparemment il semble lire dans ses pensées « J'en ai envie Italia, rien de ce que tu pourras me dire m'empêchera de le faire. Il faut que tu accepte que je t'aide. » sans même lui laisser le temps de dire quoi que ce soit il l'attire vers lui pour la prendre dans ses bras tandis qu'elle ne sait plus quoi penser. Il est parfois difficile d'accepter l'aide que l'on vous offre. (...) Une main sur le front elle soupire de soulagement avant de s'installer sur le tabouret du bar, et d'attraper le verre d'eau qui l'attend. Il est plus de deux heures du matin et cela fait à peine une heure qu'ils ont fermé, et elle n'en peux plus. Le simple fait de penser à tout ce qu'elle doit encore faire en rentrant lui donnerais presque envie de pleurer. « Parle tout de suite ma petite ! » Jenna vient d'arriver devant elle, de l'autre côté du bar. Ses mains sont déjà occupés par une bouteille d'alcool et un checker, prête à ce préparer un cocktail comme a peu près a chaque fois qu'elles font une fermeture. Vu qu'Italia la regarde sans comprendre, la jolie blonde lève les yeux au ciel apparemment exaspérée par son amie « T'a papoté plus de dix minutes avec Gallagher ce soir, ne croit pas que j'ai rien vu ! » Italia vient enfin de détacher ses cheveux qui ce libèrent le long de son dos. En effet, elle a discuté quelques minutes avec Cameron Gallagher mais il n'y avait pas de quoi en faire tout un plat, ou presque. « On a parlé de Shakespeare, tu sas l'auteur ? » répondit-elle en riant, Jenna était du genre a voir des histoires partout même là ou il n'y avait aucune raison d'y en avoir, comme ce soir. Elle versa le mélange dans deux verres avant même qu'Italia n'ai pu dire quoi que ce soit. « Mais il a parlé, avec toi ! Est-ce que tu t'en rend compte ? » elle posa le checker a présent vide et pris l'initiative de boire son verre d'un coup alors qu'Italia venait à peine d'y tremper ses lèvres « Ce n'était rien ... » le rire cynique de Jenna ne faisait pas beaucoup d'apparition mais ce soir elle le fit au moins pour la seconde fois, et franchement Italia ne voyait pas du tout pourquoi elle agissait de cette façon. Certes elle savait pertinemment qui était Cameron Gallagher car il fallait être né de la dernière pluie pour ne pas le connaître, son entreprise était en plein essors ainsi que son magasine et ce serait mentir que de dire qu'elle n'avait pas un seul exemplaire chez elle. Il est vrai que lorsqu'elle l'avait vu arriver elle avait cru s'évanouir, mais leur conversation avait été si brève qu'il n'y avait pas grand chose à en dire. Jugeant le cocktail succulent, elle ne ce gêne pas une seconde avant de le finir, d'une traite.  « Son fils t'a observé toute la soirée. » alors c'était ça, elle était jalouse du fait que Reid Cameron l'ai regardé. En réalité elle ne s'en était même pas rendu compte, elle l'avait remarquablement dévisager quand elle l'avait vu arriver parce qu'il fallait bien l'avouer il était canon. Mais elle n'avait pas osé le regarder une fois de plus tellement elle avait honte de la façon dont elle avait d'abord agit. Rien ne présageait alors qu'elle tomberait amoureuse de lui quelques années plus tard ...

_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:57



But did you see the flares in the sky? Were you blinded by the light? Did you feel the smoke in your eyes? Did you? Did you? Did you see the sparks filled with hope? You are not alone cause someone's out there, sending out flares
○ ○ ○

Diplôme en poche, elle en à fini avec l'université. Et à vrai dire on ne peux pas dire qu'elle ai regretté de quitter l'établissement ... Si Italia a toujours aimé aller en cours, pouvoir enfin réellement voler de ses propres ailes est quelque chose qu'elle a attendu pendant trop longtemps ... Elle a trouvé un petit boulot dans un petit journal, pour lequel elle ne fait que des corrections sur la plupart des chroniques sportives qu'ils publient. Toujours réceptionniste au restaurant du père d'Adrian, elle a enfin trouver une stabilité dans sa vie qu'elle n'avait jusqu'alors jamais eu. Tobias lui a continué à vouloir travailler, et dans un sens même si elle ne lui dira jamais on ne peux pas dire que cela ne la dérange beaucoup. Le simple fait qu'il soit capable d'assurer ses propres dépenses personnelles lui a permit de pouvoir respirer un peu mieux que toutes ses dernières années. Comme chaque matin elle a enfiler ses plus beaux habits plus sérieux que ceux qu'elle n'a jamais porté, à des années lumières des jean troués qu'elle avait la coutume d'enfiler le matin avant d'aller en cours ! Avant de partir elle prépare son café a emporté, sac en main elle rejoint sa voiture toujours en aussi mauvais état certes mais qui avance très bien et qui l'amène la ou elle a besoin d'aller et c'est tout ce qui compte. Comme tout les matins depuis des mois maintenant elle cherche une place pendant plus d'une heure, et arrive pile poile à l'heure au travail. Sur ce minuscule bureau a peine assez grand pour poser deux cahiers côtes à côtés mais qui permet de mettre des piles et des piles de papiers les uns sur les autres. Elle dépose son sac, sa vestes sur le dossier de sa chaise et attache ses cheveux pour plus de liberté de mouvements, s'apprêtant alors à corriger les montages de fautes qui l'attende. « Rosen dans mon bureau ! » la voix du rédacteur en chef résonne dans tout le bureau tandis que les regards ce tournent sur elle. Un temps soit peu stressée elle ce lève doucement, afin de ne pas attirer plus l'attention sur elle dans le cas ou elle trébucherait. Toujours dans une douceur extreme et en calculant tout ses mouvements elle rejoint le dit bureau dans lequel son patron est en train de faire les cents pas, « Monsieur ? » ce dernier ne lui prête pas attention, marmonnant dans sa barbe tandis qu'il continue à faire les cents pas entre les deux murs du bureau, laissant Italia là debout comme une idiote. Ce n'est qu'au bout de quelques minutes qu'il s'arrête et ce place face à elle « Janson est malade, un putain de cancer le con ! » Italia ouvre grand les yeux sous l'effet de la surprise. Janson à un cancer, automatiquement elle pense à l'horreur qu'il doit traverser et ce sent mal pour lui. Ce n'est pas qu'il ai été une seule fois agréable avec elle au contraire, plusieurs fois elle avait eu envie de lui crever les yeux mais de là à lui souhaité un cancer ... Elle ne prêta plus attentions aux insultes que le boss déblatérait a propos de celui qu'il appelait encore la semaine dernière, son meilleur élément. Tandis que la jolie brune ne voyait toujours pas ce qu'elle pouvait faire ici. « Vous allez prendre son sujet, je n'ai pas le choix mes autres journalistes sont tous occupés ! » un instant elle reste abasourdie, a t-elle bien entendu ce qu'il vient de dire ? Mordant sa lèvre elle répète mentalement ses propos avant d'oser un « Moi? Vous êtes sûr ? » Ce n'était pas qu'elle ne voulait pas le faire, au contraire elle avait toujours rêvé d'un moment comme celui-ci. Elle n'avait publié que de petits articles dans le journal de la fac, et elle rêvait de beaucoup plus que de corriger les articles des autres. Il ne semble pas avoir entendu ses questions, puisqu'il est maintenant de retour à son bureau continuant de parler plus vite que de raison sans oublier d'insulter Janson entre deux phrases. « Le match de charité, vous allez vous y rendre pour faire un papier dessus. Attention Rosen je veux qu'il soit parfait ! » heureusement elle voyait de quoi il parlait, malheureusement elle ne connaissait absolument rien au baseball. Cela faisait un an qu'elle travaillait dans ce journal de sport mais elle ne connaissait rien du tout au sport ... Bien sûr elle avait apprit beaucoup en relisant les articles qu'elle corrigeait mais jamais elle n'avait assisté à un vrai match, alors écrire dessus ... « Aller dehors ! » elle sursauta de nouveau avant de quitter le dit-bureau et retourna jusqu'a l'espace qui lui était réservé. Restant ainsi debout pendant quelques secondes, assimilant ce qui vient ce passer ... Et puis la réalité la frappe au visage, elle à un boulot monstre à faire avant de ce rendre au dit match. Alors elle attrape son calepin, et ce dirige vers l'ordinateur le plus proche afin de commencer ses recherches. (...) Elle était là, ce fondant presque dans la foule. Bien sur elle avait entendu que ce match de foot était mis en place pour récolter de l'argent pour des enfants malades, il était impossible de passer à côté puisque tout San Diego en parlait. La pression à présent présente sur ses épaules était assez lourde à portée, mais combattue par l'excitation que tout cela pouvait procurer. Microphone en main, la voici en train d'interviewer les bénévoles et autres participants, impossible pour elle cependant d'accéder aux joueurs sans une carte d'accréditation portant son nom ce qu'elle n'avait pas. A vrai dire c'était plus qu'évident qu'elle avait besoin de cet interview ou bien son patron la jetterait aux poubelles dès son retour, peut être serait-il capable de la blacklister ? Et puis une idée lui traverse l'esprit, attachant ses cheveux en hauteur elle enlève la veste qu'elle porte afin de mettre en avant sa poitrine c'est pathétique mais parfois il faut savoir faire des sacrifices pour obtenir ce que l'on souhaite ... Alors oui, elle est parfois bien plus féministe qu'elle ne souhaite bien l'admettre mais là pour le coup elle passe un peu trop facilement au dessus !! La voilà s'avançant, prête a aller tenter sa chance « Je ne crois pas que vous soyez le style de ce mec ... » Elle tourne vivement la tête, un peu trop vivement d'ailleurs, avant de ce retrouver face à un jeune homme qui sourit un peu trop ... Tout à coup elle comprend, il a du l'observée depuis quelques temps maintenant, voir même lorsqu'elle avait remit sa poitrine en place. Quel honte ! Sans qu'elle ne s'en aperçoive ses joues rosissent plus que de raison tandis qu'elle tente de garder un tant soit peu de prestance ... « Et qu'est ce qui vous fait dire ça ? » Il porte son verre à ses lèvres dans un élan bien trop sexy selon la jeune femme sans pour autant la lâcher du regard ni même arrêté de sourire. « Je sais de source sûre qu'il préfère les hommes. » elle le regarde surprise, retourne son regard vers le grand homme ce trouvant à l'entrée de la tente VIP et de nouveau le mec qui l'a interrompue dans son élan. Son cerveau semble en surchauffe, re-évaluant la situation. « Oh parce que vous êtes ...? » ce que lorsqu'il comprend ou elle souhaite en venir qu'il explose de rire, pas offensé pour le moins ce n'est pas le cas de la jeune femme qui à l'impression qu'on ce paie sa tête. « Quoi moi ? Nooon! » Italia ne c'est jamais sentie aussi idiote qu'a cet instant précis. Elle secoue la tête, elle souhaiterait être nul par ailleurs qu'ici à cet instant précis. Bien sûr qu'il n'était pas gay, il devait avoir des milliers de filles souhaitant ce jeter à ses pieds. Pour sûr elle ce souvenait parfaitement de l'emballement qu'avait eu lorsqu'elle l'avait rencontré pour la première fois, il était assez difficile de l'oublier. « Je pourrais vous faire rentrer. » lâche t-il, enfin une information importante et considérable, elle s'apprête a accepter un peu trop à la hâte avant de s'auto-stoppé. « Vous devez savoir que je ne coucherais pas avec vous. » répond t-elle avec un aplomb presque sortit de nul part. La remarque le fait sourire, tandis qu'elle reste là complètement stoïque. Elle sait parfaitement à quoi s'attendre avec ce genre de types, ou tout du moins c'est ce qu'elle pense ... « Ce n'est pas du tout ce que j'allais proposer Mademoiselle Rosen. » le regard entendu qu'il lui fait la vexerais presque ... Il dépose son verre sur le bord du buffet mis à disposition et dans un geste lui montre la direction à prendre tandis qu'il l'a suit. Le fait est que sans lui elle ne serait surement jamais rentrée dans cette tente, celle dans laquelle elle a pu avoir tout les interviews dont elle avait besoin, sans lui elle n'aurait pas pu écrire son article et être remarqué par Cameron Gallagher. L'homme qui a remarquablement changé sa vie, mais la vérité c'est que son fils l'a fait avant lui.


i hope with all my heart that you find the answers to your questions. but the answers that you’re looking for are closer than you think. they’re in your heart. and in the hearts of those who love you. and i love you i really do.
○ ○ ○

A cet instant précis on arrive facilement a ressentir la rage qu'éprouve la jeune femme, c'est qu'elle n'aime pas qu'on lui dise non, jamais. Pourtant sa bouche sourit quand ses yeux sont prêts à assassiner quelqu'un, mais le truc c'est qu'elle n'est pas seule dans la pièce alors elle ce retient. Tout les rédacteurs en chef sont là, attablés en face les uns des autres proposant leurs projets pour les futurs numéros, cela fait prêt d'une heure qu'ils proposent et débattent en buvant du café de premier choix et ne touchant pas à un seul des croissant présents sur la table. Elle continue de faire passer son stylo entre ses deux mains afin de calmer ses nerfs tandis qu'elle sent son regard peser sur lui ... Cela fait six ans maintenant qu'elle a intégrer la compagnie familiale, d'abord simple assistante, Cameron Gallagher l'a nommée à la tête du pôle International avant de prendre sa retraite et laisser la place à son fils. Elle le regarde, et le temps d'un instant leurs regards ce croisent ... Comme a chaque fois qu'il pose son regard sur elle, elle a l'impression d'être seule avec lui dans la pièce, comme si rien ni personne d'autre ne comptait. Un sentiment qu'elle sait ne pas devoir ressentir mais qui s'immisce en elle bien trop souvent à son gout. Et puis il est interpellé pour donné son avis et la connexion s'arrête, Nancy du département mode lui fait les yeux doux comme a chaque fois qu'elle lui parle, minaudant comme une fillette de vingt ans ... En réalité, Italia n'a qu'une envie maintenant, c'est que cette foutue réunion soit terminée. Et quand c'est le cas, elle soupire de soulagement, elle n'est de retour sur le sol américain que depuis deux jours et elle n'en peux plus d'être dans cet immeuble, elle a besoin de retrouver sa famille et ses amis maintenant qu'elle a bouclé son article. Petit à petit ils quittent tous la pièces, certains lui demande comment c'est passé son voyage -a croire qu'aucuns d'eux ne lit jamais ses articles- tandis qu'avec une hypocrisie qu'elle n'avait pas avant de commencer ce boulot, elle leur répond que c'était merveilleux. « Italia ? » elle soupire en entendant sa voix qui l'irrite tout particulièrement en ce moment. On la regarde dans un sourire confus, que croient-ils tous qu'il va lui arriver ? Elle attends que tout le monde ai quitté la salle de réunion avant de s'avancer vers lui. Il regarde la ville, il faut bien l'avouer les fenêtres offrent une vue merveilleuse de San Diego tout illuminée tandis que la nuit c'est couchée depuis assez longtemps maintenant. « Monsieur Gallagher, si cela ne vous dérange pas j'aimerais beaucoup rentrer chez moi. » elle était d'une politesse inhabituel, c'était un fait presque connu de tous, Reid et Italia n'étaient pas toujours sur la même longueur d'ondes et c'était finalement pas plus mal qu'elle passe la plupart de son temps à l'autre bout du monde. Il secoue la tête et ce tourne vers elle instinctivement, parce qu'il sait parfaitement ce que cache cette politesse « Vous ne comprenez pas n'est-ce pas ? » Ils avaient dépassé le stade de vouvoiement, ou tout du moins cela dépendait les moments, mais puisqu'ils allaient manifestement ce prendre la tête le vouvoiement était de nouveau sur le plateau.  « Absolument pas non, on doit ce rendre la bas vous le savez aussi bien que moi. » c'était pour ça qu'elle était en colère, il avait refusé qu'elle ce rende en Syrie. Le fait est qu'elle n'avait pas l'habitude d'aller dans des milieux complètement hostiles, a chaque fois il y'avait une certaine sureté dans ses déplacements même si personne n'était jamais à l'abris de rien. Alors d'habitude il ne disait pas non, il l'avait laissée aller au Kenya, elle revenait du Mali mais comme il l'avait dit lors de la réunion la Syrie n'était pas négociable. « Et je le dit de nouveau, c'est bien trop dangereux pour que j'accepte que vous vous rendiez la bas. » il avait ce même ton de patron qu'il utilisait depuis qu'il avait reprit la suite de son père. Elle l'avait connu avant, il avait cette part de sérieux c'est sûr, mais il n'était certainement pas la même personne qu'il était aujourd'hui. En réalité il leur arrivait avant de s'entendre sur certaines choses, de rire parfois même ...  « Ca m'est égal et vous le savez. » elle n'irait pas jusqu'à dire qu'elle n'avait peur de rien, elle n'était pas suicidaire non plus, loin de là. Mais il était important que le monde sache et comprenne, c'était pourquoi elle avait accepté ce poste en dépit du fait qu'il eu été le métier de ses rêves. Ils avaient tous la tâche de montrer ce que les médias télévisés ne montraient pas ou plus, ils avaient cette liberté que d'autres n'avaient pas et ils devaient en profiter. Ses équipes étaient toujours en mouvement, son statut de rédactrice en chef ne lui permettait pas de partir sur le terrain autant qu'elle aurait aimé pouvoir le faire mais quand certain sujets lui tenait vraiment à coeur elle trouvait toujours un moyen. Comme elle l'avait fait pour rejoindre ses enfants au Mali, ce voyage avait été si enrichissant ... Des gamins d'a peine cinq ans, voir sept avaient mis en place tout un réseau entre eux pour s'entraider quand leurs mères n'étaient pas là obligée de partir travailler dans le village à côté ce trouvant à plusieurs kilomètres de leurs enfants. N'ayant pas d'autre choix que de les abandonner à leur sort pour avoir l'espoir de peut être rapporter assez a manger pour une semaine. « J'irais ! » elle ne doutait pas qu'aucuns de ses journalistes aurait dit non, mais si leur patron craignait des répercussions quand au fait de les envoyer la bas elle en prendrais la total responsabilité. A son tour il secoue la tête avant de ce placer en face d'elle, de nouveau leur regards ce croisent et elle ce perd dans cet océan bleu qui l'attire comme un aimant. Ce serait mentir de dire qu'elle ne le trouve pas attirant, au contraire, mais elle était tellement en colère contre lui parfois ! « Il en est hors de question Italia, fin de la discussion. » elle fronce le nez comme a chaque fois qu'elle est sur le point d'exploser avant de prendre une grande inspiration « C'est n'importe quoi Reid, tu sais que je peux y aller, tu sais qu'on pourrait aider ses pauvres gens à notre manière ! » elle avait laissé tomber le vouvoiement, ce n'était absolument plus de rigueur maintenant, elle s'en fichait. Elle voulait seulement lui ouvrir les yeux,  il n'était pas froid et sans émotions tout de même en tout cas pas complètement ! Elle devait aller sur le terrain pour dénoncer les conditions de cette guerre, les conditions des enfants vivants la bas ... Elle voit sa mâchoire ce serrer, il est inutile de continuer à parler avec lui il ne changera pas d'avis et elle non plus. Ces deux là sont têtus et c'est pourquoi ils ne trouvent jamais d'issues à leur disputes, que chacune d'entre elles ce finissent plus ou moins de la même façon. Levant les deux mains en l'air, elle abandonne la partie pour ce soir, elle souhaite juste rentrer chez elle. Cependant elle est déçue, il la déçoit et elle ne croit pas que cela soit arrivée une seule fois depuis qu'ils travaillent ensembles ... Elle récupère ses dossiers sur la table de réunion, et s'apprête a partir d'ici. (...) Dire qu'il y'a encore quelques jours elle portait un short en jean et une chemise blanche en piteux état, agrémentés d'une paire de basket des plus confortables ... Elle était maintenant dans l'état opposé à cela, talons vertigineux, coiffures à s'en donner mal à la tête, et une robe de couture qu'elle avait juste affreusement peur de salir avant de la rendre. Elle regarde la foule devant eux, et jète un regard à son cavalier « Je ne sais toujours pas comment tu à fait pour me convaincre de t'accompagner ! » le jeune homme attrape son bras qu'il accroche a son coude avant d'attraper sa main, un sourire au visage. « Mon charme est infaillible, je pensais que tu l'aurais compris depuis le temps ! » elle lui donne un coup de hanche ce qui le fait rire, ce n'est pas ce que les filles présentes à ce genre de soirées font d'habitude mais ce n'est pas parce qu'elle porte une aussi jolie robe qu'elle va agir différemment. Adrian la présente à des amis à lui, des amis de la famille, et elle est heureuse de le voir pour une fois dans un milieu qu'il connaît sur le bout des doigts. C'est qu'il ne l'a jamais amenée à ce genre de soirées, ce n'est pas qu'il ne lui à jamais proposé au contraire mais jamais encore elle ne c'était sentie à l'aise d'accepter la proposition. Elle était sa meilleure amie depuis plus d'une dizaine d'années pourtant, mais le fait est que l'un et l'autre ne venaient manifestement pas du même monde et il fallait prendre ce fait en considération selon la jeune femme. Mais aujourd'hui les choses étaient différente, elle même ne ce considérait pas comme une personne différente mais son statut avec changé et c'était un fait qu'elle ne pouvait pas nier. Elle devait assister à ce genre de mondanités même si ce n'était pas ce qui l'attirait particulièrement ... Elle reposa son verre de champagne sur le plateau en argent que le serveur tenait devant elle, elle lui offrit un sourire sincère parce qu'elle connaissait ce qu'était d'exercer ce métier. Adrian l'invita a danser, et elle s'amusa comme elle ne pensais pas s'amuser un jour dans ce genre de soirées. C'était assez impressionnant finalement, ça n'avait pas grand chose avoir avec ce qu'elle avait imaginé jusqu'alors, elle avait toujours cru qu'elle ce sentirait comme une étrangers au milieu de tout ses gens, comme esseulée, certaines qu'on n'écouterait jamais ce qu'elle avait à dire. Et ça n'avait pas été le cas, on avait écouté ses propos, on c'était intéressé à ce qu'elle disait, aux actions qu'elle comptait mener. Elle avait même sur les numéros de téléphones de certaines personnes prêtes à investir dans les projets qu'elle planifiait dans le reste du monde. Elle ne savait pas si on la considérait comme l'un des leurs, et ce n'était pas vraiment ce qu'elle cherchait mais au moins elle n'était pas apparue comme une idiote et cela lui faisait du bien. « Je peux ? » Adrian était en train de lui raconter une histoire sordide sur la jeune femme qui dansait à côté d'eux quand il vint les interrompre. A l'entente de sa voix, son sang ce glaça en très peu de temps. Elle ne l'avait pas vu, elle c'était douté qu'il était souvent invité à ce genre de soirées, mais elle ne l'avait pas vu alors elle c'était détendue. Adrian regarda Reid de haut en bas, car Italia lui avait parlé de lui, avant de regarder la jeune femme afin de voir ce qu'elle souhaitait. Elle lui fit un signe de tête, et il la lâcha. Avant de s'éloigner il fusilla Reid du regard, tandis que celui-ci prenait sa place. « Ton petit ami ? » la remarque la fit rire, mais devant le sérieux de Reid elle s'arrêta automatiquement. Elle n'avait jamais imaginé un jour cela possible, Adrian et elle, c'était à ses yeux contre nature et totalement infaisable mais pas pour Reid apparemment. Elle s'attarda son visage, et pu voir qu'il serrait la mâchoire ... « Mon meilleur ami. » finit-elle par répondre, et à peine ses mots prononcés elle le sent ce détendre. Alors il attrape sa main, et ce simple contact la fait frissonner, a l'instant ou il passe sa main dans le creux de ses reins et qu'il l'approche un peu plus près de lui elle sent une chaleur incompréhensible s'emparer de son corps. Cela faisait trois semaines qu'elle l'évitait, il l'avait rendu folle avec cette nouvelle histoire. Cette fois il lui avait fourré dans les pattes une assistante incompétente, et qui plus est elle était certaine qu'il couchait avec elle. Pour une raison qu'elle ne voulait pas reconnaitre, cela la rendait folle ... Alors bien sûr ils c'étaient disputés, devant tout le bureau d'ailleurs parce qu'il était hors de question qu'il lui impose ses décisions ainsi qu'il soit le patron ou non. Elle refusait qu'il agisse comme un idiot, et malheureusement c'était ainsi qu'il faisait la plupart du temps. Pendant près de deux minutes ils restent ainsi, l'un et l'autre dansant sur cette musique un peu trop longue au gout de la jeune femme. C'est que son coeur bat un peu trop vite dans sa poitrine, qu'elle meurt de chaud et qu'elle sent que ses mains sont moites. Rapidement elle sent le souffle de Reid dans son cou et cette proximité de l'extreme l'empêcherait presque de respirer. « Sortons d'ici. » elle ne sait pas pourquoi mais elle l'a suivit, comme une idiote elle l'a suivit. Elle ce souvient parfaitement avoir pensé que ce n'était absolument pas une bonne idée mais elle ne c'est pas écoutée. Elle avait trop chaud, elle avait besoin de respirer et l'air frais la frappa d'un coup quand ils eurent passé la porte du jardin. Elle retrouva le regard bleu océan de Reid, et pour une fois l'un et l'autre étaient sur la même longueur d'ondes, ils souhaitaient la même chose ... Ils restèrent longtemps ainsi, a ce regarder en silence, savourant ce moment tandis que de la musique bien plus forte était en train de résonner dans la salle qu'ils venaient de quitter. Ce n'était pas une bonne idée qu'ils soient là tout les deux, elle l'avait sentit depuis quelques jours déjà et il était impossible que lui ne l'ai pas sentit. Il aurait été plus intelligent de sa part de le laisser là, partir, mais elle n'en avait absolument pas envie. Il s'approcha d'elle tout doucement d'abord, et elle fit de même. Cette lenteur devenait insupportable, l'attente n'était plus possible. « Et puis merde ! » s'exclama t-elle, elle traversa le peu de distance qui restait en eux et presque automatiquement les mains de Reid vinrent trouver son bassin tandis qu'elle venait retrouver sa bouche. Techniquement c'était donc elle qui avait commencé ce baiser, même si plus tard Reid lui dirait le contraire, révélant que son plan depuis le début était d'en arriver là. Mais peu importe à cet instant elle était en train de savourer le gout de ses lèvres, si bien qu'elle n'était plus capable de respirer et que ce n'était pas grave. Elle pressa son corps contre celui du jeune homme qui déjà l'attirait contre lui d'une main tandis que l'autre tenait le dessous de son menton. Avec une difficulté certaine, il arriva a la pousser en douceur contre le mur, et encore là elle ne voulait pas de l'appui de ce mur, elle le voulait lui. Elle desserra ses lèvres le temps de reprendre ses esprits, mais il ne sembla pas d'accord avec elle puisque déjà il embrassait la ligne de sa mâchoire, avant de finalement descendre sur son cou.


the saddest word in the whole wild world is the word almost. he was almost in love. she was almost good for him. he almost stopped her. she almost waited. he almost lived. they almost made it.
○ ○ ○

Cela fait a peine cinq petites minutes qu'elle est sortie de l'avion, Diego et James derrière elle sont encore en train de raconter leurs aventures avec les hôtesses de l'air qu'ils ont eu sur leurs trois différents vols. Trois foutus vols, si il y'a bien une seule et unique chose qu'Italia n'appréciait pas c'était de passer autant de temps inutilement perdu dans un avion, alors trois c'était la cerise sur le gâteau. Elle avait passé tout son temps a regarder les photos qui avaient été prises, ainsi qu'a rassembler ses écrits tout en continuant de repenser à ses enfants qui lui avait fait vivre une aventure merveilleuse ... Mais elle devait bien l'avouer elle était assez pressée de retrouver son petit train de vie. Le fait est qu'a chaque fois qu'elle partait sur des temps aussi long et aussi loin, elle ne partait pas avec son téléphone ni avec tout l'attirail qu'elle pouvait trimballer quand elle était à San Diego. Non joignable, perdu dans un pays inconnu ... C'était comme ça qu'elle arrivait le mieux à ce concentrer et a travailler. Alors elle venait a peine d'arriver à San Diego, et elle avait déjà bien des idées de ou elle irait après. La vérité c'est qu'en général elle allait a son bureau pour poser toutes ses affaires, prendre des nouvelles et parfois y trainer un peu pour rattraper son retour. Elle ne partait plus aussi longtemps qu'elle n'avait l'habitude de le faire auparavant, mais quand elle partait elle ne faisait pas les choses à moitié. Bien sûr ils avaient toujours un système d'urgence afin qu'elle soit joignable en cas de soucis parce qu'au final elle était la dernière personne a pouvoir prendre des décisions quand cela affectait son secteur du magazine mais le fait est que personne n'avait eu a l'appeler. Trois semaines ... C'était beaucoup trop long, et c'était idiot. Elle était avec lui depuis un mois seulement, et trois semaines lui avaient semblait si longues. Ils attendirent leurs valises pendant au moins une bonne dizaines de minutes, et quand enfin ils les eurent récupérées elle ne tenait plus sur place pressée de retrouver son frère qui l'attendait certainement depuis trop longtemps. Laissant ses collègues et amis derrière, elle commença a marcher plus vite et son visage s'illumina de façon instantanée quand elle eu reconnu le visage de Tobias au milieu des autres gens. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour ce jeter dans ses bras et le serrer contre elle « Comme tu m'a manqué petite tête ! » elle leva la tête toujours ce sourire au visage tandis que son frère se mit à rire. Elle était fini l'époque ou elle pouvait encore l'écraser contre elle ou le porter, il la dépassait largement maintenant c'était presque à ce demander lequel était l'aîné !! Il attrapa son sac, et tandis qu'il lui demandait comment elle allait et qu'ils avançaient jusqu'a la voiture il lui passa son téléphone portable. Elle ce jeta dessus, a croire qu'elle était complètement en manque ... Elle appuya longuement sur le bouton afin qu'il puisse s'allumer et trouva le temps bien trop long une fois de plus. Il était étonnant que son frère ne l'ai pas encore mise au courant des derniers films qu'elle avait raté, ou encore d'ou en était leur équipe de Basket favorite dans le classement. En fait par rapport à d'habitude elle le trouvait étrangement calme ... « Ecoute Lia' faut que je te dise quelques chose. » si l'entendre l'appeler par ce surnom qu'il lui avait donné lorsqu'il n'arrivait pas à prononcer son prénom en entier, rapidement elle comprit que quelque chose n'allait pas. Automatiquement inquiète son rôle de grande soeur commença a être surpassé par celui qu'elle avait à son égard depuis des années maintenant, comme une vraie maman poule. « Tu sais que tu peux tout me dire ... » elle était prête a tout entendre, elle préférait qu'il lui parle honnêtement plutôt qu'il s'empêtre dans des galères tout seul. Mais cela n'empêchait en aucun cas le fait qu'elle était en train de bouillir de rage a l'intérieur, il c'était encore mis dans une situation compliqué et elle devrait le sortir de là! Il s'arrêta devant la voiture et ce plaça devant elle « Madame Gallagher est décédée peu de temps après ton départ. » il continua a la regarder attendant sa réaction, mais la vérité c'est qu'Italia resta de marbre. Elle répétât doucement les mots qu'il venait de prononcer avant qu'ils ne prennent tout son sens. Portant ses mains devant sa bouche, elle secoua la tête des larmes perlant à ses yeux. Elle ne la connaissait pas beaucoup, mais les fois ou elles avaient eu l'occasion de ce rencontrer elle avait toujours beaucoup apprécié Norma. Elle ne demanda pas tout de suite ce qui lui était arrivé, a vrai dire ses pensées ce dirigeaient à présent sur une seule et unique personne. « Tu pourrais me déposer au bureau ? » il ne perdit pas de temps, posant ses affaires dans le coffre de la voiture et prenant rapidement le volant. Sur la route il lui expliqua qu'elle était décédée deux jours après qu'elle soit partie, il ne savait pas bien ce qui c'était passé et l'avait appris comme a peu près tout le monde, dans les journaux. Apparemment Norma était malade, et c'était la maladie qui avait gagné la batailles qu'elles menaient depuis quelques années ... Aujourd'hui encore elle ce souvenait parfaitement de la douleur qu'elle avait ressentit quand on lui avait dit qu'elle ne reverrait plus jamais son père. Il lui arrivait encore de pleurer en pensant à lui, et a toutes ses années perdus, à la manière donc sa vie avait changé à la minute ou son père avait perdu la vie. Elle ne souhaitait une telle douleur à personne, absolument personne, pas même à la fille la plus exécrable qu'il soit. Alors elle la souhaitait encore moins à Reid ... Vu qu'il n'était encore que 19 heures elle ce doutait qu'il était encore au bureau puisqu'il était comme toutes les autres personnes du magazine incapable de partir plus tôt que 21 heures. A peine arrivée en bas de l'immeuble, elle était rapidement descendu de la voiture, encore habillée de son short déchiré de toute part et de son débardeur, une tenue qu'elle ne portait jamais au bureau. Elle passa rapidement le barrage de sécurité en validant sa carte, et prendre l'ascenseur sembla être le moment le plus long qu'elle ai vécu aujourd'hui finalement. Elle n'avait pas eu le temps de ce faire à quoi que ce soit, au décalage horaires, a savoir comment Diego et James étaient rentrés, en fait elle n'en avait absolument rien à faire a ce moment précis. Enfin arrivée à cet étage qu'elle connait si bien, elle croise des têtes qu'elle connaît on la regarde avec précision vu comme elle est habillée et on lui demande si tout c'est bien passé mais elle ne répond qu'avec des phrases courtes et concises. Le bureau de Reid se trouve a l'exact opposé du sien, elle traverse donc le bureau continuant de répondre vaguement aux questions qu'on lui pose. Bon sang, ils ont pas mieux à faire ? Finalement elle arrive devant la porte fermée de Reid, prenant son inspiration elle place sa main prêt de la porte afin de frapper pour annoncer son arrivée et non pas entrer en trombe dans le bureau comme si elle venait simplement parler d'un agencement d'article qui ne lui plaît pas. Mais elle s'arrête dans son élan, des bruits particuliers l'interpelle. Prêtant particulièrement attention, elle sait ce qu'ils signifient et ose imaginer que ce n'est pas lui la dedans. Son coeur ce serre plus encore cette fois, elle prend un inspiration et ouvre la porte d'un coup d'un seul, faisant sursauter les occupants du bureau. La scène n'a rien de bien valorisante, elle voit directement le dos de Reid pas la peine de s'y attarder vingt fois pour savoir que c'est bel et bien lui. Par contre il y'a bel et bien quelqu'un qui lui fasse, une jeune femme apparemment bien plus jeune qu'elle, brune. Celle-ci à du rouge à lèvres tout autour de la bouche, les cheveux en bataille, et ses mains fourrées dans le pantalon de Reid. Elle reste là, totalement immobile, incapable de dire quoi que ce soit. Quand il se retourne il semble d'abord sacrément surpris de la voir ici, et puis l'expression sur son visage ce ferme « Rosen, je ne pensais pas vous voir aujourd'hui. » il a prononcé ses mots d'une façon si naturelle, comme si ce qu'il était en train de faire n'avait absolument rien d'anormal. Un instant elle le regarde, tentant de comprendre ce qui est en train de ce passer mais elle en est incapable. Aveuglée par la rage, sa main quitte rapidement la poignée qu'elle tenait encore fermement, pour venir trouver la joue de Reid, sans un mot elle lui tourne le dos et s'en va. (...) Elle vient de descendre le quatrième verre qu'on vient de lui servir. Bien qu'ayant eu à une époque une certaine tolérance à l'alcool, cela fait longtemps qu'elle n'a pas testé ses limites mais qu'elle a besoin de le faire. « Alors ? Toujours rien ? » Skyler fait signe au barman afin qu'il lui amène deux verres. Italia secoue la tête et ce met à rire comme une adolescente avant de retrouver un semblant de sérieux « Trois semaines, et toujours rien. » l'enfer semble s'être abattu sur sa vie. Bon bien entendu elle exagérait énormément, mais elle s'en foutait, pour une fois elle n'en avait vraiment rien à faire de sur-évaluer les choses. Skyler prononça des mots qu'elle ne prit pas le temps d'essayer de comprendre, puisqu'elle était déjà en train de boire le verre que l'on venait de déposer devant elle. Cela faisait trois semaines qu'elle avait surprit Reid avec une autre ... C'était idiot de sa part de réagir ainsi, ils n'étaient sortis ensembles qu'un mois, ils ne c'étaient jamais rien promis mais le fait est que cela lui avait beaucoup plus de mal qu'elle ne l'aurait voulu. Chaque personne à sa façon particulière de réagir au chagrin, c'était ce qu'elle c'était dit après s'être retrouvée chez elle ce soir là. Peut être était-ce sa façon à lui, parce qu'elle n'était pas présente au moment ou les choses c'étaient passées. Elle c'était attendu a avoir une conversation avec lui dès le lendemain, mais rien n'était jamais venu. Il l'avait lamentablement ignorée et très mal parlé a chaque fois qu'ils avaient du le faire. Au début elle avait tenté de trouver des solutions, vraiment elle avait tenté de lui parler et puis plus le temps avançait plus sa fierté prenait cher. Alors elle a finit par abandonner, elle a finit par réagir de la même manière que lui et depuis pas un jour ne ce passait sans qu'ils ne se crient dessus l'un et l'autre. « Je t'avais dit que t'étais trop bien pour lui ! » lui confessa sa meilleure amie dans un sourire qui ce voulait réconfortant. Tout à coup elle repose son verre, sa sensibilité reprenant le pas sur toute la colère qu'elle éprouve. « Il a perdu sa mère ... » tout le monde le savait, Reid était très proche de sa mère, certains magazines pourries l'appelait un fils à sa maman et il n'en avait toujours eu rien à faire. Il aimait sa mère, il fallait être aveugle pour ne pas le voir à chaque fois qu'ils se trouvaient tout les deux dans une même pièce. Il avait perdu la personne qui comptait le plus dans sa vie, et elle était là a nourrie la haine qu'elle éprouvait à l'égard de cet homme qui avait perdu tout ses repères « Est-ce que tu te fou de moi ? » Skyler en connaissait un rayon la dessus elle aussi, et elle connaissait assez bien Italia pour savoir sur quel chemin elle ce dirigeait. Cette fille n'était même pas capable d'en vouloir à sa mère pour lui avoir fait vivre une vie merdique, pour l'avoir toujours laissée ce débrouiller toute seule pour tout ... Skyler savait ça. Italia était incapable d'en vouloir à quelqu'un, et qui plus est elle trouvait toujours des excuses aux personnes qui faisaient des erreurs, qu'elles soient valables ou non d'ailleurs. La jolie blonde vint faire claquer ses doigts devant le regard a présent perdu de la journaliste, celle-ci sursauta finalement avant de revenir au monde réel. Un regard à Skyler lui fit comprendre la triste vérité, elle ne pouvait pas en vouloir de manière définitive à Reid parce que non seulement elle comprenait sa douleur, mais surtout parce qu'elle été tombée amoureuse de lui ...

_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:58

Code:
[center][b]JESSICA STROUP[/b][/center]

<center><img class="imgp" src="http://33.media.tumblr.com/d3a582ab32955f0f0e2a929f35cff2eb/tumblr_n71x2lYE2N1r7b1s5o6_250.gif"><br><table cellpadding="1" cellspacing="1" width="250"><tbody><tr><td><div align="center"><titrep><i>june elia oakley</i><br>--------------------</titrep></div><div align="justify"><presaquote>Here’s the deal babe, no matter what you do. No matter how bad you hurt me. I will always come back to you [color=#cc9999]▪[/color] [font=Sans-serif][size=8][u]crédits :[/u] red (quote) - jstroup.tumblr (gif) [/size][/font]</presaquote></div></td></tr></tbody></table></center><center>[size=11]♦[color=#cccccc]♦[/color]♦[/size]</br>
<t>Now is always temporary</t></br>
<div class="presag"><faq>NOM(S)</faq> ↦ Il lui arrive de ne jamais porter le même de nom de famille, elle ne saurait dire combien de fois elle a adopté un patronyme qui n'était pas le sien. Non pas par honte, mais plutôt parce que c'était plus intelligent qu'elle change de noms, pour éviter de mettre ses proches en danger ou bien de ce compromettre. Pour garder la possibilité d'avoir une vie normale en dépit du métier qu'elle exerçait. On la connaît donc beaucoup sous le nom d'<i>Harper</i> c'est en général le nom de famille qu'elle endosse quand elle est en mission sous couverture, banal et commun il est parfait pour ce genre de chose. Mais la vérité c'est qu'elle porte un nom de famille bien différent de celui-ci, puisqu'elle ce prénomme <b>Oakley</b>. Un nom dont elle très fière et qui a toujours eu une importance à ses yeux, parce qu'il est celui de sa famille celui que portait ses parents mais aussi celui que porte son frère aujourd'hui. C'est un fil invisible qui aujourd'hui continue de les maintenir tous ensembles, même si leurs parents ne sont plus là. C'est le nom que l'on utilise pour la désigner en général, ou pour désigner son frère. Il est rare que dans le cadre du travail on n'utilise son prénom, et puis son frère et elle ont une certaine réputation au sein du bureau qui fait que cela donne encore plus de beauté au nom de famille qu'ils portent. <faq>PRENOM(S)</faq> ↦ Ses parents n'ont pas voulu suivre les coutumes habituels, en effet elle n'a pas pris le prénom de sa mère ou bien celui d'une de ses grands mères avant elle.  Sa mère a toujours considéré à l'égard des prénoms une certaine importance, elle ne voulait pas que sa fille porte un prénom sans réelle signification et du coup ça a été un peu le parcours du combattant pour choisir celui qui irait a la perfection à sa petite fille. Le courage et l'ambition ont toujours étés deux qualités particulièrement appréciées dans la famille, et quand elle a apprit que le prénom <b>June</b> était souvent attribuée à des jeunes femmes promises à de grandes choses et dotées de ses deux qualités elle n'a pas hésité. June était aussi la femme de Jupiter, et la fille de Saturne beaucoup de sous entendu vis à vis des étoiles qui était une des passions de son père. Alors quel prénom aurait pu lui allait mieux que celui-ci ? A la différence du premier prénom qu'elle porte, le second lui vient d'une personne qui était chère a sa famille. En effet elle porte le prénom de sa marraine qui s'appelait <b>Elia</b> et dont sa mère était très proche selon son oncle et sa tante. Malheureusement June n'a jamais pu faire sa connaissance, et elle ne sait pas vraiment dans quel circonstances celle qui lui a légué ce prénom qu'elle apprécie a disparue ...  <faq>DATE DE NAISSANCE</faq> ↦ Aussi astucieux et importance que cela puisse être, June a toujours partagé le même anniversaire que celui de son père. Le hasard fait bien les choses, et c'est quelque chose qui avait l'habitude de les amuser quand il était encore présent dans sa vie. Elle est donc née le <b>24 Novembre 1989</b> près de quarante après que son père ai vu le jour. Aujourd'hui et depuis vingt-et-un ans maintenant, son anniversaire est toujours accompagné d'une note de nostalgie pour les journées qu'ils avaient l'habitude d'organiser pour leur anniversaire commun. A chaque fois, elle ce rends sur sa tombe pour lui apporter un cadeau. <faq>LIEU DE NAISSANCE</faq> ↦ Comme la plupart des membres de sa famille, June a vu le jour à <b>Washington</b>, un jour ou il faisait particulièrement froid et ou la pluie battait. Son père ne serait presque pas arrivé à l'hôpital si il n'avait pas été accompagné d'une horde de voitures de flics pour le laisser passer, permettant ainsi que la jeune enfant a naître ne voit pas le jour en plein milieu d'un embouteillage ! Elle est donc américaine, et fière de l'être même si elle a toujours secrètement rêvé d'être Italienne, un vieux désir de gamine ... <faq>STATUT CIVIL</faq> ↦ June n'a jamais réussit a avoir des relations stables, et elle a toujours su que cela était sa faute. Elle a toujours tout fichu en l'air, si bien qu'elle a fini par ne plus vraiment ce donner la peine d'essayer d'en avoir ... En effet, elle est obsédée par son travail et par l'enquête qu'elle poursuit en parallèle. Et puis il faut bien le dire, elle n'est jamais plus de deux mois au même endroit alors comment construire une relation stable ? Dans un sens elle c'est toujours dit qu'une fois qu'elle aurait trouvé la personne qui a tué ses parents elle finirait par ce poser, car malgré tout elle rêve de pouvoir faire sa propre famille mais sait que ce n'est pas le bon moment. Elle a toujours pensé qu'elle saurait quand le bon moment serait venu, mais surtout qu'elle avait encore un peu de temps avant qu'il ne lui tombe dessus. Mais elle avait tord, il lui est tombé dessus au moment ou elle l'attendait le moins, au moment ou il n'aurai jamais du tomber. Il paraît qu'au premier baiser on sait que la personne qui se trouve en face de nous est celle que l'on a attendu toute sa vie, et June en est maintenant persuadée. Elle l'a rencontré pour la première fois de façon inattendue, alors qu'elle portait un nom et une histoire de couverture dans le cadre d'une mission. S'approcher de lui était une tactique, supposément un bien nécessaire pour l'enquête mais elle c'est laissé avoir par ses propres tactiques, tombant presque immédiatement sous le charme de Robb.  Une situation complexe, car elle n'a jamais pu lui dire qu'elle n'était pas la personne qu'il pensait, cela a duré huit mois sans qu'elle ne soit capable de lui dire quoi que ce soit ni même capable de crever cette bulle dans laquelle ils étaient. Parce qu'elle n'avait jamais connu cela, et qu'elle ne voulait pas y mettre fin. Elle était amoureuse pour la première fois de sa vie, amoureuse à en avoir mal au coeur quand il n'était pas avec elle, a chercher constamment l'étreinte de ses bras. Elle a fini par ce faire une raison, elle lui dirait qui elle était vraiment quand l'enquête serait bouclée et elle c'était persuadée qu'il finirait peut être par la pardonnée. Elle avait son plan en tête, un plan qu'il est venu bouleverser en lui avouant qu'il était l'homme qu'elle cherchait a mettre sous les verrous depuis plus d'un an ... Incapable de savoir quoi faire, incapable de le livrer à ses chefs, elle a fui et elle est revenue à Washington dans l'espoir de trouver une solution. Pour son frère, et ses amis elle est <b>célibataire</b> mais son coeur est sur une autre fréquence, complètement accaparé par le jeune homme.  <faq>ETUDES/METIER</faq> ↦ Depuis qu'elle est toute petite elle sait ce qu'elle souhaite être, elle jouait déjà aux gentils et au méchant dans le jardin en compagnie de son frère. Elle a toujours idolâtré son père, un peu comme toutes les petites filles de ce monde certes ... Aussi a t-elle toujours voulu faire comme lui, être flic comme avait l'habitude de le dire Wes. Ses convictions ce sont renforcées en grandissant, elle a toujours fait en sorte de mettre toutes les chances de son côtés et a suivit le même parcours que son père et son frère avant elle. A croire que les Oakley ont toujours été destinés à finir dans les forces de l'ordre, puisque Wes a suivit le même chemin qu'elle. Si elle a commencé au bas de l'échelle comme la plupart de ses collègues elle a su au fur et a mesure du temps prouver ses valeurs, et ses qualités. Montrant une adaptation particulière pour les missions sous couverture elle à fini par intégrer le <b>FBI</b> qui a su trouver en elle un atout hors du commun. Aujourd'hui reconnue comme le <b>Lieutenant</b> Oakley, elle a fait le tour du pays à de plusieurs reprises pour démonter les trafics d'armes qui empoisonnent son pays natal. Elle n'a jamais fait d'erreurs ni d'écarts, ce qui en fait donc la personne parfaite et la plus apte à démonter des trafics de ce genre. Mais ça c'était avant que Robb n'entre dans sa vie ... <faq>TRAITS DE CARACTÈRE</faq> ↦ June est confiante, elle est très perspicace et a toujours eu beaucoup d'intuition. C'est peut être des qualités qu'elle a obtenue de son père, et qui lui sont aujourd'hui bien pratiques. Il n'est donc pas si facile de l'abuser, il lui arrive souvent de savoir à l'avance ce que vous allez lui dire et encore plus lorsqu'il s'agit de quelque chose qui lui sera bénéfique. Cependant elle a aussi une nette tendance à exagérer les faits mineurs, elle les amplifient ... Un tant soit peu obsédée, elle ne lâchera jamais l'affaire jusqu'a arriver a obtenir ce qu'elle veux et encore plus si cela la touche directement. Elle à une une énergie extraordinaire et et si cela ce traduit parfois par des accès d'hyperactivité lorsqu'elle est passionnée ça peut aussi ce transformer en de l'agressivité. Complètement consciente de cela elle travaille depuis plusieurs années à contenir cette partie d'elle même ... En dépit de son apparence parfois peu féminine, elle est complètement consciente de ses atouts et sait être séductrice quand elle le souhaite ce qui a souvent pour effet de surprendre son entourage masculin peu habitué à la voir ainsi. <faq>20 CHOSES A SAVOIR SUR VOUS</faq> ↦ June est un vrai caméléon, elle change très souvent de couleurs de cheveux comme de style vestimentaire afin de pouvoir entrer complètement dans le personnage qu'elle ce créer. Cependant lors de sa dernière mission elle a un peu trop laissé sa personnalité prendre le dessus ♦ Elle possède une cicatrice en forme d'étoile sur le poignet, aucune histoire glamour la dessous si ce n'est la trace d'un des morceaux de verre qui c'est ancré dans sa main lorsque la maison à pris feu et que les fenêtres ont explosées ♦ Elle a eu peur du feu pendant plusieurs années, jusqu'au moment ou cette peur a fini par la ronger et qu'elle ai décidé d'y remédier. Elle voit toujours une psychologue aujourd'hui pour l'aider à surmonter cette peur, mais plus parce que le FBI le souhaite que de sa propre initiative ♦ Elle n'est mieux nul part ailleurs que dans les bras de Robb, le simple fait de le sentir près d'elle permet de la calmer sans même qu'elle n'ai le temps d'y faire attention ♦ Il n'y a pas de meilleur sensation que de sentir le lourd poids d'une arme entre ses mains, psychopathe sur les bords il faut savoir qu'elle voue une passion certaine pour les armes à feu ♦ Elle est gauchère, il paraît que les gauchers sont plus intelligents que la moyenne ♦ Depuis quelques temps elle a pris la décision d'arrêter de fumer, parce qu'un paquet par jour ce n'était plus possible. Ce n'a pas été facile, mais elle y est arrivé. Mais maintenant elle boit plus de café qu'elle ne devrait ♦ Elle ne croit pas en Dieu et si elle respecte ceux qui ne sont pas comme elle, cela ne change rien au fait qu'elle ne comprend pas vraiment comment on pourrait aimer un type qui rend nos vies si merdiques ♦ Son bien le plus précieux est l'alliance de sa mère, cette dernière avait l'habitude de lui donner pour dormir la nuit pour qu'elle fasse des rêves de princesse ♦ Elle aime la vitesse, ça lui permet d'oublier ✰ elle passe plus de temps à son bureau que chez elle ♦ Si elle ne l'avoue pas clairement, Robb lui manque énormément dans sa vie, sans lui elle ne ce sent pas complète ♦ Si elle a toujours fait passé son boulot avant le reste, elle n'a toujours pas dénoncé Robb et n'est pas certaine qu'elle le fera ♦ Elle fait passer la vie des autres avant la sienne, ce qui à le don d'énerver au plus haut point ses amis et son frère ♦ Si il y'a bien une personne pour qui elle serait capable de tuer c'est pour son frère, à qui elle a promit qu'elle arracherait les yeux à celui qui lui ferait du mal ♦ Malgré le fait qu'elle soit une femme, il lui arrive plus souvent d'agir comme un homme ♦ La plupart des photos qu'elle avait de ses parents sont parties dans l'incendie, mais elle a pu récupérer quelques photos des journaux de la ville ♦ Elle a souffert de troubles du sommeil pendant toute son enfance, ainsi que son adolescence mais ses derniers c'était calmé lorsqu'elle dormait avec Robb, quand elle a quitté ils ont repris de plus belle ♦ Il lui arrive souvent de passer chez son frère, pour qu'ensembles ils regardent des séries policière car elle les font souvent beaucoup rire et aussi étonnant que cela puisse paraître elle la détende ♦ <faq>GROUPE</faq> ↦ BREAK YOUR PLANS.
[hr]
<faq>VOTRE AVIS SUR LA VILLE DE WASHINGTON</faq> ↦ Washington à une place particulière dans le coeur de la jeune femme, elle y est née, elle y'a perdu ses parents, elle y'est devenue la femme qu'elle est aujourd'hui. C'est compliqué, car à chaque fois qu'elle doit la quitter cela lui fait un bien fou, c'est quitter la souffrance qu'elle représente et a toujours représenter. Mais y revenir est toujours comme retrouver une partie d'elle même, c'est revenir à la maison. <faq>VOTRE MEILLEUR ET VOTRE PIRE SOUVENIR</faq> ↦ Tout les moments qu'elle chérit encore aujourd'hui qu'elle a passé avec ses parents, ses souvenirs qu'elle garde pour elle comme un trésor. Quasiment tout les moments partagés avec Wes, les bons comme les mauvais car elle a apprit qu'il fallait toujours profiter de l'instant présent. Un de ses meilleurs souvenir reste le moment ou elle apprit qu'elle allait intégrer une équipe au FBI ... Son pire souvenir reste sans équivoque, le souvenir de l'incendie. Qui l'hante presque tout les jours, toutes les nuits depuis près de 21 ans maintenant. Le souvenir de la nuit ou elle a perdu les deux personnes qu'elle aimait le plus au monde, et inversement. <faq>JUSQU'OU SERIEZ VOUS PRÊT A ALLER POUR SAUVER UNE VIE </faq> ↦ Elle irait jusqu'à risquer la sienne. Quand on décide de devenir flic il faut être conscient de ce que cela implique, si elle n'était pas prête a donner sa vie jamais elle ne ce serait engagée dans cette voix. Elle serait capable de prendre une balle pour son partenaire, pour son frère ou pour n'importe quel innocent dans le seul et simple but de le protéger. Ca a toujours été ainsi et elle l'a toujours su. <faq>AVEZ-VOUS DEJA PERDU VOS MOYENS AU COURS D'UNE INTERVENTION ou AVEZ VOUS DÉJÀ ÉTÉ IMPLIQUE DANS UNE HISTOIRE AVEC LA POLICE </faq> ↦ Malheureusement, June est connu pour partir facilement au quart de tour. Tout le monde sait qu'elle pourrait rapidement péter un câble parce que c'est déjà arriver, notamment lorsque des femmes innocentes sont impliquées. Elle a tiré sur un homme qui retenait une petite fille de 13 ans, il ne menaçait personne mais elle à quand même tirer ce qui lui a valu une suspensions de quelques jours. <faq>LA PIRE CHOSE QUE POURRAIT FAIRE OU ETRE VOTRE VOISIN </faq> ↦ Elle sait que son voisin ne cache rien, parce qu'avant même d'aménager dans son appartement elle a fait une enquête approfondie sur tout les habitants. Elle sait que le voisin du dessus à voler de la bière lorsqu'il avait 18 ans, mais elle n'en a évidement pas pris compte. En faisant le métier qu'elle fait, elle n'est pas capable de définir la pire chose que l'un de ses voisins pourrait faire ou être parce qu'elle a vu tellement de choses ... En réalité, tout ce qu'elle pourrait faire c'est ce réjouir de voir à quel point ses voisins sont adorables ! <faq> COMMENT AVEZ VOUS VÉCUE LA TRAGÉDIE QUI A TOUCHE WASHINGTON IL Y A 5 MOIS? </faq>  ↦ Elle n'était pas à Washington ce jour là, puisqu'elle état toujours en mission. Mais elle l'a apprit au travers des informations qui passaient en continue dans le bar, et elle à tout de suite pensé à son frère et ses amis. Au bureau personne n'a été capable de lui dire comment allait son frère avant des heures, et elle à faillit faire l'aller-retour tellement elle ce faisait un sang d'encre ... Heureusement que Robb n'était pas là, ni Amy parce qu'elle à vécu les heures les plus terrifiantes de sa vie. Quand on lui à enfin raconté ce qui c'était passé, elle aurait été capable d'abandonner la mission simplement pour voir son frère. Seulement elle sait qu'il n'aurait jamais voulu qu'elle le fasse, tout comme elle n'aurait jamais voulu qu'il le fasse si les situations avaient étés inversées ...  </div></center>
<center>♦[color=#cccccc]♦[/color]♦ </br>
<t>Partners in crimes</t></br>
<div class="presag"><faq>PRENOM/PSEUDO</faq> ↦ foolish blondie/tica . <faq>COMMENT TU ES ARRIVE(E) ICI?</faq> ↦ par le saint esprit, AMEN. <faq>CONNEXION</faq> ↦ every damn days ! <faq>TON DERNIER MOT</faq> ↦ ROBB ET JUNE FOREVAAAAAAA  :dance:  </div></center>

_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:58

Code:
<center>♦[color=#cccccc]♦[/color]♦ <br/>
<t>It is not love that I am scared of; it is you. And all the ways you could destroy me.</t> </br>
<div class="presag"><img src="http://i.imgur.com/Yr0QPeR.gif" width="170" align="right" alt="" style="margin-left:10px;margin-bottom:4px; border: 1px solid #94A56B; padding: 3px;"> Changer de ville n’était pas une nouvelle chose pour elle, elle avait suivit le même rituel que d’habitude. Prévenu ses voisins, la gardienne, avait fait sa valise, passer une dernière soirées avec son frère et Casey et puis tôt dans la matinée elle avait prit l’avion. Les quelques jours qui avaient précédés son départ, elle les avait passé a étudier son identité pour être certaine de ne faire aucune erreurs. Mais le fait est qu’elle n’en faisait jamais, elle était habituée maintenant elle avait endossé tellement de rôles différents que devenir une <i>truande</i> comme ce plaisait à le dire Maeve ne lui semblait pas bien compliqué. Elle était parfaite pour le job parce qu’elle avait envers les armes à feu une même passion que les revendeurs qu’elle devait coincer. C’était assez fou d’ailleurs, si elle n’avait pas fait partit du FBI est-ce qu’elle aurait pu être comme eux … ? Elle ce posait toujours la même question, elle aurait pu elle aussi prendre un autre chemin après le décès de ses parents, elle aurait pu devenir une autre femme que celle qu’elle était aujourd’hui et la facilité avec laquelle elle arrivait a endosser tout les rôles possibles et imaginables en était la preuve concrète. Son oncle et sa tante l’avait empêcher de plonger, mais son frère et Casey étaient ceux qui lui avaient vraiment sauvé la vie.  « [color=Indianred]Salut ! [/color]» comme tout les matins depuis qu’elle avait emménager à LA, June c’était levée presque en même temps que le soleil et était aller courir avant qu’il ne fasse trop chaud. A cet instant précis elle transpirait plus que de raison, et venait à penne de revenir dans l’appartement qu’elle partageait avec une jolie blonde qui s’appelait Amy. On ne l’avait pas placé là par hasard, selon les dossiers qu’elle ne possédait plus et qu’elle avait longuement étudié la jeune femme n’avait pas eu une vie facile, baladé par le système elle avait fini dans la rue et avait tenté de survivre par tout les moyens. Aujourd’hui c’était différent, elle était connue de beaucoup de petits méchants dans les rues, et beaucoup de rumeurs couraient sur elle comme le fait qu’elle pouvait facilement ce procurer des armes. June n’avait pas encore la confirmation de cela, et travaillait toujours à l’avoir. Mais ce n’était pas si simple et rapide que ça, elle avait d’abord du gagner la confiance de celle qui était maintenant devenue sa colocataire et pour ainsi dire comme sa seule et unique amie dans cette ville. Et si il y’avait bien une chose dans laquelle l’agent fédéral n’avait pas du tout d’expérience c’était bel et bien dans l’amitié qui pouvait lier deux femmes. Elle avait passé la plupart de sa vie entouré d’hommes, et si elle s’entendait bien avec ses collègues elle n’était pas devenue du jour au lendemain une personne qui avait l’habitude de ce genres de choses comme ce raconter tout les petits potins possibles et imaginables. « [color=darksalmon]Et bah dis donc t’y est pas allé doucement ce matin ! [/color]» Amy était en train de presser des fruits, et sa tenue légère laissait sous entendre qu’elle n’avait pas passé la nuit seule. June connaissait maintenant toute ses petites habitudes, et savait comment interpréter la plupart de ses propos. Ce dirigeant vers le frigo elle en sort une bouteille d’eau glacée qu’elle entreprend de boire en entier. Et si cela lui fait un bien fou, Amy la regarde en souriant mais pourtant songeuse. Pendant un temps June décida de l’ignorer, elle était en train de réfléchir à quelque chose et la couper n’était pas nécessaire car elle allait bientôt exprimer le fond de sa pensée. Retournant son attention sur ses fruits elle prendre une nouvelle inspiration avant de déclarer « [color=darksalmon]Ce soir tu sors avec moi, j’ai regardé et tu ne travaille pas donc c’est parfait. [/color]» prenant l’initiative de jeter sa bouteille June analyse l’information sans pour autant changer d’attitude. Elles étaient sorties toutes les deux quelques fois, principalement avec des amies d’Amy mais après observation et enquête aucunes d’entre elles n’étaient nécessaire pour la cadette des Oakley. Qui plus est on était Jeudi soir, et Amy sortait toujours ce soir là sans pour autant proposer à June de l’accompagner, jamais alors que cela faisait plusieurs semaines qu’elle était là. « [color=Indianred]Super, je dois m’habiller comment ? [/color]» la vraie June ce fichait complètement de ce genre de choses, elle ne portait que des vêtements dans lesquels elle ce sentait à l’aise. Mais la June qu’on avait fabriqué de toute pièce était démesurément superficielle pour qu’Amy puisse l’apprécier et considérer le fait de la faire rentrer dans son cercle professionnel. Même dans le job qu’on lui avait donné -elle était serveuse dans un bar un peu miteux- elle portait toujours des robes un peu trop exagérées ou bien des hauts qui en dévoilaient plus qu’elle n’avait l’habitude. Posant son pied sur l’un des tabourets du bar, June commence à s’étirer tandis que sa colocataire a fini sa préparation et la dépose sur un plateau. « [color=darksalmon]Aussi sexy que tu puisse l’être ma poule, ce soir tu rentre dans la cours des grands ! [/color]» la blonde lui fit un clin d’oeil qui voulait en dire long et quitta la pièce pour rejoindre son amant dans sa chambre qui ce trouvait à l’opposée de celle de June. Restant quelques secondes dans la cuisine, June n’a qu’une envie à cet instant : appeler son frère. Elle avait enfin des résultats, et si elle portait un micro dans le bracelet qui ornait constamment son poignet, elle ne pouvait pas avoir de retour de Wes et cela lui manquait. Finalement elle quitta la pièce pour rejoindre sa salle de bain, et tandis que quelques minutes plus tard l’eau brulante coule le long de son visage, elle ce rend compte que ce soir va être un tournant important. Le soir même elle ce regarde une dernière fois dans le miroir, il fallait qu’elle soit parfaite alors comme souvent ses derniers temps elle avait fait un effort presque sur-humain … Elle avait dégoûté une robe verte qui montrait qu’elle avait un corps assez bien formé, deux petites entailles montraient même ses côtes et le bas de la robe arrivait définitivement au dessus du genoux. La jeune femme qui avait un jour coupé ses cheveux quand elle était encore jeune, les avaient aujourd’hui assez longs et blond si bien qu’elle avait pris l’initiative de les attacher en un chignon à l’apparence sauvage alors qu’elle avait passé près d’une demi-heure dessus. Ses talons à la main, elle entre dans le salon pour avoir l’approbation d’Amy. « [color=darksalmon]Wow t’es trop canon comme ça ! [/color]» s’exclame t-elle quelques seconde après avoir posé son regard sur l’agent du FBI. June rit, et la complimente à son tour, quand elle met ses chaussures elle remarque qu’Amy glisse quelque chose dans son sac mais n’a pas le temps de voir ce dont-il s’agit. Tandis qu’elles ce regardent dans le miroir de l’entrée pour arranger leur maquillage, Amy prend un ton sérieux que June ne lui connaît pas « [color=darksalmon]Je sais que tu à des connaissances qui pourraient leur service, je t’ai vu faire, tout comme je sais que tu ne fera pas de faux pas pour tout foutre en l’air n’est-ce pas June ? [/color]» Bien que surprise par ses propos, June acquise. Elle qui avait attendu ce moment depuis un certain temps déjà, n’était franchement pas décidé à tout foutre en l’air, car Amy était son ticket d’entrée. <i>(...)</i> La rencontre avait été courte, trop courte selon June qui n’avait même pas réussit à obtenir un seul et unique nom … Elle avait suivit Amy jusqu’au fond de la boite, il y faisait si sombre qui lui avait été impossible de définir des traits particuliers sur les visages qui auraient pu aider par la suite, ni même les tons particuliers de certaines voix. Ils avaient parlé en mots codés et malgré le fait que ce n’était pas la première fois qu’elle faisait ce genre de rencontres elle avait juste eu l’impression d’être une nouvelle sur le terrain. Elle ce haïssait à cet instant, installée au bar de la boîte attendant son mojito … Elle ne devait pas boire, ce n’était pas du tout une bonne idée mais ça la rendait folle de faire encore du sur-place. Tout ce qu’Amy avait dit c’est que c’était bon, qu’elle pouvait profiter de la soirée maintenant. Mais comment pouvait-elle profiter de la soirée sans alcool ? Jouant avec ses bagues comme elle à l’habitude de le faire à chaque fois qu’elle est en colère, elle serait presque prête a passer par dessus le bar pour ce préparer son cocktail tellement il est long a arriver. « [color=cadetblue]Une aussi jolie femme ne devrait pas être toute seule dans ce genre de boîte. [/color]» levant les yeux au ciel, June n’en revient pas. Sa soirée n’était-elle pas assez pourrie comme ça pour qu’elle ai en plus un relou qui vienne la draguer ? Faisant tourner le tabouret, elle s’apprête à rembarrer sans prendre de pinces le pauvre mec qui a osé lui sortir ce genre de phrase. Mais quand son regard accroche celui du jeune homme, elle ne semble tout à coup ne plus trouver ses mots. Elle avait cette manie particulière de deviner quel arme pouvait convenir aux personnes qu’elle rencontrait dans la rue ou dans le métro, c’était une occupation particulière mais une occupation comme une autre. Aussi étrange qu’il puisse paraître avant même de ce rendre compte que le mec en question était incroyablement canon, elle ce relaxa parce qu’elle devina tout de suite quel type d’arme il pouvait manier avec aisance. Tout dans ses gestes, dans la façon qu’il avait de la regarder, de placer son corps contre le bar et le placement de ses bras lui laissait penser qu’il étai le genre d’homme à utiliser un Beretta. Cette arme que les américains avaient dérobé aux italiens pour sa fiabilité particulière, qui en toutes situations permettait d’agir vite. C’était la même arme que celle qu’on lui avait remise quand elle était entrée dans la police de Washington, et si celui-ci avait été remplacé par son Glock 22 actuel lorsqu’elle était entrée au bureau elle ne pouvait oublier à quel point manier le Beretta avait été un plaisir. Elle sembla prendre un peu trop de temps pour répondre puisqu’il lui fit un mouvement de sourcils qui voulait savoir si il avait réussit à capter son attention. Elle reprit rapidement ses esprits, chassant son catalogue d’armes dans un coin recul de son cerveau avant d’adopter un sourire chaleureux « [color=Indianred]Ne vous inquiétez pas pour moi, je suis pleine de ressources! [/color]» lâcha t-elle d’un ton entendu. La remarque le fit sourire, elle prit ce temps là pour l’observer. Il devait être militaire, tout en lui disait qu’il l’était. Sa carrure, la forme de ses muscles la façon qu’il avait de serrer les mâchoires sans même s’en rendre compte alors qu’il était simplement en train de sourire. Le barman choisit ce moment là pour lui apporter son rêve, et en un geste l’inconnu lui indiqua qu’il souhaitait un verre lui aussi. Elle ne savait pas si elle aimait l’idée, il fallait bien l’avouer cet homme l’intriguait et elle avait franchement envie de savoir si ses spéculations étaient bonnes mais en même temps il venait complètement gâcher son envie de boire. Parce que boire toute seule était bien différent que de boire en compagnie d’un inconnu aussi canon soit-il, c’était plus dangereux parce qu’elle ne pouvait pas ce permettre de dire quoi que ce soit qui pourrait tuer sa couverture. Pourquoi elle faisait ça ? Elle n’en savait rien, tout ce qu’elle savait c’est qu’elle avait besoin de décompresser. « [color=Indianred]June, je m’appelle June. [/color]» déclara t-elle finalement avant d’attraper son verre et de sentir la fraicheur des glaçons rafraîchir sa main. Toujours avec son sourire aussi charmant, le jeune homme penche la tête sur le côté avant de déclarer « [color=cadetblue]Robb. [/color]». La vérité c’est qu’elle aurait pu éviter ce moment, elle aurait pu ce lever et rentrer chez elle, voir peut être passer par le bureau pour avouer son échec complet même si ils avaient tout entendu au travers de sa montre. Mais elle ne le fit pas, elle ne releva même pas le fait que depuis quelques minutes déjà elle avait éteint son micro puisqu’il n’y avait rien eu de plus d’intéressant a entendre et qu’elle sentait que rien ne viendrait. June aurait donc pu partir, s’éviter cette rencontre hasardeuse au comptoir de ce bar. « [color=cadetblue]Vous êtes nouvelle dans le coin, je ne vous ai jamais vu. [/color]» cela faisait quelques minutes déjà que Robb avait engagé la conversation avec la jeune femme, détachant son verre de ses lèvres elle hoche la tête « [color=indianred]Je suis arrivée il y’a quelques mois seulement, j’étais à Pekin auparavant. [/color]» elle n’avait pas encore assez bu pour oublier son histoire, elle était une jeune femme qui faisait le tour du monde prête a tout risquer du jour au lendemain c’était ce que recherchait les types qu’elle voulait alors elle était devenu une femme qu’elle n’était pas. Si elle venait de Pekin ce n’était pas un hasard, des agents infiltrés là bas pouvaient ce porter garant pour elle si le groupe qu’elle tentait d’intégrer cherchait de plus amples informations sur elle. Il lui apprit qu’il était dans l’armée, et cela la fit jubiler malgré elle, elle avait eu raison. Il était en permission avant de repartir quelques jours plus tard en Irak, et cela lui fit un bien fou de ce dire que dans un sens ils étaient tout les deux dans le même camps. C’est ce qui la perdit en réalité, elle le trouvait sympathique et elle n’avait pas eu de conversation aussi agréable avec un homme -en dehors de Casey et de son frère- depuis tellement longtemps que lorsqu’il lui proposa d’aller danser elle lui dit oui avant même de réfléchir à ce qu’elle disait.  L’alcool venait altérer ses sens et ses reflexions habituellement si bien aiguisé, prêts à toutes éventualités. Ce soir là elle n’était pas complètement June Harper malgré elle, l’histoire était bonne mais pas le reste de sa personne. Cette soirée aurait pu ressembler à n’importe laquelle des soirées qu’elle aurait passé à Washington, à la différence prêt qu’elle se trouvait à Los Angeles. La première fois qu’il frôla son bras, elle sentit un courant remonter jusqu’à son épaule, mettant cela sur le compte de l’alcool et trouvant la sensation relativement agréable elle n’hésita pas à ce rapprocher de lui. Tout en lui l’attirait plus qu’elle ne voulait bien l’avouer, selon sa psychologue elle avait un type de mecs et par bien des égards Casey et ses ex en étaient la preuve, mais pour une fois elle ce sentait attiré par un homme qui ne remplissait aucune de ses conditions habituelles. Et c’était ce qui était excitant. Quand il posa ses mains sur son basin, frôlant sa peau à nu elle ne le poussa pas, alors qu’en général elle l’aurait fait, mais pas cette fois. Au lieu de quoi elle ce serra un peu plus contre lui. Quand elle eu enfin trouver ses lèvres, elle n’eu plus envie de les lâcher, elle sembla pour la première fois depuis trop longtemps trouver comment respirer sans sentir ce poids qui lui donnait si souvent l’impression d’étouffer. La suite de la soirée lui sembla plus qu’évidente, rapidement ils quittèrent la boîte et retournèrent à l’appartement. Ce qu’elle faisait était à l’encontre du protocole, elle en avait absolument consciente et s’en foutait en toute connaissance de causes. Quand elle passa ses mains sous le t-shirt de Robb, et qu’elle frôla la peau de son torse elle fut projeté dans un autre monde, ce qui s’apprêtait à être pour l’un comme pour l’autre une simple relation d’un soir soupçonnait des complications qu’ils ne semblaient pas vouloir prendre en compte. A chaque morceaux de sa peau qu’il touchait elle avait l’impression d’être en feu, et jamais encore elle ne c’était sentie aussi bien, que ce soir là avec Robb … </div></center>


<center>♦[color=#cccccc]♦[/color]♦ <br/>
<t>that's the moment i knew i was in love with you</t> </br>
<div class="presag"><img src="http://i.imgur.com/75nEFXB.gif" width="170" align="left" alt="" style="margin-right:10px;margin-bottom:4px; border: 1px solid #94A56B; padding: 3px;"> Le soleil tape particulièrement fort en ce début d’après-midi à Los Angeles, si bien qu’il paraît impossible de toucher le centre de la cible. Impossible n’est pas un mot que June accepte, elle ne l’a jamais vraiment toléré en réalité et le simple fait de le prononcer lui donne toujours envie de prouver le contraire. Cela fait quelques minutes déjà qu’elle est concentré sur les prochaines secondes, certaines personnes parlent dans son dos pariant surement qu’elle n’y arrivera jamais. Le sourire de Dimitri est pourtant plus grand que si il avait découvert qu’il venait de gagner au loto, il était sûr d’elle tout comme les acheteurs étaient pas du tout prêt a la voir réussir. Le poids de l’arme dans ses mains semblent presque léger, alors qu’elle pèse plus de deux kilos mais comme à chaque fois qu’elle ce retrouve avec une nouvelle arme en main elle ne ce rend pas compte de ce détail là, encore moins quand il s’agit d’une arme comme celle-ci. Le FBI avait répertorié plus de dix meurtres ses derniers mois dont le Weihrauch était responsable, et elle comprenait pourquoi. Sa maniabilité était plus facile qu’on ne s’y serait attendu « [color=#895959]Vous pouvez y rajouter une lunette si vous le souhaitez aussi … [/color]» Dimitri continu son discours auprès des acheteurs potentiel. Cela faisait quelques semaines qu’elle travaillait avec lui, apparement on attendait toujours qu’elle fasse ses preuves pour la laisser voler en solo. Enfin quand elle a fini d’inspecter l’arme elle ce met en position, cela lui rappelle les nombreuses fois passés au stand de tir avec Casey, les heures passées sur le terrain … Ce serait mentir de dire qu’elle n’est pas accroc à cette sensation, celle que l’on ressent quand l’on s’apprête à appuyer sur la gâchette surtout avec un pistolet à compression comme celui-ci. Elle inspire finalement, avant de rompre les quelques millimètres séparant son doigt de la détente et le coup part, ce logeant directement entre les deux yeux de la cible en carton en face d’eux. Les Russes ne disent rien, apparement surpris qu’une femme ai réussit ce coup là avec ce genre d’arme. Satisfaite elle ce redresse, soupèse l’arme entre sa main gauche et sa main droite, enclenche la sécurité et la balance à Dimitri qui sourit satisfait de son poulain. « [color=indianred]Il ne faut pas être débutant mais elle est domptable, en plus le tir et rapide et précis.[/color]» déclare t-elle aux deux hommes qui la regarde ébahis. Si il y’a bien des gens qu’elle n’aime pas, ce sont les marchands d’armes Russe car ses idiots sont encore bloqués dans un monde ou les femmes sont sous évaluées. « [color=indianred]Vous auriez tord de passer a côté d’une affaire comme celle-ci Ivanoff. [/color]» Elle a volontairement appuyé sur le nom de l’acheteur, pour que son équipe entende et soit capable de trouver son background. Songeur les deux hommes commencent à parler en russe avant d’hocher la tête et de ce tourner vers Dimitri pour régler les détails. Consciente qu’elle n’a plus rien à faire ici, la jeune femme quitte le petit groupe et entreprend d’attacher sa chevelure blonde en queue de cheval pour libérer sa nuque et avoir un peu plus d’air. Attrapant son portable laissé dans la voiture, elle remarque qu’elle va bientôt devoir reprendre son service et soupire, elle n’aimait pas vraiment le fait d’être serveuse dans un bar pourri … « [color=#895959]James alors ? C’est comme ça qu’il s’appelle ? [/color]» elle ce retourne surprise, Dimitri lui sourit et montre sa nuque, suivant le trajet elle frôle son tatouage et soupire. « [color=indianred]Tu parle aussi le latin ? [/color]» s’exclame t-elle en attrapant une bouteille d’eau. Elle avait fait tatouer les prénoms de ses parents en latin quand elle avait eu 16 ans, la question c’était posé de savoir si elle devait ou non les cacher pour les besoins de cette mission mais elle avait pris la décision de ne pas le faire. Elle savait quoi dire si l’on posait des questions la dessus. Il secoue la tête déposant la mallette en argent qu’il avait encore dans la main, dans le coffre « [color=#895959]Ne contourne pas la question, c’est à cause de lui que tu refuse tout rencards ? [/color]» c’était assez glauque quand on y pensait, c’était de son père qu’il parlait finalement. Elle le rejoins à l’arrière « [color=indianred]Dimitri … Ne t’a t’on jamais appris de ne pas mélanger le business et le plaisir ? [/color]» le sourire entendu qu’elle lui fait semble l’exaspéré mais la réponse lui convient. Il secoue la tête de nouveau avant de fermer le coffre « [color=#895959]Aller, je te ramène ! [/color]» le bar était dans le centre de la ville, et ils étaient aller vers la sortie pour ne pas éveiller de soupçons quand ils avaient essayés les armes. Enfilant ses lunettes de soleil, June prend place du côté conducteur avant que Dimitri ai pu dire quoi que ce soit, et cependant habitué à ce comportement il prend place au côté passager a l’instant ou elle démarre le moteur. Ils roulent depuis quelques minutes déjà quand elle brise le silence « [color=indianred]Quand est-ce que je le rencontre ? [/color]» la question était claire et précise, il n’était pas nécessaire qu’elle ne prononce de nom en particulier parce qu’il saurait de qui elle parle. Elle avait posé la question au tout début, et il lui avait dit alors qu’elle n’était qu’une débutante. Les choses étaient différentes aujourd’hui, elle semblait avoir fait ses preuves à plusieurs reprises et ce n’est pas que la vie à Los Angeles ne lui plaisait pas mais elle voulait clore cette affaire … Les armes qu’elle participait à vendre sortaient dans la rue, faisaient des victimes tout les jours et elle détestait être une maillon de ce chaos. « [color=#895959]Sois patiente, il viendra. [/color]» la réponse ne fut pas satisfaisante du tout, elle en avait plus que marre d’attendre car si elle avait déjà obtenu beaucoup de nom elle n’avait pas celui qui l’intéressait le plus. Elle ne savait pas qui était à la tête de tout ça, a chaque fois que quelqu’un parlait de lui on le qualifiait du Boss ou d’un autre nom et cela ne l’avançait pas beaucoup. Dimitri sembla remarquer sa frustration puisqu’il reprit avec une voix rassurante « [color=#895959]Tu à fait tes preuves ma belle, personne ne pensait que tu serais aussi efficace je suis sûr qu’il te surveille de près et qu’il est impressionné par tes actions. [/color]» ce concentrant sur le route, elle tente de ne plus y penser. Elle aimait bien Dimitri, dans la mesure ou elle tentait d’oublier qui il était et qu’il finirait bientôt derrière les barreaux. Il avait été froid et dur avec elle au début mais avait été forcé de reconnaître qu’elle avait du potentiel, et semblait assez fier qu’elle bosse avec lui. Elle l’avait entendu quelques fois vanter ses mérites, et si les choses avaient été différente elle aurait pu être amie avec lui, voir peut être plus. Quand ils arrivent devant le bar, elle est déjà bien en retard si bien qu’elle quitte la voiture au pas de courses et qu’a peine à l’intérieur elle ne prend pas le temps de saluer qui que ce soit avant de ce mettre derrière le comptoir. Elle avait encore de la terre sur les chaussures mais peu importait, elle trouverait bien une excuse pour l’expliquer si on venait à lui poser la question. Sa journée de travail commença donc, et il fallait bien l’avouer ce n’était pas ce qu’elle préférait dans cette mission … Elle n’avait jamais eu à faire de petit boulot, elle ce rendait bien compte que c’était une chance à l’époque et le savait déjà quand elle voyait la plupart de ses amis obligés de bosser à côté pour payer leurs études. Elle avait eu l’héritage de ses parents, et en dehors de cela son oncle et sa tante avait toujours subvenus à ses besoins afin qu’elle ce concentre seulement sur ses études. Et elle ne regrettait absolument pas d’avoir vécu ainsi, encore moins au jour d’aujourd’hui quand elle devait nettoyer le vomis de mec complètement ivres qui n’avaient pas eu le temps d’arriver jusqu’aux toilettes. Si Casey la voyait, il ce moquerait probablement d’elle … Attrapant un verre pour le mettre à sa place, penser à son meilleur ami la rend nostalgique. Elle ne l’a pas vu depuis près de cinq mois maintenant, et elle ne sait pas vraiment quand est-ce qu’elle reverra, et il lui manque plus qu’elle ne voudrait bien le dire. Il lui était impossible de rentrer en contact avec lui, ni même avec son frère sous peine de faire griller sa couverture. Bien sûr elle avait eu envie de le faire plus d’une fois, mais elle avait du resister à la pulsion et ce n’était franchement pas facile … Elle mourrait d’envie de tout raconter à Wes, ses avancements, avoir ses idées car ils étaient toujours bien plus efficaces à deux. Et puis elle avait besoin de savoir ou il en était de leur enquête, si il avait trouvé de nouvelle pistes quand à l’assasinat de leurs parents. Elle soupire tandis que le bar ce remplit au fur et a mesure du temps que les heures avancent. Elle ne ce plaint que rarement lors de missions, elle les faits et après elle reprend sa vie mais il faut bien avouer que cette fois c’est complètement différent, que cette fois elle a merdé … D’habitude ses pensées sont totalement dans la mission, elle ne pense à rien d’autre pendant tout le temps que cela peu prendre mais cette fois elle ne pense pas qu’a la mission, car elle a laissé sa vie personnelle ce mêler au reste. Elle ne sait pas vraiment comment c’est arrivé, mais elle a été faible ce qu’elle ne faisait jamais. Elle n’aimait pas être faible, c’était un sentiment qui la rendait presque malade et qu’elle fuyait le plus possible, toute sa vie elle c’était battue pour ne pas l’être, être meilleure que tout le monde était plus qu’un besoin de combler son égo, c’était vital. Elle c’était sentie impuissante trop de fois par le passé, et elle ne voulait plus l’être aujourd’hui. Mais malgré tout ses efforts, elle c’était laissé embarquer dans quelque chose d’ingérable et qui occupait un peu trop ses esprits. Il lui était difficile de comprendre comment cela avait pu arriver … Bien sûr, elle savait la base, ils c’étaient rencontrés en boîte, et les choses en entrainant une autre elle l’avait ramené chez elle et ils avaient couchés ensembles. Le premier problème ce situait là, tout comme le second. Elle ne ramenait jamais personne chez elle que ce soit à DC ou bien dans ses missions, ensuite elle ne créait jamais de relation non nécessaires. Pour sa défense elle n’aurait pas pensé que les choses iraient plus loin, et lui non plus certainement … Mais ça avait été le cas, elle n’avait aucun pouvoir la dessus et si elle détestait cela elle ne pouvait nier le fait qu’elle aimait être à ses côtés, elle aimait le regarder et sentir la moindre de ses caresses. Le fait de la savoir dans la pièce la rendait moins nerveuse, le fait de ce trouver dans ses bras … C’était complètement idiot et irrationnel. Elle était la première à le savoir, elle avait mis en garde son frère bien des années avant même qu’elle n’intègre le FBI mais elle était tombée la dedans, la tête la première. Dans une histoire qui ne pouvait pas être sincère puisqu’elle était un personne inventée, elle était le résultat parfait créer par des profilers expérimentés et elle servait au jeune homme un mensonge permanent. Tout du moins c’est ce qu’elle aurait du faire … Si l’idée lui avait plus d’une fois effleuré l’esprit de lui dire la vérité, elle savait que c’était impossible et dangereux autant pour lui que pour elle. Mais elle avait trouvé des moyens d’être le plus possible elle même avec lui, ce n’était pas si compliqué finalement. Parfois elle ce surprenait elle même à lui dire des choses qu’elle n’aurait jamais partagé avec personne d’autres … Elle lui avait parlé de ses parents, elle ne lui avait pas dit comment ils étaient morts mais elle lui avait parlé de tout les sentiments qu’elle avait pu éprouver depuis et des conséquences que ça avait pu avoir sur le reste de sa vie. Jamais elle n’avait été aussi sincère et aussi fausse à la fois, et ce n’était pas une situation qu’elle gérait facilement, elle le savait cette relation était une bombe à retardement, tout comme elle la rendait plus vivante. Sa collègue lui parlait depuis vingt minute de la dernière soirée rocambolesque qu’elle avait passé avec ses meilleures amies, quand elle prit le partie d’aller servir les nouveaux arrivants à la table du fond. Ce n’était pas qu’elle n’aimait pas écouter la vie des gens -<i>en fait si, c’était vraiment ça mais pas sa couverture</i>- mais elle avait l’esprit déjà bien occupé par ses propres problèmes pour en rajouter d’autres. Si quelqu’un qu’elle connaissait depuis quelques années maintenant la voyait là tout de suite, il serait impossible de la reconnaître. Portant un short bien trop court, un débardeur révélant plus de peau que les habits qu’elle avait l’habitude de porter, ses cheveux blonds … Elle avait adopté le style californien avec une aisance qu’elle même ne ce connaissait pas, elle commençait même à parler comme eux et à ce fondre dans la masse. C’était un atout en soit, mais c’était bizarre. A chaque fois qu’elle croisait son reflet cela lui faisait presque peur de ce voir si différente, elle n’avait jamais autant fait d’efforts pour une mission auparavant … Les quatre adolescents n’avaient peut être pas l’âge de commander de l’alcool mais c’est ce qu’ils firent, et la politique du patron était clair : qui paye, boit. Si bien qu’elle fit le chemin de retour jusqu’au bar en essayant de faire taire sa morale. June <u>Oakley</u> ne tolérait pas ce comportement, au contraire de June <u>Harper</u> qui ce devait d’être beaucoup plus ouverte d’esprit. A peine arrivée elle transmet la commande à Sara, et c’est à cet instant qu’elle sent ce frisson particulier monter en elle. Elle sait ce qui en est la cause, c’est pourquoi elle ce retourne complètement surprise. Si elle n’avait pas ressentit ça, elle aurait eu une approche bien différent, elle aurait certainement cassé le poignet appartement à la main qui venait de ce poser sur son bras …  « [color=cadetblue]Je voudrais une bière ! [/color]» elle secoue la tête, avant même de s’énerver contre lui elle sourit comme idiote avant de ce jeter à son cou. Quand il la serre contre lui, elle à l’impression d’aller mieux, d’être enfin complète et cela la terrorise plus qu’elle ne voudrait bien le dire. « [color=indianred]Depuis quand t’es rentré ??? [/color]» sa voix est bien trop heureuse et soulagée à la fois, bien trop émotive, mais elle ne la contrôle pas. Avant même de répondre quoi que ce soit, il attrape ses lèvres avec empressement lui coupant le souffle, quand il les relâchent elle ne veux plus qu’il les quittent, jamais. C’était comme ça à chaque fois qu’il partait -trop souvent donc- le plaisir de se retrouver était inchangé. « [color=cadetblue]Quelques heures …[/color]» déposant ses mains autour du visage du jeune homme elle examine les dégâts. Il était déjà revenu avec des bleu et d’autres plaie, et elle n’aimait pas vraiment ça … Elle c’était attaché à Robb, beaucoup trop attaché certes mais elle ne pouvait rien y changer.  A peine eu t-elle attrapé la bière qu’il avait demandé, qu’elle avait pris congé de sa collègue. Elle ce fichait bien de ce qu’on pouvait lui dire, elle ce fichait bien de tout elle voulait simplement profiter de l’homme qui était depuis plusieurs mois maintenant son <i>petit ami</i>. Elle n’avait jamais appelé qui que ce soit comme ça, et c’était toujours assez bizarre de lui attribuer un nom comme ça.  Elle avait comprit dès leur rencontre que les choses allaient être différentes avec lui, mais jamais elle n’aurait pensé que ça prenne une tel ampleur. A chaque fois qu’il partait cela la rendait nerveuse, elle avait peur qu’il ne revienne pas …</div></center>

<center>♦[color=#cccccc]♦[/color]♦ <br/>
<t>i never knew i could care about someone so much that it hurt</t> </br>
<div class="presag"><img src="http://38.media.tumblr.com/7d6342aab0d173cef13b4c4aaf53d8da/tumblr_nq7e3vyc1S1up2dezo3_r1_250.gif" width="170" align="right" alt="" style="margin-left:10px;margin-bottom:4px; border: 1px solid #94A56B; padding: 3px;"> Cela fait quelques minutes déjà qu’elle déplace ses doigts sur la poitrine de Robb, la tête posée sur son épaule elle n’est pas prête de ce décoller de sitôt. Elle voit son torse ce soulever à chaque bouffée d’air qu’il inhale, et ce concentre sur ça tandis qu’elle sent les doigts du jeune homme effleurer ses tatouages. Il lui avait demandé d’ou ils lui venaient, et si pendant longtemps elle avait imaginé qu’elle répondrait une histoire caduc elle avait été complètement sincère avec lui. Elle lui avait presque tout dit, qu’il s’agissait des prénoms de ses parents qui l’avait quittée quand elle avait seulement 8 ans. Il ne lui avait pas demandé les circonstances exactes et c’était peut être mieux ainsi, elle mettait complètement en danger sa mission tandis qu’elle lui révélait jours après jours des parties d’elle même qui n’entraient pas dans le cadre du personnage. Quand elle sent finalement les doigts de Robb quitter sa peau, un frisson la parcours comme si elle était déjà en manque, mais quelques secondes à peine suffisent avant qu’il ne la serre contre lui. « [color=cadetblue]Tu est vraiment obligée d’y aller ? [/color]» Elle soupire, avant de finalement ce décoller et de s’installer sur lui, à califourchon. Elle était vraiment obligée de partir, la version qu’elle lui avait donnée était qu’elle devait aller acheter du stock pour le bar et puisque le patron ne pouvait être là pour conduire le camion elle devait s’en charger. La vraie version quand à elle était complètement différente, elle avait une vente avec Dimitri cet après-midi. Il attrape ses hanches et la force à basculer contre lui, elle ce laisse complètement faire, parfois elle ce demande si il la voit comme une petite chose fragile, parce que c’est comme ça qu’elle doit apparaître en dépit du fait qu’elle ne le soit pas du tout. Plus d’une fois elle c’est demandé ce qu’elle ferait au moment ou la mission prendrait fin, mais elle avait automatiquement chassé cette pensée de son esprit. Cela lui faisait plus de mal d’admettre que sa vie allait reprendre après cela, et qu’elle ne savait pas du tout ou placer Robb là-dedans … Peut être lui dirait-elle la vérité, elle en mourrait d’envie mais savait que c’était inconscient de le faire. « [color=indianred]Je suis déjà en retard … [/color]» chuchote t-elle finalement contre sa bouche, mais il ne lui laisse pas le temps de lui dire quoi que ce soit, l’embrassant de nouveau. Elle aurait voulu rester là, tout le reste de la journée, mais elle s’extirpe avec difficulté de cette étreinte plus qu’agréable. En sous vêtements elle tente de trouver ou ce trouve son jean, et abandonne les recherches au bout de quelques secondes à peine « [color=cadetblue]Tu dois te doucher ? [/color]» elle releva les yeux vers lui, et le regard qu’il posait sur elle l’a fit rire pendant quelques secondes. Attrapant la première chose lui passant par la main -un affreux coussin rose qui devait-être à Amy- elle lui envoie à la figure avant de ce diriger dans la salle de bain. L’eau chaude contre sa peau relaxe ses muscles un peu échauffés par la nuit qu’elle vient de passer, quand elle entend la porte grincer elle ne ce pose pas de question, elle sait qu’il vient la rejoindre. Car ils ne sont pas souvent ensembles, et qu’à chaque fois qu’ils peuvent l’être ils profitent de chaque secondes. Quand elle est enfin dans la voiture elle attrape son portable, le seul et l’unique qu’elle possède depuis qu’elle est ici et cherche dans ses contact le numéro du restaurait Thaïlandais, ses écouteurs plantés dans ses oreilles elle attends les quelques minutes de sonnerie avant qu’on ne demande son identifiant « [color=indianred]Lieutenant Oakley.[/color]» une nouvelle musique des plus ennuyante ce fait entendre quelques secondes, tandis qu’elle entame sa marche arrière, elle est presque surprise quand elle entend la voix de son frère « [color=Darkolivegreen]Salut Blondie ![/color]» ce n’était pas du tout protocolaire, mais entendre la voix de Wes la remplit tout de suite d’émotions qu’elle à toujours du mal à comprendre. Des larmes montent à ses yeux, qu’elle chassent en quelques secondes … Elle n’a pas entendu son frère depuis près de huit mois, autrement dit une éternité. « [color=indianred]Oh Wes …[/color]» elle ne sait même plus pourquoi elle a appelé en fait, le fait que ce soit lui qui lui réponde l’a complètement chamboulée. Il avait du faire des pieds et des mains pour pouvoir être là au moment ou elle joindrais le bureau. Elle avait envie de lui demander tellement de chose, comment il allait, comment tout le monde allait à Washington mais elle était consciente qu’il ne devait pas être seul, et plus important encore elle devait mettre en place avec lui la mission vers laquelle elle était en train de ce diriger. Dimitri l’avait prévenue que ça n’allait pas être une balade tranquille, que ce client en particulier était coriace mais qu’il avait besoin d’elle pour tester les armes qu’ils étaient supposés acheter. Elle n’avait pas de renforts, le bureau et elle c’étaient mis d’accord sur cela quelques jours auparavant jugeant que ce n’était pas judicieux. Le lieu de rendez-vous était au milieu de nulle part, si bien qu’aucune équipe ne pouvait ce mettre en place sur des kilomètres à la ronde, et que la porté radio serait trop longue. Tout allait être enregistré mais ils ne pourront avoir l’enregistrement que par la suite. Après qu’ils aient revus ensembles les détails nécessaires, un blanc s’installa et elle comprit pourquoi c’était son frère qu’elle avait eu au téléphone. « [color=indianred]Ca va aller t’inquiète pas.[/color]» elle avait plus dit ça pour le rassurer qu’autre chose, elle ne savait pas comment ça allait ce passer. Elle senti cependant que ses mots ne suffisaient pas, il n’était pas idiot, ce n’était pas la première fois qu’un agent partait de cette façon après tout combien de fois les situations impossibles ce présentaient à eux ? Elle était expérimentée, elle était préparée à ce genre de situations. Mais il fallait bien l’avouer c’était plus facile d’y aller, que de devoir attendre dans un bureau sans savoir dans quel situation ce trouvait l’autre. « [color=Darkolivegreen]Soit prudente, s’il te plaît. [/color]» elle sourit faiblement, bien entendu qu’elle le serait, elle l’était toujours, ou tout du moins elle avait eu l’habitude de l’être à une époque … On lui expliqua les derniers détails et elle eu à peine le temps de dire qu’elle avait comprit qu’elle savait qu’elle devait raccrocher. Elle aurait aimer entendre Wes plus longtemps, mais au fond c’était mieux qu’elle ne l’entende pas, qu’elle ce concentre tout le reste du chemin sur ce qu’elle allait devoir affronter. En réalité c’était une vente comme la plupart de celles qu’elle avait déjà eu à faire auparavant, mais elle n’avait jamais été complètement seule pour celles-ci. Resserrant ses mains sur le volant, elle tente de ce vider la tête sur le reste du trajet. Quand elle arrive enfin au lieu de rendez-vous, Dimitri l’attends déjà, adossé à son véhicule ses lunettes sur le bout du nez et les bras croisés, comme si tout était complètement normal. Quand elle sort elle n’hésite pas à claquer la porte de sa voiture, et ce dirige automatiquement vers son coffre tandis qu’il la rejoins « [color=#895959]Ta ponctualité ne cesse de m’impressionner ! [/color]» elle lève les yeux au ciel, tandis qu’elle cherche le fond de son coffre. Celui-ci enfin soulevé, elle révèle à son <i>partenaire</i> un contenu impressionnant, si bien qu’il reste un instant figé sans rien dire, une première pour lui « [color=indianred]Tu ne croyais pas que j’allait venir les mains vides quand même ?[/color]» il fit un mouvement de tête entendu, et sembla vouloir attraper le beretta qui se trouvait devant lui mais la main de June vint s’abattre sur la sienne, l’en empêchant. Elle attrapa une autre arme qui lui convenait bien mieux et la posa dans ses mains à l’instant même ou de nouveaux crissements de pneus ce firent entendres, ils n’étaient plus seuls. D’un même mouvement ils remettent tout en place, leurs armes dans leurs ceintures et ce tourne vers le véhicule banalisé qui vient d’entrer en scène. Mentalement June calcule ce qui pourrait leur service de bouclier, et repasse dans sa tête les armes qu’elle porte sur elle notamment la dague caché dans sa botte droite. « [color=#895959]C’est partit ! [/color]» et Dimitri s’avance, tandis que June le suit. En quelques secondes elle enclenche le micro installé dans sa montre, et continue de tout observer. Ils avancent beaucoup trop, la voiture c’est garé bien trop loin des leurs et ils laissent leurs seuls objets de défense bien trop loin derrière eux. Une fois elle tente de prévenir Dimitri mais il lui fait signe de ce taire. De la voiture sortent quatre gorilles, tous deux fois plus grands que June et armés jusqu’aux dents. Quand les trois hommes avec qui ils vont avoir affaire sortent à leurs tours, elle comprend pourquoi Dimitri l’avait mise en garde quelques jours plus tôt. Ils étaient deux, face à sept personnes. Trois mallettes en main, voilà ce qu’était leur but : ses trois mallettes. Dimitri ne semblait pas avoir d’argent sur lui, elle ne savait pas comment il comptait s’y prendre mais elle lui faisait confiance, ce n’était pas la première fois qu’il faisait cela après tout … Il commença à parler en Russe, et June ce maudis de ne pas avoir appris plus de mots depuis qu’elle est entré dans cette histoire … Le premier homme vient serrer la main de Dimitri, le second après lui tandis que le troisième la fixe avec insistance. Elle ne ce démonte pas pour autant concentré sur tout ce qui est en train de ce passer, aux moindres regards que peuvent s’échanger les hommes à qui ils ont affaire. Dimitri ce tourne vers elle, et semble la présenter puisqu’elle distingue son nom dans le charabia qu’il leur balance. Elle ne comprend pas à un traite mot de ce qu’ils disent, mais elle est assez prêt d’eux pour tout enregistrer. Elle nourrit l’espoir que les choses seront compréhensible pour les traducteurs du bureau. La chaleur est presque insupportable au milieu de ce terrain terreux, dépourvue d’ombre … Et puis elle les quittent des yeux, elle sait, elle sent que quelque chose ne va pas. Elle ne comprend pas comment Dimitri a pu être aussi imprudent, s’éloigner comme ça de la seule solution de repli qu’ils avaient, ne pas avoir sur lui un seul billet parce qu’il faudrait être idiot pour croire qu’il en à … Son regard ce pose sur les quatre premiers hommes a être sortis de la voiture, ce sont eux la menace réelle car ils ne sont pas comme les types qui parlent à cet instant avec Dimitri. Ils ne la regarde pas, ils ne regardent pas non plus leurs patrons parler avec cet américain venu de nul part, non il observe l’horizon. « [color=indianred]C’est un piège …[/color]» murmure t-elle. Elle ne savait pas quel position occupait Dimitri dans le business qu’elle avait infiltré, elle savait qu’il n’en était pas à la tête, mais il connaissait beaucoup trop de gens, avait affaire à beaucoup trop de clients pour être complètement insignifiants. Elle savait maintenant ou elle avait vu le visage du premier brun, elle l’avait vu dans les dossiers qu’elle avait plus d’une fois relu dans l’avion, il était le fils du principal courant du cartel … Il semble avoir comprit les choses en même temps qu’elle d’ailleurs, puisqu’il dégaine son arme à l’instant même ou elle dégaine la sienne. « [color=indianred]DIMITRI ![/color]» cri t-elle. Il se retourne au moment ou les premiers coups partent, elle ne sait plus qui tire sur quoi, car à cet instant précis elle tente juste de rejoindre Dimitri. Son premier instinct aurait été de courir jusqu’à la voiture, elle pouvait descendre ses types mais pas à découvert … Pourtant elle ne pouvait pas laisser tomber Dimitri, en train d’essayer de choper ses foutues mallettes. C’est à ce moment là que la première balle la frôle de prêt, tandis qu’elle position sa trajectoire elle touche le plus jeune des quatre entre les deux yeux, le sang giclant sur le visage de l’homme derrière et le déstabilisant une seconde. Elle ne souhaite pas tous les tuer, elle ne prend pas de plaisir à faire ce genre de chose … Si bien qu’elle profite de ce moment d’égarement pour abattre son poing sur le visage déjà recouvert de sang de l’homme, pas assez rapide cependant elle en reçoit un dans l’estomac qui lui coupe la respiration l’espace d’une seconde, avant de recevoir un deuxième coup de poing au visage et de perdre son arme au moment ou ses genoux touchent le sol. Le corps à corps n’est pas sa spécialité, mais elle connaît les bases. Elle entend un second coup toucher sa cible, et ne sait pas qui a été touché et n’a même pas le temps de ce demander. L’homme la dépasse complètement, et s’apprêtent lui assener un troisième coup quand elle prend conscience qu’elle à toujours sa dague. Quand il arrive près d’elle, elle la lui plante dans l’estomac à trois reprises. Les mains remplis de sang elle ce relève avec difficulté, attrapant l’arme de son assaillant incapable de savoir ou se trouve la sienne. Elle sait maintenant qui a été touché, les russes sont à terre. Le brun vise Dimitri, au prise avec le quatrième garde. Il est incapable de ce protéger, et elle ne sera pas assez rapide, elle ne pourra pas le toucher avant qu’il n’ai tiré. Alors elle fait la seule chose qui lui passe par la tête à ce moment précis, elle ce jette devant. « [color=#895959]OUVRE LES YEUX BORDEL ! [/color]» la voix de Dimitri lui arrive avec beaucoup de difficulté, elle n’arrive pas à ouvrir les yeux tout de suite ni même à ce souvenir de quoi que ce soit. Ce n’est que lorsqu’elle sent la douleur sur ses côtes qu’elle ce souvient. Les yeux complètement ouvert cette fois-ci elle reconnaît l’entrée de sa maison « [color=indianred]Qu’es-ce que …[/color]» elle n’arrive pas à finir sa phrase, tentant de ce relever pour sortir de la voiture une nouvelle douleur la lance. Passant une main, elle sent du sang qui lui appartient … Dimitri place son bras sur son épaule pour l’aider à descendre, elle ne sait pas comment il à fait pour la mettre là, ou encore pour ouvrir la porte mais il la conduit à l’intérieur tandis qu’elle lui demande de l’amenée à la cuisine. Elle grimace sous la douleur une nouvelle fois tandis qu’il part chercher des serviettes dans la salle de bain pour éponger le sang. Elle sait que la balle n’est pas rentré, mais elle lui a bien amoché la peau qui ne s’arrête plus de saigner. Quand elle entend de nouveau la porte claquer elle attrape le couteau qui à sur l’évier, prête à le lancer sur la première personne passant par là. « [color=cadetblue]June t’es ou ? [/color]» elle n’a pas le temps de trouver une parade quand elle entend la voix de Robb, elle ne pourrait pas cacher tout ce sang et la peur lui prend tout à coup. Quand il entre dans la cuisine elle est toujours appuyée au comptoir, son couteau dans la main, du sang sec de multiples blessures sur le visage et sa main appuyé sur sa blessure pour faire compression. Comment pourrait-elle expliquer ça ? Si elle s’attend à ce qu’il soit choqué, à ce qu’il reste incrédule ce n’est pas du tout le cas. Il ce précipite vers elle, touche en premier son visage visiblement inquiet et vient ensuite poser ses mains sur celle qu’elle n’a toujours pas décoller de sa blessure. « [color=cadetblue]Laisse moi voir.[/color]» ordonne t-il avec une brusquerie soudaine, si bien qu’elle ce laisse faire quand elle enlève sa main le sang coule de nouveau. Elle le regarde faire stoïque, pas certaine de comprendre ce qui est en train de ce passer. Elle sait qu’elle pourrait comprendre, elle aurait voulu être capable d’accepter ce qui était en train de ce passer, d’accepter le fait qu’elle avait eu tord pendant tout ce temps mais elle en est incapable à l’instant. « [color=indianred]Je …[/color]» commence t-elle à dire mais elle est incapable de dire quoi que ce soit, elle ne c’est même pas rendu compte qu’elle venait de poser le couteau. « [color=cadetblue]La balle n’est pas rentrée, mais tu perd beaucoup trop de sang. [/color]» il ce relève enfin, plantant ses yeux bleus dans les siens. Elle sent qu’elle va pas tarder à péter un cable, mais pour l’instant elle en est incapable. « [color=cadetblue]June … [/color]» elle secoue la tête, elle ne souhaite pas entendre ce qu’il à a dire, parce que si il le fait les choses deviendront réelles. Beaucoup trop réelles. C’est cet instant que choisit Dimitri pour revenir, avec du fil et de l’alcool. Il s’arrête net devant la scène qui se déroule là, « [color=#895959]Renfield ? [/color]» il semble étonné de le voir ici lui aussi. Mais plus important encore, Dimitri le connaît.

</div></center>

_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:58

Code:
<center>♦[color=#cccccc]♦[/color]♦ <br/>
<t>Impossibility is a kiss away from reality</t> </br>
<div class="presag"><img src="http://i.imgur.com/7LQNhNp.gif" width="170" align="left" alt="" style="margin-right:10px;margin-bottom:4px; border: 1px solid #94A56B; padding: 3px;"> Il fait complètement noir mais cela l’importe peu, elle sait exactement ce qu’elle fait. Elle n’a pas voulu qu’on ébruite son retour, déjà parce qu’elle est revenue les mains vides mais surtout parce qu’elle ne voulait pas le revoir dans des circonstances comme celles-ci … Ayant retrouvé son appartement, et toutes ses affaires elle c’était retrouvée là seule pour la première fois depuis longtemps et avait été incapable de rester là plus longtemps. Elle avait récupérer sa voiture -en dépit du fait qu’elle n’avait pas le droit de conduire- et avait pris la route qu’elle connaissait par coeur, et ceci même si cela faisait plus de huit mois qu’elle ne l’avait pas prise. Elle aurait pu appeler, prévenir qu’elle allait arriver mais elle ne le fit pas. Elle avait les clefs, pourquoi le faire ? Elle avait tenté de ne faire aucun bruit quand elle était rentrée, mais ce n’était pas facile. Si bien qu’a peine avait-elle posé le premier pied dans l’appartement qu’elle c’était retrouvée face à une jeune femme armée d’une batte de baseball, rapidement suivit par un jeune homme armé. « [color=Darksalmon]Oh bon sang ![/color]» Maeve avait laissé tomber la batte de baseball au sol en reconnaissant June. Elle ne savait pas comment elle avait fait pour la reconnaitre vraiment, parce qu’elle était dans un piteux état. Certes la blessure qu’elle avait eu n’était pas mortelle, on lui avait fait des points cependant et la douleur était toujours aussi présente si bien qu’elle ce tenait un peu penché sur la droite. Et puis il y’avait son visage, elle avait prit un coup de poing qui avait laissé une marque violette autour de son oeil. Avant même de la prendre dans ses bras, la paramédicale posa délicatement ses doigts frais sur le visage de son amie qui ferma les yeux en attendant la douleur. Mais elle ne vient pas, au contraire de cela la jolie brune la presse délicatement contre elle et lui chuchote un <i>Contente que tu sois de retour</i> avant de lui faire un immense sourire, et de les laisser seuls tout les deux. Un instant Wes semble examiner sa petite soeur en restant à l’écart, il ne sait peut être pas comment agir avec elle, après tout il ne sait pas encore ce qui c’est passé puisqu’elle vient à peine de raconter ce qu’elle avait bien voulu raconter au bureau. « [color=indianred]Désolée d’arriver comme ça, je ne savais pas quoi faire d’autre …[/color]» murmure t-elle, la voix tremblante. Elle sait que ses forces sont en train de la quitter, elle avait ce même sentiment depuis l’instant ou elle avait passé la porte de la maison qu’elle partageait avec Amy à Los Angeles. Il ne la laisse pas finir et vient à son tour la serrer contre lui, cela lui fait un bien fou de retrouver les bras protecteurs de son frère, des bras dans lequel elle c’était toujours sentie à l’abris de tout et n’importe quoi. Seulement au bout de quelques secondes seulement cette étreinte lui fait un mal de chien, la forçant à reculer un peu abruptement « [color=Darkolivegreen]Qu’est ce que tu à ?[/color]» le coquard était quelque chose, mais il allait péter un câble en apprenant qu’elle avait des points. « [color=indianred]Rien de grave ne t’en fais pas ![/color]» répond la jeune femme afin d’éluder la question, mais la voyant porter une main automatique vers sa côte, il lui lance un regard qui en dit long. Levant les yeux au ciel, June soulève son t-shirt afin de lui montrer le bandage qu’on lui avait placé par sécurité. Avant même qu’il ne dise quoi que ce soit, elle place une main en l’air, promettant de tout lui expliquer. Elel devait le faire, elle lui expliquerait absolument tout. Allant s’installer sur le canapé elle retrouve la douceur de ce dernier, repensant à toutes ses fois ou elle avait voulu ce retrouver là et non pas à LA, toutes les fois ou elle c’était sentie perdue. Elle presse ses narines avant d’inspirer, elle voulait tellement lui dire tout ce qu’elle savait mais elle devait réfléchir à quel mots et propos adopter. Elle commença par la début, impliqua Amy, et lui servit le même discours qu’elle avait donné à ses supérieurs quelques heures auparavant. Lui racontant les détails de ce qui c’était passé quelques jours plus tôt, quand les choses avaient tournées au vinaigre. Simplement, elle était incapable de lui mentir aussi bien qu’elle l’avait fait auprès du bureau. « [color=Darkolivegreen]Dit moi tout Juny.[/color]» son ton n’était pas froid, au contraire il la regarda presque avec compassion. Il la connaissait assez pour savoir que quelque chose l’avait complètement boulversé et que cela n’avait rien avoir avec sa blessure ou encore les coups qu’elle avait prit, ni même le fait qu’elle est tué deux personnes de sang froid … Dans un mouvement d’épaules elle secoue finalement la tête et serre ses lèvres. « [color=indianred]J’ai merdé.[/color]» et encore les mots n’étaient pas assez forts pour décrire la situation, elle avait plus que merdé, elle avait fait n’importe quoi, elle n’avait été qu’une enfant incapable de faire un choix et cela avait été complètement fatal. Elle avait passé le vol de retour à ressasser les mots qu’<i>il</i> lui avait dit, mettant en relation des événements qui devenaient plus clairs, mettant en relation d’autres noms et tout était devenu clair pour la jeune femme. Au fond elle aurait du savoir que c’était <i>lui</i>, elle aurait pu le comprendre ce n’était pas sorcier, elle c’était juste laissée aveuglée. « [color=Darkolivegreen]On trouvera qui il est, c’est normal que tu sois rentrée.[/color]» commence Wes. Il pensait qu’elle s’en voulait d’avoir faillit à sa mission, qu’elle avait fait tant d’efforts pour rien, mais ce n’était pas ça. Bien sûr plus tard elle en viendrait à cette conclusion aussi, mais pour le moment elle ce blâmait simplement d’avoir ouvert son coeur, d’avoir fait confiance à quelqu’un, d’avoir été si aveugle et si faible. Devait-elle vraiment en parler à son frère ? Elle c’était posé cette question à plusieurs reprises, parce qu’elle avait presque sentit le besoin d’en parler à quelqu’un et qu’elle savait qu’il était la personne parfaite. Elle ne lui avait jamais rien caché, jamais mais aujourd’hui serait le début de ses nouveaux mensonges. Elle ne pouvait pas lui dire ce qui c’était passé, parce qu’il serait capable de nourrir une vendetta à l’égard de Robb sans même vraiment savoir la vérité sur lui. Car pour le moment, elle n’était pas capable de dénoncer le jeune homme, elle avait essayé de le faire une fois installée dans le quartier général du FBI mais les mots n’étaient jamais sortis. Voyant qu’elle n’était plus capable de dire quoi que ce soit, épuisée par les derniers événements il s’approcha alors d’elle avant de la prendre de nouveau dans ses bras. « [color=Darkolivegreen]T’es de retour à la maison maintenant.[/color]» elle l’était oui, et cela ne lui avait jamais fait autant de bien. June ne c’était plus sentie faible dès l’instant ou elle c’était mise en tête de trouver celui qui lui avait enlevé ses parents, à l’âge de onze donc elle n’avait plus eu peur de rien. C’était ce qui lui avait permis de traverser les épreuves, ou tout du moins c’était ce qu’elle croyait car sa peur permanente était de perdre les personnes qu’elle aimait. Et aujourd’hui cette peur était décuplée tout comme sa vulnérabilité. Elle avait déjà perdu l’homme qu’elle aimait, elle n’avait pas su qu’elle l’aimait jusqu’au moment même ou elle l’avait perdu. Et elle n’était pas assez forte pour le jeter dans la gueule du loup, et ceci même si il le méritait, si ça pouvait sauver des vies. Elle était incapable de dénoncer Robb … « [color=Darkolivegreen]Quand est-ce que tu est de retour sur le terrain ? [/color]» elle sentait de l’anxiété dans sa voix. Malgré les années passées, il ne l’avait jamais vu dans un tel état et cela le rendait un peu anxieux, il ne voulait pas qu’elle retourne sur le terrain de si tôt cela ce lisait dans ses yeux. « [color=indianred]Je ne sais pas encore …[/color]» sincèrement on lui avait dit de prendre du temps pour elle, principalement pour mettre à plat les informations qu’elle avait récolté et trouver le fin mot de l’histoire. Mais elle tout ce qu’elle souhaitait c’était de retourner sur le terrain, elle savait qu’elle en avait besoin pour s’occuper l’esprit ou sinon elle allait devenir folle. Elle était rentré chez elle maintenant, là ou était les gens qu’elle aimait, là ou était sa vie et pourtant  … Elle ne ce sentait pas complète, elle ne ce sentait pas sereine. « [color=indianred]Ca t’ennuie si je reste là, juste ce soir ? [/color]» il pose sur elle ce même regard doux et protecteur qu’il à toujours eu à son égard, cela lui rappelle toute les fois ou il était resté à côté lorsqu’elle faisait encore des terreurs nocturnes. Il acquise, comme si c’était évident qu’elle pouvait rester, et cela la soulage. Pour une raison qu’elle ne comprenait pas encore, elle avait eu peur qu’il lui dise qu’il ne voulait pas qu’elle reste. Elle était partie depuis si longtemps, qu’elle devait rattraper toute les choses qui étaient arrivées dans la vie de son frère mais ce soir n’était pas le bon moment. Le lendemain tout les deux reprennent une routine qu’ils avaient déjà à une époque, partant même ensembles au travail. Il avait insisté plus d’une fois pour qu’elle reste chez elle, qu’elle prenne un peu de repos après cela ne faisait qu’une journée qu’elle était de retour de LA. Mais elle avait refusé, c’était mal la connaître que de pense qu’elle resterais les bras croisés en regardant le temps passer. « [color=indianred]Tout ce que je dis, c’est que toi non plus tu ne supporterais pas ça ![/color]» déclare t-elle quand Wes la contredit une fois de plus sur sa capacité à reprendre le terrain. Un café en main elle passe tandis qu’il lui tient la porte. « [color=Darkolivegreen]Bien entendu, et tu compte faire comment avec ton trou béant ?[/color]» il lui sourit, comme si il avait complètement raison. Bon ok, il n’avait pas tout à fait tord, elle n’avait pas récupéré toutes ses facultés mais ce n’était pas grave. Tout deux se dirigent vers les vestiaires pour y déposer leurs affaires, continuant de ce chamailler comme ils ont toujours eu l’habitude de le faire. « [color=#1F2A36]Alors c’est vrai ce qu’on dit ? L’enfant prodige est de retour ?[/color]» d’un même mouvement le frère et la soeur se retournent pour faire face à un  jeune homme de leur âge. Ce dernier porte son insigne sur la hanche droite et son arme sur la gauche, et fait un sourire équivalent à celui d’un enfant qui viendrait de récupérer son doudou perdu « [color=indianred]Tu dramatise pas un peu Carver ?[/color]» répond June avant de balancer son sac dans son casier, elle n’aimait pas qu’on lui accorde trop de crédits sur cette mission. « [color=#1F2A36]Tu rigole j’espère ? C’est pas tout le monde qui peux ce vanter d’avoir abattu les Dashkov poupée ![/color]» Elle sent le regard de Wes ce poser sur elle, oui elle avait omis de lui révélé l’identité de ceux qui avaient presque faillit la tuer. La famille Dashkov était connue pour être à l’origine de plusieurs tueries que ce soit en Russie, ou bien sur leur terre d’adoption. La vérité c’est que le bureau tentait de les stopper depuis longtemps sans pour autant réussir à avoir de preuves suffisantes. Avant que son frère ne dise quoi que ce soit elle ce tourne vers James, « [color=Indianred]Qu’est ce que tu fais là ?[/color]». Ce n’était pas qu’elle ne l’appréciait pas, mais elle n’avait pas envie de lui parler maintenant, encore moins lorsqu’elle reconnaissait dans son regard cette lueur déclenchée par la curiosité. Il voudrait qu’elle lui raconte comment ça c’était passé, en détail, et elle ne voulait pas revivre ça. « [color=#1F2A36]On t’a assigné à mon affaire.[/color]» la surprise marque d’abord June, elle entend Wes protester en disant qu’elle a été mise au repos mais ne l’écoute pas. On l’avait assignée à une nouvelle affaire, on croyait donc sincèrement qu’elle n’avait rien découvert à Los Angeles … « [color=#1F2A36]Il parait qu’elle à passé plus d’une heure à protester hier soir, disant que si elle ne retournait pas sur le terrain elle deviendrait folle.[/color]» June sert les dents, un faux sourire sur le visage, oui elle avait aussi omis de dire cela à son frère. Parce qu’elle ne pensait pas qu’on la laisserait revenir aussi facilement. Dotée d’une nouvelle force et d’une certaine excitation qui s’emparait d’elle à chaque nouvelles missions, elle attrape son arme de service et rejoins Carver. « [color=Darkolivegreen]Qu’est ce que tu fais ? [/color]» ce tenait devant elle le Wes que tout le monde connaissait, bien loin la douceur qu’il avait montré à son égard la veille, son ton était froid et clairement désapprobateur. Elle hausse les épaules avant de déclarer « [color=indianred] Je respecte la hiérarchie frangin, tu devrais faire de même ![/color]» et avant même qu’il puisse dire quoi que ce soit d’autre elle pousse son nouveau coéquipier en dehors de la salle. Elle ne voulait pas faire face à la colère de son frère, et était pressée de passer à autre chose. </div></center>

<center>♦[color=#cccccc]♦[/color]♦ <br/>
<t>i'm coming home, to breathe again</t> </br>
<div class="presag"><img src="http://i.imgur.com/gu2YouT.gif" width="170" align="right" alt="" style="margin-left:10px;margin-bottom:4px; border: 1px solid #94A56B; padding: 3px;"> « [color=Olive]Ou est-ce que tu veux en venir ? [/color]» la question de son ami la rendit nerveuse, elle ne leva même pas les yeux sur lui. Il l’avait retrouvée chez elle, la tête plongée dans des dossiers multiples et variés, sans parler de son tableau. Elle avait un tableau similaire caché dans sa penderie, reliant toutes les preuves et les liens qu’elle avait pu trouver par rapport à l’incendie et au meurtre de ses parents. Mais celui qu’elle avait fait-là était tout à fait différent, non seulement parce que les photos de l’homme qui s’affichait n’avaient absolument rien a voir avec ses parents mais aussi et surtout qu’elle tentait plus à trouver une solution qu’un coupable. « [color=indianred] Laisse tomber Casey …[/color]» il avait beau avoir pour habitude de la laisser tranquille quand elle lui demandait, il ne le fit pourtant pas cette fois. Elle était complètement obnubilé par ce qu’elle avait sous les yeux, il ne savait pas quand était la dernière fois qu’elle avait bu ou bien encore mangé, ni même dormit. C’est à ce moment là qu’il prit la décision de prendre le dossier en question, déclenchant immédiatement une réaction de la jeune femme « [color=indianred] Rend le moi.[/color]» elle c’était levée d’un bond, prête à en venir aux mains si c’était nécessaire. Elle le regardait d’un regard qu’il ne lui connaissait peu, en réalité elle ne l’avait jamais regardé aussi durement. Elle le vit secouer la tête, désapprouvant clairement ce qui était en train de ce passer mais elle ne bougea pas pour autant. « [color=Olive]Mais regarde toi![/color]» ils ce connaissaient depuis toujours tout les deux, si bien qu’il l’avait traverser quasiment toutes les épreuves de sa vie, il avait vu les effets ravageur que ça avait eu sur elle jusqu’à ce qu’elle s’en relève. Il avait l’impression d’en vivre une à nouveau, et n’était pas certain d’arriver à temps pour l’aider. Impatiente June attends la suite, elle ne semble pas suivre le raisonnement du pompiers qui ferme le dossier et le glisse sous son coude. Il ne voulait pas s’immiscer, il ne voulait pas lire ce que contenait le fameux dossier et préférait qu’elle lui en parle directement. Il soupire, elle est en train de ce perdre à nouveau il en est certain, malgré tout les efforts qu’elle semble vouloir fournir. « [color=indianred] S’il te plaît …[/color]» elle chuchote à présent, ayant laisser tomber son air menaçant. Elle jouait entre deux émotions, la première n’ayant pas marcher elle avait pris la décision d’adopter la seconde. Mais voilà, si elle ne marchait pas elle ne savait pas comment elle ferait pour convaincre son ami d’abandonner avant qu’il ne soit trop tard. Il la fixe un instant sans rien dire, il n’a pas besoin de dire quoi que ce soit parce qu’elle sait exactement ce qu’il pense. Il pense qu’elle replonge, il pense à l’instant même qu’il va devoir faire appel au psy du bureau pour l’aider à surmonter cela. Elle était revenue bredouille de sa mission, et il fallait être un idiot pour ne pas remarquer qu’elle culpabilisait … Ou tout du moins c’était une culpabilisation différente de celle qu’elle laissait montrer. Parce que oui c’était une honte après plus d’un an passé sous couverture de tout faire sauter du jour au lendemain, et de ne pas obtenir les résultats escomptés. Mais ce qu’elle ressentait était pire encore, complètement partager entre son sens de la justice et ce que lui insufflait son coeur. Elle murmura qu’il ne pouvait pas comprendre, et cela sembla excéder Casey « [color=Olive]Alors explique moi ![/color]» Il était dépassé par les événements, ils c’étaient toujours tout dit, sans exceptions et pourtant  aujourd’hui elle gardait une part de secrets qui semblait la submerger et dont il ne pouvait pas la soulager. Consciente qu’il ne lâcherait pas elle ce laisse retomber sur sa chaise, passant les mains dans ses cheveux a présent redevenus bruns. « [color=indianred] J’en suis incapable …[/color]» la sincérité était plus que transparente dans ses propos. Elle ne pouvait pas parler de tout ça à haute voix, ce n’était pas seulement le fait que le bureau ne l’avait pas autorisé à parler de la mission avec un civil, mais plus parce qu’elle était incapable de dire à haute voix tout ce qu’elle refoulait toujours à l’intérieur d’elle. Tout ce qui se trouvait sur cette table étaient les résultats de ses recherches sur Robb. Elle avait passé des nuits entière à rassembler toutes les informations qu’elle avait plus glaner lorsqu’ils avaient parlés, sans même vraiment savoir qui ils étaient l’un et l’autre. Casey sembla vouloir intervenir ce radoucissant un peu, il posa le dossier sur la table au moment ou le téléphone de la jeune femme ce mit à vibrer. Elle ce jeta presque dessus, elle trouvait là une porte de secours et du coup elle n’était pas obligée d’affronter Casey maintenant. « [color=indianred] Oakley ![/color] » la voix de Janine ce fit alors entendre, elle appelait de la part de Carver car ils avaient une piste possible sur le suspect qu’ils avaient en tête depuis quelques jours maintenant. Elle hocha gravement la tête comme si elle ce trouvait dans la même pièce qu’eux, et annonce qu’elle partait sur le champs. Le regard qu’elle affronta n’avait pas besoin de mots pour être traduit « [color=Olive]On en reparlera ![/color]» c’était plus une promesse qu’une proposition, mais ça allait au moins elle avait un petit peu de temps avant de ce livrer complètement à lui. D’un même mouvement les deux jeunes amis ce mirent en route, il était évident qu’en partant Casey n’allait pas rester là, il l’avait déjà fait mais pas aujourd’hui parce que malgré tout il acceptait le fait qu’elle ne lui dise pas tout maintenant et son intimité, elle lui dirait au moment venu et il n’allait pas fouiller dans ses affaires. Elle ne retourna pas au bureau, elle rejoint directement son équipe sur place, sortant presque à la hâte de sa voiture elle était encore en train d’attacher son gilet pare-balles indiquant FBI quand Carver vint à sa rencontre. « [color=#1F2A36]Alors t’es prête ?[/color]» il portait le même accoutrement qu’elle, et semblait stresser de la laisser faire. Bien entendu il n’avait pas arrêté de faire des éloges à son égard depuis qu’elle était revenu, mais il avait du ce faire remonter les bretelles par Wes et semblait moins impatient de la voir agir qu’auparavant. June regarda le Washington Henley Suites, était-elle vraiment prête ? Le suspect c’était réfugié ici avec ses complices selon les dernières informations du bureau, il ce servait d’une des suites pour blanchir son argent. A bien y penser ce type était vraiment idiot, quel dealer prenait une suite dans un hôtel prestigieux pour blanchir son argent franchement ? C’était une affaire simple finalement, bien sûr qu’elle était prête. Elle entra avec le reste de son équipe, et ce dirigea automatiquement jusqu’à la direction. Ils avaient besoin d’avoir accès aux cameras de surveillance pour avoir un oeil et surtout une confirmation sur la cible. Elle remarqua une jeune femme de son âge, qui semblait un peu plus sur les nerfs qu’elle ne voulait bien le laisser croire « [color=#1F2A36]Serena Renfiled, elle est la manager de l’hôtel.[/color]» indiqua Carver en regardant June, cette dernière s’avança vers la jeune femme et lui fit un signe de tête respectueux. Il était impressionnant de voir à quel point elle pouvait lui ressembler, et cela la troubla bien plus qu’elle ne l’aurait pensé. Elle avait fait le rapprochement il y’a quelques semaines de cela, pas plus tôt, parce qu’elle ne c’était pas sentit capable de découvrir des choses sur Robb qu’elle ne doutait pas. Alors quand elle en avait trouvé la force, elle avait tout découvert. Son service dans l’armée, sa famille, sa mort … Sauf qu’il n’était pas mort de toute évidence. Elle avait découvert qu’il avait une soeur plus jeune que lui, qu’il avait manifestement laissé dans l’ignorance de ses magouilles vu le parcours qu’avait fait cette dernière. Mais quand elle avait découvert cela, June c’était tenue éloignée, elle avait imaginer faire une procédure routinière en allant lui poser quelques questions sur son frère mais elle c’était ravisée. Elle n’avait pas été certaine de pouvoir lui faire face en fait … June n’était pas de marbre et sans sentiments comme aimait le dire Carver, au contraire elle avait un peu trop peur de ce qu’était capable de faire ses sentiments pour les laisser s’exprimer. Elle resta donc de marbre quelques secondes tandis que les yeux de Serena semblait l’analyser « [color=#C96D63]Comment allez-vous vous y prendre ?[/color]» Même l’intonation de sa voix lui rappelait son frère, June resta silencieuse un moment, la dévisageant certainement avant de ce rendre compte que c’était à elle qu’elle s’adressait. Reprenant de sa contenance elle répond « [color=indianred] Nous avons une équipe qui ce place en ce moment même sur le toit pour qu’il ne tente pas de s’enfuir de ce côté là. Une autre dans les escaliers de service, et mon équipe va attaquer de front.[/color] » selon Carver ce n’était pas la meilleure chose à faire, il aurait préféré que l’oiseau sorte de son nid pour lui tomber dessus à ce moment là. Mais l’hôtel n’avait pas été évacué, des civils se trouvaient ici et June ne voulait prendre aucun risque. Et même si sur ce coup là, la décision ne lui revenait pas, il n’avait pas pris le risque de la contredire. Analysant ce qu’on lui répond, Serena hoche la tête avec sérieux. Et une fois de plus June semble ce perdre dans ses souvenirs, elle ce trouvait devant la soeur de Robb. C’était l’appât parfait, elle aurait du réagir en tant qu’agent, l’arrêtée et faire venir Robb jusqu’à elle pour en finir une bonne fois pour toute, mais elle en était incapable. Elle avait aussi pensé au fait qu’elle s’exposait devant elle, elle n’avait pas de couverture mais était presque certaine que Robb ne reprendrait pas contact avec sa soeur. C’était bien trop pénible pour lui. Quand son oreillette ce mis à grésiller elle revint dans le monde réelle « [color=indianred] Bien. Nous allons pouvoir y’aller. Mademoiselle Renfield ? Je vous demanderais de rester ici.[/color] ». Si Serena ne sembla pas en accord avec cette idée, elle ne chercha pas à la contredire cependant, et c’était la meilleure chose à faire. Quand ils furent sortis de la pièce les événements s’accélérèrent comme a chaque fois qu’elle ce lançait dans une descente comme celle-ci. Après quelques coups de feux échangés, il ne fallut pas plus de dix minutes pour mettre tout le monde à terre. L’effet de surprise avait été leur allié, si bien qu’ils furent en mesure de boucler tout le monde en peu de temps. Son arme toujours à la main, June ce dirige vers la sortie de l’hôtel sous le regard encore choqué des clients, peu habitués à voir des agents du FBI dans ses couloirs. Elle avait hésité sur la façon a adopter avant de finalement ce rendre compte de l’évidence, elle ne pouvait pas tomber sur Serena de façon aussi brutale, elle devait être subtile. Et c’est ce qu’elle ferait …  Enfin de retour au bureau quelques heures plus tard, elle ce pose dans la pièce qui portait son nom sur la porte. Elle y était si peu souvent qu’elle en oubliait parfois son existence … Elle ce servait de cet endroit pour faire des recherches, mais il arrivait souvent qu’elle continue à le faire chez elle ou dans les salles de réunion que l’endroit semblait immaculé. C’est pourtant avec un soupire qu’elle ce laissa tomber dans son fauteuil en fermant les yeux. Depuis quelques temps maintenant elle avait une migraine permanente, et du mal à trouver le sommeil. Car pour la première fois depuis longtemps elle était incapable de prendre une décision claire et précise. Le bruit qu’émit son téléphone portable lui indiqua qu’elle avait reçu un message, qu’elle s’empressa de lire quand elle vit le nom de Mason s’afficher. Il avait été le coéquipier de son frère à une époque, et elle avait garder un bon lien avec lui si bien qu’ils leurs arrivaient parfois de ce donner des services mutuels. Quand elle lui avait demandé de faire des recherches un peu plus approfondies sur Robb Renfield il avait d’abord rit pensant qu’elle lui faisait une blague, mais avait arrêté en voyant le sérieux avec lequel elle avait abordé la question. Le fait est qu’il l’avait fait sans rien demander de plus, et qu’elle lui en avait été fort reconnaissante. Elle ne l’avait pas fait elle même pour ne pas éveiller de soupçons au sein du bureau, elle était officiellement retiré de l’affaire qui l’avait emmenée à Los Angeles mais tout le monde savait qu’elle travaillait encore dessus, et particulièrement ses supérieurs qui ne ce seraient pas gênés pour fouiller un peu. De plus elle voulait des informations sur un moment précis, sur le moment ou Robb avait servit dans l’armée.  Le mail de Mason était simple, il ne pouvait pas en dire plus au cas ou la mauvaise personne soit tombé sur le téléphone de la jeune femme, mais ce qu’il lui demanda déclencha bien des raisonnements chez June. <i>Est-ce que le nom de Westmore te dit quelque chose?</i> Bien sûr que ça lui disait quelque chose ! Elle jeta son téléphone sur le bureau avec une violence tel qu’il aurait du ce casser avec l’impact. Elle ce leva alors commençant à faire les cents pas, elle connaissait bien une Westmore. D’ailleurs ses soupçons c’étaient posés sur elle à l’instant ou elle avait croisé son chemin, elle c’était renseigné sur elle mais rien ne prouvait vraiment qu’elle ai trempé dans quoi que ce soit d’illégal et puis c’était sa jalousie qui l’avait poussé à faire des recherches. Elle l’avait vu discuter une fois avec Robb tandis que ce dernier l’attendait. Son instinct lui avait dit que quelque chose n’allait pas, aussi les avaient elle regarder parler pendant un long moment … Rien ne trahissait une conversation impliquant quoi que ce soit, mais June avait mal sentit le coup. Si bien qu’elle avait fait des recherches sur la jeune femme, mais en dehors du fait qu’elle était passionnée par l’art. Elle avait donc mis ses soupçons sur le compte de la jalousie, et avait décidé de ne pas continuer sur ce chemin. La réalité, c’est que plus d’une fois elle avait trouvé étrange que Robb ce trouve son chemin de façon si subite et importante, mais elle avait chassé toutes possibilités qu’il soit celui qu’elle cherchait en ce trompant largement. Fixant la ville par la fenêtre elle attend quelques instants pour reprendre son calme et proposer à Mason un rendez-vous, elle avait besoin d’en savoir plus. </div></center>

<center>♦[color=#cccccc]♦[/color]♦ <br/>
<t>If life has taught me anything, it’s that I can take a punch</t> </br>
<div class="presag"><img src="http://i.imgur.com/vLwPG8J.gif" width="170" align="left" alt="" style="margin-right:10px;margin-bottom:4px; border: 1px solid #94A56B; padding: 3px;">
Elle avait refusé à plusieurs reprises, mais Wes ne lui avait pas laissé le choix. Elle n’était pas d’humeur à sortir, elle devait bosser mais il n’avait pas voulu entendre ses propos. Elle ce renfermait trop sur elle même ses derniers temps, si bien qu’il semblait s’être donné la mission de l’empêcher de faire. Il avait vu la chose ce produire déjà quand elle était obnubilé par l’enquête sur leurs parents, et si cette fois il ne savait pas ce qui la motivait, il ne voulait pas qu’elle retombe la dedans. C’était comme ça qu’elle c’était retrouvée du côté passager, un samedi en direction de la maison dans laquelle ils avaient grandis. Ce n’était pas tant qu’elle ne souhaitait pas voir son oncle et sa tante, mais plus parce qu’elle ne voulait pas qu’ils la voit comme elle était en ce moment. Si elle savait montrer aux autres une image inchangées, les personnes qui la connaissait n’étaient pas dupes et savait parfaitement les épreuves qu’elle avait traversée par le passé. Son oncle le savait mieux que personne, c’était lui qui l’avait accompagné chez le psychologue, lui qui était aller chercher ses médicaments et calmé ses terreurs nocturnes quand son frère en était incapable. Pendant des années après que les choses ce soient calmés, il avait eu si peur qu’elle replonge … Mais elle n’avait pas replongé, elle avait grandit, elle avait murit et surtout elle avait appris à contrôler tout ça. « [color=Darkolivegreen]Sourit un peu, on dirait que je t’amène à l’abattoir ![/color]» en guise de réponse, l’aîné des Oakley reçu un regard des plus assassins. June retourna son regard vers la route, agissant comme une enfant en train de bouder et cela faisait bien rire son frère. Elle avait toujours été sa petite soeur, mais cela le faisait toujours rire de la voir agir ainsi au jour d’aujourd’hui alors qu’elle n’était plus une adulte. Elle ce faisait respecter au travail, et par la plupart des personnes qui croisaient son chemin et jamais personne n’aurait penser la voir agir comme ça, sauf lui. Le simple fait de passer dans ce quartier faisait remonter en elle des sentiments qu’elle ne voulait pas éprouver, elle n’était pas revenue depuis un an et c’était finalement mieux ainsi. « [color=indianred] Un jour tu perdra ce sourire vainqueur.[/color] » elle n’était pas spécialement agréable en disant cela, parce que la vérité c’était qu’elle était en colère mais cela ne sembla pas ébranler son frère. Elle avait des pistes, elle semblait comprendre ce qui c’était passé pour que la vie de Robb changent du tout au tout … Elle n’avait pas arrêté de ce demander si ils c’étaient déjà croisés une fois avant qu’il ne fasse croire à sa mort. Bien sûr il était plus âgé qu’elle, mais ça aurait pu arriver.  En tout cas elle savait qu’il avait un lien avec Westmore c’était une évidence, et elle commençait même à ce persuader que c’était la fille qui dirigeait tout, au moins c’était plus simple a accepter que la vérité. « [color=Darkolivegreen]C’est beau de rêver ma petite.[/color]» Elle détestait quand les propos de Wes correspondait ainsi à ses pensées, mais il n’avait pas tort. Elle aurait beau ce faire croire tout et n’importe quoi, elle avait bien entendu ce que Robb lui avait dit et cela n’avait fait que confirmer ce qu’elle avait toujours soupçonné. Il la hantait, à un tel point qu’elle avait laissé en arrière ses recherches sur ses parents et beaucoup d’autres choses, elle était obnubilé par le fait de trouver une seule et unique raison qui pourrait l’innocenter. Ce n’était pas ce qu’il voulait, elle en était certaine mais elle en avait besoin. Elle en avait besoin parce que toute sa vie elle avait été à la recherche de la justice, elle avait dédié tout ce qu’elle avait pour que celle-ci soit accomplie et avait toujours fermement cru en sa nécessité. Si on la connaissait on savait, on savait qu’il y’avait certains sujets à ne pas aborder sous peine de la voir réagir instinctivement, parfois un peu trop violemment. Elle jugeait parfois les gens un peu trop rapidement au vu de leurs actions, elle était comme ça et elle avait toujours été certaine que ça ne changerait pas. Mais elle avait croisé le chemin d’un homme qui lui avait fait revoir cela, quand elle l’avait rencontré elle avait pensé qu’il partageait les mêmes pensées que les siennes, après tout leurs conversations l’avaient montré. Mais étaient-elles réelles ? Finalement il avait jouer un rôle comme elle l’avait fait, et si elle avait prit le risque de ce comporter normalement et lui révéler certaines choses elle n’était pas certaine qu’il eu été aussi faible qu’elle. Mais voilà ou elle en était, à un point ou elle était capable de ce voiler la face pour éviter de ce sentir ainsi tiraillée. Elle savait qu’elle voulait entendre les explications de sa bouche, quand il avait été prêt à les lui donner elle c’était sentie incapable de les entendre et avait fuit mais aujourd’hui c’était différent. Car avec toute les recherches qu’elle avait fait elle en était arrivé à faire des hypothèses sans pour autant pouvoir trouver la vraie version des faits. Mais si retourner voir Robb pour obtenir des réponses semblaient idiot et impossible, elle ce faisait plus de soucis sur le fait que le fait qu’elle s’intéresse un peu trop à lui puisse éveiller des soupçons … Elle était incapable de le dénoncer, tout comme elle refusait de les mener à lui. Pourtant elle savait mieux que personne, ce que le trafic de ses armes faisait tout les jours, les victimes des décisions contradictoires que pouvait prendre ses personnes qu’elle avait côtoyés pendant près d’un an. Elle avait en ses mains le pouvoir d’arrêter tout cela, il lui suffisait de donner un nom pour que les meurtres prennent fin. Mais elle en était absolument incapable, et elle ce détestait pour ça presque autant qu’elle détestait Robb pour être cet homme. Le ralentissement de Wes la ramena dans le présent, il déclara qu’ils étaient enfin arrivés et sortis de la voiture avec entrain tandis qu’elle observait la maison familial qui se trouvait devant elle. Cette maison qui enfermait de bien mauvais souvenirs, comme les plus beaux qu’elle pouvait avoir. Chaque parcelle lui rappelait une histoire, une anecdote avec Wes ou avec Casey et cela la fit sourire malgré elle. Elle fut interrompue par la tête de son frère dans son champs de vision, lui indiquant de ce bouger les fesses. Revoir son oncle et sa tante lui fit plus de bien qu’elle ne l’aurait cru, pendant un instant elle avait oublié tout les problèmes qui lui prenaient la tête et avait profité d’un moment en famille qu’elle n’avait plus eu depuis longtemps. Wes l’avait regardé sourire et profiter, et quand leurs regards c’étaient croisés elle savait qu’il lui ferait dire qu’il avait toujours raison. Elle le savait parce que si la situation avait été inversée c’est ce qu’elle aurait fait. Pourtant elle n’arrivait pas à oublier ce qui la rongeait de l’intérieur, elle n’arrivait pas à oublier le visage de Robb quand il était revenu, quand il l’avait laissé partir … Elle ne pouvait passer outre le fait que pendant tout ce temps il avait été sous son nez, qu’il était l’homme ignoble qu’elle souhaitait mettre sous les barreaux. Malgré tout ce qu’elle avait juré elle était pourtant incapable de le dénoncer, quelque chose l’en empêchait et ça la rendait folle. « [color=#B9121B] Comment tu vas ?[/color] » la question n’était pas inattendue, son oncle la connaissait assez bien pour comprendre que son sourire était sur-joué. Elle avait prit le partit de ce rendre dans le jardin pour respirer l’air frais et essayer de ce vider l’esprit pour au moins profiter un peu de ce moment passés ensembles, mais ce doutant que quelque chose n’allait pas Wes avait faillit la rejoindre, stoppé par leur oncle qui avait pris sa place. Elle relève la tête vers l’homme qui l’a élevée, qui à suivit tout son parcours et l’a toujours encouragé à ce surpasser avant de soupirer « [color=indianred]Ne t’inquiète pas, j’irais mieux.[/color] » Elle essayait presque plus de ce rassurer elle même, parce qu’elle n’était pas complètement certaine de ce qu’elle affirmait. Comment est-ce que ça pourrait aller mieux ? Elle avait beau y réfléchir sans arrêt, elle ne trouvait aucune porte de secours. « [color=#B9121B] Qu’est ce qu’il c’est passé lors de ta mission en Californie ?[/color] » surprise elle ce tourne vers lui presque brusquement. Comment savait-il cela ? « [color=indianred]Wes.[/color] » Bien sûr que son frère avait parlé à leur oncle, il n’avait peut être pas pu tout lui dire mais il n’avait pas hésité à ce confier à lui. Elle lui ferait payer ça … « [color=#B9121B] Il ce fait du soucis pour toi, et très franchement nous aussi.[/color] » cela pouvait ce lire dans ses yeux, il avait cette pointe de négativité qui exprimait son intérêt pour la jeune femme, elle l’avait vu apparaître plus d’une fois quand elle était plus jeune et qu’elle ne dormait pas de la nuit. Elle secoue la tête avec délicatesse avant de prendre une grand inspiration « [color=indianred]Ce n’est pas facile, mais je t’assure je gère.[/color] » Elle n’avait pas besoin que l’on s’inquiète pour elle, elle détestait ça. Elle voyait déjà que Wes était au bord de la rupture, de lui crier dessus pour la réveiller mais il avait jusqu’alors eu la bonne idée de ne pas le faire. Son oncle ne dit rien l’espace d’un instant avant de voir ce qui ne devrait pas être vu, car aujourd’hui June est de repos et qu’en aucun cas son arme ne devrait ce trouver ainsi à sa taille « [color=#B9121B] Je te fais confiance.[/color] » Elle le regarde faire demi-tour sans vraiment comprendre … Il connaissait la règle aussi bien qu’elle, elle n’aurait pas du porter son arme, encore moins pour ce rendre à un repas de famille. Mais pourtant elle ne passait plus un seul jour sans, elle ce sentait en sécurité que lorsqu’elle l’avait. Incapable de retourner à l’intérieur elle fait le tour de la maison afin de rejoindre la rue principale du pâté de maison. Elle n’a pas besoin de penser à l’endroit qu’elle souhaite rejoindre, c’est une habitude qu’on appris ses jambes et c’est presque avec un automatisme qu’elle ce dirige vers son ancienne maison. Aujourd’hui les décombres n’étaient plus, par un miracle presque inexplicable les agents immobiliers avaient réussit à revendre le terrain et ce tenait devant elle à présent une maison flambant neuve, ne ressemblant absolument pas à celle dans laquelle elle avait grandie. Comme souvent des enfants jouent dans la rue, sous le regard distant mais alerte des parents installés devant leurs maisons et lisant le journal. Elle reste immobile un instant, devant cette maison qui représentait la nouveauté, tout le monde dans le quartier avait tourné la page, après tout cela faisait plus de vingt ans maintenant que cette horrible tragédie c’était passé. Mais elle n’était pas tout le monde, elle n’était pas capable de regarder plus longtemps cette maison, et fit rapidement demi-tour. C’est là qu’elle le vit la première fois, une fraction de secondes seulement mais assez pour l’alertée … Ce n’était pas un mirage elle en était certaine, elle fit un tour sur elle même pour observer les alentours et presque par automatisme elle posa sa main sur son arme cachée sous sa chemise. Il ne l’avait pas tuée quand il en avait eu l’occasion mais elle ne préférait pas prendre de risque, et si elle savait qu’elle n’aurait pas du faire ça elle prit le partit de s’enfoncer dans les petits bois bordant la résidence afin de le trouver. Ce n’était pas dans sa tête, elle avait imaginé plusieurs fois le voir dans la foule quand elle était dehors mais ça n’avait jamais été le cas, la panique passée elle ce rendait compte qu’elle perdait complètement la tête. Mais aujourd’hui elle en était sûr et certaine, ce n’était pas sa tête qui lui jouait des tours. Prête à réagir elle ne perd pas ses habitudes, écoutant tout ce qui passe afin d’entendre le moindre bruit inhabituel, son corps plus tendue que jamais. Elle avait pensé qu’elle ressentirait une énorme envie de vomir face à un instant comme celui-ci, résultant de son stress mais c’était tout autre chose qui était en train de ce produire. Elle avait appréhendé de le revoir, elle en avait fait des cauchemars mais ça aurait été mentir de nier le fait qu’elle l’espérait aussi … Son corps réagissait par lui même, sans qu’elle ne le commande d’aucune façon, il était là elle en était certaine. Plusieurs fois elle avait trouvé cela étrange, de sentir des frissons remonter jusque dans son cou quand il était dans la même pièce qu’elle, l’excitation qu’il lui procurait en ne faisant que la regarder était incroyable. Elle pouvait dire qu’il venait d’arriver dans une pièce avant même de le voir, parce que son corps réagissait à l’arrivé du jeune homme. Et aujourd’hui c’était exactement ce qui était en train de ce passer. Elle resta plus de dix minutes dans ses bois, prête à le retrouver même si elle ne savait pas ce qu’elle allait faire après, quand son téléphone portable ce mit à sonner. Elle ne répondit pas dessuite mais face à  l’insistance de son interlocuteur, elle soupira avant de l’attraper « [color=indianred]Quoi ?[/color] » la froideur qu’elle exprima eu le temps de surprendre son frère l’espace d’une seconde avant qu’il ne sente qu’elle ce radoucissait, elle ne voulait pas éveillé ses soupçons. Il lui indiqua qu’il allait rentrer, on avait besoin de lui sur une affaire. Si elle voulait rentrer avec lui, c’était maintenant ou jamais « [color=indianred]Je suis là dans deux secondes.[/color] » affirma t-elle avant de raccrocher et glisser son téléphone dans la poche de son jean. Elle resta quelques secondes stoïque avant de finalement faire demi-tour, incapable pourtant de ce débarrasser de ce sentiments. Car elle en était certaine, Robb était à Washington.


</div></center>

_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
❉ love is such  a fantasy
avatar
love is such a fantasy

all these memories seem so old


Voir le profil de l'utilisateur
you're the sea i drowned in and the forest i got lost in
NOT WEAK JUST BECAUSE MY HEART FEELS SO HEAVY

i wish i’d never laid eyes on him. i wish we’d never met .… if i never laid eyes on him, then i wouldn’t have fallen in love, and he wouldn’t have fallen in love. that may have made for two more lonely people in the world, but also a lot less pain and heartache for many, many others…. if it were a choice, who would choose this kind of love? so i wish we never met. but we did. and i tried. i tried and failed and tried and… failed again to hide, to stop loving him, but i couldn’t. i was weak. i hated myself. i wore this ring to remind me of my weakness. and i won’t ask for forgiveness. just don’t ask me to undo the past, don’t ask me to fall out of love with him, because if i could i would ...
›› Los Angeles since : 01/06/2017
›› Love letters written : 61
›› Pseudo : foolish blondie (tica)
›› It's crazy, I look like : jessica fuckinamazing stroup
›› Credit made by : foolish blondie (avatar) ☞ foolish blondie (profil crackship) ▫ tumblr (other profil gifs) ▫ scandal (profil quote)
›› I have a doppelgänger with : abby lewis (jessica fuckinamazing stroup) ✻ jay specter (sam orgasmic claflin) ✻ naïa atkins (dianna mindblowing agron) ✻ ella malone (jenna cutie coleman) ✻ anton sheffield (jensen naughty ackles) ✻ lissa crowley (italia perfection ricci) ✻ ophelia baron (jessica badass alba) ✻ wilson campbell (theo hottie james) ✻ sara ashmore (candice bittie accola) ✻ bobbie matthews (johanna hottie braddy) ✻ catriona milano (amber hotness heard) ✻
›› Availability : hello beauty you, i'm avalaible right nowprénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) » prénom nom, (statut) »
›› Occupation :
›› We're having a baby :

MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦ Mer 16 Aoû - 21:59

Code:
<div class="fondpres2"><img src="http://66.media.tumblr.com/1d4ac4cdb5b16ef5e3d5b59ee8558795/tumblr_o5ujvmd7ZF1vs5sgso3_250.gif" align="left" alt="" style="margin-right: 10px; margin-bottom: 4px; padding: 3px; width: 150px; border-radius: 7px;" /> Sa tête est lourde, beaucoup trop lourde. Il a tenté de la lever à plusieurs reprises, en vain. A quoi ça sert de ce battre quand on sait pertinemment que rien n’en ressortira ? Pourtant il le faut, il faut qu’il ce lèvre. Peu importe si il est rentré il y’a à peine deux heures, peu importe si il à encore de la bière qui coule dans son sang et qu’il n’est pas capable de marcher droit. Il doit ce lever. Parce que si il ne le fait pas, il vas en entendre parler pendants des années et que ses parents vont péter un plomb.  Mais sa tête lui fait mal, c’est comme si il revivait dans son cerveau le concert de la veille et tout le reste. A chaque fois qu’il ferme les yeux il revoit les jeux de lumière, il revoit cette jolie rousse à ses côtés, il revoit le regard assassin de Jillian et les rires de Hunter. Et quand il les ouvre, le soleil l’agresse avant qu’il eu le temps d’y penser !  Il tente doucement, mais surement de ce tourner, parce que le fait d’être sur le ventre lui donne plus envie de vomir qu’autre chose en fait. Mais à peine ce retrouve t-il avec 40% de son poids sur le côté, qu’il baisse les bras. Lui qui est toujours le premier à encourager qui que ce soit pour qu’ils ce donnent à fond, n’est pas le meilleur exemple qu’il soit à cet instant précis. Il soupire pour la vingtième fois depuis la minute qui vient de passer et qui lui semble être déjà une heure. La gueule de bois c’est vraiment pas ce qu’il préfère, à chaque fois il ce dit que ça n’arrivera plus mais il recommence. La gueule de bois ça décuple les sens, si bien qu’inconsciemment il sait parfaitement ce qu’il vas ce passer quand il entend les pas légers de Faye dans les escaliers montant de l’entrée à leurs chambres respective. Il l’entend s’arrêter devant la porte, et soupire encore, ce préparant au pire. Et le pire est ce qui lui arrive, elle ouvre d’abord la porte avec délicatesse avant de finalement prendre un grande inspiration et de ce mettre à fanfaronner « [color=#FA8072]Jonathaaaaaaannnnn ![/color] » Il enfouie sa tête sous son oreiller à l’instant même ou le poids de sa petite soeur s’affale sur son corps. Il émet un bruit relevant plus de l’animal que de l’homme tandis qu’elle sautille en continuant de répéter son prénom. Si il avait s’agit de qui que ce soit d’autre, il l’aurait déjà attrapé par les oreilles et l’aurait dégagé dans le couloirs, mais Faye n’était pas n’importe qui. A ce moment précis elle était franchement insupportable il fallait être sincère. Il la détestait, là tout de suite maintenant. Mais elle était sa petite soeur, elle avais dix ans comment pouvait-il vraiment lui en vouloir finalement ? Elle s’approche pour serrer sa petite tête blonde contre celle de son frère, mais vu l’odeur qu’il dégage elle s’éloigne aussi rapidement qu’elle c’est approché. S’arrête de sautiller, s’arrête de crier et il la sent ce lever. « [color=#4682B4]Faye ?[/color] » sa voix est enrouée, sa bouche pâteuse, qu’est-ce qu’il lui à pris de boire autant ? Si il n’aimait pas vraiment quand sa soeur dépassait le mur du son, le fait de ne plus l’entendre n’était pas franchement plus rassurant ! Ce n’est lorsqu’il entend le raclement des rideaux, le soleil sur son visage qui l’attaque qu’il comprend tandis que sa petit soeur éclate de rire d’un geste automatique il lui balance un coussin qu’elle esquive avant de repartir en sautillant. « [color=#FA8072]Allez on t’attend ![/color] » pourquoi lui ? Il reste quelques minutes de plus, et finalement prend tout son courage et arrive enfin à ce soulever avec une certaine difficulté. Il ne devait plus faire ça, revenir aussi bourré en sachant pertinemment qu’il devait être présent à des choses similaires le lendemain ! Ce n’est qu’une fois le visage aspergé d’eau froide, une douche rapide de prise, et de nouveaux vêtements enfilés qu’il descend les escaliers à une vitesses relativement lente ! Il n’aurait jamais du suivre les gars hier soir, mais ça avait été plus fort que lui … Du bruit dans la cuisine indique que quelques personnes sont déjà arrivées, il entend d’ailleurs sa mère avant de la voir après avoir difficilement atteint le centre névralgique de la maison. Le regard qu’elle lui lance n’est pas inhabituel, avant qu’elle ne secoue la tête. Jay n’était pas mal lotit ses parents étaient certes protecteurs, mais ils étaient aussi compréhensifs, il savait parfaitement ce que faisait leur fils ou quand et comment. Aussi savait-elle qu’il avait passé la soirée avec ses amis, et ce doutait-il qu’il avait du boire plus que de raison. Mais elle ce garda bien de lui faire une remarque quelconque, ce contentent d’attraper une bouteille d’eau dans le frigo et de la lancée vers lui. Il l’attrape avec une difficulté à laquelle il ne faisait pourtant jamais preuve d’ordinaire, et hoche la tête pour la remerciée. Il avait besoin de boire beaucoup d’eau si il souhaitait décuver rapidement, ou au moins si il voulait faire bonne figure. Les Daniels aimaient particulièrement ce genre d’événements, sa mère parce qu’elle adorait s’occuper de l’organisation et de la cuisine même si elle ne passait pas une seconde sans râler. Et son père parce qu’il pouvait ainsi retrouver la plupart de ses amis, et profiter de leur présence pour parler boulot avec des personnes qui l’écoutait au contraire de sa femme qui en avait marre de toujours entendre les mêmes histoires. C’est pourquoi il y’avait toujours beaucoup de monde, et pas forcément que des voisins. Il quitte rapidement la cuisine, parce toutes les mères sont là et que leurs discussions à vite fait d’amplifier son mal de tête, afin de retrouver la fraicheur du jardin en dépit de la lumière du jour. D’un geste il récupère une paire de lunettes de soleils posées là sur le buffet avant de poser un pied sur la terrasse. Il salue poliment certains amis de ses parents qu’il reconnait facilement, fait un tour rapide du jardin avant de s’arrêter devant le groupe de filles que constitue sa soeur et ses copines et finalement remarque la personne qu’il cherchait confortablement installé sur un des transats. Il soupire, le rejoint et ce laisse tomber à côté de lui « [color=#2E8B57]On aurait jamais du mélanger.[/color] » la voix de son meilleur ami est aussi enrouée que la sienne n’est cassée, et l’un et l’autre dépeigne un bien beau tableau de la jeunesse. Jay ne prend pas la peine de répondre, c’était une évidence qu’il partageait son point de vue, après tout il était à cet instant précis dans le même étant lamentable que lui et il détestait ça. « [color=#4682B4]Sara n’a encore rien dit ?[/color] » il s’agissait de la petite amie d’Hunter, que ce dernier avait lâché pour la soirée préférant la passer avec ses potes. Sara était plus cool que la plupart des filles qu’ils connaissaient, alors qu’elle était plus jeune qu’eux ! Hunter secoue la tête aussi furtivement qu’il le peux, avant de finalement rire seul. Jay ne comprend que lorsqu’il voit une chevelure brune qu’il connaît par coeur au loin. « [color=#2E8B57]Je crois qu’elle n’a pas autant apprécier la soirée que nous.[/color] » déclare Hunter en suivant Jillian des yeux. C’était une discussion qu’il aurait préféré ne pas avoir aujourd’hui. Il aurait mieux valu qu’il soit dans son état normal pour cela, et ce n’était pas franchement le cas. Avec Jillian ce n’était jamais simple, il fallait toujours que ce soit compliqué et si parfois cela le faisait plus rire qu’autre chose aujourd’hui ce n’était pas le cas. Elle avait passé la soirée à le fusiller du regarde, comme si il n’avait pas vraiment le droit de faire ce qu’il faisait alors que les faits étaient clairs : ils n’étaient pas ensembles. Ils avaient dépassé les limites de l’amitié quelques mois auparavant, et peut être qu'ils n'auraient jamais du le faire mais c’était arrivé et aujourd’hui tout était compliqué. « [color=#4682B4]Tu veux pas y aller à ma place ?[/color] » le rire d’Hunter fut sa seule et unique réponse, il était pas franchement coopératif sur ce coup là. Jay ce lève et passe par le coin bar judicieusement installé par ses parents pour y attraper une coup de champagne. N’y avait-il pas un proverbe expliquant qu'il fallait soigner le mal par le mal ? Verre en main, il ce fraye un chemin parmi les gens qui sont en train de parler de leurs vies un peu chiante. Par chance aucuns ne l’arrête pour lui parler de ses études, personne ne l’arrête pour lui demander ce qu’il vas faire ensuite parce que sincèrement … Il ne sait pas ce qu'il vas faire ensuite. Comme son père avant lui, il voudrait suivre le chemin familial afin de rentrer dans la police. Mais le fait est qu’il n’est pas certain du chemin qu’il souhaite emprunter. De l’avis de ses parents il devrait d’abord finir ses études, mais ça ne lui plaisait pas. Ce n’était pas du tout nouveau, Jay n’avait pas et n’aurait peut être jamais le profil scolaire nécessaire. Il n’aimait pas ça, et l’école le lui rendait bien. « [color=#4682B4]Salut ![/color] » déclare t-il quand il est enfin arrivé au niveau de la jeune femme. Cette dernière ne ce tourne pas directement vers lui, elle s’excuse auprès de ses interlocuteurs actuels et rive ses yeux sur le jeune homme. Il avait cette capacité particulière d’oublier à quel point elle était belle, elle était si constante dans sa vie qu’il ne prenait presque jamais assez le temps de la contempler comme il était en train de le faire à l’instant. Un peu trop longtemps peut être … « [color=#F4A460]Jay ?[/color] » la voix de la jeune femme semble le faire revenir dans le temps présent, il sourit lui attrape la main et l’attire à l’intérieur de la maison. Elle lui demande ou ils vont, mais il ne lui répond pas. Il ne voulait pas qu’ils ce disputent parce qu’il n’aimait pas ça et encore moins le fait de le faire devant tout le monde. Quand ils sont enfin seuls dans la maison, il l’attire contre lui avant de la plaquer contre le mur, elle ne pouvait pas s’échapper. « [color=#4682B4]Tu m’en veux ?[/color] » ils sont l’un contre l’autre, et il n’y à aucune sensation plus agréable que celle-ci à ses yeux. Elle soupire, avant de venir poser ses yeux sur lui. Jillian faisait partit de sa vie depuis toujours, presque depuis aussi longtemps que Jay. Et pourtant il perdait encore aujourd’hui ses moyens quand elle le regardait de la sorte « [color=#F4A460]Tu m’a narguée toute la soirée, bien sûr que je t'en veux ![/color] » il sentait dans sa voix qu’elle disait la vérité. Elle n’avait pas du tout appréciée qu'il la délaisse pour aller voir quelqu'un d’autre. Jay déplace sa main sur le bassin de la jeune femme, frôlant la soie de sa robe et sa taille. « [color=#4682B4]Tu avais l’air de plutôt bien t’en sortir avec Tommy.[/color] » sa voix était un peu rauque, il détestait Tommy. Principalement parce qu’il passait son temps à draguer Jillian mais il était trop fier pour l’avouer. Elle rit, passe sa main dans le cou du jeune homme avant de pencher la tête sur le côté « [color=#F4A460]Jaloux ?[/color] » il ricane, non il ne l’était pas jaloux. A lui de prendre le même ton qu’elle « [color=#4682B4]Jalouse ?[/color] » elle secoue la tête à son tour. Ils mentaient. L’un comme l’autre. Mais il ne voulait pas ce disputer, le fait est qu'il n'avait absolument rien fait avec la jeune femme de la veille parce qu'elle ne l'intéressait pas plus que ça, il voulait juste faire rager Jillian. Dans un même mouvement leurs têtes se rapprochent, leurs lèvres se retrouvent et cela lui fait un bien fou. Rapidement il ce colle à elle tandis qu'elle balade sa main dans ses cheveux et que sa main remonte la jupe de Jillian. Il aurait pu l'amenée là haut si il n'y avait pas eu autant de monde dans le jardin … « [color=#DB7093]Désolée ![/color] » la voix fine d'une jeune fille les coupe en plein élan, ce détachant l'un de l’autre, les jambes de Jillian desserre la taille de Jay tandis qu'ils ce retournent vers Arianna qui est devenue toute rouge de les avoir dérangés. Elle ne demande d'ailleurs pas son reste et fait demi-tour pour ce précipiter dehors. Jay ce retourne vers Jillian qui remet ses cheveux noirs en place, et qui lui tapote l’épaule avant de finalement déclarer « [color=#F4A460]On est pas en couple Daniels ![/color] » et de le laisser là tout seul, dans le couloir.
[hr]
<img src="http://i.imgur.com/gL1Dslq.gif" align="right" alt="" style="margin-left: 10px; margin-bottom: 4px; padding: 3px; width: 150px; border-radius: 7px;" />Il vient à peine de revenir, le temps de déposer le matériel dans la hangar le voici enfin sous sa tente près de son lit ou l’attend une lettre qu’il avait déjà hâte d’ouvrir. « [color=#8B4513]Une lettre de ta meuf ?[/color] » Jay ne fait même pas attention à Gérald, qui à bien trop l’habitude de dire n’importe quoi. Il savait que ce n’était pas ça, il reconnaissait d’ailleurs l’écriture appliquée mais sauvage de sa petite soeur. Cela faisait à présent deux années qu’il avait quitté le cocon familial. S’engager n’était pas une idée qui avait pris des années à murir dans sa tête, à vrai dire au départ il avait eu cette idée sur un coup de tête parce qu’il avait un peu trop bu. Mais ce qui avait été une blague c’est mis à pas mal le torturer, est-ce que ce n’était pas la meilleure solution finalement ? Il ne voulait pas continuer ses études, même si il savait parfaitement que cela faisait plaisir à ses parents et les rendaient fiers. Mais il détestait ça, vraiment. Alors que là pour la première fois depuis longtemps il avait l’impression d’avoir enfin trouvé sa voix. Impossible de mentir, ce n’était pas la joie tout les jours sincèrement, mais il savait que ce qu’il faisait, il le faisait par conviction. Il ce laisse tomber sur ce qui lui sert de lit, la lettre en main et ne prend pas le temps de relever le grincement du métal fin qu’était sa couchette. Il déchire la lettre rapidement, parce qu’il n’a pas eu de nouvelles de Faye depuis trop longtemps, parce qu’elle lui manque. Mais la première chose qui lui tombe sur les genoux n’est pas la lettre de sa petite soeur, seulement un morceaux de papier portant une toute autre écriture, un mot seulement <i>A toute</i>, et un parfum qui lui manque. Il approche le papier de son nez, et inspire le parfum qu’avait toujours eu l’habitude de porter Jillian en souriant comme un idiot. Finalement il le pose à côté de lui, sort les quelques feuilles présentes dans l’enveloppe, avise quelques photos qu’Hunter a glissé, une de son premier article, l’autre de l’anniversaire de Sofia pendant lequel il à franchement du mal finir vu l’état dans lequel il était sur le photo. Un nouveau sourire habite le visage du jeune homme, Faye adorait lui envoyer des lettres, mais plus que tout elle semblait aimer lui rappeler qu’il n’était pas tout seul. Que tout le monde pensait à lui, tout le temps. La photo suivante est une photo de Faye et Arianna, sa meilleure amie, s’apprêtant certainement à aller à une soirée vu les tenues qu’elles portent. C’était peut être l’une des choses qui lui manquait, ne pas pouvoir être présent pour sa petite soeur pour tout ses moments de sa vie. Enfin il découvre la lettre de la jeune femme, celle-ci lui raconte à peu près toute sa vie comme toujours. Pas forcément les choses importantes d’ailleurs, elle lui retranscris une routine qu’il connaît et qui lui manque parfois, la relire au travers de l’écriture ronde de la jeune femme lui fait du bien. <i>J’ai décidé tu sais, je ne veux pas faire du droit. Maman vas me renier, mais je crois que je suis décidée.</i> Sa soeur menait une bataille depuis toujours contre leurs parents, plus auprès de leur mère en réalité que de leur père. Ce dernier aimait sa petite fille sans limites, et ne souhaitait qu’une chose qu’elle soit heureuse peu importe ce qu’elle pouvait faire. Cela ne voulait pas dire que Julia n’aimait pas sa fille, au contraire. Elle l’aimait profondément, de la même façon qu’elle aimait son fils. Mais comme William était parfois plus exigent avec Jay, elle l’était plus avec Faye. Il lui avait plus d’une fois porté soutient, si elle voulait ce lancer dans l’art elle devait faire ce qu’elle aimait et non ce qu’on voulait qu’elle fasse. Il en était la preuve vivante, il n’avait pas souhaité intégrer l’académie de police aux sortir du lycée et leur père ne l’avait pas franchement bien pris. Aujourd’hui les choses passaient un peu mieux, parce que son fils aîné n’avait pas pris la décision de faire le tour du monde pour profiter des soirées et des filles, mais pour servir son pays. Alors évidement William c’était radoucit. Au fond Jay n’avait pas pris beaucoup de risques de ce côté là et il admirait sa petite soeur qui semblait prête à faire le grand saut. <i>Tu me manque ….</i>  à ses mots il la revoit, le serrer contre elle lors de sa dernière permission. « [color=#4682B4]Toi aussi mini pouce.[/color] » murmure t-il plus pour lui même que pour qui que ce soit d’autre. Il s’apprête à lire la suite quand une alarme retentit. Rapidement il est debout, sur ses deux pieds, et ce laisse porté abandonnant là la lettre de la jeune fille. Sa formation l’a appris à réagir en ses circonstances, il avance jusqu’aux armes prêt à suivre les directives. « [color=#8B4513]Daniels ![/color] » cette voix, cette nouvelle directive annoncée dans son nom de famille seulement. Il bifurque, d’un geste magnétique et clair il vérifie sa radio les munitions qu’il a gardé sur lui, et attrape l’arme au moment ou on lui lance. C’est de la sienne qu’il s’agit, celle qu’il à déposé là quelques minutes auparavant après qu’ils soient revenus de leur tour. Il revoit la tête des enfants qui ont passé l’après-midi à les suivre, avec qui ils ont joué quelques heures pour passer le temps, pour leur montrer qu’ils étaient en sécurité, qu’ils n’étaient pas seuls. « [color=#4682B4]Qu’est ce qu’il c’est passé ?[/color] » demande t-il à Gérald au moment ou il arrive à ses côtés. Il désengage la sécurité de son arme, avant de mettre son casque de protection tandis que son coéquipier enfile ses lunettes de protection, lui tend des bouchons d’oreilles. En général ils gardaient les bouchons d’oreille de coté parce qu’ils n’étaient qu’en patrouille, ils n’allaient pas avoir besoin de ce protéger. Aujourd’hui cela n’allait pas être le cas, Jay devrais tirer, il tourne quelques secondes les objets orangés entre ses doigts, les traits durs, le regard glacial. « [color=#8B4513]Une voiture piégée à dix kilomètres d’iici.[/color] » son ami ne le dira pas à haute voix, parce que c’est trop déchirant. Il lui donne une tape sur l’épaule et s’avance vers la jeep qu’ils doivent prendre. Il y’avait eu une voiture piégée, là ou ils étaient cet après-midi. <b>(…)</b> Rédigez ici, l'histoire de votre personnage en un minimum de trente lignes. Vous pouvez le faire en plusieurs points, en petites anecdote marquantes ou en extrait de journal intime, comme vous le souhaitez. Vous pouvez ajouter images, musique, du moment que cela ne déforme pas la page. Cette partie est facultative, vous pouvez si vous le souhaitez ne faire que la partie sur les anecdotes. Rédigez ici, l'histoire de votre personnage en un minimum de trente lignes. Vous pouvez le faire en plusieurs points, en petites anecdote marquantes ou en extrait de journal intime, comme vous le souhaitez. Vous pouvez ajouter images, musique, du moment que cela ne déforme pas la page. Cette partie est facultative, vous pouvez si vous le souhaitez ne faire que la partie sur les anecdotes.
[hr]
<img src="http://i.imgur.com/au9WbEm.gif" align="left" alt="" style="margin-right: 10px; margin-bottom: 4px; padding: 3px; width: 150px; border-radius: 7px;" />Rédigez ici, l'histoire de votre personnage en un minimum de trente lignes. Vous pouvez le faire en plusieurs points, en petites anecdote marquantes ou en extrait de journal intime, comme vous le souhaitez. Vous pouvez ajouter images, musique, du moment que cela ne déforme pas la page. Cette partie est facultative, vous pouvez si vous le souhaitez ne faire que la partie sur les anecdotes. Rédigez ici, l'histoire de votre personnage en un minimum de trente lignes. Vous pouvez le faire en plusieurs points, en petites anecdote marquantes ou en extrait de journal intime, comme vous le souhaitez. Vous pouvez ajouter images, musique, du moment que cela ne déforme pas la page. Cette partie est facultative, vous pouvez si vous le souhaitez ne faire que la partie sur les anecdotes.</div></div></center>

_________________

our relationship ended in the silence. it was the silence in the air that deafened me when you told me it was over. my head was filled with white noise, and my mouth was far too dry to even whisper out, s t a y
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

all these memories seem so old


MessageSujet: Re: ♦ MELI-MELO ♦

Revenir en haut Aller en bas

♦ MELI-MELO ♦

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
★ THAT'S LOVE BITCH ! :: votre 1ère catégorie :: Foolish Blondie :: Fiches de présentation-